Agence Nationale de Documentation

Agence nationale de documentation

L'agence nationale de documentation (AND) est un service de renseignement zaïrois créé le 3 novembre 1983 et dissous en 1997.

Sommaire

Cadre législatif et structurel

Par l'ordonnance n°83-193 du 3 novembre 1983 fut porté à création l'agence nationale de documentationau Zaïre. Le 25 juillet 1985, une ordonnance modificative fut adoptée afin d'en préciser ses attributions et son fonctionnement interne, en ce compris: 1° "la recherche, l'interprétation et la diffusion des renseignements politiques, économiques, sociaux, culturels et autres intéressant la sûreté de l'Etat" ; 2° "la recherche et la constatation des infractions contre la sûreté de l'Etat, la surveillance des personnes suspectes d'exercer une activité de nature à porter atteinte à la sûreté de l'Etat" ; 3° "la police des étrangers" ; 4° "l'identification dactyloscopique des Zaïrois"[1].

Dans ses objectifs primaires, l'AND était donc le service de renseignement intérieur et extérieur du régime du Président Mobutu, qui en avait légalement "l'autorité personnelle et directe"[1]. Sur le plan du fonctionnement quotidien, les départements de cet organisme (Secrétariat général, Services de documentation intérieur et extérieur) étaient néanmoins supervisés par un Administrateur général, portant le titre de commissaire d'Etat, et deux Administrateurs généraux adjoints. D'obédience civile, ce service avait des missions différentes du Service d’Action et de Renseignements Militaires (SARM) qui était le corps de renseignement des armées et du contre-espionnage militaire.

En 1997, dans la foulée de l'arrivée au pouvoir du président Laurent-Désiré Kabila, l'AND a été dissoute et remplacée par l'Agence nationale de renseignements.

Activités

Régulièrement mise en cause[2] comme les autres services de sécurité pour des atteintes à la presse[3], aux mouvements d'opposition[4] ainsi qu'aux droits[5] et libertés individuelles[6], l'AND était tour à tour un instrument de maintien du régime zaïrois face aux risques contestataires de la part de la population (généralisation des indicateurs jusque dans les entreprises privées et publiques[7]) mais aussi de soulèvements orchestrés par des pays tiers, en particulier dans le cadre des jeux d'alliance de la guerre froide en Afrique (le soutien apporté à l'UNITA angolaise[8] et la rivalité latente avec le régime pro-URSS de Brazzaville[9]).

Après plus d'une décennie de contrôles et de répressions, l'AND s'est montrée incapable de prévenir, d'évaluer et de contenir[10] la première guerre du Congo, à l'instar des autres services de sécurité zaïrois[11] dont l'armée[4]. Cet échec marqua également celui du régime et la fin de la République du Zaïre.

Anecdotes

  • L'AND est soupçonnée par la journaliste Anna Miquel[12] d'être à l'origine de la disparition en 1985 du journaliste-reporter français Philippe de Dieuleveult[13].
  • Selon l'auteur Jean I. N. Kanyarwunga, l'antenne au Shaba de l'AND a été directement impliquée dans l'organisation du massacre en 1990 d'étudiants à l'Université de Lubumbashi[14].
  • Honoré Ngbanda, ancien chef en exil de l'AND, est le dirigeant de l'Alliance des patriotes pour refondation du Congo, un mouvement d'opposition au président Joseph Kabila.

Voir aussi

Liens externes

References

  1. a  et b Journal officiel de la République du Zaïre - 26ème année - n°15 - 1er août 1985, "Bulletin des lois et actes, du Président-fondateur du M.P.R., Président de la République" 1985
  2. Human Rights Watch World Report 1994 - Zaire, "Human Rights Watch World Report 1994 - Zaire : events of 1993" 1994
  3. Reporters sans Frontières, "Zaire" 1995
  4. a  et b Digital Congo 3.0, "Le donneur de leçon politique Honoré Ngbanda rattrapé par son passé d’oppresseur notamment des Martyrs de la démocratie massacrés le 16 février 1992", 2006
  5. U.S. Department of State Country Report on Human Rights Practices 1995 - Democratic Republic of Congo (formerly Zaire), "Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor" 1996
  6. U.S. Department of State Country Report on Human Rights Practices 1996 - Democratic Republic of Congo (formerly Zaire), "Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor" 1997
  7. Le Révélateur, "Mobutu, l'espoir perdu de la RDC" 2007
  8. Université de Sherbrooke - World Perspective Monde, "Déclenchement du conflit du Shaba en République démocratique du Congo" 1977
  9. Atlas des États-Unis Par Philippe Lemarchand, Philippe Lemarchand Olivier Amar, "La périphérie africaine" 1998
  10. Groupe Lotus O.N.G. des droits de l'Homme et de développement, [http://www.grandslacs.net/doc/2233.pdf 1996
  11. Le Monde Diplomatique, "Comment le Zaïre fut libéré" 1997
  12. Les blogs des journalistes du Soir, "Blog de Colette Braeckman: C’est à Kinshasa que Philippe de Dieuleveult a été liquidé", 2008
  13. Le Monde, "Philippe de Dieuleveult n'est pas mort noyé, selon le magazine XXI", 2008
  14. Jean I. N. Kanyarwunga, "République démocratique du Congo", 2006
  • Portail de la République démocratique du Congo Portail de la République démocratique du Congo
  • Portail du renseignement Portail du renseignement
Ce document provient de « Agence nationale de documentation ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Agence Nationale de Documentation de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”