Adyth

Hadith

Religion
religions abrahamiques :
judaïsme · christianisme · islam
Mosque02.svg
Cet article fait partie d’une série sur
l’islam
Les piliers de l’islam
la déclaration de foi · la prière · l’aumône · le jeûne de ramadan · le pèlerinage à La Mecque
Les piliers de la foi
Allah · malaikas (anges) · les livres sacrés · les prophètes · le jugement dernier · le destin
Histoire de l’islam
Mahomet · Abu Bakr as-Siddiq · Omar ibn al-Khattab · Uthman ibn Affan · Ali ibn Abi Talib · califes
Branches de l’islam
sunnisme · soufisme · chiisme · kharidjisme · acharisme · druze · salafisme
Les villes saintes de l'islam
La Mecque · Médine · al Quds
Constructions religieuses
mosquée · minaret · mihrab · qibla · architecture islamique
Événements et fêtes
hijri · hégire · Aïd el-Fitr · Aïd el-Kebir · Mawlid · Achoura · Arbaïn
Religieux
muezzin · imam · mollah · ayatollah · mufti
Textes et lois
vocabulaire de l’islam · droit musulman · écoles · la hisba · le Coran · hadith · sourate · la charia · la sunna · le fiqh · fatwa
Politique
féminisme islamique · islam libéral · islam politique · islamisme · panislamisme

Un hadith ou hadîth[1] (arabe : حديث, ḥadīṯ pluriel ʾaḥādīṯ أحاديث) désigne une communication orale du prophète de l'islam Mahomet et par extension un recueil qui comprend l'ensemble des traditions relatives aux actes et aux paroles de Mahomet et de ses compagnons, considérés comme des principes de gouvernance personnelle et collective pour les musulmans, que l'on désigne généralement sous le nom de "tradition du Prophète".

Le muhaddith[2] est le transmetteur de hadith, c'est l'un des chaînons de l'isnad, qui permet d'évaluer la fiabilité d'un hadith.

Sommaire

Positionnement

En dehors de quelques hadiths « sacrés », considérés comme les paroles de Dieu adressées directement à Mahomet et rapportés par celui-ci, les hadiths sont les paroles et actions attribuées au Prophète et non une parole divine.

Avec les préceptes du Coran, les hadiths forment la sunna d'où le nom d'islam sunnite pour le courant orthodoxe. Les hadiths ont été rapportés dans divers recueils (véridiques ou non, voir la classification plus bas) par des musulmans fidèles, mais toujours au minimum deux siècles après la mort de Mahomet. Certains auteurs en ont recensé plus de 700 000. Beaucoup de ces citations étant suspectes, leur crédit est proportionnel au prestige accordé à ceux qui les ont rapportées. Cette chaîne des témoins est appelée isnad. Ces différents recueils alimentent l'opposition entre chiites et sunnites en particulier.

Classification

Ces hadiths sont classés par les spécialistes des sciences du hadith (critique historique) par degré de recevabilité [3]. Certains auteurs, comme al-Bukharî, ont classé les hadiths comme "authentiques" ou "acceptables", d'autres étant simplement rejetés. Les hadiths authentiques sont rapportés avec les chaînes des témoins[4].

  • Recevables (Maqbûl[5])
Sacrés (Qudsî[6]) Ces hadiths sont considérés comme rapportant la parole divine par le biais du prophète de l'islam, Mahomet.
Authentiques (Sahîh[7])
Notoires (Mutawâtir[8])
Bons (Hasan[9])
  • Irrecevables (Mardûd[10])
Faibles (Dha'îf[11]) Ces hadiths ont une chaîne de transmission fragile et sont souvent apocryphes.
Inventés (Mawdhûh ''[12]) Ces hadiths sont faux et ne possèdent aucune chaîne de transmission, même faible.

Sources

On peut remarquer que ces recueils ont presque tous été compilés au moins 150 ans après la mort de Mahomet, dans le but de sauvegarder et répertorier les actes de celui-ci. Il est remarquables que al Sahifah al Sahihah de Hammam bin Munabbih [13] compte parmi les ouvrages rédigés par les compagnons de Mahomet, ici rédigé, avant l'an 58 du calendrier hégirien, sous la dictée d'Abu Huraira par un disciple du compagnon... Beaucoup des ouvrages rédigés par les compagnons de Mahomet se sont perdus dans les ouvrages postérieurs, dont certains figurent dans le corpus de ces derniers dans leur intégralité. Le al-Muwatta d'imam Malik (715-795) et le al-Musnad d'Ahmed ben Hanbal (780-855), comptent parmi les ouvrages les plus anciens qui nous sont parvenus intégralement.

À titre d'exemple sur la fiabilité des hadiths, on consultera utilement le chapitre des Muqaddima d'Ibn Khaldoun consacrés aux fragiles traditions sur le Mahdi[14]. Dans ce chapitre, justement célèbre (comme le souligne son traducteur Vincent Monteil), Ibn Khaldoun donne la mesure de la méthode rigoureuse qui est la sienne pour la critique des sources : "Nous nous proposons donc de citer ici les différentes traditions sur le Mahdi. Nous ferons également état des critiques de leurs détracteurs et des arguments de ceux-ci. Ensuite nous examinerons le point de vue des mystiques (soufis). De la sorte, nous y verrons clair, s'il plaît à Dieu".[15] Sans conclure de façon formelle, Ibn Khaldoun conduit ses lecteurs à se faire une opinion personnelle sur le manque de crédibilité des traditions citées à propos du Mahdi.

Sunnites

Il y a six principaux recueils de hadiths considérés comme authentiques chez les sunnites; on les appelle les six sahîh (al-sihah al-sitta). Deux d'entre eux sont considérés comme "excellents" et les hadiths répertoriés et acceptés par ces deux imams reçoivent parfois la qualification d'"opinion jointe" (Muttafaq 'Alaih).

Les autres "sahih" sont:

  • Le recueil de Abû Dawud (817-889) Kitâb as-Sunnan.
  • Le recueil de Ibn Majah (824-887). Sunan Ibn Majah
  • Le recueil d'At-Tirmidhi (824-893) Sunan At-Tirmidhi.
  • Le recueil d'Al-Nasa`i (830-916).


Parmi les autres traditions de sahîh : :

  • Le recueil de Hammam bin Munabbih, disciple d'abu Huraira, al Sahifa as-Sahihah, rédigé avant l'an 58 de l'hégire et qui nous est parvenu intégralement.
  • Le recueil de Mâlik Ibn Anas (712-795) Kitâb al-Muwatta'. Fondateur de l'école (madhhab) Malékite.
  • Le recueil de Ahmad ibn Hanbal Musnâd, fondateur de l'école (madhhab) Hanbalite (780-855).
  • Le recueil Mishkat des sha'fies et Hanafites Mishkat Shareef.

Les compilations de hadiths par les compagnons de Mahomet

  • Abu Bakr, premier calife, aurait compilé 500 hadiths qu’il aurait détruits par crainte d’insérer des fautes. [16]
  • Amr bin Hazm, gouverneur du Yémen du temps de Mahomet, a compilé tout un opuscule qui nous est parvenu intégralement.[17]
  • Jâbir bin Abdallah (en) a rédigé plusieurs ouvrages.[18]
  • Samurah bin Jundab composa également un grand volume de hadiths.[19]
  • Sa’d ibn Ubadah (en) rédiga également un ouvrages de hadiths que sa descendance conserva.[20]
  • Abdallah bin Abbas (en), fils de l’oncle de Mahomet, a laissé de nombreux livres de hadiths à sa mort.[21]
  • Abu Huraira rédigea la ‘’Sahifah as-Sahihah avec son disciple Hammam bin Munabbih.[22]
  • Salmân'ul Fârisî (en) a rédigé des hadiths qu'il communiqua à abu'd-Dardâ[23].
  • Abu Ayyûb al Ansârî (en) rédigea un manuscrit contenant 122 hadiths qu'il transmit à ses enfants[24] .

Ses ouvrages ont été incorporés aux ouvrages postérieurs, cités en références…

Chiites

Les chiites ont eux aussi leurs recueils de hadiths plus tardifs, recueillant principalement les paroles des imams de la lignée de Mahomet par 'Ali et Fatima :

  • Le recueil de Ya`qub al-Kolayni (mort en 939).
  • Le recueil de Saduq Ibn Babuyeh (mort en 991).
  • Le recueil d'al-Hasan at-Tusi (mort en 1068).

Ibadites

Les ibadites (dissidence des kharidjites) reconnaissent bon nombre de hadiths sunnites. Cependant, le principal recueil accepté par ces derniers est le suivant :

  • Le recueil d'al-Jami'i al-Sahih, contenant à peine 1005 hadiths

Notes et références

  1. (fr) Définitions lexicographiques et étymologiques de hadîth du CNRTL.
  2. arabe : muḥaddiṯ, محدّث : transmetteur
  3. arabe : daraja al-qabûl, درجة القبول : degré de recevabilité
  4. Selon Ibn Khaldoun, on aurait dénombré jusqu'à 750 000 hadith. Mohammed al-Bukhârî, pour sa part, n'en retient que 7 200 (Ibn Khaldoun, al-Moqaddima, trad. Vincent Monteil, Commission libanaise pour la traduction des chefs-d'œuvre, Beyrouth, 1968, t. II, p. 915.
  5. arabe : maqbūl, مقبول : acceptable; admis; plausible
  6. arabe : qudsīy, قدسيّ : sacré; qudsî
  7. arabe : ṣaḥīḥ, صحيح : authentique
  8. arabe : mutawātir, متواتر : récurrent
  9. arabe : ḥasan, حسن : beau; bon
  10. arabe : mardūd, مردود : repoussé ; écarté
  11. arabe : ḍaʿīf, ضعيف : faible ; défaillant ; fragile
  12. arabe : mawdhû, موضوع : inventé
  13. al Sahifah as-Sahihah, ibn Munabbih (H.58)
  14. Ibn Khaldoun, Discours sur l'histoire universelle '(al-Muqaddima), trad. Vincent Monteil, Commission libanaise pour la traduction des chefs-d'oeuvre, Beyrouth, 1968, tome II, pp. 632-678.
  15. Ibid., p. 633.
  16. Dhababi, ‘’Tadhkirat al-Huffaz’’, I : 5
  17. Imprimé dans ‘’i’lâm as-Salihin‘’ d’ibn Tulun, en tant qu’appendice.
  18. ‘’Tarikh al Kabir’’ de Bukhari, ‘’Tahdhib at-Tahdhib’’, IV, 215, n°369, ibn Hajar.
  19. ‘’Tahdhib at-Tahdhib, IV, 198, 236 ; ibn Hajar.
  20. Tirmidhi, cité d’après Manazir Ahsan Gilâmi.
  21. ibn Sa’d, V, 216.
  22. 1er éd. dans RAAD en 1953. Abu Hurayrah avait également écrit de nombreux livres de hadiths selon les sources diverses.Ibn ‘Abd al Barr, ‘’Jâm bayan al’ilm’’, I : 4 ; Fath’al Bari, I : 174.
  23. Hadyu's-Sârî, Muqaddimatu Fathi'l-Bârî, 2 tomes, Caire 1383 /1964. Tome II, page 185.
  24. Ahmad ibn Hanbal, al-Müsned, 6 tomes, Caire 1313/1912, Tome V, page 413, 423

Articles connexes

Documentation externe

  • Portail de l’islam Portail de l’islam

Ce document provient de « Hadith ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Adyth de Wikipédia en français (auteurs)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”