Affaire Servin-Casanova

L'« affaire Servin-Casanova » est le nom donné à la procédure d'exclusion engagée en février 1961 par la direction du Parti communiste français contre certains de ses responsables, particulièrement Marcel Servin et Laurent Casanova, accusés de révisionnisme.

Sommaire

Déroulement

Après le XXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique de 1956, Khrouchtchev desserre l'étau du stalinisme sur le mouvement communiste international. En France, la direction du PCF, avec à sa tête Maurice Thorez, peine à s'émanciper de la doctrine stalinienne. Seuls quelques membres du Parti - les « khrouchtchéviens » - s'orientent vers les nouvelles thèses de Moscou.

Sur le plan politique français, certaines de leurs analyses diffèrent de celles de la direction du Parti. Il en va ainsi de Jean Pronteau sur la perception de plusieurs tendances au sein de la bourgeoisie ou de l’évolution probable de de Gaulle vers une indépendance réelle à l’égard des États-Unis.

Parallèlement, dès la fin de 1959, Laurent Casanova et Marcel Servin désirent intensifier la lutte du PCF contre la guerre d'Algérie, prônant des initiatives plus audacieuses telles que l'aide directe au FLN ou la participation à des manifestations unitaires.

En toile de fond de ces luttes d'influence, Maurice Thorez craint que Casanova tente de s'emparer du pouvoir au sein du parti communiste. Ainsi, il voit d'un mauvais œil l'attribution du prix Lénine pour la paix par Khrouchtchev à Casanova en 1960. Lors du Comité central des 23 et 24 février 1961 s'engage un processus d'épuration des membres proches des tendances révisionnistes, aboutissant à leur mise en cause, puis à leur destitution de leurs responsabilités. Outre Casanova et Servin, Jean Pronteau, Maurice Kriegel-Valrimont, Jean-Pierre Vigier, Philippe Robrieux (secrétaire général de l'Union des étudiants communistes, dont la direction est proche de Casanova), Claudine Chomat et Yvonne Dumont seront concernés.

Epilogue

Vers la fin de sa vie, Georges Marchais avouait qu'il regrettait la mise à l'écart de Servin et de Casanova, alors que cette sanction avait permis sa propre ascension au sein du parti communiste français. Kriegel-Valrimont et les autres exclus du Parti furent officiellement réhabilités par Robert Hue le 24 janvier 1998 [1].

Notes et références

  1. Biographie de Maurice Kriegel-Valrimont sur le site de l'Assemblée nationale.

Bibliographie

  • Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, 4 tomes, Paris, Fayard, 1980-1984.
  • Yves Santamaria, Histoire du parti communiste français, La Découverte, 1999.
  • Gérard Streiff, Jean Kanapa, 1921-1978 : une singulière histoire du PCF, L'Harmattan, 2001.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Affaire Servin-Casanova de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Servin (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour la commune du Pas de Calais, voir Servins. Servin peut se référer à : Toponyme Servin, une commune française du Doubs …   Wikipédia en Français

  • Laurent Casanova — Pour les articles homonymes, voir Casanova (homonymie). Laurent Casanova Parlementaire français Date de naissance 9 octobre 1906 Date de décès …   Wikipédia en Français

  • Marcel Servin — Parlementaire français Date de naissance 20 octobre 1918 Date de décès 26 octobre 1968 Mandat Député 1946 1951 Circonscription Haute Saône Groupe parlementaire …   Wikipédia en Français

  • Union des étudiants communistes — Logotype de l UEC L’Union des étudiants communistes (UEC) est une organisation politique étudiante française, qui fait partie du Mouvement Jeunes communistes de France (MJCF). Elle a été fondée pour la première fois en 1939, puis dissoute après… …   Wikipédia en Français

  • Histoire Du Parti Communiste Français — Fondé en 1920 d une scission de la SFIO au Congrès de Tours, le Parti communiste français, appelé à ses débuts SFIC (Section française de l Internationale communiste), puis PCF à partir de la Libération, connaît son maximum d influence au… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du PCF — Histoire du Parti communiste français Fondé en 1920 d une scission de la SFIO au Congrès de Tours, le Parti communiste français, appelé à ses débuts SFIC (Section française de l Internationale communiste), puis PCF à partir de la Libération,… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du Parti communiste francais — Histoire du Parti communiste français Fondé en 1920 d une scission de la SFIO au Congrès de Tours, le Parti communiste français, appelé à ses débuts SFIC (Section française de l Internationale communiste), puis PCF à partir de la Libération,… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du Parti communiste français — Fondé en 1920 d une scission de la SFIO au Congrès de Tours, le Parti communiste français, appelé à ses débuts SFIC (Section française de l Internationale communiste), puis PCF à partir de la Libération, connaît son maximum d influence au… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du parti communiste français — Fondé en 1920 d une scission de la SFIO au Congrès de Tours, le Parti communiste français, appelé à ses débuts SFIC (Section française de l Internationale communiste), puis PCF à partir de la Libération, connaît son maximum d influence au… …   Wikipédia en Français

  • Maurice Kriegel-Valrimont — Cet article possède un paronyme, voir : Walter Warlimont.  Ne doit pas être confondu avec Maurice Kriegel …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”