Affrontements interpalestiniens

Tensions interpalestiniennes

Les tensions interpalestiniennes se sont multipliées depuis la participation de plus en plus importante du Hamas dans la vie politique palestinienne. En juin 2007, le Hamas prend le contrôle de la bande de Gaza, divisant de facto les territoires palestiniens.

Sommaire

Contexte général

Les élections législatives palestiniennes de janvier 2006, ont marqué la supériorité électorale du Hamas sur le Fatah notamment dans la Bande de Gaza 48,3% pour le premier contre 43,8% au Fatah

Article détaillé : Bande de Gaza.

.

Dès lors, la tension montait progressivement entre le Fatah, qui formait le gouvernement de l'Autorité palestinienne depuis la création de celle-ci, et le mouvement islamiste Hamas qui observait une trève officiellement dans ses attaques contre Israël de mars à décembre 2005. Le Hamas accusait alors le Fatah de corruption tandis que le Fatah dénonçait la ligne dure du Hamas et son manque de volonté de parvenir à la paix.[réf. nécessaire]

Avant les élections, des analystes craignaient que ces tensions donnent lieu à des affrontements plus violents[1], particulièrement lorsque le Fatah a menacé d'annuler le scrutin au cas où Israël empêchait les Palestiniens de Jérusalem-Est de voter[2]. Ces affrontements n'ont pas eu lieu et le calme relatif a même laissé penser qu'un gouvernement d'union nationale pourrait se former entre les 2 mouvements[3].

Après les victoires du Hamas aux élections municipales de 2005 puis aux élections législatives de 2006, des membres du Fatah s'emparèrent du parlement palestinien à Gaza en signe de protestation et installèrent des barrages dans plusieurs endroits contrôlés par l'Autorité palestinienne. Des tirs en l'air furent entendus et des pneus ont été brûlés. Certains réclamèrent même la démission du dirigeant du Fatah, Mahmoud Abbas[4].

Montée des tensions et violences

De février à novembre 2006, plusieurs affrontements armés ont été recensés entre les partisans des deux mouvements palestiniens. Toutefois, les périodes de tension succédaient à des moments de calme qui aboutirent, d'août à novembre, à des discussions entre les deux mouvements pour constituer un gouvernement d'union nationale. Mahmoud Abbas exigeait notamment du Hamas qu'il reconnaisse les accords déjà négociés avec Israël, tandis que les dirigeants islamistes refusaient tout ce qui pourrait être interprété comme une reconnaissance implicite de l'État d'Israël.

La situation d'isolement des territoires palestiniens s'est aggravée à partir de la victoire du Hamas, notamment avec le gel des aides financières des pays occidentaux puis pendant l'été, après l'enlèvement du soldat israélien Gilad Shalit qui a amené plusieurs opérations militaires israéliennes contre la Bande de Gaza pour obtenir la libération du soldat et l'arrêt des tirs de roquettes sur les villes israéliennes depuis le nord de ce territoire. Israël a officiellement mis un terme à ses opérations à la fin du mois de novembre 2006.

Le contact est maintenu entre le Président Mahmoud Abbas et le gouvernement du Hamas pour tenter d'obtenir des concessions du Hamas qui pourraient dégeler les fonds d'origine internationale et permettre de payer les fonctionnaires palestiniens. Le ton est monté entre les deux factions rivales palestiniennes au retour du Premier ministre Ismaël Haniyeh dans la Bande de Gaza le 15 décembre, quand les fonds qu'il rapportait ont été confisqués à la frontière égyptienne et son convoi a été attaqué. Le ministre des Affaires étrangères Mahmoud al-Zahar ressort indemne de l'attaque, mais le Hamas accuse Mohammed Dahlan du mouvement Fatah d'avoir voulu assassiner le Premier ministre.

Devant les échecs répétés de parvenir à un accord [réf. nécessaire], Mahmoud Abbas a appelé le 16 décembre 2006 à une dissolution du gouvernement en place et à des élections législatives anticipées. Le Hamas a interprété cet appel du Président palestinien comme une volonté de retirer au mouvement islamiste le pouvoir qui lui a été attribué suite aux élections gagnées en janvier 2006.

Les partisans des élections anticipées estiment que cela aiderait à stabiliser le pouvoir palestinien, l'économie et remettre à l'ordre du jour le processus de paix avec Israël. Le Premier ministre israélien Ehoud Olmert et des dirigeants de puissances occidentales ont salué favorablement l'annonce de Abbas. Les opposants à cette démarche estiment qu'il s'agit d'un coup d'État du Fatah pour reprendre le pouvoir et déstabiliser le Hamas élu démocratiquement. Enfin, des craintes d'une guerre civile palestinienne sont exprimées dans les deux camps.

Les affrontements sont intenses et quasi-quotidiens de décembre 2006 à février 2007 jusqu'à l'Accord de La Mecque qui finalise un cessez-le-feu puis la constitution d'un gouvernement d'union nationale avec Ismaël Haniyeh toujours à sa tête. Toutefois, des incidents mineurs continuent sporadiquement en mars et avril 2007.

À la mi-mai, le cessez-le-feu est rompu par de nouveaux affrontements sérieux dans lesquels le Hamas semble prendre le dessus sur son rival.

À la suite d'un guerre de factions entre le Fatah et le Hamas dans la bande de Gaza qui a fait 113 morts en une semaine (début le 7 juin), Le Hamas s'est rendu maître de la bande de Gaza, séparant de fait les territoires palestiniens en deux blocs, la Cisjordanie étant toujours sous le contrôle du Fatah. Le gouvernement est dissous par Mahmoud Abbas et un nouveau gouvernement d'urgence est composé. Des élections anticipées sont à l'étude.

Chronologie des affrontements

  • 14 juillet 2005 : la police et les services de sécurité palestiniens ont été placés jeudi soir en état d'alerte dans la bande de Gaza en raison de « la tension sur le terrain », selon un porte-parole du ministère palestinien de l'Intérieur. Plusieurs affrontements entre les forces de sécurité palestinienne et des activistes du Hamas ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi faisant cinq blessés dans les rangs du Hamas ainsi que deux civils. Elles ont pour origines la volonté du gouvernement palestinien de stopper les attaques au mortier et à la roquette conte Israël depuis Gaza.
  • 20 juillet 2005 : des combattants Hamas et Fatah se sont entendus pour une trêve alors que leurs affrontements, pour faire cesser les tirs de roquettes contre Israël par le Hamas, ont tué deux personnes[5].
  • 31 décembre 2005 : à quelques heures de l'expiration de la trêve des attaques contre Israël négociée en mars au Caire, le Jihad islamique palestinien, le Hamas et plusieurs factions armées liées au Fatah, comme les brigades des martyrs d'Al-Aqsa, déclarent qu'ils ne la reconduiraient pas.
  • 25 janvier 2006 : tenue des élections législatives palestiniennes. Victoire du Hamas qui remporte 74 siège sur les 132 du conseil législatif palestinien.
  • 21 février 2006 : Ismaël Haniyeh est nommé Premier ministre par Mahmoud Abbas.
  • 17 mars 2006 : Le mouvement du Fatah de Mahmoud Abbas refuse de se joindre au gouvernement formé par le Hamas.
  • 19 mars 2006 : Haniyeh annonce la formation de son gouvernement.
  • Les 10 et 11 mai : une procession funéraire pour un combattant Fatah est attaquée par le Hamas. Deux jours d'affrontements font trois morts.
  • mai 2006 : plusieurs affrontements font des victimes dans les deux formations. Deux activistes Hamas sont enlevés et tués et deux autres blessés[6].
  • 7 juin 2006 : Hamas accepte de retirer ses troupes des rues palestiniennes[7]. Les tirs de roquettes sur le territoire israélien se poursuivent.
  • 25 juin 2006 : des commandos proches du Hamas attaque un campement de Tsahal en Israël via un tunnel près de Kerem Shalom qui passe au sud de la bande de Gaza. Deux soldats israéliens sont tués, trois autres blessés, en comptant Gilad Shalit qui est enlevé.
  • 28 juin : début de l'opération Pluie d'été de l'armée israélienne dans la bande de Gaza.
  • 2 octobre 2006 : des combats se déroulent dans les locaux du gouvernement[8].
  • 4 octobre : un dirigeant local du Hamas est abattu par un tireur masqué[9].
  • 11 octobre : Douze personnes sont tuées et 120 blessées dans des combats à la suite d'une manifestation de policiers du Fatah, mécontents de ne plus toucher leurs salaires. Les combats se multiplient en dehors de Gaza[10].
  • 20 octobre : des nouveaux échangent de tirs se déroulent quelques heures après un accord Hamas/Fatah[11].
  • 26 novembre 2006 : Israël met officiellement un terme à ses opérations dans la bande de Gaza.
  • 9 décembre 2006 : L'OLP approuve la suggestion de Mahmoud Abbas de déclencher des élections anticipées.
  • 10 décembre : Des personnes armées font feu sur le convoi du ministre de l'intérieur Hamas.
  • 11 décembre : Trois fils du chef de la sécurité Fatah sont tués sur le chemin de l'école ; le Fatah et le Hamas condamnent ces meurtres.
  • 14 décembre : Le convoi du Premier ministre Hamas Ismaël Haniyeh essuie des tirs alors qu'il rentre d'Égypte. Un garde du corps est tué.
  • 15 décembre : le Hamas accuse Mohammed Dahlan du Fatah d'avoir tenté d'assassiner Haniyeh la veille[12]. Dahlan rejette ces accusations. Des combats se déroulent en Cisjordanie après l'attaque d'un rassemblement Hamas à Ramallah. Au moins 20 personnes sont blessées.
  • 16 décembre : Mahmoud Abbas annonce son intention d'appeler à des élections anticipées à cause de l'impossibilité de trouver un consensus avec le Hamas pour former un gouvernement d'union nationale. Au moins 32 activistes du Hamas sont blessés dans des échanges de tirs avec la garde de Abbas, d'après le personnel hospitalier[13].
  • 17 décembre : Des affrontements continuent, notamment près de la résidence du Président palestinien. Un cessez-le-feu est annoncé le soir entre les deux factions.
  • 18 décembre: Des membres armés du Hamas et du Fatah s'affrontent le matin au milieu de la ville de Gaza. Un adolescent âgé de 16 ans est blessé au cou[14]. Le même jour, un ancien membre du cabinet ministériel Fatah, Sufian Abu Zaydeh, est enlevé. Dans le même temps, 11 activistes Hamas sont kidnappés par des membres du Fatah. Zaydeh est libéré en signe de bonne volonté[15].
  • 19 décembre : Une importante bataille rangée se déroule devant les locaux des services de renseignements du Fatah à Gaza, tuant au moins 5 personnes et faisant au moins 12 blessés[16]. Les corps de 2 des 11 membres du Hamas qui avaient été kidnappés la veille sont retrouvés à Gaza. Un second accord de cessez-le-feu est conclu dans la soirée, il débute à 23h00 mais n'empêche pas la poursuite des affrontements.
  • 20 décembre : Durant la nuit, deux militants du Fatah sont abattus malgré le cessez-le-feu lors d'affrontements avec le Hamas, six autres palestiniens sont blessés. Mercredi matin, des dizaines d'hommes armés patrouillent toujours à Gaza violant le cessez le feu de la veille. Les barrages routiers sont maintenus[17].
  • 21 décembre : Un civil est tué en marge d'affrontements armés entre des membres du Hamas et des proches des membres Fatah tués la veille. Le garde du corps du Ministre des Affaires étrangères, Mahmoud al-Zahar est enlevé[18].
  • 22 décembre : À Naplouse, une fusillade a lieu au moment d'un rassemblement de membres du Hamas[19]. Au moins 9 Palestiniens sont blessés (dont un grièvement)[20].
  • 1er janvier 2007 : après une semaine de trève, un photographe de l'AFP est enlevé à Gaza. C'est le neuvième enlèvement de journaliste en un an[21]. Les affrontements reprennent aussi entre les factions palestiniennes. Des sources dans les services de sécurité palestiniens rapportent l'enlèvement de 3 membres du Fatah par la branche militaire du Hamas. Les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, dont un des chefs à Gaza est apparenté aux otages, kidnappe 10 membres du Hamas en représailles. Des fusillades se déroulent également entre les deux factions. D'autres sources palestiniennes rapportent des tirs de mortier contre la maison d'un dirigeant des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa à Beit Lahiya. L'essentiel des affrontements se passent dans le nord de la Bande de Gaza où des barrages routiers se figent et où il y a la crainte que ces fusillades tournent à la guerre ouverte[22].
  • 2 janvier : le chauffeur d'un camion israélien est blessé dans une attaque au mortier au point de passage de Karni.
  • 3 janvier : 5 Palestiniens sont tués dans des échanges de tirs entre Hamas et Fatah dans le nord de la Bande de Gaza. Parmi eux, une passante a été la victime d'affrontements à Jabaliya. Les quatre autres morts sont du Fatah et ont été tués dans l'attaque de leur voiture à Khan Younès pour trois d'entre eux et à Beit Lahiya pour le dernier. 10 personnes sont kidnappées[23]. Dans la soirée, un accord est trouvé entre Hamas et Fatah pour ramener le calme dans le sud de la Bande de Gaza. Une nouvelle roquette est tirée contre Israël.
  • 4 janvier : 6 morts sont dénombrés suite à de nouveaux affrontements, malgré les appels au calme des dirigeants des deux factions[24].
  • 5 janvier : un membre des forces de sécurité et du Fatah est mort de ses blessures. Un imam est abattu après avoir dénoncé les affrontements interpalestiniens dans son sermon[25].
  • Une trêve respectée pendant plusieurs jours permet de rétablir le dialogue, en vue de la constitution d'un gouvernement d'union nationale. Mahmoud Abbas et Khaled Mechaal s'entretiennent pendant 3 heures le 22 janvier, à Damas.
  • 25 janvier : Un rassemblement du Hamas à Naplouse pour fêter la victoire électorale du mouvement un an plus tôt est la cible de tirs de membres des brigades des martyrs d'Al-Aqsa. Des troupes du Hamas répliquent. Un civil meurt d'une balle perdue. Un policier du Fatah est descendu dans la ville de Gaza. Un membre du Hamas est tué avant minuit.
  • 26 janvier : De lourds combats font de nombreux morts. 7 militants Hamas, 5 militants Fatah, 1 militant des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa sont tués, ainsi que 3 civils dont un enfant de 2 ans et un adolescent de 16 ans. 24 membres du Hamas sont enlevés par le Fatah en Cisjordanie[26].
  • 27 janvier : Pendant la nuit, un policier Hamas et un civil sont tués au cours d'une attaque à la roquette anti-char sur le domicile du ministre des Affaires étrangères du Hamas, Mahmoud Zahar. Deux membres du Fatah sont également tués au cours d'affrontements dans la journée près de l'université islamique de Gaza[27],[28],[29].

Des tirs de mortier, des échanges de tirs et des voitures piégées ont fait 6 morts au total en ce jour : 2 membres du Hamas, 2 du Fatah et 2 civils dont un enfant de 12 ans. Un autre militant Hamas, blessé la veille dans des affrontements à Beit Lahiya, décède de ses blessures dans l'après-midi[30],[31].

  • 28 janvier : Au cours de nouveaux affrontements, un militant du Hamas et un civil de 45 ans sont tués.
  • 29 janvier : Un membre des forces de sécurité du Hamas est tué à Gaza dans la matinée. Un responsable du Hamas, Hussein al-Shabasi, est descendu à l'extérieur d'une mosquée à Khan Younès et 3 civils sont tués au cours des échanges de tirs qui s'ensuivirent[32]. (voir le même jour l'attentat d'Eilat revendiqué par le Jihad islamique palestinien et les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa)
  • 1er février 2007 : Un groupe de tireurs du Hamas sème une embûche à un convoi de 4 camions qu'ils disent transporter des armes pour la garde présidentielle de Mahmoud Abbas. Trois gardes officiels (Fatah), un membre de l'unité de stratégie de Abbas, un assaillant Hamas et un civil sont tués dans la confrontation. Presque 70 personnes dont 2 enfants, sont blessés dans la bataille. Un porte-parole du Fatah nie que la cargaison du camion était des armes et décrit l'incident comme un danger pour le maintien de l'accord de cessez-le-feu. Plus tôt, des hommes armés ont tiré sur plusieurs personnalités du Hamas à Gaza, sans les blesser. Dix personnes ont également été blessées dans l'attaque armée de membres du Hamas contre une position militaire stratégique[33].
  • 2 février : De sérieux affrontements se déroulent entre des commandos du Hamas et du Fatah. Des combattants Hamas attaquent des troupes de la sécurité Fatah, tuant 3 gardes présidentiels, 2 membres du du service stratégique de Abbas et blessant entre 40 et 50 recrues et 2 civils dans une attaque au mortier. L'université islamique gérée par le Hamas est attaquée par des tireurs du Fatah. Quelques heures plus tard, en réponse à cette attaque, l'université al-Qods "affiliée" au Fatah est visée par des tirs du Hamas. 4 activistes Fatah et 4 Hamas sont tués, ainsi que 5 civils dont une femme et 4 enfants. Une victime d'une attaque de la veille meurt de ses blessures. Une nouvelle trève est arrangée dans la soirée mais un militant Hamas et un civil sont tués dans les heures qui suivent dans un échange de tirs à Khan Younès[34].
  • 3 février : 12 personnes sont blessées dans des affrontements. Des membres du Hamas établissent des barrages routiers à Gaza et kidnappent 40 membres non armés de la sécurité Fatah. Quelques heures après une nouvelle trève, un garde présidentiel Fatah est tué et un autre est enlevé[35].
  • 4 février : Ignorant une nouvelle trève, des combattants du Hamas attaquent au mortier et à la roquette plusieurs installations de sécurité tenues par des fidèles au président Abbas, sans faire de blessés. Deux membres de la garde présidentielle meurent des blessures causées par des affrontements des jours précédents[36].
  • 6 février : des hommes armés d'un clan local font feu contre une voiture dans Gaza, tuant un commandant du Hamas et blessant 3 autres membres du groupe. Le Hamas accuse le Fatah. Le clan a déclaré que la cible de cette attaque était responsable de la mort de 2 membres de leur famille en décembre[37].
  • 8 février : un accord est annoncé entre le Hamas et le Fatah afin de constituer un gouvernement d'union nationale dirigé par le Premier ministre en activité, Ismaël Haniyeh. Les discussions entre le Président Mahmoud Abbas et le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, menées à La Mecque en Arabie saoudite, aboutissent à une distribution des postes ministériels entre les deux mouvements[38] et à un programme politique commun incluant le respect des accords israélo-palestiniens déjà signés mais n'incluant pas la reconnaissance d'Israël.
  • 15 février : Démission de Ismaël Haniyeh, qui est reconduit pour nommer le nouveau gouvernement négocié à la Mecque.
  • 5 mars 2007 : Des membres des Comités de Résistance populaire (affilié au Hamas) tirent sur la voiture d'un officier de police qui échappe à l'attaque. Les Comités justifient leur action par le refus de cet officier d'intégrer des membres de leur groupe au sein de sa force de police. Dans le même temps, des affrontements entre militants du Hamas et des forces de sécurité alliées au Fatah sont rapportés[39] suite à un désaccord sur le contrôle d'un camp d'entraînement.
  • 10 mars : Malgré l'accord de la Mecque, des milices rivales s'affrontent encore dans la bande de Gaza. Un militant du Hamas est tué et 7 autres blessés. Les factions se renvoient la responsabilité de la première attaque[40].
  • 15 mars : la composition du nouveau gouvernement d'union nationale nommé par Haniyeh est acceptée par Mahmoud Abbas.
  • 17 mai : Une journée de calme relatif après un nouveau cessez-le-feu rompu au bout d'une heure. Une courte bataille tue un membre du Hamas. Deux membres du Fatah meurent et un membre du Hamas est grièvement blessé dans un autre combat plus tard dans la même journée[41].
  • 18 mai : Les deux factions s'affrontent dans la ville de Gaza où des témoins affirment que des grenades propulsées ont été tirées dans le campus de l'Université islamique.Un porte-parole de Mahmoud Abbas accuse le Hamas d'utiliser l'université comme base de tirs pour des attaques contre les forces de police avoisinantes. Des media pro-Hamas accusent 3 dirigeants du Fatah de trahison après une riposte aérienne israélienne à des roquettes, qui a tué 3 combattants du Hamas[42]. Un civil est abattu par un tireur isolé dans le port de Gaza[43].

Vague de violence après le 7 juin 2007

  • 7 juin : Déclenchement des hostilités entre le Fatah et le Hamas dans la bande de Gaza.
  • 14 juin : dissolution du gouvernement par Mahmoud Abbas et organisations prévues d'élections anticipées, l'état d'urgence est déclaré. La majorité des QG du Fatah dans la bande de Gaza se sont rendus au Hamas. Des bâtiments du Hamas en Cisjordanie sont pris pour cibles.
  • 15 juin : fin des hostilités par le contrôle total de la bande de Gaza par le Hamas d'Ismaël Haniyeh. La Cisjordanie, reste entre les mains du Fatah de Mahmoud Abbas. Le conflit a fait au minimum 115 morts et 550 blessés en une semaine. Ce bilan du CICR est «fondé sur des informations fournies (vendredi) 15 juin par les hôpitaux et services d'urgence», d'autres sources parlent de 400 tués dans les combats et les exécutions sommaires.

Reprise des violences

Le Hamas profite de l'opération Plomb durci pour reprendre ses attaques contre le Fatah: des dizaines de membre du Fatah ou des Palestiniens accusés de "collaboration" ont été assassinés, des dizaines d'autres mutilées par balles, torturées, ou ont eu les membres cassés; d'autres encore ont été arrêtés arbitrairement[44].

Voir aussi

Références

  1. (en)Palestinian officials fear election clashes, Washington Times
  2. (en)Q&A: Palestinian elections, Guardian
  3. (en)On last day of campaigning, Hamas, Fatah signal readiness for alliance, Israel Insider
  4. (en)Protesters urge Abbas to resign, BBC News
  5. (en)Hamas gunmen 'breach ceasefire', BBC News
  6. (en)Gunmen kill Hamas member in Gaza, BBC News
  7. (en)Hamas agrees to withdraw militia
  8. (en)Hamas closes government offices, BBC News
  9. (en)Masked gunmen kill Hamas member, BBC News
  10. (en)Hamas clashes with striking workers, Socialist Party
  11. (en)Shooting mars Gaza factions deal, BBC News
  12. (en)Hamas accuses Fatah over attack, Al Jazeera, 15 décembre 2006
  13. (en)Hamas says Abbas wants war, Al Jazeera, 16 décembre 2006
  14. (en)1 Palestinian wounded in new gunfight in Gaza City, ynet, 18 décembre 2006
  15. (en)Hamas: We freed senior Fatah official, ynet, 18 décembre 2006
  16. (en)Hamas, Fatah forces clash near headquarters of security branch, Associated Press, 19 décembre 2006
  17. Gaza : le nouveau cessez-le-feu déjà rompu, le Figaro
  18. (en)Gaza: Al-Zahar's bodyguard kidnapped; civilian killed, Ynetnews
  19. (en)2 Palestinians hurt in Nablus clashes, Jerusalem Post, 22 décembre 2006
  20. (en)"Gaza: At least nine hurt in clashes between Hamas, Fatah in Nablus", Haaretz
  21. Un photographe de l'AFP enlevé à Gaza, le Figaro
  22. (en)Wave of kidnappings in Gaza, Ynetnews
  23. (en)Gaza infighting: 5 killed, 10 kidnapped, Ynetnews
  24. (en)6 killed in Gaza infighting , Ynetnews
  25. Les affrontements entre Palestiniens s'intensifient, le Figaro, 6 janvier 2007
  26. (en)Baby boy killed in Gaza cross-fire, 26 janvier 2007, Ynetnews
  27. La Bande de Gaza s'embrase à nouveau, 27 janvier 2007, Le Figaro
  28. (en)Gaza factions battle near Islamic University, 27 janvier 2007, Reuters
  29. (en)Gaza tense after deadly battles, 27 janvier 2007, BBC
  30. (en)[1], 28 janvier 2007, Haaretz
  31. (en)Palestinians fighting, 28 janvier 2007, BBC news
  32. (en)Hamas member killed after truce called, Jerusalem Post, 30 janvier 2007
  33. (en)[2], 2 février 2007, Cape Argus
  34. (en)[3], 2 février 2007, Reuters
  35. (en)[4], 4 février 2007, Reuters
  36. (en)[5], 4 février 2007, AP
  37. (en)[6], Reuters, 6 février 2007
  38. Accord entre le Hamas et le Fatah, Le Figaro, 8 février 2007
  39. (en)[7]
  40. (en)[8]
  41. (en)[9]
  42. (en)[10]
  43. (en)[11]
  44. Article de Libération du 22 avril 2009, consulté le 28 juin 2009
  • Portail de la Palestine Portail de la Palestine
Ce document provient de « Tensions interpalestiniennes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Affrontements interpalestiniens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tensions interpalestiniennes — Les tensions interpalestiniennes se sont multipliées depuis la participation de plus en plus importante du Hamas dans la vie politique palestinienne. En juin 2007, le Hamas prend le contrôle de la bande de Gaza, divisant de facto les territoires… …   Wikipédia en Français

  • 2007 par pays au Proche-Orient — Années : 2004 2005 2006  2007  2008 2009 2010 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle  XXIe siècle …   Wikipédia en Français

  • Conflit israélo-palestinien — Pour le conflit israélo arabe, voir conflit israélo arabe. Conflit israélo palestinien Centrale d Israël à côté d …   Wikipédia en Français

  • Fevrier 2007 — Février 2007 Années : 2004 2005 2006  2007  2008 2009 2010 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle   …   Wikipédia en Français

  • Février 2007 — Années : 2004 2005 2006  2007  2008 2009 2010 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle  XXIe siècle …   Wikipédia en Français

  • Juillet 2005 — Années : 2002 2003 2004  2005  2006 2007 2008 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle  XXIe siècle …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”