Agraire indépendant

Parti agraire et paysan français

Le Parti agraire et paysan français , fondé en 1927[1] , est un ancien parti corporatiste d'agriculteurs dans les années 1930, fondé par "Fleurant Agricola" ( Gabriel Fleurant, il se fait appeler Fleurant-Agricola, ancien professeur de collège ), président de l'Union des paysans de l'Oise, et proposant une politique populiste de droite. Il se dote d'un organe, "La Voix de la terre", qui affiche des convictions corporatistes et "apolitiques" en 1929 : "Le blé, le lait, le vin, le bétail, la charrue n'ont pas d'opinion politique" lit-on dans le périodique[2] .

Il rejoint en 1934 le Front paysan, dirigé dès lors par Henri Dorgères et ses Comités de défense paysanne, Fleurant Agricola et Jacques Le Roy Ladurie, secrétaire général de l'Union nationale des syndicats agricoles.

Des désaccords sur la nature et la stratégie du parti provoquent une scission au début de l'année 1936. L'aile "gauche" du parti fonde le Parti républicain agraire et social, animé par Louis Guillon, le seul élu du parti à la Chambre depuis 1932. le parti est alors dirigé par le député de la Côte-d'Or élu en 1936 Pierre Mathé, qui regroupe l'aile droite du parti, après la mort de Fleurant Agricola.

L'action de Pierre Mathé s'observe par exemple en Lorraine. Lors de la campagne électorale de 1936, il vient à Verdun en tant que délégué à la propagande du parti, pour soutenir le candidat "national" Louis Mouilleseaux[3]. Il participe à des réunions organisées par la Ligue de défense paysanne de la Meuse à Bar-le-Duc et à Verdun en novembre 1936, qui auraient rassemblé 3 000 paysans. Ses articles sont repris dans l'organe de la Ligue, "Le Paysan lorrain", après juin 1936. La Ligue de défense paysanne, dirigée par Pol Marc, s'affilie d'ailleurs au parti agraire en 1939[4] .

Après guerre, le Parti paysan s'est inspiré de lui.

Sources

  • Jean-François Colas, "Les droites nationales en Lorraine dans les années 1930 : acteurs, organisations, réseaux", Thèse de doctorat, Université de paris X-Nanterre, 2002
  • Marc Leclair, "Le parti agraire et paysan français, 1928-1939", mémoire de maîtrise, Université de Paris X-Nanterre, 1974
  • Robert Paxton, "Le temps des chemises vertes; revoltes paysannes et fascisme rural 1929-1939", Paris, Ed. du Seuil, 1996
  • Nicolas Varin, "Le parti agraire et paysan français ( 1928-1936 )", I.E.P. de Paris, mémoire pour le DEA en histoire, 1995
  • Edouard Lynch, "Moissons rouges: les socialistes français et la société paysanne durant l'entre-deux-guerres, 1918-1940", Presses Univ. Septentrion, 2002
  • Henry Coston, "Partis, journaux et hommes politiques d'hier et d'aujourd'hui", Lectures français, 1960
  • Henri Mendras, "Les paysans et la politique", Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, A. Colin, 1958
  • Ralph Schor, "Histoire de la société française au XXe siècle", Belin, 2004
  • Pierre Barral, "Les Agrariens français de Méline à Pisani", A. Colin, 1968

Notes et références

  1. Fondé à l'issue d'un meeting paysan à Aurillac le 26 novembre 1927 selon Henry Coston. Autour d'une quinzaine de cultivateurs à Clermont-Ferrand selon d'autres sources.
  2. Cité par Serge Berstein, Pierre Milza, "Histoire de la France au XXe siècle: Tome 1, 1900-1930", Editions Complexe, 1999, p. 422
  3. Mathé le présente comme "un des premiers industriels qui a travaillé pour faire connaître le point de vue paysan et aidé les partis agraires" ( "Le Paysan lorrain", 24-5-1936 ). Mouilleseaux n'a pas été élu : il est battu par le sortant radical-socialiste et n'obtient que 43,2 % des suffrages exprimés. Mouilleseaux est membre du parti national populaire, avatar des Jeunesses patriotes et surtout de la Solidarité française : il a appartenu au comité directeur et fut l'un de ses théoriciens. Ses appartenances partisanes ne sont pas signalées néanmoins par la presse meusienne de droite. Il est en tout cas le candidat unique de la droite; il est soutenu par le Centre républicain meusien, qui regoupe les notables modérés, et par l'Union catholique.
  4. Elle est fondée en 1933, dans l'enthousiasme né de la réussite de manifestations paysannes à Bar-le-Duc, Verdun, Commercy et Motmédy. Ses thèmes sont la défense du monde paysan mais aussi ceux dans l'air du temps, proches de ceux du monde ancien combattant - un certain antiparlementarisme notamment. Elle est née de la volonté de certains dirigeants d'associations agricoles. Son président, Pol Marc, est membre de la Chambre d'agriculture et président de la coopérative agricole de Vaucouleurs. Elle s'est lancée dans le combat électoral dès 1933 à Bar-le-Duc, en 1934 à Verdun ou lors d'une sénatoriale partielle, suite au décès de Raymond Poincaré - Pol Marc était candidat -, sans succès. De même, elle n'est pas parvenue à unifier le monde paysan. A l'automne 1934, elle a adhéré au Front paysan, mais une partie de ses membres est hostile à Henri Dorgères, ce qui provoque des démissions. En 1936, la Ligue affirme sa neutralité mais Pol Marc soutient le candidat "national" Louis Mouilleseaux à Verdun. La Ligue est alors hésitante sur ses buts et sa fonction mais Pol Marc est favorable à une politisation de plus en plus marquée. A partir de novembre 1936, la Ligue entre en conflit avec Dorgères qui veut développer son mouvement en Lorraine. Elle refuse d'adhérer aux Comités de défense paysanne car elle entend demeurer autonome et reste méfiante à l'égard d'une "action directe" trop marquée. Le refus est réaffirmé en 1937. En 1939, la Ligue décide de s'affilier au parti agraire de Pierre Mathé. Le principe de l'affiliation est décidé le 30 janvier 1939 à Verdun lors d'une réunion du conseil d'administration de la Ligue.
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du monde contemporain Portail du monde contemporain
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Parti agraire et paysan fran%C3%A7ais ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Agraire indépendant de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 10 juillet 1940 — Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 Pour les articles homonymes, voir Pétain (homonymie). Le mercredi 10 juillet 1940 est soumise à l Assemblée nationale, c est à dire la réunion de la Chambre des députés et du …   Wikipédia en Français

  • 80 parlementaires ayant voté contre les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 — Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 Pour les articles homonymes, voir Pétain (homonymie). Le mercredi 10 juillet 1940 est soumise à l Assemblée nationale, c est à dire la réunion de la Chambre des députés et du …   Wikipédia en Français

  • Les Quatre-Vingts — Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 Pour les articles homonymes, voir Pétain (homonymie). Le mercredi 10 juillet 1940 est soumise à l Assemblée nationale, c est à dire la réunion de la Chambre des députés et du …   Wikipédia en Français

  • Liste des 80 parlementaires ayant voté contre les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 — Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 Pour les articles homonymes, voir Pétain (homonymie). Le mercredi 10 juillet 1940 est soumise à l Assemblée nationale, c est à dire la réunion de la Chambre des députés et du …   Wikipédia en Français

  • Vote des pleins pouvoirs a Philippe Petain le 10 juillet 1940 — Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 Pour les articles homonymes, voir Pétain (homonymie). Le mercredi 10 juillet 1940 est soumise à l Assemblée nationale, c est à dire la réunion de la Chambre des députés et du …   Wikipédia en Français

  • Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 — Pour les articles homonymes, voir Pleins pouvoirs. Le mercredi 10 juillet 1940 est soumise à l Assemblée nationale, c est à dire la réunion de la Chambre des députés et du Sénat, une proposition de révision de la Constitution permettant …   Wikipédia en Français

  • Vote des pleins pouvoirs à philippe pétain le 10 juillet 1940 — Pour les articles homonymes, voir Pétain (homonymie). Le mercredi 10 juillet 1940 est soumise à l Assemblée nationale, c est à dire la réunion de la Chambre des députés et du Sénat, une proposition de révision de la Constitution… …   Wikipédia en Français

  • Vote du 10 juillet 1940 — Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 Pour les articles homonymes, voir Pétain (homonymie). Le mercredi 10 juillet 1940 est soumise à l Assemblée nationale, c est à dire la réunion de la Chambre des députés et du …   Wikipédia en Français

  • Jules Radulph — Parlementaire français Date de naissance 12 janvier 1874 Date de décès 18 juillet 1952 Mandat Député 1936 1940 Circonscription Calvados Groupe parlementaire …   Wikipédia en Français

  • Pierre Gillet (homme politique) — Pierre Gillet Parlementaire français Date de naissance 24 mai 1897 Date de décès 11 mai 1966 Mandat Député 1936 1940 Circonscription Morbihan Groupe parlementaire …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”