Agnam Lidoube

Agnam Lidoubé

Agnam Lidoubé
Pays Sénégal Sénégal
Région Matam
Département Matam
Maire

Site Web web}}}/ {{{site web}}}
Géographie
Longitude
Latitude
Altitude moyenne : m
Superficie
Démographie
Population sans
doubles comptes
362 hab.
[[Image:|280px|]]

Agnam Lidoubé est un village sahélien du nord-est du Sénégal.

Sommaire

Histoire

En 2004, plusieurs scènes de Lili et le baobab, un film de Chantal Richard interprété par Romane Bohringer, ont été tournées à Agnam Lidoubé.

Administration

Agnam Lidoubé est situé dans le département de Matam, dans la région de Matam. Le village fait partie de la Communauté rurale d'Agnam Civol.

Les structures villageoises

L'UFAL (Union des Femmes d’Agnam Lidoubé) et l'ADSCAL (Association pour le Développement Socioculturel d’Agnam Lidoubé) sont deux associations complémentaires et les principales actrices de toutes les activités sociales et économiques du village. Il y a une association des jeunes : Gooto-Rewaa qui s’occupe plutôt des activités sportives et une association des élèves et étudiants qui donne des cours pendant les grandes vacances aux élèves, fait des conférences pour sensibiliser les habitants sur l’éducation, l’hygiène, la santé. Une structure de coordination de toutes les activités, sociales, éducatives, économiques, dans laquelle il y a tous les représentants du village, a été créée en janvier 2007.

La Coordination Générale d’Agnam Lidoubé pour le Développement (CGALD)

Les Instances

  • L’Assemblée Générale Villageoise (AGV) : tous les villageois
  • Le Conseil d’Administration (CA) :
    • L’Imam de la mosquée et le Chef du village
    • Les hommes de la mosquée « les sages » : 4 personnes
    • L’UFAL : 9 personnes
    • L’ADSCAL : 7 personnes
    • L’association des étudiants et des élèves : 4 personnes .

Les activités et leurs comités de gestion et de suivi

  • Le social et l’entraide (baptême, mariage, funérailles) : les sages, UFAL, ADSCAL (9 membres)
  • Les enseignements (école française, pulaar, coranique et professionnelle liée aux activités de développement du village) : les sages, UFAL, ADSCAL, APE, Enseignants, Ass. des élèves et étudiants (8 membres + 5 enseignants)
  • L’hygiène et la gestion des déchets ménagers : UFAL, ADSCAL, école, Ass. des élèves et étudiants (12 membres)
  • La gestion des eaux de consommation : UFAL et ADSCAL forment le comité d’administration et technique (10 membres)
  • Le jardin légumier : UFAL et ADSCAL (8 membres)
  • La caisse de micro-crédit : UFAL, ADSCAL, les sages (11 membres)
  • Projets économiques et générateurs de revenus : le GIE – « Yooli Korel » (9 membres)
  • La gestion de la mosquée, du cimetière et de la pirogue : les sages et ADSCAL (6 membres)
  • Les sports et la culture : la jeunesse (Gooto-Rewaa) et l’Ass. des élèves et étudiants, ADSCAL, UFAL (12 membres)

Les réunions

  • Assemblée Générale se tient tous les 4 mois, sauf Assemblée générale extraordinaire.
  • Conseil d’administration se réunit le 1er jeudi de tous les 2 mois, réunion convoquée d’urgence.
  • Les groupements et sous groupements se réunissent en fonction de la marche de leurs activités

Partenaires du village

  • ALDA (Association de Liaison pour le Développement d’Agnam)
  • Association « les Amis d’Agnam » (association française)
  • EMI (Entraide Médicale Internationale) en Calvados France
  • ANCAR (Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural) Sénégal

Géographie

Physique géologique

Population

Agnam Lidoubé compte environ 1 300 habitants répartis dans plus d'une centaine de ménages. La population est marquée par le fort taux d'exode, qui d'ailleurs, est un phénoméne caractéristique de tous les villages du Fouta.

Depuis que la pluie saisonnière ne permet plus d'avoir des récoltes qui permettent aux populations d'assurer leur survie durant toute l'année, les jeunes se sont orientés à aller dans les grandes villes du pays (particulièrement Dakar), mais aussi dans les grandes mégalopoles africaines et dans les pays occidentaux.

Économie

Les pécules qu'ils envoient permettent aux familles d'atténuer les difficultés dues à la sécheresse. Le village d’Agnam Lidoubé, comme tous les villages de la moyenne vallée du fleuve Sénégal, tiraient leurs subsistances de l’agriculture du Waalo (zone inondable) et du Jeeri (zone cultivable pendant la saison des pluies). L’élevage et la pêche complétaient les revenus familiaux. Mais depuis 1970, début de la sécheresse et de la désertification, l’environnement s’est appauvri et a perdu tout son potentiel pour faire vivre les habitants. Depuis la construction des barrages sur le fleuve, dans les années 90, le problème a empiré, d’autant que les villages éloignés du fleuve, comme Agnam Lidoubé, ne sont pas encore concernés par les cultures irriguées.

Pour le cheptel (bovins, ovins et caprins), 50 % environ des habitants du village possèdent 2 vaches, 5 moutons et 5 chèvres par famille en moyenne. Il faut préciser que les ruminants étaient gardés pour le lait qu’on en retire pendant la saison des pluies (3 à 4 mois dans l’année). Par manque de cette denrée, le lait en poudre vient de l’Occident, particulièrement de la France ou des Pays-Bas. Il est commercialisé au village à 2 000 F CFA (3,05 euros) par kg.

Les poissons, denrées plus abordables (yaboy : genre de sardine) que la viande, viennent tous les matins en camions frigorifiques des villages côtiers du pays, comme Mbour. Ils sont vendus 100 à 150 francs CFA l'unité.

Les apports des ressortissants de cette région en Occident sont non négligeables pour la survie de la population. Dans le cas de Agnam Lidoubé, les travailleurs en Europe, qui regroupent leurs envois pour leurs familles restées au village, adressent 5 000 euros en moyenne par mois uniquement pour la nourriture de leurs familles et proches. Au village, on prend en charge, sans poser de question, la famille de sa sœur, de son frère, de sa cousine, des parents proches, s’ils sont pauvres.

C’est par ces exemples que l’on peut comprendre comment les familles qui n’ont pas de revenu vivent encore dans cette zone. Mais il faut encore souligner que la mobilisation des femmes pour des activités rémunérées (jardin, commerce...) a contribué positivement à la possibilité de pouvoir survivre sur place.

Jumelages

Personnalités nées à Agnam Lidoubé

Voir aussi

Articles connexes

  • Matam
  • Lili et le Baobab

Bibliographie

  • Mohamadou Kane, « Les migrations contemporaines internationales à partir du département de Matam », Annales de la Faculté des lettres et sciences humaines de Dakar, 1984

Liens externes

  • Portail du Sénégal Portail du Sénégal
Ce document provient de « Agnam Lidoub%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Agnam Lidoube de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Agnam Lidoubé — Administration Pays  Senegal !Sénégal …   Wikipédia en Français

  • Agnam Civol — Administration Pays  Senegal !Sénégal …   Wikipédia en Français

  • Agnam-Goly — 15° 59′ 36″ N 13° 39′ 45″ W / 15.9933, 13.6624 …   Wikipédia en Français

  • Agnam — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Agnam peut désigner plusieurs localités de la région de Matam au Sénégal dont: Agnam Goly Agnam Civol Agnam Lidoubé Agnam Thiodaye Catégorie : Homonymie …   Wikipédia en Français

  • Villes du Senegal — Villes du Sénégal Cet article consacré aux villes du Sénégal comporte deux parties : un tableau des villes du Sénégal de plus de 10 000 habitants, par ordre décroissant de population une liste alphabétique (à compléter) des localités… …   Wikipédia en Français

  • Villes du sénégal — Cet article consacré aux villes du Sénégal comporte deux parties : un tableau des villes du Sénégal de plus de 10 000 habitants, par ordre décroissant de population une liste alphabétique (à compléter) des localités sénégalaises, incluant… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”