Affiche rouge (groupe armé)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Affiche rouge (homonymie).
Affiche rouge
Action directe-branche lyonnaise, Action directe-branche nationale, L'Affiche rouge
Idéologie maoïsme, Mouvement autonome, anti-impérialisme, antisionisme
Objectifs Révolution prolétarienne
Statut Inactif
Fondation
Date de formation 1981-1982
Fondé par André Olivier
Pays d'origine Drapeau de France France
Actions
Victimes (morts, blessés) 4 (dont trois lors de braquages)[1]
Zone d'opération France
Période d'activité 1981-1986
Organisation
Chefs principaux André Olivier et Maxime Frérot
Membres Une vingtaine
Financement braquage

L'Affiche rouge est un groupe armé français issu d'Action directe, actif durant les années 1980. Il est parfois qualifié de terroriste[2].

Sommaire

Appellations

Si les médias appelèrent le groupe Action directe-branche lyonnaise, Action directe-branche nationale, il se désigna lui même comme L'Affiche rouge, mais pris différents noms pour ses commandos : Commando Hienghène, Commando Ahmed-Moulay, Commando B. Moloïse, Commando Loïc Lefèvre, Commando Clarence Payi-Sipho Xulu, Unité combattante Sana Mheidli[3].

Historique

Origine

Dès 1980, une "tendance", menée par André Olivier, apparaît au sein d'Action directe. Fin 1981, de nombreux débats agitent l'organisation après l'amnistie présidentielle. Si la majeure partie du groupe rentre dans la légalité, les partisans de la lutte armée se divisent en deux groupes : Action directe, basée à Paris et emmenée par Jean-Marc Rouillan et Nathalie Ménigon, et l'Affiche rouge, basée autour de Lyon, que constitue la "tendance" Olivier. Cette origine vaudra au groupe les appellations AD-branche lyonnaise et AD-branche nationale. Néanmoins, le groupe revendiquera certains attentats sous le signe AD.

Années d'activité

Entre 1982 et 1986, l'Affiche rouge commet 21 braquages et 12 attentats[4].

Durant sa période d'activité, l'Affiche rouge fera quatre morts : Marcel Basdevant lors de l'attentat du 9 juillet 1986, et trois lors de braquages : le convoyeur de fonds Henri Delrieu (le 29 octobre 1980 lors d'un braquage à Caluire), le brigadier Guy Hubert (le 3 novembre 1981 lors du braquage de la société lyonnaise de banque à Lyon 6e) et le général Delfosse (le 27 mars 1984 lors du holp-up de la BNP de la rue Victor-Hugo à Lyon)[7].

Suite juridique

Le 10 octobre 1984, arrestation d'Emile Ballandras[8]. Le 28 mars 1986, André Olivier, Joëlle Crépet et Bernard Blanc sont arrêtés[9]. Maxime Frérot est arrêté le 27 novembre 1987[8]. En tout, 18 membres de l'Affiche rouge seront arrêtés[10].

En 1989, André Olivier et Maxime Frérot (pour plusieurs braquages et trois meurtres[11]) sont condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 18 ans, Emile Ballandras, perpétuité dont 16 années de période de sûreté, Joëlle Crépet 18 ans dont de dix de sûreté et Bernard Blanc 20 ans dont 14 ans de sûreté[1].

Daniel Reynaud, Vecchi, Succab, Eket, Renaud Laigle[12] (arrêté le 18 octobre 1987 à Munich), Christian Dubray, Chantal Clairet, François Polak, Augay, Henry Cachau Hereillat, Faure et Pascal Fort, membres de L'Affiche rouge furent aussi condamnés à des peines légères[1]. Hamid Lallaoui fut condamné à dix ans pour possession d'arme, de munitions et de recel[1].

Le 3 juillet 1995, Maxime Frérot, considéré comme l'artificier du groupe, André Olivier, Émile Ballandras et Bernard Blanc, sont condamnés par la cour d’assises spéciale de Paris à 30 ans de réclusion criminelle pour fabrication ou détention non autorisée de substances ou d'engins explosifs, vol, destruction de biens et terrorisme[2].

En juin 2007, la Cour européenne des droits de l'homme condamne la France à payer 12 000 euros pour dommage moral à Maxime Frérot. Elle considère que les fouilles corporelles intégrales répétées, subies par Frérot, alors détenu à la maison centrale de Lannemezan (Hautes-Pyrénées), constituaient des « traitements dégradants »[13].

Le 9 juin 2007, la semi-liberté est accordée à Maxime Frérot[14].

Antisémite ?

Bien que se défendant d'être antisémite, l'Affiche rouge, en particulier son leader André Olivier, eut un discours ambigu. André Olivier déclarait que « la lutte contre le judaïsme précède la lutte contre le capitalisme »[15] et lors de son procès « Je tiens à signaler que le keffieh est interdit dans les tribunaux français ! Je suppose que la calotte juive doit être autorisée... »[1].

Membres marquants

  • Emile Ballandras (perpétuité, peine de sûreté de 16 ans, libérable depuis 2000)
  • André Olivier (perpétuité, peine de sûreté de 18 ans, libérable depuis 2004)
  • Bernard Blanc (30 ans de réclusion, peine de sûreté de 14 ans, libérable depuis 2000)
  • Maxime Frérot (perpétuité, peine de sûreté de 18 ans, libérable depuis 2005, il a bénéficié en juin 2009 d'un régime de semi-liberté puis d'une libération conditionnelle en juin 2010)[16]
  • Joëlle Crépet (18 ans de réclusion, peine de sûreté de 6 ans)

Source

Notes et références

  1. a, b, c, d et e (en) Michael Dartnell, Action directe: ultra-left terrorism in France, 1979-1987, Paris, 1995, 224 p. (ISBN 0714645664), p. 177 et 178 
  2. a et b http://www.liberation.fr/france/0101147935-action-directe-plaide-politiquel-avocat-a-defendu-des-terroristes-en-situation-de-defense-legitime
  3. http://books.google.com/books?id=Z1C4k9xS1ucC&printsec=frontcover&dq=Action+directe+:+ultra-left+terrorism+in+France&source=bl&ots=kQukQOhgJa&sig=x-kwF2tlW98xor_c67IlEmbVJs0&hl=fr&ei=ITdoS5vkMNS7jAfGsIi9CQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CAsQ6AEwAQ#v=onepage&q=&f=false
  4. http://www.terrorwatch.ch/fr/ad.php
  5. a, b, c, d, e, f, g et h l'inscription est obligatoire Base de données sur les actes terroristes
  6. a et b (en) Michael York Dartnell, Action directe: ultra-left terrorism in France, 1979-1987, Routledge, 1995, 209 p. (ISBN 0-7146-4566-4) [lire en ligne], p. 84 
  7. http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS1121_19860502/OBS1121_19860502_032.pdf
  8. a et b http://apa.online.free.fr/rubrique.php3?id_rubrique=30
  9. http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS1118_19860411/OBS1118_19860411_049.pdf
  10. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20070220.OBS3311/le_21_fevrier_1987_la_fin_daction_directe.html
  11. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/20090723.OBS5234/?xtmc=andreolivier&xtcr=4
  12. http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/582805.html
  13. Action Directe : Max Frérot gagne en justice contre l'État français, Tribune de Lyon, 12 juin 2007.
  14. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/06/09/01011-20090609FILWWW00462--action-directe-semi-liberte-pour-frerot.php
  15. Jacques Leclercq, Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, L'Harmattan, Paris, 2008 (ISBN 978-2-296-06476-8)
  16. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20100629.FAP4600/liberation-conditionnelle-pour-max-frerot.html

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Affiche rouge (groupe armé) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Action directe (groupe armé) — Action directe Pour les articles homonymes, voir Action directe (homonymie). Action directe AD Classification Anarchisme et Mouvement autonome …   Wikipédia en Français

  • Groupe Charles-Martel — Club Charles Martel, Cercle Charles Martel, Commando Charles Martel Idéologie Extrême droite, raciste Objectifs frapper les immigrés, les intérêts algériens, l Église, les Juifs et les protestants[1] Statut …   Wikipédia en Français

  • Groupe Charles Martel — Club Charles Martel, Cercle Charles Martel, Commando Charles Martel Classification Extrême droite, raciste Objectifs immigrés, intérêts algériens, Église, Juifs, protestants[1 …   Wikipédia en Français

  • Groupe charles-martel — Club Charles Martel, Cercle Charles Martel, Commando Charles Martel Classification Extrême droite, raciste Objectifs immigrés, intérêts algériens, Église, Juifs, protestants[1 …   Wikipédia en Français

  • Groupe de libération armée — GLA Idéologie indépendantiste Objectifs Indépendance des caraïbes Statut inactif Fondation Date de formation 1980 Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Groupe Manouchian — Francs tireurs et partisans Main d œuvre immigrée Les Francs tireurs et partisans – main d œuvre immigrée (FTP MOI) est le nom d un groupe des Francs tireurs et partisans, mouvement de résistance armée à l occupation nazie en France. Il est issu… …   Wikipédia en Français

  • Groupe inconnu anarchiste — Le Groupe inconnu anarchiste est une organisation anarchiste belge qui revendique plusieurs attentats à la bombe en 1984 et 1985. L acronyme du groupe (GIA) rappelle ironiquement celui du Groupe interforces antiterroriste, l unité de coordination …   Wikipédia en Français

  • Groupe du 17 novembre — Organisation révolutionnaire du 17 Novembre Organisation révolutionnaire du 17 Novembre Classification Extrême gauche Objectifs Révolution prolétarienne Statut Inactif …   Wikipédia en Français

  • AFFICHE — Doublement éphémère, par le caractère transitoire de l’événement ou de l’objet qu’elle est chargée d’évoquer et par la brièveté de son exposition, l’affiche reflète un aspect important mais fuyant de la réalité économique, sociale et culturelle.… …   Encyclopédie Universelle

  • Action directe (groupe français armé) — Action directe Pour les articles homonymes, voir Action directe (homonymie). Action directe AD Classification Anarchisme et Mouvement autonome …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”