Adresse IPv4

Adresse IPv4

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adresse Internet.

Une adresse IPv4 est une adresse IP dans la version 4 du protocole IP (IPv4). Cette adresse permet d'identifier chaque machine connectée sur un réseau informatique utilisant le protocole IP version 4.

Cette adresse a une taille de quatre octets. Par convention (dite dot-decimal notation, ou encore dotted quad notation), on écrit généralement une adresse IPv4 en considérant chaque octet comme un entier non signé, donc ayant une valeur de 0 à 255 (28 -1), en séparant les valeurs des quatre octets par des points, et en ordonnant de l'octet ayant le poids le plus fort à celui de poids le plus faible ; par exemple : 212.85.150.133.

Il y a donc au maximum 232 soit 4 294 967 296 adresses IPv4 possibles.

Cet article ne concerne pas l'adressage IPv6.

Dans cet article, les adresses IP sont des adresses IPv4.

Sommaire

Détermination et utilisation des adresses dans un réseau IP

L'adresse IP d'un ordinateur sur un réseau local lui est généralement automatiquement transmise et assignée au démarrage grâce au protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol). Il est également possible de fixer soi-même l'adresse IP d'un ordinateur dans la configuration de son système d'exploitation.

Utilité d'une adresse IP

Une adresse IP est unique sur un réseau. Elle permet d'attribuer une adresse unique à chaque poste connecté sur ce réseau. Afin de bien comprendre ce concept, une analogie peut être faite avec l'adresse postale qui permet d'attribuer une adresse unique à chaque foyer.

Explication technique

Chaque paquet transmis via le protocole IP contient dans son en-tête l'adresse IP de l'émetteur ainsi que l'adresse IP du destinataire (on parle également d'adresses IP source et destination). Cela permet aux équipements du réseau de router les paquets jusqu'à destination grâce à l'adresse IP. Le destinataire saura ainsi à qui renvoyer les données grâce à l'adresse IP de l'émetteur contenu dans les en-têtes des paquets envoyés. Il est donc nécessaire que chaque composant connecté à un réseau informatique dispose d'une adresse IP pour pouvoir communiquer avec les autres équipements.

Introduction aux classes d'adresses

Une adresse IP peut être divisée en 2 parties : une partie servant à identifier le réseau (net id) et une partie servant à identifier un poste sur ce réseau (host id).

La représentation décimale de la valeur de l'octet est la représentation la plus simple et la plus facile d'accès, néanmoins il est souvent pratique de revenir à une notation binaire afin de mieux comprendre le concept de classe d'adresse.

Les différentes classes d'adresses

Il existe 5 classes d'adresses IP. Chaque classe est identifiée par une lettre allant de A à E.

Ces différentes classes ont chacune leurs spécificités en termes de répartition du nombre d'octet servant à identifier le réseau ou les ordinateurs connectés à ce réseau :

  • Une adresse IP de classe A dispose d'une partie net id comportant uniquement un seul octet.
  • Une adresse IP de classe B dispose d'une partie net id comportant deux octets.
  • Une adresse IP de classe C dispose d'une partie net id comportant trois octets.
  • Les adresses IP de classes D et E correspondent à des adresses IP particulières détaillées ci-dessous.

Afin d'identifier à quelle classe appartient une adresse IP, il faut regarder son premier octet.

Classe A

Une adresse IP de classe A dispose d'un seul octet pour identifier le réseau et de trois octets pour identifier les machines sur ce réseau. Ainsi, un réseau de classe A peut comporter jusqu'à 23×8-2 postes, soit 224-2, soit plus de 16 millions de terminaux.

Le premier octet d'une adresse IP de classe A commence systématiquement par le bit 0, ce qui a pour effet que le premier octet d'une adresse de classe A est systématiquement compris entre 1 et 127.

Un exemple d'adresse IP de classe A est : 10.50.49.13

Classe B

Une adresse IP de classe B dispose de deux octets pour identifier le réseau et de deux octets pour identifier les machines sur ce réseau. Ainsi, un réseau de classe B peut comporter jusqu'à 22×8-2 postes, soit 216-2, soit 65 534 terminaux.

Le premier octet d'une adresse IP de classe B commence systématiquement par la séquence de bits 10, ce qui a pour effet que le premier octet d'une adresse de classe B est systématiquement compris entre 128 et 191.

Un exemple d'adresse IP de classe B est : 172.16.1.23

Classe C

Une adresse IP de classe C dispose de trois octets pour identifier le réseau et d'un seul octet pour identifier les machines sur ce réseau. Ainsi, un réseau de classe C peut comporter jusqu'à 28-2 postes, soit 254 terminaux.

Le premier octet d'une adresse IP de classe C commence systématiquement par la séquence de bits 110, ce qui a pour effet que le premier octet d'une adresse de classe C est systématiquement compris entre 192 et 223.

Un exemple d'adresse IP de classe C est : 192.168.1.34

Classe D

Les adresses de classe D sont utilisées pour les communications multicast.

Le premier octet d'une adresse IP de classe D commence systématiquement par la séquence de bits 1110, ce qui a pour effet que le premier octet d'une adresse de classe D est systématiquement compris entre 224 et 239.

Un exemple d'adresse IP de classe D est : 224.0.0.1

Classe E

Les adresses de classe E sont réservées pour la recherche.

Un exemple d'adresse IP de classe E est : 240.0.0.1 les adresses de classe E débutent en 240.0.0.0 et se terminent en 255.255.255.255 réservées par IANA.

Résumé

Classe Bits de départ Début Fin Notation CIDR Masque de sous-réseau par défaut
Classe A     0     0.0.0.0 127.255.255.255 /8 255.0.0.0
Classe B     10 128.0.0.0 191.255.255.255 /16 255.255.0.0
Classe C     110 192.0.0.0 223.255.255.255 /24 255.255.255.0
Classe D (multicast)     1110 224.0.0.0 239.255.255.255 /4 non défini
Classe E (réservée)     1111 240.0.0.0 247.255.255.255 /4 non défini
Adresse LoopBack (localhost)     0111 1111 127.0.0.0 127.255.255.255 /8 255.0.0.1

L'adresse loopback pointe sur votre machine vous pouvez essayer la commande ping de 127.0.0.1 à 127.255.255.254 et vous verrez que vous envoyez et recevez des paquets en ayant aucun serveur installé sur votre machine.
/!\ Cette adresse n'est pas considérée comme une classe.

Masque de sous-réseau

Article détaillé : sous-réseau.

Le masque de sous-réseau permet de déterminer les deux parties d'une adresse IP correspondant respectivement au numéro de réseau et au numéro de l'hôte.

Un masque a la même longueur qu'une adresse IP. Il est constitué d'une suite de chiffres 1 (éventuellement) suivie par une suite de chiffres 0 :

                     1                   2                   3
 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+
|1 1 1 1 1 1 1 1|1 1 1 1 1 1 1 1|1 1 1 1 1 1 1 1|1 0 0 0 0 0 0 0| masque 255.255.255.128
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+

Pour calculer la partie sous-réseau d'une adresse IP, on effectue une opération ET logique bit à bit entre l'adresse et le masque. Pour calculer l'adresse de l'hôte, on effectue une opération ET bit à bit entre le complément à un du masque et l'adresse.

Autrement dit : il suffit de conserver les bits de l'adresse là où les bits du masque sont à 1 (un certain nombre de bits en partant de la gauche de l'adresse). La partie numéro d'hôte est contenue dans les bits qui restent (les plus à droite).

Exemples

  • L'adresse 193.112.2.166 avec le masque 255.255.255.128 désigne la machine numéro 38 du réseau 193.112.2.128 dont la plage d'adresses affectables s'étend de 193.112.2.129 à 193.112.2.254 (plage de 126 adresses). Les adresses ont été converties en base 2 :
                     1                   2                   3
 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+
|1 1 0 0 0 0 0 1|0 1 1 1 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 1 0|1 0 1 0 0 1 1 0| @IP 193.112.2.166
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+ ET
|1 1 1 1 1 1 1 1|1 1 1 1 1 1 1 1|1 1 1 1 1 1 1 1|1 0 0 0 0 0 0 0| masque 255.255.255.128
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+ =
|1 1 0 0 0 0 0 1|0 1 1 1 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 1 0|1 0 0 0 0 0 0 0| réseau 193.112.2.128
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+
|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0|0 1 1 1 1 1 1 1| complément à 1 du masque
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+ ET @IP
|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 1 0 0 1 1 0| → hôte 38
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+
  • L'adresse 19.128.32.3 avec le masque 255.192.0.0 désigne la machine numéro 32.3 du réseau 19.128.0.0 dont la plage d'adresses affectables s'étend de 19.128.0.1 à 19.128.255.254.
                     1                   2                   3
 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+
|0 0 0 1 0 0 1 1|1 0 0 0 0 0 0 0|0 0 1 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 1 1| @IP 19.128.32.3
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+ ET
|1 1 1 1 1 1 1 1|1 1 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0| masque 255.192.0.0
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+ =
|0 0 0 1 0 0 1 1|1 0 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0| réseau 19.128.0.0
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+
|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 1 1 1 1 1 1|1 1 1 1 1 1 1 1|1 1 1 1 1 1 1 1| complément à 1 du masque
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+ ET @IP
|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0|0 0 1 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 1 1| → hôte (19.128.)32.3
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+

Comment identifier les adresses IP appartenant à un même sous-réseau ?

Prenons l'exemple d'un réseau 192.168.1.0/28, c’est-à-dire le réseau 192.168.1.0 auquel on applique un masque 255.255.255.240. Quels sont les sous-réseaux disponibles sur ce réseau et avec quelles adresses ?

Pour trouver l'ensemble des sous-réseaux disponibles, on peut appliquer la formule 256−X où X est la valeur du dernier octet du masque. Dans notre exemple, on obtient 256−240=16.

16 sera donc la valeur du pas des sous-réseaux. On aura donc 16−2=14 sous-réseaux possibles — nous perdons 2 blocs d'adresses en éliminant l'adresse de diffusion (192.168.1.255) et l'adresse du réseau (192.168.1.0) — d'adresse formée par un préfixe commun de 3 octets 192.168.1 et par le 4e octet dans la liste suivante : 16, 32, 48, 64, 80, 96, 112, 128, 144, 160, 176, 192, 208 et 224 (soit respectivement 192.168.1.16, 192.168.1.32, etc.) Le premier hôte possible de chacun de ces réseaux aura l'adresse résultant de l'adresse du réseau augmentée de 1. Par exemple, pour le réseau 192.168.1.16, le premier hôte possible est 192.168.1.17. L'adresse de broadcast sur ce réseau est la dernière adresse du réseau soit l'adresse du réseau suivant diminuée de 1 (192.168.1.31 dans cet exemple)

Taille de différents masques
Taille du masque Adresses Masque Complément
/31 2 255.255.255.254 0.0.0.1
/30 4 255.255.255.252 0.0.0.3
/29 8 255.255.255.248 0.0.0.7
/28 16 255.255.255.240 0.0.0.15
/27 32 255.255.255.224 0.0.0.31
/26 64 255.255.255.192 0.0.0.63
/25 128 255.255.255.128 0.0.0.127
/24 256 255.255.255.0 0.0.0.255
/23 512 255.255.254.0 0.0.1.255
/22 1024 255.255.252.0 0.0.3.255
/21 2048 255.255.248.0 0.0.7.255
/20 4096 255.255.240.0 0.0.15.255
/19 8192 255.255.224.0 0.0.31.255
/18 16384 255.255.192.0 0.0.63.255
/17 32768 255.255.128.0 0.0.127.255
/16 65536 255.255.0.0 0.0.255.255

Principe du CIDR

Le Classless Inter-Domain Routing, abrégé en CIDR, a été mis au point afin (principalement) de diminuer la taille de la table de routage contenue dans les routeurs. Ce but est atteint en agrégeant plusieurs entrées de cette table en une seule (ou en un nombre inférieur à l'effectif des entrées considérées).

Avec l'ancien système, chaque fois qu'un fournisseur d'accès désirait se voir attribuer plusieurs adresses de « classe C », cela créait autant d'entrées dans la table de routage (vers ce fournisseur) que de réseaux alloués. D'autre part, les plages d'adresses de classe A et B étaient (et sont encore…) relativement peu utilisées.

La première évolution a été de rendre obsolète (et en fait d'abolir) la distinction entre les adresses de classe A, B ou C, de sorte que la totalité de l'espace puisse être gérée comme une collection unique de sous-réseaux de classe A, B ou C. Avec cette évolution, il est devenu impossible de déduire la classe effective (ou le masque de sous-réseau) d'une adresse IPv4 par le compte simple des premiers bits de poids fort positionnés à 1.

Par cet effet, pour connaitre la taille maximale du sous-réseau contenant une adresse IPv4 donnée, il faut consulter le serveur whois du registre régional où le bloc d'adresses a été réservé. Mais ce bloc peut encore être lui-même subdivisé localement en sous-réseaux par le titulaire. De plus les protocoles nécessitant la connaissance de la taille du sous-réseau ont été revus en rendant nécessaire la spécification effective du masque de sous-réseau (l'ancien algorithme de détermination ne fonctionne plus).

Cependant cette évolution était insuffisante pour servir la communauté des utilisateurs Internet. Il était nécessaire de pouvoir créer des sous-réseaux indépendants de longueur de masque supérieure à 24 bits, ou inférieure à 24 bits sans atteindre toutefois la taille d'un réseau de masque de longueur égale à 16 bits (cela aurait conduit au gaspillage des ressources d'adressage).

Le CIDR, au contraire, permet le regroupement de plusieurs « classe C » pour les considérer comme un seul bloc, avec l'effet de ne créer qu'une seule entrée dans la table de routage, dans laquelle plusieurs figuraient en ce sens auparavant. De même il permet de gérer une granularité plus fine des allocations, avec un choix nettement plus étendu de tailles de sous-réseaux.

Dans le système CIDR on notera une adresse IP par le couple (IP de base, longueur du masque), noté IP/longueur. Prenons par exemple le réseau 193.48.96.0/20, alloué à l'IN2P3 :

                     1                   2                   3
 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+
|1 1 0 0 0 0 0 1|0 0 1 1 0 0 0 0|0 1 1 0 0 0 0 0|0 0 0 0 0 0 0 0| 193.48.96.0
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+
|1 1 1 1 1 1 1 1|1 1 1 1 1 1 1 1|1 1 1 1|       |               | /20
+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+−+

Cette longueur de masque détermine ici un bloc de 4096 adresses contigües pour ce réseau, lequel peut être découpé librement par l'administrateur. Ce dernier peut ainsi continuer à considérer ce bloc comme une agrégation de 16 réseaux distincts de « classe C », d'adresses étendues de 193.48.96.0 à 193.48.111.0, ou le découper en sous-réseaux de taille variable (et pas forcément alignée sur les limites binaires si le routage entre ces sous-réseaux reste interne).

Un fournisseur d'accès peut se voir attribuer des réseaux encore plus grands, comme par exemple 82.64.0.0/14 (soit 218 = 262144 adresses) qui correspond à l'agrégation de 4 réseaux de « classe B », bien que l'adresse de base soit dans l'ancienne plage destinée aux réseaux de « classe A » (premier octet inférieur à 127).

On constate qu'un réseau /8 a la même taille qu'un réseau de « classe A », un réseau /16 correspond à un réseau de « classe B » et un réseau /24 à un réseau de « classe C ». Un réseau /32 identifie une adresse unique. Une correspondance est établie entre cette notation et les masques de sous-réseau. Dans les exemples précédents, 193.48.96.0/20 peut être noté 193.48.96.0 avec le masque 255.255.240.0.

La norme de routage CIDR impose également aux administrateurs de routeurs la règle de l'agrégation maximum des sous-réseaux qui sont routés ensembles avec la même politique, dans les annonces de routage publiées en bordure de leur système autonome (AS) avec un protocole de publication de routage tel que BGP4 ou GGP.

Adresse IP et nom de domaine

La plupart des adresses IP peuvent être converties en un nom de domaine et inversement. Le nom de domaine est plus facilement lisible pour les humains : fr.wikipedia.org est le nom de domaine correspondant à 212.85.150.133. Il s'agit du système de résolution de noms.

Base de données des adresses IP

Assignation des plages d'adresses IP

L'IANA (depuis 2005, une division de l'ICANN) définit l'usage autorisé des différentes plages d'adresses IPv4, en segmentant l'espace en 256 blocs de taille /8 numérotés de 0/8 à 255/8 :

  • Les adresses des blocs 0/1, 128/2 et 192/3 (anciennes classes A, B et C) sont réservées pour l'usage en tant qu'adresses d'interface d'hôte unique, et sont appelées adresses point-à-point ou Unicast. Elles sont utilisables comme source ou comme destination d'une trame IP.
  • Les adresses dans le bloc 224/4 (ancienne classe D) sont réservées pour les services multi-points ou Multicast. Elles ne peuvent être utilisées dans une trame IPv4 que comme adresse de destination, puisque la liste des récepteurs des trames multidiffusées n'est pas précisée ni connue par l'émetteur. Ces adresses sont invalides comme adresse source d'une trame IP. Les trames multidiffusées peuvent être reçues par n'importe quel hôte du même segment réseau, mais elles peuvent aussi être acheminées par un routeur d'échange vers les récepteurs d'autres segments, à condition que ces récepteurs aient négocié au préalable l'abonnement à cette adresse de multidiffusion, par exemple avec le protocole IGMP.
  • Les adresses dans le bloc 240/4 (ancienne classe E) sont toutes réservées (à l'exception de l'adresse de diffusion ci-dessous) pour un usage ultérieur indéfini et ne doivent figurer dans aucune trame IPv4, aussi bien en source qu'en destination. En attendant une définition, toute trame IP reçue contenant une telle adresse devra être ignorée comme invalide.
  • L'adresse 255.255.255.255 est valide uniquement comme destination en mode diffusion ou broadcast et indique que la trame peut être reçue et interprétée par n'importe quel interface IPv4 d'hôte connecté au même segment de liaison (la trame ne doit pas être routée vers d'autres segments de liaison).

La diffusion d'une trame IP est une opération coûteuse sur un réseau local étendu et devrait rester réservée uniquement pour les services de configuration des interfaces réseau, ou pour la découverte des autres hôtes d'un même segment supportant un service donné, lorsque cette liste d'hôtes ne peut être connue par un autre moyen.

En particulier, des trames IP émises en diffusion sont utilisées au démarrage d'une interface réseau IP dans le mode de configuration automatique, pour la recherche de serveurs DHCP permettant l'autoconfiguration de cette interface et des services qui lui sont associés.

L'IANA définit aussi les espaces d'adresse IPv6 disponibles à la réservation.

Plages d'adresses IP spéciales

Un certain nombre de conventions préside à l'adressage IP dans les réseaux :

  • L'adresse 127.0.0.1 dénote l'adresse de bouclage (localhost - la machine elle-même).
  • L'adresse 0.0.0.0 est illégitime en tant qu'adresse de destination, mais elle peut être utilisée localement dans une application pour indiquer une interface réseau quelconque.
  • Les autres adresses dans le réseau 127.0.0.0/8 sont considérées comme locales, de même que celles du réseau 0.0.0.0/8.
  • L'adresse spéciale 255.255.255.255 est une adresse de diffusion.
  • La première adresse d'un réseau spécifie le réseau lui-même, la dernière est une adresse de diffusion (broadcast) sur ledit réseau.

Les adresses suivantes ne sont pas (ou tout du moins ne devraient pas être) routées sur Internet : elles sont réservées à un usage local (au sein d'une organisation, dans les limites de laquelle elles peuvent être routées) :

  • 10.0.0.010.255.255.255 (10/8)
  • 172.16.0.0172.31.255.255 (172.16/12)
  • 192.168.0.0192.168.255.255 (192.168/16)

De plus les adresses suivantes ne devraient pas être routées sur Internet, ni même de façon privée au-delà d'un même segment de liaison, où ces adresses sont utilisables uniquement comme adresses de configuration automatique par défaut des interfaces d'hôtes (en cas d'absence de configuration manuelle explicite et de non-détection d'autres systèmes de configuration comme DHCP) :

  • 169.254.0.0169.254.255.255 (169.254/16) - cf. APIPA.

Pour plus d'informations sur les autres plages d'adresses IPv4 normalement non routables et interdites sur Internet car non réservées pour cet usage, on peut consulter la page Bogon IPs du site CompleteWhois (en). Le site répertorie aussi :

  • les adresses IPv4 volées. Le plus souvent, cela survient à la suite de demandes de transfert d'un fournisseur d'accès à un autre, opérées avec une identité falsifiée et non vérifiée par le nouveau fournisseur, et non restituées à leurs réservataires légitimes ;
  • les adresses qui parviennent à être routées sur certaines portions du réseau Internet bien qu'elles n'aient pas été légitimement réservées. Dans ce cas, un problème sérieux se pose en termes de sécurité et de configuration de routeurs.

Réservation des blocs d'adresses IP

Les adresses IP Unicast sont distribuées par l'IANA aux registres Internet Régionaux (Regional Internet Registries, RIR). Les RIRs gèrent les ressources d'adressage IPv4 et IPv6 dans leur région.

Il est possible d'interroger les bases de données des RIRs pour savoir à qui est allouée une adresse IP. Si le serveur interrogé ne contient pas la réponse, il donnera l'adresse du RIR à interroger. Ces requêtes se font grâce à la commande whois ou bien via les sites Web des LIR (rubrique « whois »).

Voir aussi

Liens internes

Références externes

Les définitions des adresses IP en version 4 ou 6, la notion de classe ainsi que le CIDR sont documentés dans les RFC suivants (en anglais) :

commun

  • RFC 997 - Internet Numbers (RFC originelle mais obsolète)
  • RFC 1166 - Internet Numbers
  • RFC 791 - Internet Protocol
  • RFC 1519 - Classless Inter-Domain Routing (CIDR): an Address Assignment and Aggregation Strategy
  • RFC 1918 - Address Allocation for Private Internets
  • RFC 1531 - Dynamic Host Configuration Protocol

IPv4

  • RFC 3330 - Special-Use IPv4 Addresses
  • RFC 903 - Reverse Address Resolution Protocol

La liste des RIRs ainsi que la table d'allocation des adresses se trouvent sur le serveur de l'IANA [1]

Utilitaires

  • Portail de l’informatique Portail de l’informatique
Ce document provient de « Adresse IPv4 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Adresse IPv4 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • IPv4 — im TCP/IP‑Protokollstapel: Anwendung HTTP IMAP SMTP DNS … Transport TCP UDP Internet IPv4 Netzzugang …   Deutsch Wikipedia

  • Adresse Internet Protocol — Adresse IP Une adresse IP (avec IP pour Internet Protocol) est le numéro qui identifie chaque ordinateur connecté à Internet, ou plus généralement et précisément, l interface avec le réseau de tout matériel informatique (routeur, imprimante)… …   Wikipédia en Français

  • Adresse ip — Une adresse IP (avec IP pour Internet Protocol) est le numéro qui identifie chaque ordinateur connecté à Internet, ou plus généralement et précisément, l interface avec le réseau de tout matériel informatique (routeur, imprimante) connecté à un… …   Wikipédia en Français

  • Adresse IPv6 Mappant IPv4 — Une adresse IPv6 mappant une adresse IPv4 constitue un cas spécial d adresse IPv6. Une telle adresse IPv6 a ses premiers 80 bits fixés à zéro, les 16 suivants à un, alors que les 32 bits restants représentent une adresse IPv4. Par exemple, ::ffff …   Wikipédia en Français

  • Adresse ipv6 mappant ipv4 — Une adresse IPv6 mappant une adresse IPv4 constitue un cas spécial d adresse IPv6. Une telle adresse IPv6 a ses premiers 80 bits fixés à zéro, les 16 suivants à un, alors que les 32 bits restants représentent une adresse IPv4. Par exemple, ::ffff …   Wikipédia en Français

  • Ipv4 — Pile de protocoles 7 • Application 6 • Présentation 5 • Session 4 • Transport …   Wikipédia en Français

  • Adresse Compatible IPv4 — Une adresse compatible IPv4 était une classe spéciale d adresse IPv6. Les 96 premiers bits de cette adresse étaient fixés à zero, alors que ses 32 derniers bits representaient une adresse IPv4. Les mécanismes de transmission vers IPv6 n utilisent …   Wikipédia en Français

  • Adresse compatible ipv4 — Une adresse compatible IPv4 était une classe spéciale d adresse IPv6. Les 96 premiers bits de cette adresse étaient fixés à zero, alors que ses 32 derniers bits representaient une adresse IPv4. Les mécanismes de transmission vers IPv6 n utilisent …   Wikipédia en Français

  • Adresse IP — Une adresse IP (avec IP pour Internet Protocol) est un numéro d identification qui est attribué à chaque branchement d appareil à un réseau informatique utilisant l Internet Protocol. Il existe des adresses IP de version 4 et de version 6. La… …   Wikipédia en Français

  • Adresse IPv6 — Pour consulter un article plus général, voir : IPv6. L adresse IPv6 est une adresse IP, dans la version 6 du protocole IP (IPv6). Une adresse IPv6 est longue de 128 bits, soit 16 octets, contre 32 bits pour IPv4. On dispose ainsi d environ 3 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”