Ecotoxicologie

Écotoxicologie

L'écotoxicologie est une discipline à l'interface entre l'écologie et la toxicologie, née de la reconnaissance du fait qu'un nombre croissant de toxiques ont contaminé et continuent à contaminer toute ou partie de la biosphère et pour certains interagissent entre eux et avec le Vivant.
Cette discipline scientifique étudie le comportement et les effets d'agents polluants sur les écosystèmes, qu'il s'agisse d’agents d’origine artificielle ou d'agents naturels dont l’homme modifie la répartition et/ou les cycles dans les différents compartiments de la biosphère.
parmi les premiers objectifs de l'écotoxicologie figurent la connaissance et la prévention, mais il est de plus en plus demandé aux écotoxicologues d'aussi prévoir les effets de pollutions, en nature, intensité et durée, et les risques associés.

Le toxicologue cherche donc à caractériser le risque écotoxicologique via :

  • le danger d'une substance, évalué par des études de toxicité (aiguë ou chronique, intrinsèque ou en cocktails...) des produits et l'établissement de seuils relatifs au delà desquels une substance a un effet toxique ou en deça desquels elle est inoffensive)
  • la probabilité d’exposition à cette substance, qui dépend de ses propriétés physiques et chimiques, des caractéristiques de l'environnement, de la durée d'exposition (continu, occasionnel), la voie d'exposition (per-cutanée, en ingestion, par inhalation…) et l'individu exposé (sexe, âge, vulnérabilité particulière…).

Sommaire

Éléments de définition

L'écotoxicologie - comme son nom l'indique - tente de combiner deux sujets très différents :

  • l'écologie
  • et la toxicologie est "l'étude des effets nuisibles des produits chimiques sur les écosystèmes" (Walker et al, 1996).

François Ramade la définit comme science « dont l'objet est l'étude des polluants toxiques dans les écosystèmes et la biosphère tout entière »[1]

Histoire de l'écotoxicologie

L'écotoxicologie est une jeune discipline, apparue après la toxicologie et reprenant ses méthodes, mais en les élargissant au champ de l'environnement des humains et de la biosphère tout entière. Elle est issue de la « toxicologie de l'environnement » apparue peu après la Seconde Guerre mondiale, qui se souciait de l'impact des rejets toxiques sur l'environnement. Le terme apparaît en 1969 sous la plume du toxicologue René Truhaut. En France deux universités (Metz et Orsay) ont fortement contribué à l'extension de cette discipline dans les années 80/90, mais de nombreux laboratoires d'écotoxicologie ont du fermer ou réduire leur champ d'activité au champ biomédical faute de crédit de recherche ou de soutien des universités[2].

Alors que la toxicologie classique limite ses études aux organismes, l'écotoxicologie tente de mesurer l'impact des substances chimiques, physiques ou biochimiques, non seulement sur les individus mais aussi sur les populations et les écosystèmes entiers et sur les équilibres dynamiques qui les caractérisent.

Champ de recherche

L'écotoxicologie a depuis sa naissance travaillé parallèlement à la compréhension des impacts de toxiques ou de cocktails de toxiques sur des individus et populations, à partir de la pollution d'un ou plusieurs milieux et/ou des réseaux trophiques. Les écotoxicologues se sont d'abord intéressé aux impacts des polluants classiques (chimiques), puis, plus récemment, de polluants tels que la radioactivité, les transgènes, les prions, etc..
Les sources de pollutions les plus étudiées sont l'industrie, la production d'énergie, les transports, les déchets et leur gestion ainsi que l'agriculture moderne (engrais, pesticides, émanations (eutrophisants, gaz à effet de serre..), contaminations biochimique..).
Les modes d'action des polluants dans l'environnement, dont sur la santé, la croissance, la productivité biologique, la santé reproductive, le potentiel biotique, les mutations, les relations prédateur/proie, les symbioses et mutualismes, etc.
Les résistances naturelles ou stratégies des organismes et populations face aux toxiques (tolérance, résistance, phénomènes de détoxication..)
Les polluants dispersés en petites quantités, mais de manière chronique, et les synergies entre polluants sont deux domaines dont les enjeux sont particulièrement importants pour l'écotoxicologue
Cycle biogéochimique des polluants, et circulation dans les réseaux trophiques, via la bioturbation et leur bioaccumulation dans la biomasse, et leur devenir dans la nécromasse, selon leur biodégrabilité (voir biodégradation) et durée de demie-vie.

Évaluation des risques[3]

L’évaluation des risques («Risk assessment») en écotoxicologie est une percée actuelle en environnement. Vu sous un angle biologique, ce domaine interdisciplinaire a pour but de déterminer les effets des polluants sur la santé des espèces et des peuplements dans leurs habitats naturels. Ultimement, elle permet d’en viser les effets sur la santé des populations humaines. Plusieurs domaines majeurs en science y travaillent ensemble, entre autres, l’écologie théorique, la physiologie, l'écoépidémiologie et la chimie.

Deu perspectives se complètent en écotoxicologie ; « rétrospective » et « prédictive ».

Grâce aux études établies sur la réponse des systèmes biologiques complexes aux polluants, l’écotoxicologie rétrospective interprète l’effet des polluants a posteriori. Ainsi, des lignes directrices peuvent être établies afin d’assurer la protection de l’environnement contre d’éventuelles récurrences. L’écotoxicologie prédictive s’applique à établir et prévoir le comportement et les effets de substances chimiques pouvant se retrouver dans l’environnement, et dont l’examen au préalable remet en question leur prochaine commercialisation. Cette perspective entre dans les objectifs de la méthodologie de l’évaluation des risques pour la santé des écosystèmes ainsi que dans la mise au point pour l’efficacité des méthodes faisant partie d’une autre percée actuelle en environnement : la protection environnementale.

Protection environnementale[4]

La protection environnementale (e.g. lutte contre la pollution, préservation de la santé publique, des ressources naturelles, prévention des pollutions et nuisances) est donc la porte d’entrée en biosurveillance (encore exprimée «monitoring biologique» ou «biomonitoring») qui renforce ses méthodes par l’utilisation montante des bioindicateurs (de contamination et d’effet) ainsi que des biomarqueurs (d’exposition, d’effet et de sensibilité aux effets).

Discussion

La technologie liée à l’évaluation des risques évolue rapidement. Il existe aujourd’hui un besoin urgent d’acquérir une série de données solides sur les effets associés aux polluants, et ce, à tous les niveaux d’organisation. L’étude des effets aiguës et à long terme demande de la prudence dans l’interprétation des effets reliés à plusieurs toxiques, car certains font des erreurs en assumant que les stades de vie les plus sensibles sont les mêmes stades de vie critiques d’une population, ou en assumant que les effets sont additifs[5].

On peut étudier les effets d’un toxique selon leurs relations avec le taux de croissance de la population ainsi que selon les traits de l’individu (survie et reproduction) qui y contribuent en examinant les théories des dynamiques de la population et en révisant le travail expérimental. Les réponses aux toxiques selon le taux de croissance seraient plus appropriées que les effets au niveau de l’individu, car ce taux intègre les interactions potentiellement complexes de l’histoire de vie des traits et fournit une mesure plus appropriée des impacts en écologie[6].

De grands efforts ont été déployés en écotoxicologie pour développer et appliquer les biomarqueurs. Les scientifiques ont désiré obtenir des indicateurs qui allaient donner une réponse anticipée des effets avant qu’ils ne surviennent sur les individus et populations. Aussi, on a voulu une meilleure identification des causes liées aux effets observés à ces niveaux. Cependant, la portée des biomarqueurs pouvant fournir des indicateurs écologiques, à la fois non ambiguës et correspondant à l’exposition ou aux effets des toxiques, demeure fortement controversée. Bien que les biomarqueurs puissent aider à donner un aperçu des mécanismes pouvant causer les effets observés des substances chimiques sur la performance de tout l’organisme, et bien qu’ils peuvent dans certains cas fournir des indicateurs d’exposition utiles, les réponses des biomarqueurs au niveau de l’individu ne fournissent probablement pas de prédictions utiles des effets écologiques correspondants. Les biomarqueurs fournissent de meilleures prédictions que s’ils sont utilisés dans un modèle intégrant les mesures de fitness. Autrement, et étant donné que le but de la biosurveillance environnementale et de l’évaluation des risques écologiques est de détecter et de prédire les divers impacts chimiques sur les populations, les communautés et les écosystèmes, les efforts devraient se centrer davantage sur des méthodes qui amélioreraient directement cette perspective[7].

Note de définition

Certains emploient le terme biomoniteur («biomonitor») au lieu de bioindicateur lorsque celui-ci met l’accent sur une espèce en particulier qui accumule des métaux lourds dans ses tissus et qui peut être analysée en tant que mesure de la biodisponibilité des métaux dans l’habitat dans lequel elle vit[8]. Une multitude de biomoniteurs permettent de reconnaître la présence et l’intensité relative de différentes sources de métaux. Par exemple, une algue macrophyte répond essentiellement et seulement aux sources de métaux dissous, un animal qui récolte les particules en suspension comme la moule répond aux sources de métaux en phase dissoute et suspendue et, un animal qui s’alimente sur le dépôt du fond répond aux sources de métaux dans les sédiments.

Objectifs de l'écotoxicologie

  • obtenir des données sur les cause et conséquences (immédiates et différées, et éventuellement synergiques, toxicité chronique et/ou aigue, etc.) de l'introduction de polluants dans la biosphère.
  • obtenir des données sur les facteurs de risques environnementaux, et la gestion de l'environnement.
  • établir les exigences légales pour le développement et l'élimination des nouveaux produits chimiques.
  • développer des principes empiriques (ex : tests en mésocosme standardisés) et théoriques pour améliorer la connaissance du comportement et des effets des produits chimiques dans les biosystèmes.
  • valider et améliorer les procédures de « monitoring » des toxiques environnementaux, et de monitoring de leurs effets, via par exemple le suivi d'« espèces sentinelles », bioaccumulatrices, ou bioindicatrices et de manière plus complexe et large via l'évaluation de la Richesse spécifique et d'indices (ex : indices biotiques) ou indicateurs de (bio)diversité.
  • Fournir des éléments de prospective écologique ; par une meilleure prévision (et quand cela est possible par une meilleure anticipation et atténuation) des effets.


Méthode

La déduction de phénomènes toxicologiques et écotoxiques observés in situ (ex : Catastrophe de Minamata) est utilisée pour poser des hypothèses, validées ou non par la méthode expérimentale, des tests et la modélisation. Des molécules sont étudiées pour certaines caractéristiques écotoxiques et pour leur capacité à agir en synergie avec d'autres molécules (écotoxiques ou non)

En France

Un programme national d’écotoxicologie (PNETOX) a été mis en place par le Ministère en charge de l'environnement en 1996. Un colloque de restitution [9] a en 2008 été mis en forme pour répondre à deux questions :

  • Comment la connaissance et les méthodes de l'écotoxicologie peut contribuer à une meilleure gérer les milieux ?
  • La connaissance produite et les méthodes développées par l'écotoxicologie permettront-elles dans le futur de mieux gérer les milieux (dont en prenant en compte de nouvelles approches pour répondre à la question des polluants émergents) ?

Voir aussi

Liens externes

Bibliographie

Notes et références

  1. Ramade, Écotoxicologie, Ed : Masson (1ère édition) 1977
  2. F.Ramade, Précis d'écotoxicologie, Collection d'écologie 22, Masson, mai 1992 ISBN:2-225-82578-5
  3. Ramade, François 2007. Introduction à l’écotoxicologie – Fondements et applications. Éditions TEC & DOC, France, 618 pp.
  4. Ramade, François 2007. Introduction à l’écotoxicologie – Fondements et applications. Éditions TEC & DOC, France, 618 pp.
  5. Newman M.C. et Unger M.A. 2003. Fundamentals of Ecotoxicology (2nd Ed). Lewis Publishers, É.-U., 458 pp.
  6. Forbes V.E. et Calow P. 1999. Is the per capita rate of increase a good measure of population-level effects in ecotoxicology? Environmental Toxicology and Chemistry, 18 (7) : 1544 –1556.
  7. Forbes V.E. et al. 2006. The use and misuse of biomarkers in ecotoxicology. Environmental Toxicology and Chemistry, 25 (1) : 272–280.
  8. Rainbow P.S. 1995. Biomonitoring of Heavy Metal Availability in the Marine Environment. Marine Pollution Bulletin, 31 (4-12) : 183-192.
  9. annonce et programme du colloque "Ecotoxicologie terrestre et aquatique : de la recherche à la gestion des milieux", organisé par le MEEDDAT et par l'INERIS les 13 et 14 octobre 2008 à Lille
  • Portail de l’écologie Portail de l’écologie
Ce document provient de « %C3%89cotoxicologie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ecotoxicologie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ÉCOTOXICOLOGIE — L’écotoxicologie peut se définir, de la façon la plus simple, comme l’étude des conséquences écologiques de la pollution de l’environnement par les substances toxiques. À l’image de toutes les démarches écologiques, elle comporte plusieurs… …   Encyclopédie Universelle

  • ecotoxicologie — ecotoxicologíe s. f., g. d. art. ecotoxicologíei Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic …   Dicționar Român

  • Écotoxicologie — L écotoxicologie est une discipline située à l interface entre l écologie et la toxicologie, née de la reconnaissance du fait qu un nombre croissant de toxines ont contaminé et continuent à contaminer toute ou partie de la biosphère et pour… …   Wikipédia en Français

  • Éco-toxique — Écotoxicologie L écotoxicologie est une discipline à l interface entre l écologie et la toxicologie, née de la reconnaissance du fait qu un nombre croissant de toxiques ont contaminé et continuent à contaminer toute ou partie de la biosphère et… …   Wikipédia en Français

  • Écotoxicité — Écotoxicologie L écotoxicologie est une discipline à l interface entre l écologie et la toxicologie, née de la reconnaissance du fait qu un nombre croissant de toxiques ont contaminé et continuent à contaminer toute ou partie de la biosphère et… …   Wikipédia en Français

  • Écotoxicologique — Écotoxicologie L écotoxicologie est une discipline à l interface entre l écologie et la toxicologie, née de la reconnaissance du fait qu un nombre croissant de toxiques ont contaminé et continuent à contaminer toute ou partie de la biosphère et… …   Wikipédia en Français

  • Écotoxique — Écotoxicologie L écotoxicologie est une discipline à l interface entre l écologie et la toxicologie, née de la reconnaissance du fait qu un nombre croissant de toxiques ont contaminé et continuent à contaminer toute ou partie de la biosphère et… …   Wikipédia en Français

  • François Ramade — Pour les articles homonymes, voir Ramade. François Ramade, né en 1934, est professeur émérite d écologie à l université Paris Sud 11 (Orsay)[1]. Il a effectué ses travaux de thèse sur les effets des insecticides organochlorés sur des populations… …   Wikipédia en Français

  • Gabriel Pérès — Pour les articles homonymes, voir Pérès. Gabriel Pérès Naissance 6 avril 1920 …   Wikipédia en Français

  • (E)-1,3-Dichloropropène — 1,3 Dichloropropène 1,3 Dichloropropène Structures …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”