Adélaïde du Gévaudan

Adélaïde d'Anjou

Adélaïde d'Anjou appelée aussi Blanche d'Anjou, ou encore Adélaïde du Gévaudan[1], est née vers 947 et est décédée en 1026[2].

Sœur de Geoffroy Grisegonelle, elle est la fille de Foulques II, comte d'Anjou, et de Gerberge.

Sommaire

Biographie

Ses premières unions

Lorsqu'elle épouse en 982 le jeune Louis V (pas encore roi de France) à Vieille-Brioude, elle est déjà deux fois veuve du comte Étienne de Gévaudan (mort en 970) dont elle a eu des enfants, et du comte Raymond de Toulouse (mort en 978). La trop grande différence d’âge et les débauches du jeune époux vont être la cause de son divorce en 984.

Son mariage avec le comte de Provence

Elle se réfugie à Arles et se remarie contre l'avis du pape avec le comte de Provence, Guillaume en 984. Leur fille, Constance d’Arles (986-1032) sera reine de France par son mariage avec Robert II en 1003. Le couple aurait eu une seconde fille, Ermengarde d'Arles[3] qui épouse par la suite Robert Ier d'Auvergne. À la mort de Guillaume en 993, elle assure une longue régence qui fournit à la nouvelle noblesse l'occasion de se soulever à plusieurs reprises contre la dynastie comtale[4]. Elle doit également intervenir après la mort du nouveau comte Guillaume II tué au siège du château de Fos en 1018[5].

Un cinquième mariage ?

L'hypothèse d'une cinquième union d'Adélaïde d'Anjou, veuve du comte de Provence, avec Othon Guillaume, comte de Bourgogne et de Mâcon, a été proposée en 1907 par René Poupardin[6] et repris par d'autres historiens à sa suite. Cette hypothèse repose uniquement sur trois chartes[7] attestant simplement l'existence d'une seconde épouse d'Othon Guillaume du nom d'Adélaïde et une bulle du pape Benoît VIII adressée, entre autres, aux dirigeants séculiers de Bourgogne et de Provence, parmi lesquels Othon Guillaume et Adélaïde, sans faire mention d'une union entre eux. Cette hypothèse, qui ne repose sur aucune preuve décisive, est donc à considérer avec prudence[8].

Elle meurt en 1026, le 29 mai[9], et est inhumée à Montmajour, une abbaye proche d'Arles considérée à l'époque comme la nécropole de la famille comtale de Provence.


Voir aussi

Liens externes

Sources et bibliographie

  • Thierry Stasser, Adélaïde d'Anjou, sa famille, ses unions, sa descendance. État de la question, Le Moyen Âge, vol. 3, 1997 .
  • Christian Lauranson-Rosaz, « L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle, Le Puy-en-Velay », dans Les Cahiers de la Haute-Loire, 1987, p. 87-109 .

Notes

  1. De par son mariage avec Étienne, comte de Gévaudan, Revue du Gévaudan, des causses et des Cévennes, tome n°9, 1963, pp 105 à 111.
  2. Thierry Stasser. « Adélaïde d'Anjou, sa famille, ses unions, sa descendance. État de la question », Le Moyen Âge, 1997, vol 3, no 1, p. 9-52.
  3. Ermengarde est parfois considérée comme la fille d'Adélaïde et d' Étienne de Gévaudan.
  4. En 1008, soulèvement des fils de Nivelon de Signes, vicomte de Guillaume, puis en 1009, c'est le tour d'Audibert et Rainaud de Châteaurenard. Cette nouvelle génération nobiliaire conteste avec violence les donations religieuses faites par le Marquis et les membres de son entourage (Source : La Provence au Moyen Âge de Marin Aurell, Jean-Paul Boyer et Noël Coulet, page 22 - ISBN 2-85399-617-4).
  5. La situation devient en effet plus critique avec la famille des Fos qui se soulève en 1018 dans une rébellion qui entraîne la mort de Guillaume II et qui oblige Adelaïde à solliciter une aide externe, notamment celle de son fils issu d'un mariage précédent, Guillaume III Taillefer, comte de Toulouse (Source : La Provence au Moyen Âge de Marin Aurell, Jean-Paul Boyer et Noël Coulet, page 23 - ISBN 2-85399-617-4).
  6. René Poupardin, Le Royaume de Bourgogne, 888-1038 : étude sur les origines du royaume d'Arles. Paris: Bibliothèque de l'École des hautes études, IVe section, Sciences historiques et philologiques ; fasc. 163, p. 418, note 6
  7. Auguste Bernard et Alexandre Bruel, éditeurs. Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny, Paris : Imprimerie nationale , t. 3, charte no 2694; C. Ragut, éditeur. Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon connu sous le nom de livre enchaîné. Mâcon, 1864, chartes no 471 et 490.
  8. Stasser, loc. cit., p. 25
  9. (en) Foundation for Medieval Genealogy
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la Provence Portail de la Provence
  • Portail de l’Anjou et de Maine-et-Loire Portail de l’Anjou et de Maine-et-Loire
  • Portail de la Lozère et du Gévaudan Portail de la Lozère et du Gévaudan
  • Portail d'Arles Portail d'Arles
Ce document provient de « Ad%C3%A9la%C3%AFde d%27Anjou ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Adélaïde du Gévaudan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Adélaïde d'Anjou — appelée aussi Blanche d Anjou, ou encore Adélaïde du Gévaudan[1], est née vers 947 et est décédée en 1026. Sœur de Geoffroy Grisegonelle, elle est la fille de Foulques II, comte d Anjou, et de Gerberge. Sommaire 1 Biographie 1 …   Wikipédia en Français

  • Adelaide d'Anjou — Adélaïde d Anjou Adélaïde d Anjou appelée aussi Blanche d Anjou, ou encore Adélaïde du Gévaudan[1], est née vers 947 et est décédée en 1026[2]. Sœur de Geoffroy Grisegonelle, elle est la fille de Foulques II, comte d Anjou, et de Gerberge.… …   Wikipédia en Français

  • Adelaide de Forcalquier — Adélaïde de Forcalquier le comté de Forcalquier, entre comté et marquisat de Provence Adélaïde ou Alix de Provence, morte en 1129 à Avignon, fut comtesse de Provence puis de Forcalquier de la mort de son père, survenue entre 1063 et 1067 à sa… …   Wikipédia en Français

  • Adélaïde De Forcalquier — le comté de Forcalquier, entre comté et marquisat de Provence Adélaïde ou Alix de Provence, morte en 1129 à Avignon, fut comtesse de Provence puis de Forcalquier de la mort de son père, survenue entre 1063 et 1067 à sa mort. Elle était fille de… …   Wikipédia en Français

  • Adélaïde de forcalquier — le comté de Forcalquier, entre comté et marquisat de Provence Adélaïde ou Alix de Provence, morte en 1129 à Avignon, fut comtesse de Provence puis de Forcalquier de la mort de son père, survenue entre 1063 et 1067 à sa mort. Elle était fille de… …   Wikipédia en Français

  • Adélaïde de Forcalquier — le comté de Forcalquier, entre comté et marquisat de Provence Adélaïde ou Alix de Provence, morte en 1129 à Avignon, fut comtesse de Provence puis de Forcalquier de la mort de son père, survenue entre 1063 et 1067 à sa mort. Elle était fille de… …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Vicomtes Et Comtes De Gévaudan — Après la mort de Guillaume Ier le Pieux, duc d Aquitaine, trois familles se disputèrent le pouvoir en Aquitaine : les comtes d Auvergne, les comtes de Toulouse et les comtes de Poitiers. Dans de nombreuses villes du sud ouest de la France,… …   Wikipédia en Français

  • Liste des comtes de Gévaudan — Liste des vicomtes et comtes de Gévaudan Après la mort de Guillaume Ier le Pieux, duc d Aquitaine, trois familles se disputèrent le pouvoir en Aquitaine : les comtes d Auvergne, les comtes de Toulouse et les comtes de Poitiers. Dans de… …   Wikipédia en Français

  • Liste des vicomtes de Gévaudan — Liste des vicomtes et comtes de Gévaudan Après la mort de Guillaume Ier le Pieux, duc d Aquitaine, trois familles se disputèrent le pouvoir en Aquitaine : les comtes d Auvergne, les comtes de Toulouse et les comtes de Poitiers. Dans de… …   Wikipédia en Français

  • Liste des vicomtes et comtes de Gevaudan — Liste des vicomtes et comtes de Gévaudan Après la mort de Guillaume Ier le Pieux, duc d Aquitaine, trois familles se disputèrent le pouvoir en Aquitaine : les comtes d Auvergne, les comtes de Toulouse et les comtes de Poitiers. Dans de… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”