Afrique centrale allemande
Carte de l'Afrique centrale allemande
Wilhelm Heinrich Solf

La formation de la colonie de l'Afrique centrale allemande (en allemand : Deutsch-Mittelafrika) est l'un des buts de guerre allemands les plus importants pendant la Première Guerre mondiale. Le but majeur de la politique coloniale allemande est en effet de constituer un empire colonial fermé en Afrique centrale en reliant les colonies d'Afrique orientale allemande, le Sud-Ouest africain allemand et le Cameroun.

Les négociations anglo-allemande concernant la répartition des possessions portugaises et belges en Afrique apportent les premiers projets concrets. En juillet 1913, les deux partenaires se mettent d'accord sur la revendication de l'Allemagne sur l'Angola, excepté le secteur frontalier de la Rhodésie du Nord, et sur Sao Tomé-et-Principe, ainsi que sur la revendication anglaise sur le Mozambique et la Lugenda en cas de difficultés financières du Portugal. Le secrétaire d'État allemand aux colonies Wilhelm Solf fait la proposition de rogner le Congo belge, en octroyant le Katanga et l'extrême côte septentrionale à l'Angleterre, la région au nord du Congo à la France et une jonction importante entre l'Angola et l'Afrique orientale allemande à l'Allemagne. Sa proposition échoue en raison de la résistance anglaise[1]. Faire des revendications sur le Portugal alors endetté apparaît alors comme beaucoup plus facile en comparaison avec la Belgique économiquement prospère.

Une autre proposition de Solf portant sur une Afrique centrale allemande, faite en août et septembre 1914, projette la répartition des colonies françaises, belges et portugaises. Par la suite, Bethmann Hollweg l'incorpore dans son Septemberprogramm. Le nouvel empire colonial allemand d'Afrique centrale doit alors recouvrir les territoires suivants : l'Angola, la moitié nord du Mozambique, le Congo belge avec les mines de cuivre du Katanga en ligne de mire, l'Afrique équatoriale française jusqu'au lac Tchad, le Dahomey et le territoire au sud jusqu'au Niger et Tombouctou. Ce projet de création d'un empire colonial d'Afrique centrale cohérent est l'un des principaux buts de guerre allemands[2].

Au printemps 1918, Solf accepte même les exigences du Deutscher Kolonialverein selon lequel les bassins du Sénégal, du Niger et les territoires situés au sud de ceux-ci jusqu'à la mer (Nigeria) doivent devenir allemands. S'ajoutent à cela, les territoires du Cap-Vert jusqu'au fleuve Orange à l'ouest ; la Rhodésie du Nord, le nord du Mozambique, l'Ouganda, le Kenya, Madagascar, les Comores, Djibouti à l'est. Comme base pour la conquête d'un empire mondial, l'État major exige en mai 1917 les Açores, Dakar avec l'Afrique occidentale française (y compris les îles Canaries et Madère), Vlora ou la jouissance de Cattaro ou Alexandrette, La Réunion, le Timor oriental, la Nouvelle-Calédonie, Yap et Tahiti[3].

Toutefois, si on le considère de manière générale, le projet d'Afrique centrale allemande ne joue qu'un rôle secondaire dans les buts de guerre allemands, même s'il est considéré comme possible à travers une victoire en Europe. D'un autre côté, ce projet colonial a été au cours de la guerre utilisé par des hommes politiques d'aspiration libérale comme un dérivatif pour la nation[4]. Pour l'Allemagne, les colonies étaient plutôt l'expression de sa puissance. Pour les concepteurs d'une Afrique centrale allemande, cette dernière devait, en tant que signe de la puissance allemande, atteindre le même rôle que l'Inde pour l'Empire britannique. Cependant, l'industrie lourde et les banques ont montré, et cela bien avant la guerre, peu d'intérêt pour les empires coloniaux et ont davantage milité pour une expansion européenne[5].

Notes et références

  1. (de)Fritz Fischer, Krieg der Illusionen. Die deutsche Politik von 1911 bis 1914, Düsseldorf, 1969, p.448-458 et Wolfgang J. Mommsen, Das Zeitalter des Imperialismus (=Fischer-Weltgeschichte Band 28), Francfort-sur-le-Main, 1984, p.265.
  2. (de)Wolfdieter Bihl (Éd.), Deutsche Quellen zur Geschichte des Ersten Weltkrieges, Darmstadt, 1991, p.58-59 et Fritz Fischer, Griff nach der Weltmacht. Die Kriegszielpolitik des kaiserlichen Deutschland 1914/18, Düsseldorf, 1964. p.115-116.
  3. (de)(fr)Wolfdieter Bihl (Éd.), Deutsche Quellen zur Geschichte des Ersten Weltkrieges, Darmstadt, 1991, p.283-284 et André Scherer, Jacques Grunewald, L’Allemagne et les problèmes de la paix pendant la Première Guerre mondiale. Documents extraits des archives de l'Office allemand des Affaires étrangères. 4 Bände (deutsche Originaldokumente), Paris 1962/1978, volume 2, p.214-215.
  4. (de)Andreas Hillgruber, Die gescheiterte Großmacht. Eine Skizze des Deutschen Reiches 1871-1945, Düsseldorf, 1980, p.51.
  5. (de)Karl Dietrich Erdmann, Der Erste Weltkrieg, Munich, 1980. (= Gebhardt: Handbuch der deutschen Geschichte Bd.18), p.54.

Bibliographie

  • (de)Rolf Peter Tschapek, Bausteine eines zukünftigen deutschen Mittelafrika. Deutscher Imperialismus und die portugiesischen Kolonien, Deutsches Interesse an den südafrikanischen Kolonien Portugals vom ausgehenden 19. Jahrhundert bis zum Ersten Weltkrieg, Verlag Steiner, Stuttgart, 2000
  • (de)Sönke Neitzel, "Mittelafrika". Zum Stellenwert eines Schlagwortes in der deutschen Weltpolitik des Hochimperialismus. In: Wolfgang Elz (Hrsg.): Internationale Beziehungen im 19. und 20. Jahrhundert. Festschrift für Winfried Baumgart zum 65. Geburtstag, Verlag Schöningh, Paderborn/Wien, 2003.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Afrique centrale allemande de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Afrique centrale — Carte de l Afrique avec les pays de l Afrique centrale en surbrillance L Afrique centrale est une région d Afrique comprenant le sud du Sahara, l est du bouclier ouest africain et l ouest de la vallée du rift. Géographie Elle comprend les pays… …   Wikipédia en Français

  • AFRIQUE DU SUD (RÉPUBLIQUE D’) — Presque entièrement située au sud du tropique du Capricorne, l’Afrique du Sud constitue un vaste ensemble géographique. La population totale dépassait les 30 millions d’habitants en 1992 et approchait les 35 millions si l’on prenait en compte la… …   Encyclopédie Universelle

  • AFRIQUE NOIRE - Typologie politique — En 1991, l’Afrique noire comptait quarante quatre États indépendants. Dix neuf sont d’expression française (sans d’ailleurs que la langue française y soit nécessairement langue officielle ou seule langue officielle, ni même qu’elle soit connue de …   Encyclopédie Universelle

  • AFRIQUE - Les décolonisations — Alors que s’achève la décolonisation en Asie, le mouvement s’est déplacé en Afrique, tout spécialement au Maghreb, en pleine ébullition. Il existe pourtant déjà un pays d’Afrique du Nord qui a obtenu son indépendance depuis plusieurs années: la… …   Encyclopédie Universelle

  • Afrique-du-Sud — Pour les articles homonymes, voir RSA. Republic of South Africa (en) …   Wikipédia en Français

  • Afrique Du Sud — Pour les articles homonymes, voir RSA. Republic of South Africa (en) …   Wikipédia en Français

  • Afrique d'Sud — Afrique du Sud Pour les articles homonymes, voir RSA. Republic of South Africa (en) …   Wikipédia en Français

  • Afrique du sud — Pour les articles homonymes, voir RSA. Republic of South Africa (en) …   Wikipédia en Français

  • Afrique-Équatoriale française — Pour les articles homonymes, voir AEF. Afrique Équatoriale française 1910 – 1958 …   Wikipédia en Français

  • Afrique du Sud —  Ne doit pas être confondu avec Afrique australe. 28° 37′ 00″ S 24° 20′ 00″ E …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”