Adouber

Adoubement

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Adouber (jeu d'échecs)
Jean II adoubant des chevaliers, enluminure des XIVe / XVe siècle, BNF

Au Moyen Âge, l'adoubement était une cérémonie officielle à laquelle de nombreux nobles assistaient et qui consistait à consacrer un homme comme chevalier du roi. Tout homme de bonne naissance, autrement dit riche et descendant de suzerains, après avoir été page puis écuyer pouvait devenir chevalier. Pour ce faire, le père de l'enfant le confiait à une personne de confiance, un ami, ou un membre de sa famille qui devenait son parrain dès que l'enfant avait atteint l'âge de sept ans. Il fallait que le père ait une confiance absolue en cette personne, le parrain, pour lui confier son enfant, car celui-ci devrait passer ses plus jeunes années sous sa garde et être élevé par lui.

De plus, il n'était pas rare qu'un parrain mente à son protégé sur les intentions et la personne de son père, ce qui entraînait bon nombre de trahisons et de guerres d'honneur quand l'enfant ne revenait pas se faire adouber au château familial pour y servir son père jusqu'à sa mort et en attendant de prendre sa place ; mais préférait faire allégeance à son parrain et ainsi devenir son chevalier. Les rois qui n'avaient pas d'héritier et n'étaient pas trop intransigeants envers la morale pratiquaient souvent ce genre de supercherie et désignaient ensuite le jeune chevalier comme leur successeur et héritier.

L’Adoubement, huile sur toile peinte en 1901 par Edmund Blair Leighton, peintre britannique du mouvement préraphaélite

Dans le château de son parrain, le jeune homme suivait une formation de page.

On peut lire Tristan et Iseut qui explique bien cet apprentissage et dont voici un extrait : « Sous sa tutelle, Tristan apprit à chevaucher, à sauter, nager, courir, lancer la pierre, manier l'écu et la lance, les diverses sortes d'art et d'escrime, l'art de vénerie et de fauconnerie, tous les honnêtes ébats recommandés pour fuir l'oisiveté, mère des vices, et en même temps les usages de la courtoisie et les vertus requises au franc homme : honneur, fidélité, hardiesse, débonnaireté, démener grande largesse, parler avec mesure, ne blâmer personne à la légère, éviter les fous et servir les dames. »

Puis, dès qu'il avait atteint l'âge de treize ou quatorze ans, il était nommé écuyer, s'il avait réussi sa formation de page et si l'écuyer qui la lui enseignait était satisfait de son élève. Désormais plus mûr et plus fort physiquement, son entraînement est axé sur l'équitation tandis que sa formation ne se préoccupe plus que du combat à cheval. La nuit avant la cérémonie est dédiée à la méditation et à la prière.

S'ensuit la cérémonie de l'Hommage pendant laquelle l'écuyer doit prêter « hommage » à son suzerain qui lui remet ses investitures, soit un étendard, symbole du fief. À partir de ce moment, l'écuyer est chevalier, mais aussi vassal du seigneur à qui il a prêté serment. Un chevalier peut prêter serment à plusieurs suzerains et ainsi posséder plusieurs fiefs, mais il doit exprimer quel est son hommage lige (ou hommage principal) si cette situation se produit. Dans ce cas alors, et s'il y a guerre ou mésentente entre ses suzerains, le chevalier est tenu d'obéir à son seigneur-lige si celui-ci lui ordonne de combattre à ses côtés.

Tout page, écuyer ou chevalier qui ne remplissait pas ses engagements était considéré comme un félon et poursuivi jusqu'à ce que mort s'ensuive ou qu'une décision du roi le condamne à l'emprisonnement.

Liens externes

Lectures conseillées

  • Le Roi Arthur de Michael Morpurgo (adaptation des légendes arthuriennes)
  • Tristan et Iseut
  • Lancelot-Graal
  • Olivier et Florent (édition Gallimard)
  • Jean Flori, L'idéologie du glaive. Préhistoire de la chevalerie, Genève, (éd. Droz), 1983.
  • Jean Flori, L'essor de la chevalerie, 11ème - 12ème siècles, Genève, (éd. Droz), 1986.
  • Jean Flori, Le chevalerie en France au Moyen Age, Paris, (éd PUF : Que sais-je n°972), 1995.
  • Jean Flori, Chevaliers et chevalerie au Moyen Age, Paris, (éd. Hachette : collection Vie Quotidienne) 1998. (2ème édition : 2004) (ISBN 2-7028-1905-2)
  • Jean Flori, La chevalerie, Paris, (éd. Gisserot), 1998.
  • Jean Flori, Croisade et chevalerie, Louvain, (éd. De Boeck-Wesmael), 1998. (ISBN 2-8041-2792-3)
  • Jean Flori, Brève histoire de la chevalerie, Gavaudan, (éd. Fragile), 1999.
    (Traduit en Anglais (1999))
Ce document provient de « Adoubement ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Adouber de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • adouber — [ adube ] v. tr. <conjug. : 1> • 1080; frq. °dubban « frapper », parce que le futur chevalier recevait de son parrain un coup sur la nuque 1 ♦ Armer chevalier par la cérémonie de l adoubement. « Quand Bayard adoube François Ier, Tristan et… …   Encyclopédie Universelle

  • adouber — ADOUBER, v. n. qui ne s emploie qu absolument, et qui n est guère d usage qu au Trictrac et aux Echecs, dans cette phrase, J adoube, par laquelle on marque qu on ne touche une pièce que pour l arranger, et non pour la jouer. f♛/b] Il se dit aussi …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • adouber — Adouber, voyez Addouber …   Thresor de la langue françoyse

  • adouber — ADOUBER. verbe actif. Accommoder. Il ne se dit guere qu au jeu du Tric trac & des Eschecs, J adoube, Pour faire entendre qu on touche une piece sans avoir dessein de la joüer, mais seulement pour la ranger …   Dictionnaire de l'Académie française

  • adouber — (a dou bé) v. n. 1°   N est guère usité qu au trictrac et aux échecs, quand on dit j adoube, indiquant qu on touche un pion pour l arranger, non pour le jouer. 2°   Terme de marine. Réparer, raccommoder. HISTORIQUE    XIe s. •   Escuz au col et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ADOUBER — v. tr. Arranger. Il a vieilli. Il signifie, en termes de Marine, Réparer, raccommoder. Adouber une voile. En termes de jeu de Trictrac et de jeu d’échecs, il sert à indiquer qu’on touche une pièce non pour la jouer, mais pour l’arranger. Alors il …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ADOUBER — v. n. Il n est guère usité qu au Trictrac et aux Échecs, dans cette locution, J adoube, par laquelle on indique qu on touche une pièce pour l arranger, non pour la jouer …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Adouber (jeu d'echecs) — Adouber (jeu d échecs) Au jeu d échecs, un joueur qui veut replacer une pièce mal positionnée sur l échiquier, doit le signaler à son adversaire en disant au préalable « J adoube » ou « I adjust »[1],[2], le joueur ayant le… …   Wikipédia en Français

  • Adouber (jeu d'échecs) — Au jeu d échecs, un joueur qui veut replacer une pièce mal positionnée sur l échiquier, doit le signaler à son adversaire en disant au préalable « J adoube » ou « I adjust »[1],[2], le joueur ayant le trait peut rectifier la… …   Wikipédia en Français

  • Adouber (échecs) — Au jeu d échecs, un joueur qui veut replacer une pièce mal positionnée sur l échiquier, doit le signaler à son adversaire en disant au préalable « J adoube » ou en anglais « I adjust »[1],[2], le joueur ayant le trait peut… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”