Feminisation

Feminisation

Féminisation

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir féminisation des noms de métiers

La féminisation est un procédé consistant à marquer des formes féminines de noms ou d'adjectifs là où les règles grammaticales classiques préconisent l'usage de formes non marquées.

On distingue d'une part la féminisation de la terminologie, ou création de terme désignant au féminin des métiers, titres, grades et fonctions (cette féminisation terminologique est traitée dans l'article féminisation des noms de métiers) et d'autre part la féminisation des textes, ou techniques d'introduction explicite des marques du féminin lors de la rédaction de textes (notes de service, articles de journal, etc.), à laquelle cet article est consacré.

Sommaire

Problématique

La féminisation s'inscrit au sein d'une lutte antisexiste.

Celle-ci dénonce la 'règle' communément apprise aux usagers du français en matière d'accord du genre, règle qui s'énonce par la formule bien connue « le masculin l'emporte », simplification trompeuse grammaticalement. Ainsi, on écrit : « Les manifestants dans la rue sont en colère », même si ces manifestants sont en fait 4 hommes et 18 femmes, "manifestant" appartenant ici au genre non-marqué et ne désignant pas plus des individus de sexes masculins que feminins.

Cette règle assimilant le genre non-marqué au masculin a été énoncée, pour le français, par le grammairien Vaugelas, pour l'anglais, par John Kirkby.

Certains antisexistes considèrent cette 'règle' grammaticale comme un artefact d'une société patriarcale et non comme une propriété grammaticale issue de l'évolution de la langue française.

Les textes féminisés sont dès lors considérés comme une approche moins excluante par certains antisexistes.

Dans ce type de texte, les féminins sont explicités. Pour reprendre l'exemple du dessus on écrirait alors : « Les manifestantes et manifestants » ; ou bien on recourait à des procédés typographiques : « Les manifestant-e-s dans la rue sont en colère », « Les manifestantEs », « Les manifestant/e/s », « Les manifestant(e)s », etc. Pour sa part, l'association des correctrices et correcteurs de Suisse francophone a préconisé le recours aux points médians : on composera donc « étudiant·e·s » pour signifier qu'il est question des étudiantes et des étudiants. La question de la composition a été débattue dans divers cercles féministes francophones qui réfutent, pour la plupart, la mise entre parenthèse de la marque du féminin, en raison de l'expression « mettre entre parenthèses » (atténuer, mettre de côté, ne pas s'occuper de… au sens figuré). La manière de lire ce type de féminin explicite à l'oral reste sujette à débats.

Analyse grammaticale

Le contre-argument traditionnel explique que la grammaire ne connaît pas de concept de sexe, mais uniquement de genre. Et l'on dit alors qu'en français le genre « non marqué » est le masculin. De sorte que si l'on désire exprimer qu'un groupe est composé de personnes indifféremment de sexe tant masculin que féminin, on utilise traditionnellement ce genre non marqué, qu'il faudrait toujours comprendre comme une expression de la nature asexuée du groupe.

Il est exact que le genre n’a en principe rien à voir avec le sexe mais est une pure propriété formelle de certains mots. D’ailleurs, de nombreuses langues se passent de genre. Il n’en reste pas moins que dans les langues qui possèdent un genre, ce genre recoupe l’opposition de sens mâle-femelle quand il s'agit d'être animés sexués (dont les être humains). De là la représentation de l’opposition masculin-féminin comme renvoyant à la répartition des sexes, une représentation qui est lourde de conséquences sur le plan social (occultation du rôle joué par les femmes sur la scène publique, résistances psychologiques à la candidature à des postes offerts au masculin, etc.)

Analyse typographique

Les incises de « e » sous leurs diverses formes (barres, parenthèses, etc;) n'aideraient pas la lecture, qu'elles ralentissent. Les résultats d'une étude réalisée par Gygax et Gesto (Lourdeur de texte et féminisation : Une réponse à l'Académie française, 2007) démontrent cependant le contraire. Ainsi, la lecture de noms de métiers sous une forme épicène ou féminisée n'est ralentie qu'en début de texte (à la première lecture des noms) mais elle redevient normale ensuite, indiquant un effet d'habituation.

Par ailleurs, les mots affectés de ce « e » pourraient, selon certains, être interprétés comme étant accordés au genre féminin, ce qui serait susceptible de modifier le sens des phrases.

Une pratique alternative parfois conseillée à qui veut souligner la neutralité du texte vis-à-vis du sexe est d'utiliser des formules épicènes. Par exemple, plutôt que « les Hommes », on utilisera l'Humanité. Mais la lisibilité qui est gagnée en évitant les formules typographiquement lourdes est perdu par l'introduction d'un certain niveau d'abstraction dans le texte.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Ce document provient de « F%C3%A9minisation ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Feminisation de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • FÉMINISATION — Ensemble de phénomènes morphogénétiques, sous contrôle endocrinien, qui orientent le développement de l’enfant (ou du jeune mammifère) vers l’acquisition des caractères sexuels secondaires de l’individu de sexe féminin. Les hormones ovariennes… …   Encyclopédie Universelle

  • feminisation — (Brit.) n. act of making feminine; process of becoming feminised; taking on of female sexual characteristics; acquiring female characteristics by the male (also feminization) …   English contemporary dictionary

  • Féminisation —  Pour l’article homonyme, voir féminisation des noms de métiers .  La féminisation est un procédé consistant à marquer des formes féminines de noms ou d adjectifs là où les règles grammaticales classiques préconisent l usage de formes… …   Wikipédia en Français

  • féminisation — (entrée créée par le supplément) (fé mi ni za sion) s. f. Terme de grammaire. Action de féminiser, de rendre féminin un mot. •   La féminisation porte sur la totalité du mot composé : la franc maçonnerie, une fille mort née, une jument court… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • feminisation — feminizacija statusas T sritis augalininkystė apibrėžtis Moteriškų lyties požymių (piestelinių žiedų) atsiradimas vyriškos lyties organizme. atitikmenys: angl. feminisation rus. феминизация …   Žemės ūkio augalų selekcijos ir sėklininkystės terminų žodynas

  • feminisation — method of direct sex reversal by the treatment of animals with doses of female hormones, e.g. oestradiol 17b, in the feed during the early stages of development. Drugs or genetic manipulation may also be used. Female fish are beneficial to… …   Dictionary of ichthyology

  • Feminisation — Fe|mi|ni|sa|ti|on, die; , en: Feminisierung …   Universal-Lexikon

  • Feminisation — Fe|mi|ni|sa|ti|on 〈f.; Gen.: , Pl.: en〉 = Feminisierung …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • Feminisation — Fe|mi|ni|sa|ti|on die; , en <zu ↑feminin u. ↑...isation> svw. ↑Feminisierung; vgl. ↑...ation/...ierung …   Das große Fremdwörterbuch

  • feminisation — noun the process of becoming feminized; the development of female characteristics (loss of facial hair or breast enlargement) in a male because of hormonal disorders or castration • Syn: ↑feminization • Derivationally related forms: ↑feminise,… …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.