Affaire Christian Ranucci

L'affaire Christian Ranucci est le procès médiatisé de Christian Ranucci (né le 6 avril 1954 à Avignon et mort le 28 juillet 1976 à Marseille) qui s'est conclu par la condamnation à mort et l'exécution (par décapitation à la prison des Baumettes) de ce dernier pour le meurtre d'une fillette de huit ans, Marie-Dolorès Rambla. Il est le premier condamné à mort guillotiné sous le septennat de Valéry Giscard d'Estaing et l'antépénultième en France (et non le dernier comme cela est souvent mentionné par la presse[Note 1]). Il fut toutefois le dernier condamné à mort à être exécuté par le bourreau André Obrecht. Une polémique existe encore aujourd'hui à propos de sa culpabilité.

Sommaire

Les faits

Le cœur de l'affaire : l'enlèvement de Marie-Dolorès Rambla

Marie-Dolorès Rambla, huit ans, est enlevée devant chez elle à Marseille le 3 juin 1974, entre onze heures (heure approximative à laquelle madame Rambla, la mère des enfants, les voit jouer par la fenêtre) et 11h20 (heure approximative à laquelle monsieur Rambla, père des enfants, rentre chez lui). Alors qu'elle joue avec son petit frère Jean-Baptiste dans une cour de la cité Sainte-Agnès (quartier des Chartreux), une voiture se gare devant l'un des garages jouxtant le lieu où les enfants s'amusent, un homme en descend et aborde les deux enfants. Il leur explique qu'il a perdu son chien et demande au petit Jean-Baptiste de l'aider à le chercher. Il demande par contre à Marie-Dolorès de rester près de lui. Le petit garçon fait le tour de la cité à la recherche du chien perdu mais à son retour il n'y a plus ni homme, ni voiture et surtout sa sœur a disparu. Il la cherche partout, sans succès. Monsieur Rambla, après avoir lui-même recherché sa fille et interrogé quelques voisins prévient la police[1].

Les autres moments importants

L'homme au pull-over rouge

L'accident de Christian Ranucci

Le 3 juin 1974, accompagné de sa fiancée, Vincent Martinez roule sur la route nationale 96 dans le sens Aix-en-Provence - Toulon au volant de sa voiture, une Renault 16 blanche. Au carrefour du lieu-dit La Pomme, à vingt kilomètres de Marseille, son véhicule entre en collision avec un coupé Peugeot 304 gris métallisé, roulant sur la route nationale 8bis dans le sens Marseille - Pourcieux et n'ayant pas respecté le stop. Ce dernier, percuté à l'arrière par le véhicule de Vincent Martinez, fait un tête-à-queue et prend la fuite en direction de Marseille.

Vincent Martinez ne peut le poursuivre vu l'état de sa voiture mais demande au conducteur d'une Renault 15 bleue qui le suivait, Alain Aubert, de le faire pour lui. Ce dernier accepte et revient quelques minutes plus tard avec le numéro d'immatriculation de la Peugeot 304 qu'il a croisée immobilisée à environ un kilomètre du lieu de l'accident. Vincent Martinez ayant réussi à redresser l'aile de son véhicule, s'engage sur la nationale 8bis en direction de Marseille. Il ne croise pas le véhicule à l'origine de son accident et poursuit donc sa route jusqu'à la gendarmerie de Gréasque où il dépose plainte à 13h15[2].

Le propriétaire du coupé Peugeot 304 est plus tard identifié par la gendarmerie comme étant Christian Ranucci[3].

La champignonnière

L'enquête

Aveux puis retractation

Les expertises psychiatriques

Les témoins

Jean-Baptiste Rambla, le petit frère

N'a jamais reconnu Ranucci comme étant la personne ayant enlevé sa sœur au même titre que Eugène Spinelli, garagiste ayant assisté à l'enlèvement à environ 50m. Il a également décrit la voiture du rapt comme étant une Simca 1100 alors que Ranucci avait une 304 coupé Peugeot.

Vincent Martinez, conducteur de l'autre voiture impliquée dans l'accident

Il est victime de l'accident causé par Christian Ranucci. Celui-ci a pris la fuite mais V. Martinez n'a pas pu le poursuivre, son véhicule étant gravement endommagé.[réf. nécessaire]

Le couple Aubert, qui a poursuivi Christian Ranucci après son accident

Les victimes de l'homme au pull-over rouge

Les pièces à conviction

Le couteau

Un couteau à cran d'arrêt dont la lame est tachée de sang[réf. souhaitée] a été retrouvé enterré à vingt centimètres de profondeur dans de la tourbe près de l'entrée de la champignonnière. Mais il est important de préciser que le procès-verbal de découverte du couteau est (bien curieusement) daté de la veille de sa découverte officielle prétendument sur les aveux de Ranucci.

Le pantalon

Le pull-over rouge

Un pull-over rouge a été retrouvé au fond de la champignonnière, non loin de l'endroit où Christian Ranucci a laissé sa voiture. Celui-ci n'est pas de la taille du jeune homme, mais correspond aux descriptions des témoins des tentatives de rapt. C. Ranucci a répété à plusieurs reprises que ce pull n'était pas le sien et qu'il détestait d'ailleurs le rouge.[réf. souhaitée]

Le processus judiciaire

Le procès aux assises d'Aix-en-Provence

Le pourvoi en cassation

Le 17 juin 1976, la cour de cassation rejette le pourvoi en cassation formé par les avocats de Christian Ranucci. Le recours invoquait quatre moyens, tous jugés infondés par la cour[4].

Le premier élément contesté est la motivation qu'a apportée le juge au rejet d'une demande d'expertise complémentaire formulée par les avocats de C. Ranucci. Cette motivation de rejet est considérée comme insuffisante par ces derniers. La cour de cassation estime elle que la cour d'assises n'avait pas à argumenter davantage sa décision et qu'elle n'a elle-même pas de contrôle sur l'appréciation de l'utilité d'une nouvelle expertise. Ce moyen est donc selon elle infondé.

Le deuxième élément contesté est la production par le ministère public, lors de sa réplique, de nouvelles pièces sans les avoir auparavant ni communiquées à la défense, ni avoir reçu l'autorisation du président de les produire. La cour de cassation estime ce moyen comme étant non fondé car le procès-verbal des débats montre que les pièces ont été communiquées aux avocats de l'accusé, que ces derniers ont eu la parole pour une défense complémentaire, et que l'accusé a de plus eu la parole le dernier. Enfin la cour souligne que la ministère public dispose de la libre parole pendant les audiences et qu'il est indépendant dans l'exercice de ses fonctions.

Le troisième élément contesté est un procès-verbal indiquant que les pièces nouvelles produites par le ministère public ont été communiquées à la défense auparavant, procès-verbal contre lequel les avocats ont tenté de s'inscrire en faux. Leur requête ayant été rejetée par le premier président de la cour de cassation, ce moyen est donc jugé sans objet.

Enfin, le dernier argument avancé est l'ambiguïté quant à l'origine (cour et jury ou cour seule) de la condamnation aux frais envers l'État. Si l'arrêt est bien signé par la cour d'assises (comprenant la cour et le jury), il est fait mention, sur la feuille de questions, de la cour seule comme origine de la décision. La cour de cassation quant à elle, estime, la mention portée sur la feuille de questions n'étant pas obligatoire et surabondante, que seul l'arrêt est à prendre en compte, arrêt qui est conforme aux textes de procédure.

Le recours en grâce

L'exécution

Le 28 juillet 1976, après que ses trois avocats (maîtres Paul Lombard, Jean-François Le Forsonney, et André Fraticelli) lui ont lu une lettre de sa mère, Christian Ranucci, alors incarcéré à la prison des Baumettes, est conduit à l'échafaud et exécuté à 4h13 devant ces derniers accompagnés d'une jeune avocate stagiaire, Me Marie-Anne Donsimoni[5]. Ses derniers mots leur furent adressés et son message était "Réhabilitez-moi"[6]. Son corps a ensuite été transporté au carré des suppliciés du cimetière Saint-Pierre. Il sera par la suite inhumé dans le caveau familial au cimetière Saint-Véran à Avignon.

Toutefois, si on en croit les mémoires posthumes d'André Obrecht[7], dont c'est la dernière exécution en tant que bourreau, Christian Ranucci n'a jamais demandé de réhabilitation : il a été silencieux jusqu'à la fin. L'exécuteur des hautes œuvres signale seulement que cette utopie n'est présente que dans le livre et le film tirés de l'affaire.

Les demandes de révision

Plusieurs demandes de révision ont été déposées, notamment en 1979, 1982 et en 1990. Elles ont toutes été rejetées[8].

La polémique

Très tôt une polémique naît autour d'une éventuelle innocence de Christian Ranucci[Note 2]. Certains auteurs, comme Gilles Perrault, prennent ainsi position en ce sens et d'autres, comme Gérard Bouladou, défendent au contraire la décision qui a été prise par la justice.[réf. souhaitée]

1978: Le Pull-over rouge de Gilles Perrault

1979 : Le Pull-over rouge, réalisé par Michel Drach

Les autres livres pour l'innocence de Ranucci

Les livres pour la culpabilité de Ranucci

Autopsie d'une imposture, écrit par Gérard Bouladou, montre une autre version de l'affaire Christian Ranucci visant à démontrer sa culpabilité dans l'affaire. Commandant de police judiciaire il a décidé de « dénoncer une fois pour toutes l'imposture du pull-over rouge ».

Le lien avec l'affaire Fourniret

Selon le quotidien belge Le Soir du 19 janvier 2006[9], Michel Fourniret aurait admis à des enquêteurs belges avoir passé des vacances dans la région de Berre, près de Marseille en 1974. Ces données interpellent les enquêteurs qui font le lien avec l'affaire C. Ranucci. Ils transmettent donc cette information à leurs homologues français.

L'auteur ajoute dans ce même article que M. Fourniret, qui était déjà connu à l'époque comme agresseur d'enfants, était, comme C. Ranucci, propriétaire d'une Peugeot 304 coupé (cependant le véhicule reconnu par le témoin mécanicien (tôlier) était une Simca 1100 grise). L'information a toutefois été démentie le même jour par le procureur français de Charleville-Mézières, Francis Nachbar, chargé du dossier M. Fourniret : « En l'état actuel des investigations multiples menées en France sur les faits criminels commis par Michel Fourniret et de notre connaissance des enquêtes effectuées par les autorités judiciaires belges, aucun élément sérieux, le plus ténu soit-il, ne permet d'accréditer de telles informations ou rumeurs »[10].

D'autre part, selon le Nouvel Observateur[11], citant le quotidien régional « La Provence», Michel Fourniret aurait assisté au procès de C. Ranucci, en mars 1976. La Provence affirmait détenir des photographies d'archives de l'ouverture du procès à Aix-en-Provence sur lesquelles il était possible de reconnaître Michel Fourniret. L'identité judiciaire, après étude anthropométrique des photos[12], a par la suite conclu qu'il ne pouvait pas s'agir de lui[13].

Le téléfilm de 2007

L'Affaire Christian Ranucci : le Combat d'une mère est un téléfilm français réalisé par Denys Granier-Deferre en 2006, et diffusé en 2007.

Les réactions de Valéry Giscard d'Estaing

Valéry Giscard d'Estaing dans l'émission Un jour, un destin du 12 octobre 2010 qui lui était consacrée, a affirmé « ne pas avoir regretté » sa décision de ne pas accorder la grâce à Christian Ranucci. L'ancien Président de la République indique ainsi qu'« il était coupable, il était condamné, il devait être sanctionné » et déclare « Je ne regrette pas ma décision, parce qu'à la lecture des dossiers (...) et des procès qui avaient eu lieu, il était coupable »[14].

Notes et références

Notes

  1. Il est possible de citer en exemple l'article d'Edwy Plenel (Edwy PLENEL, « Le débat sur l’innocence du dernier guillotiné : la seconde mort de Christian Ranucci », dans Le Monde, 04 septembre 1990, p. 13-? ) ou encore celui de Pascale Robert-Diard (Pascale Robert-Diard, « Jean-François Le Forsonney », dans Le Monde, 26 janvier 2010 ).
  2. L'un des exemples de cette polémique est le propos de Robert Badinter, qui lors des débats à l'assemblée nationale sur la question de l'abolition de la peine de mort, dans la séance du 17 septembre 1981 déclare : "Christian Ranucci : je n'aurais garde d'insister, il y a trop d'interrogations qui se lèvent à son sujet, et ces seules interrogations suffisent, pour toute conscience éprise de justice, à condamner la peine de mort."

Références

Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : Ouvrage utilisé comme source pour la rédaction de cet article

Articles

Monographies

  • Gérard Bouladou, L'Affaire du pull-over rouge, Ranucci coupable ! : Un pull-over rouge cousu... de fil blanc, France Europe Editions, 2 mars 2005, 383 p. (ISBN 978-2848250977) 
  • Gérard Bouladou, Autopsie d'une imposture. L'affaire Ranucci : toute la vérité sur l'affaire du pull-over rouge, Pascal Petiot Éditions, 12 octobre 2006, 335 p. (ISBN 978-2848140346) 
  • Mathieu Fratacci, Qui a tué Christian Ranucci ?, LGP - Livre Grand Public, 1er novembre 1993 (ISBN 978-2909959078) 
  • Jean Ker, Le carnet noir du bourreau : Les mémoires d'André Obrecht, qui exécuta 322 condamnés, Éditions Gérard de Villiers, 1989, 298 p. (ISBN 978-2738600455) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Maurice Périsset, L'Énigme Christian Ranucci, Paris, Fleuve noir, coll. « Crime story » (no 30), 8 avril 1994, 219 p. (ISBN 978-2265001213) 
  • Pierre Rambla, Le Cirque rouge, Paris, Société des écrivains, 28 janvier 2008, 298 p. (ISBN 978-2748038200) 

Filmographie

Films au cinéma

  • 1979 : Le Pull-over rouge, réalisé par Michel Drach et adapté du livre de Gilles Perrault, sur un scénario de Michel Drach et Ariane Litaize, avec Serge Avedikian dans le rôle de Christian Ranucci. Le film défend explicitement, et plus nettement encore que le livre de Gilles Perrault, la thèse de l'innocence de Christian Ranucci, en faisant interpréter par un autre comédien le rôle de l'assassin.

Téléfilms

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Ancien article

Chronologie de l'affaire

Vers 17 heures, dans une champignonnière distante de deux kilomètres du lieu de l'accident un jeune homme demande à un habitant du coin de l'aider à dégager sa voiture de marque Peugeot modèle 304, qui s'est embourbée dans une galerie. Il accepte et le jeune homme à la Peugeot quitte les lieux vers 18 heures pour Nice. C'est le lendemain matin après l'annonce de la disparition de la fillette dans les journaux que les époux Aubert appellent la gendarmerie pour déclarer dans un premier temps avoir vu un homme gravir un talus chargé d'un "paquet assez volumineux" ; [Interrogé après son arrestation à propos de cet accident, il nie à plusieurs reprises être venu de Marseille. Dans le Récapitulatif rédigé après sa condamnation, il reconnait au contraire être venu de Marseille. Pour justifier son revirement, Ranucci affirme avoir craint pour son permis de conduire ayant passé la soirée précédente à boire dans le quartier de l'Opéra à Marseille. Sa présence à Marseille la veille du meurtre est attestée par un PV.]

Les services de gendarmerie font un rapprochement entre l'homme vu par les époux Aubert et l'affaire de la petite disparue. Plusieurs battues sont menées dans un périmètre assez large autour de l'accident, retrouvent dans la champignonnière un pull over rouge; à 15h40 un chien policier de la compagnie de gendarmerie d'Arles est amené sur les lieux[1],[2]; et le chien suit une trace et dépasse de quelques dizaine de mètres l'endroit où l'on retrouvera le corps sans vie de la fillette[3].

Un pull-over rouge a donc été retrouvé dans la galerie d'une champignonnière, où Ranucci s'était caché pendant plusieurs heures, or un homme avec un pull-over rouge a eu des gestes obscènes envers une petite fille quelques jours plus tôt[4], cet homme n'a pas été reconnu comme étant Christian Ranucci et n'a jamais été identifié.

Le 5 juin, identifié par sa plaque de voiture, Christian Ranucci représentant de commerce de vingt ans est interpellé à son domicile et placé en garde à vue, il passe aux aveux dix-sept heures plus tard. Il est ensuite déféré devant la juge d'instruction, à qui il réitère ses aveux lors de sa première comparution. Il indique vaguement un emplacement où est retrouvé un couteau [5](qui n'a pas été formellement identifié comme arme du crime). Jusqu'à son procès, Ranucci confirme qu'il s'agit bien de son couteau. L'un de ses avocats a rapporté que quelques jours avant le procès, il lui a confirmé qu'il s'agissait de son couteau. Ce couteau a été retrouvé par les gendarmes, utilisant un détecteur à métaux, après une heure et cinquante-cinq minutes de recherches, au milieu d'un immense tas de fumier.

Les arguments de l'accusation

  1. Ranucci présente de petites griffures sur les avant-bras, or le corps de la victime a été découvert enfoui dans des argelas (arbustes très piquants).
  2. Le pantalon de Ranucci présente des taches de sang du même groupe que celui de Marie-Dolorès (groupe A). Interrogé Ranucci déclare s'être blessé avant son accident de voiture. Or le médecin qui l'examine au cours de sa garde à vue, ne trouve sur son corps aucune plaie ou blessure fraiches.
  3. Le pantalon: le pantalon taché de sang saisi dans la voiture de Ranucci est bleu marine or le garagiste Spinelli déclare que l'homme portait un pantalon de couleur foncée.(bleu marine: bleu très foncé, Dictionnaire Larousse), d'autre part Ranucci déclare[6] le 6 juin:le pantalon de couleur bleue qui se trouvait dans ma voiture est bien celui que je portais au moment de l'accident Christian Ranucci lors de son interrogatoire de première comparution déclare au Juge d'instruction : Sans pouvoir être formel, je pense donc que si une tache de sang a été découverte sur le pantalon trouvé dans ma voiture par les policiers, je pense qu'il s'agit de sang provenant de la fillette; avant que l'enfant ne soit égorgée le pantalon était propre il n'avait aucune tache;
  4. Il n'a aucun alibi pour la période entre le moment où le garagiste aperçoit la voiture 10h50 et 11h15, heure supposée de l'enlèvement. À 11h05 Marie-Dolorès Rambla joue encore avec son frère.
  5. La description physique que le garagiste Spinelli donne de l'homme : il pouvait mesurer 1,80 m environ, il était de corpulence moyenne et avait des cheveux châtains clair.
  6. La grande similitude extérieure entre une Simca 1100 première version (1968-72) et la Peugeot 304 coupé, relativise le témoignage du garagiste.
  7. Tout au long de l'instruction, Ranucci n'a jamais démenti être le propriétaire du couteau, supposé être l'arme du crime[5], recouvert de sang retrouvé à plusieurs centaines de mètres des lieux où le corps a été retrouvé.
  8. La présence de Christian Ranucci l'après-midi du 3 juin 1974 dans la champignonnière est attestée par deux témoins et reconnue par Ranucci.
  9. extrait de la source: Cette déposition du 5 juin 1974 contient deux contre-vérités: il ne venait pas d'Aix-en-Provence pour se rendre à Nice au moment de l'accident mais bien de Marseille; d'autre part, il ne s'est pas arrêté à hauteur de la barrière mais bien avant à environ 700 [réf. nécessaire] mètres du carrefour[7]'commentaire : sur cette page rien n'indique que l'arrêt s'est fait à 700 mètres, veuillez indiquer d'où vous vient cette distance? fin du commentaire
  10. extrait de la source Selon la reconstitution, M. Aaubert aperçut Ranucci debout, elle (la reconstitution) confirme que le couple s'est trouvé très près de l'endroit où Marie Dolores a été assassinée une vingtaine de mètres[8].
  11. extrait de la source Le 6 juin 1974, lors de sa seconde audition officielle: les aveux faits à 14h à l'issue d'une confrontation décisive[réf. nécessaire][9] avec les époux Aubert, qui ont déposé à 13h[9], commentaire : dans votre lien rien dans la retranscription des PV indiquent que la confrontation est décisivre fin du commentaire de Christian Ranucci

« je préfère libérer ma conscience et vous dire tout ce que je sais sur cette affaire »

  1. Sur l'épisode de l'enlèvement, Ranucci déclare :

« je me suis approché des enfants et je leur ai demandé s'ils avaient vu une bête; je suis resté sur les lieux avec la petite fille [...] le petit garçon est parti en direction du haut de la rue[10]. »

  1. Le petit jean, frère de la victime, avait déclaré:

« il m'a d'abord demandé de chercher son gros chien noir [...] il a demandé à ma sœur de rester auprès de lui; je suis parti derrière le bâtiment[11] »

  1. Christian Ranucci fait des aveux:

« je l'ai empêchée de crier en lui serrant le cou avec ma main gauche, l'enfant se débattait; j'ai pris un couteau automatique qui se trouvait dans la poche de mon pantalon, j'ai ouvert ce couteau en appuyant sur le bouton et j'ai... »

le couteau ayant un cran de sureté, Christian Ranucci oublie donc de l'enlever mais la lame sort quand même ... ce qui démontre que ces aveux ne sont pas du tout précis ;

« la petite fille a sauté un caniveau, j'ai également sauté le caniveau [...] je vous précise que j'ai du aider la petite à grimper le talus »

Les arguments de la défense

  1. Aucune trace physique ou matérielle de l'enfant n'a été découverte dans la voiture de C. Ranucci ;
  2. Le ravisseur dans la description qu'en fait le frère de la victime n'est pas habillé de la même façon que C. Ranucci ;
  3. Christian Ranucci est incapable de reconnaître l'endroit où il dit s'être arrêté pour faire une pause cigarette ;
  4. Christian Ranucci est incapable de donner le moindre détail inconnu des enquêteurs ;
  5. L'heure précise du crime n'a pas été certifiée par l'autopsie ;
  6. Le frère de la victime (âgé de six ans) ne le reconnaît pas comme étant « l'homme au chien perdu », le garagiste non plus, tout comme sa voiture qui ne correspond pas au modèle décrit précédemment mais qui lui ressemble fortement (la Simca 1100 décrite par le garagiste), et le frère ne reconnaît pas la Peugeot 304 coupé appartenant à Christian Ranucci comme étant la voiture avec laquelle est arrivé l'homme qui a enlevé sa sœur, mais il a vu une Simca de type Chrysler[11] ;
  7. Le pull-over rouge est d'un gabarit plus grand que celui de Ranucci. De plus, sa mère a indiqué aux policiers que Christian détestait le rouge, fait non contredit par la fouille policière effectuée au domicile de Ranucci mais démenti par la couleur rouge des sièges de sa voiture.
  8. Les époux Aubert ont évolué dans leur témoignage. Dans une première version, il s'agit d'un homme prenant la fuite avec un « paquet assez volumineux »[12] et dans une deuxième version il s'agit d'un homme trainant un enfant parlant d'une « voix fluette » [13] ;
  9. Gilles Perrault, dans son livre Le Pull-over rouge, conteste la présence et la découverte du couteau : « Une heure cinquante-cinq de recherches pour découvrir un couteau dans un tas de fumier de quelques mêtres carrés avec un "poêle à frire" exactement réglé [...] Détail surprenant : le 6 juin à cinq heures et demie de l'après-midi, c'est-à-dire à l'heure exacte où commencent les recherches, l'inspecteur Porte consigne par procès-verbal la découverte le 5 juin d'un "couteau à cran d'arrêt de marque Virginia-Inox, à ouverture automatique, manche nacre" saisi par la brigade de gendarmerie de Gréasque" ;
  10. Le tas de fumier est en fait immense, de plus il est truffé d'objets métalliques en tout genre (boîtes de conserves...) ;
  11. Christian Ranucci, au cours de la reconstitution reconnait l'endroit où se trouvait le couteau ensanglanté (le point est repéré par un bâton, et couteau non lié officiellement au crime) ;
  12. Par la suite, alors que le suspect est en prison, une femme rencontre sa mère et lui témoigne du fait que ses enfants ont été abordés dans la rue par un homme prétendant chercher un chien et correspondant physiquement à l'individu reconnu par le frère de la victime. La défense apprend qu'une confrontation avait eu lieu mais que, les plaignants n'ayant pas reconnu Christian Ranucci comme l'homme au pull-over rouge, la déposition n'avait pas été retenue au dossier. Maître Gilbert Collard suggérera lors du procès qu'il s'agissait d'un faux témoin. Pourtant d'autres dépositions corroborant l'existence d'un satyre au pull-over rouge ont été écartées du dossier d'instruction, les victimes de ces satyres n'avaient pas identifié Christian Ranucci comme leur agresseur. Comme par malheur pour Ranucci, les dépositions arrivent mystérieusement à la dernière minute sur le bureau du réquisiteur, qui s'en servira pour corroborer la thèse des faux témoignages en précisant qu'une des dépositions indiquait que le pull-over était vert. Or les témoins de la défense au procès avaient bel et bien parlé d'un pull-over rouge dans leur déposition.
  13. Le plan dessiné par Christian Ranucci correspond étrangement à un calque du cadastre
  14. L'enfant a perdu ses chaussettes qu'on ne retrouvera jamais
  15. Une deuxième voiture a séjourné dans la champignonnière ;
  16. Le pantalon taché de sang est différent de celui du ravisseur (pantalon du ravisseur : c'était un homme jeune, pas un vieux. Il avait un costume gris[11]. Pantalon retrouvé dans le coffre de Christian Ranucci[14]). De plus Christian Ranucci n'avoue jamais s'être changé, entre l'enlèvement et sa sortie de la champignonnière ;
  17. (la confrontation avec les époux Aubert se passent à 13h, si vraiment la confrontation eut été décisive les aveux de Christian Ranucci auraient commencé quasiment en même temps)
  18. après 17 heures d'interrogatoire et quelques coups[15],[16],[17]
  19. L'individu a tiré l'enfant par le bras, l'a tiré dans les broussailles qui bordaient la route. j'ai constaté qu'un homme avait ouvert la portière droite et tirait un enfant par le bras. J'avais la vitre baissée. L'enfant était plaqué contre l'homme)

Le 9 mars 1976, s'ouvre le procès de Christian Ranucci à la cour d'assises d'Aix-en-Provence dans un climat très passionnel exacerbé par la proximité avec l'affaire Patrick Henry. Des cris réclamant la peine de mort pour Christian Ranucci s'échappent de la foule présente devant le tribunal.

À l'issue des débats où Ranucci s'est empêtré dans ses maladresses, ses contradictions et son arrogance, il fut déclaré coupable des faits qui lui sont reprochés et a été condamné à la peine capitale par 9 voix contre 3.

Le 26 juillet 1976, le président de la République Valéry Giscard d'Estaing refuse la demande de grâce. L'affaire de la disparition et du meurtre du petit Vincent (au Pradet) au lendemain de la demande de grâce a certainement influencé la décision. Quant au motif de cette réponse négative il se dit « indigné de l'abominabilité de ce crime et cette sentence est celle de la justice. C'est cette justice qui doit suivre son cours ».

Christian Ranucci était-il vraiment coupable ? Trente ans après, malgré ou à cause du plaidoyer en sa faveur de Gilles Perrault, de nombreuses personnes doutent toujours de sa culpabilité. Certains jugent que la polémique autour de l'affaire Christian Ranucci aurait contribué à l'abolition de la peine de mort.

L'écrivain Gilles Perrault qui avait mis cette affaire en avant a été condamné pour diffamation envers les policiers en 2008. Il a estimé que ces derniers ont fait preuve de "légèreté et partialité" dans leurs investigations[18]

Références

  1. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/pullover.html
  2. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?p=85608&highlight=maitrechien#85608
  3. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?t=11272&postdays=0&postorder=asc&start=570
  4. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?p=100073#100073
  5. a et b http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/couteau.html
  6. http://www.justice-affairescriminelles.org//Dossierranucci/pantalon.html
  7. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/gardeavue.html
  8. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/reconstitution.html
  9. a et b http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/aveux.html
  10. http://www.justice-affairescriminelles.org/DossierRanucci/aveux.html
  11. a, b et c http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/3juin.html
  12. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?t=11971
  13. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/Auberta.html
  14. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?t=12109
  15. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?t=12288&highlight=certificat+m%E9dical+juin+1974
  16. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/phpBB2/viewtopic.php?p=107529&highlight=alessandra#107529
  17. http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/photos/
  18. L'écrivain Gilles Perrault condamné pour diffamation, La Provence


Précédé par Christian Ranucci Suivi par
Ali Ben Yanes
Condamnés à mort exécutés en France
Jérôme Carrein

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Affaire Christian Ranucci de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • L'Affaire Christian Ranucci: Le combat d'une mère — L Affaire Christian Ranucci : Le combat d une mère L Affaire Christian Ranucci : Le combat d une mère est un téléfilm français réalisé par Denys Granier Deferre réalisé en 2006. Sommaire 1 Fiche technique 2 Synopsis 3 Erreurs ou adaptations… …   Wikipédia en Français

  • L'Affaire Christian Ranucci : Le Combat D'une Mère — L Affaire Christian Ranucci : Le combat d une mère est un téléfilm français réalisé par Denys Granier Deferre réalisé en 2006. Sommaire 1 Fiche technique 2 Synopsis 3 Erreurs ou adaptations volontaires …   Wikipédia en Français

  • L'Affaire Christian Ranucci : Le combat d'une mere — L Affaire Christian Ranucci : Le combat d une mère L Affaire Christian Ranucci : Le combat d une mère est un téléfilm français réalisé par Denys Granier Deferre réalisé en 2006. Sommaire 1 Fiche technique 2 Synopsis 3 Erreurs ou adaptations… …   Wikipédia en Français

  • L'Affaire Christian Ranucci : Le combat d'une mère — L Affaire Christian Ranucci : Le combat d une mère est un téléfilm français réalisé par Denys Granier Deferre réalisé en 2006. Sommaire 1 Fiche technique 2 Synopsis 3 Erreurs ou adaptations volontaires …   Wikipédia en Français

  • L'affaire christian ranucci : le combat d'une mère — L Affaire Christian Ranucci : Le combat d une mère est un téléfilm français réalisé par Denys Granier Deferre réalisé en 2006. Sommaire 1 Fiche technique 2 Synopsis 3 Erreurs ou adaptations volontaires …   Wikipédia en Français

  • L'Affaire Christian Ranucci : le Combat d'une mère — L Affaire Christian Ranucci : le Combat d une mère est un téléfilm français réalisé par Denys Granier Deferre réalisé en 2006, et diffusé en 2007. Sommaire 1 Fiche technique 2 Synopsis 3 Erreurs ou adaptations volontaires …   Wikipédia en Français

  • Christian Ranucci — Affaire Christian Ranucci L affaire Christian Ranucci est le procès médiatisé de Christian Ranucci (6 avril 1954, Avignon 28 juillet 1976, Marseille) condamné à mort et exécuté pour le meurtre d une fillette, Marie Dolorès… …   Wikipédia en Français

  • Christian Ranucci — (* 6. April 1954 in Avignon; † 28. Juli 1976 in Marseille) war die drittletzte Person, die in Frankreich sowie in ganz Westeuropa hingerichtet wurde. Erhebliche Zweifel an seiner Schuld halten den Fall bis heute im öffentlichen Interesse.… …   Deutsch Wikipedia

  • Christian Ranucci — (April 6, 1954 Avignon – July 28, 1976 Marseille) was one of the last people executed in France, having been convicted of the abduction and murder of a young girl, Marie Dolorès Rambla. He was tried in Aix en Provence in Southern France on March… …   Wikipedia

  • Affaire Ranucci — Affaire Christian Ranucci L affaire Christian Ranucci est le procès médiatisé de Christian Ranucci (6 avril 1954, Avignon 28 juillet 1976, Marseille) condamné à mort et exécuté pour le meurtre d une fillette, Marie Dolorès… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”