Adénome de la prostate

Hypertrophie bénigne de la prostate

Hypertrophie bénigne de la prostate
CIM-10 : N40

L'hypertrophie bénigne de la prostate ou hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou plus communément appelé adénome prostatique est l'augmentation de la taille de la prostate chez des hommes d'âge moyen ou plus.

En cas d'hypertrophie bénigne de la prostate, la prostate devient plus grande et exerce plus de pression sur l'urètre et la vessie, interférant ainsi avec l'écoulement normal de l'urine.

Sommaire

Symptômes

Ce sont essentiellement des troubles mictionnels, avec augmentation de la fréquence des mictions de petit volume (pollakiurie), une diminution de la force du jet, voire une intermittence de ce dernier.

L'HBP est tellement fréquente et les symptômes tellement banals et bien connus, que le patient fait souvent lui-même le diagnostic et vient consulter pour "la prostate" dès qu'il présente des troubles urinaires. [1]

Diagnostic

L'interrogatoire recherche, outre les signes urinaires, des circonstances aggravantes comme la prescriptions de certains médicaments avec effet atropinique. La gêne peut être quantifiée à l'aide d'un questionnaire utilisé essentiellement aux États-Unis[2].

L'examen clinique recherche un globe vésical, tuméfaction de la partie basse de l'abdomen pouvant correspondre à une vessie distendue du fait de l'obstacle prostatique.

Le toucher rectal (palpation de la prostate à travers le rectum) permet d'en apprécier la taille et de détecter une irrégularité qui peut être le premier signe d'un cancer.

Un taux sanguin élevé de PSA (Antigène prostatique spécifique) est corrélé à la taille de la prostate et permet de dépister un cancer de la prostate s'il est très augmenté.

Si besoin, une sonde à ultrasons permet de quantifier le volume vésical résiduel, ce qui permet d'apprécier le retentissement de l'hypertrophie prostatique.

L'exploration urodynamique analyse les pressions et le débit de la miction. Cet examen permet d'évaluer précisément l'effet d'un traitement mais est rarement indispensable en pratique courante.

En fonction de la gène et du traitement envisagé, l'exploration peut être complétée par une échographie de la prostate par introduction d'une sonde dans le rectum du patient, par une uréthrocystoscopie (introduction d'un endoscope souple dans l'urètre jusqu'à la vessie), permettant de visualiser l'empreinte de la prostate

Épidémiologie

L'adénome de la prostate touche 80% des hommes de plus de 55 ans, 10 % auront recours à une opération[3].

L'hypertrophie de la prostate serait plus fréquent en cas d'obésité[4].

Traitement

Si le patient est asymptomatique (ne se plaint de rien) et sans complication, une surveillance suffit. De même, de simples conseils permettent d'améliorer parfois les signes fonctionnels : diminuer les boissons le soir avant de se coucher, aller uriner avant de dormir ou avant un long voyage...

Traitement médical

L'utilisation de médicaments à base de plantes (Serenoa repens, Prunier d'Afrique) a une efficacité modeste sur les signes urinaires[5],[6]

Les alpha 1 bloquants diminuent le tonus du muscle lisse de la vessie et de l'urètre :

Les inhibiteur de la 5-alpha réductase permettent de diminuer le volume de la prostate :

Les anticholinergiques permettent de diminuer le tonus du détrusor (muscle de la vessie). Ils sont plus efficaces dans certains symptômes, dits de vessie hyper-active (mictions impérieuses et fréquentes)[7]. Ils ne doivent théoriquement pas être utilisés si les symptômes sont en rapport avec une obstruction importante.

La combinaison de plusieurs médicaments de mécanisme d'action différent ne semble pas apporter un gain significatif[8].

Traitement chirurgical

Il s'agit essentiellement de la résection trans-urétrale : tout ou partie de la prostate est retirée par une sonde introduite dans l'urètre du patient munie d'une anse diathermique permettant la section des tissus à l'aide de la chaleur produite. Cette ablation peut être faite aussi par d'autres techniques (laser, micro-ondes, électrovaporisation...), avec une durée d'hospitalisation plus courte et avec moins de complications hémorragiques mais dont l'efficacité n'a pas été prouvée comme supérieure à la technique habituelle[9].

Ces techniques permettent une amélioration significative du patient au prix d'un risque d'hémorragies[10].

L'éjaculation rétrograde (dans la vessie et non pas vers l'extérieur) est également une complication classique de ces interventions, même si elle est un peu moins fréquente avec les techniques récentes.

Voir aussi

Liens externes

Références

  1. Extrait du dossier santé "L'Hypertrophie Bénigne de la Prostate" du site http://www.gsk.fr
  2. Barry MJ, Fowler FJ Jr, O’Leary MP et als. The American Urological Association symptom index for benign prostatic hyperplasia. The Measurement Committee of the American Urological Association, J Urol, 1992;148:1549-57
  3. Hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), Professeur François Guillé, UFR de Médecine. Université de Rennes I (page consultée le 29/01/2007)
  4. Zucchetto A, Tavani A, Dal Maso L, Gallus S et Als. History of weight and obesity through life and risk of benign prostatic hyperplasia, Int J Obes (Lond), 2005;29:798-803
  5. Wilt T, Ishani A, MacDonald R, Rutks I, Stark G, Pygeum africanum for benign prostatic hyperplasia, Cochrane Database Syst Rev, 1998;(1):CD001044
  6. Wilt T, Ishani A, MacDonald R, Serenoa repens for benign prostatic hyperplasia, Cochrane Database Syst Rev, 2002;(3):CD001423
  7. Chapple C, Khullarb V, Gabriel Z, Dooley JA, The effects of antimuscarinictreatments in overactive bladder: a systematic review and meta-analysis, Eur Urol, 2005;48:5-26
  8. McConnell JD, Roehrborn CB, Bautistia OM, Andriole GL Jr, Dixon CM, Kusek JW, et als. The long-term effect of doxazosin, finasteride, and combination therapy on the clinical progression of benign prostatic hyperplasia, N Engl J Med, 2003;349:2387-98
  9. Lourenco T, Pickard R, Vale L, Grant AM, Fraser C, MacLennan G, et als. Alternative approaches to endoscopic ablation for benign enlargement of the prostate: systematic review of randomised controlled trials, BMJ, 2008;337:a449
  10. Wilt TJ, N’Dow J, Benign prostatic hyperplasia. Part 2—Management, BMJ, 2008;336:206-210
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Hypertrophie b%C3%A9nigne de la prostate ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Adénome de la prostate de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Adénome de la prostate — ● Adénome de la prostate tumeur bénigne de la partie centrale (qui entoure l urètre) de la prostate …   Encyclopédie Universelle

  • Cancer de la prostate — Prostate et vésicules séminales (normales) Le cancer de la prostate est un cancer fréquent touchant la prostate, une glande de l appareil reproducteur de l homme. Le cancer se développe à partir des tissus de la prostate quand des cellules y… …   Wikipédia en Français

  • Cancer De La Prostate — Le cancer de la prostate est un cancer fréquent touchant la prostate et donc exclusivement l homme. Prostate et vésicules séminales (normales) …   Wikipédia en Français

  • Hypertrophie bénigne de la prostate — Classification internationale des maladies CIM 10 : N40 L hypertrophie bénigne de la prostate ou hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou plus communément appelé adénome prostatique est une tumeur bénigne qui se développe aux dépens de la… …   Wikipédia en Français

  • Hyperplasie bénigne de la prostate — Hypertrophie bénigne de la prostate Hypertrophie bénigne de la prostate CIM 10 : N40 L hypertrophie bénigne de la prostate ou hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou plus communément appelé adénome prostatique est l augmentation de la taille… …   Wikipédia en Français

  • Hypertrophie Bénigne De La Prostate — CIM 10 : N40 L hypertrophie bénigne de la prostate ou hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou plus communément appelé adénome prostatique est l augmentation de la taille de la prostate chez des hommes d âge moyen ou plus. En cas d… …   Wikipédia en Français

  • Hypertrophie benigne de la prostate — Hypertrophie bénigne de la prostate Hypertrophie bénigne de la prostate CIM 10 : N40 L hypertrophie bénigne de la prostate ou hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou plus communément appelé adénome prostatique est l augmentation de la taille… …   Wikipédia en Français

  • Adénome de prostate — Hypertrophie bénigne de la prostate Hypertrophie bénigne de la prostate CIM 10 : N40 L hypertrophie bénigne de la prostate ou hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou plus communément appelé adénome prostatique est l augmentation de la taille… …   Wikipédia en Français

  • Inhibiteur De La Recapture De La Sérotonine-Noradrénaline — Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine noradrénaline (IRSNa ou SNRI en anglais pour Serotonin norepinephrine reuptake inhibitor) inhibent de façon sélective la recapture de la noradrénaline et de la sérotonine. Ils n auront donc pas, à… …   Wikipédia en Français

  • Inhibiteur de la recapture de la serotonine-noradrenaline — Inhibiteur de la recapture de la sérotonine noradrénaline Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine noradrénaline (IRSNa ou SNRI en anglais pour Serotonin norepinephrine reuptake inhibitor) inhibent de façon sélective la recapture de la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”