Dubrovnik


Dubrovnik
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raguse (homonymie).

Dubrovnik
Raguse

Blason de Dubrovnik
Vue de Dubrovnik
Vue de Dubrovnik

Pays Drapeau de Croatie Croatie
Comitat Dubrovnik-Neretva
Altitude 0 à 555 m
Population
(municipalité)
43 770 hab. (2001)
Population
(ville)
30 436 hab. (2001)
Superficie
(municipalité)
143,35 km2
Densité
(municipalité)
305,34 hab./km2
Coordonnées 42° 38′ 27″ N 18° 06′ 32″ E / 42.640833, 18.10888942° 38′ 27″ Nord
       18° 06′ 32″ Est
/ 42.640833, 18.108889
  
Indicatif téléphonique +385 (0) 20
Code postal 20 000
Maire
(Gradonačelnik)
Andro Vlahušić 2009-
Site web www.dubrovnik.hr

Géolocalisation sur la carte : Croatie

(Voir situation sur carte : Croatie)
DubrovnikRaguse

Dubrovnik est une ville et une municipalité de Croatie, capitale du Comitat de Dubrovnik-Neretva. L'ancien nom est Raguse, capitale de la République maritime connue sous le nom de République de Raguse. Ses habitants, ainsi que ce qui s'y rapporte, s'appellent encore des ragusains.

Au recensement de 2001, la municipalité comptait 43 770 habitants, dont 88,39 % de Croates, 3,26 % de Serbes, et 3,17 % de Bosniaques[1] et la ville seule comptait 30 436 habitants[2].

Elle a pour devise « La liberté ne se vend pas même pour tout l'or du monde ».

Sommaire

Géographie

Située au sud de la côte dalmate, à proximité de la frontière avec la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro, la ville-forte de Dubrovnik est un des hauts lieux touristiques de Croatie. Cette ville portuaire porte en effet de nombreux témoignages de sa très riche histoire, au travers de ses monuments et de ses rues pavées.

La principale d'entre elles, la Placa (ou Stradun), est une large avenue dallée tracée au milieu de la ville, sur l'ancien marécage qui séparait la Raguse latine sur le rocher de Dubrava sur le continent. Lorsque la ville s'agrandit au cours du Moyen Âge, elle assécha ce marais et en fit une artère.

L'artère principale de la vieille ville

Histoire

Moyen Âge et époque moderne

Article détaillé : République de Raguse.

Dubrovnik a été fondée durant la première moitié du VIIe siècle. Dès sa fondation, la ville a été placée sous la protection de Byzance. En 980, la ville devint le siège d'un évêché. A l'instar de Venise dont elle devint concurrente, Dubrovnik sut tirer parti de sa position côtière pour développer un commerce maritime lucratif.

Elle était gouvernée par un recteur, élu chaque mois. Celui-ci était logé au palais du recteur, où il ne recevait ni amis, ni famille, se consacrant entièrement à sa tâche. La République de Raguse comprenait uniquement les ports de Raguse (Dubrovnik) et de Ragusavecchia (Cavtat) jusqu'en 1120, date à laquelle elle étendit son arrière-pays.

Entre 1180 et 1190, le Grand Prince de Rascie Stefan Nemanja essaya à deux reprises de s'emparer de la République de Raguse, sans succès. En 1184, l'armée des trois frères, (Miroslav et Stracimir avaient rejoint Nemanja dans cette campagne), était devant les murs de la riche République de Dubrovnik (Raguse). La ville était chrétienne et peuplée d'Italiens venant de l'ancienne province de la Dalmatie, comme toute la région, mais elle était jalouse et surtout très fière de son indépendance, et elle résista à l'armée de Nemanja deux fois de suite. En effet, après un premier échec en 1184, Nemanja revint en 1185 devant ces murs, pour subir un nouvel échec militaire. En 1186, Nemanja décida alors de libérer les autres villes de la région qui étaient sous domination byzantine, l'armée serbe prend les villes de Svac, Bar, Danj, Sard et Ulcinj avec une étonnante rapidité. Entre 1233 et 1242, la République étendit à nouveau ses possessions dans l'arrière-pays.

L'importance de son trafic la conduisit à établir la première quarantaine en 1377 pour se protéger de la peste noire.

Après la quatrième croisade, elle est passée sous la domination de Venise, jusqu'en 1358. En 1358 (traité de paix de Zadar), la République de Raguse reconnut la suzeraineté du roi de Hongrie, à qui elle versa un tribut jusqu'en 1526, après la bataille de Mohács. L'autorité hongroise ne portait cependant que sur les impôts et la flotte et on fait donc traditionnellement débuter l'indépendance de la République de Raguse à1358.

La République reçut l'île de Meleda (Mljet) puis les alentours de Slano en 1399. Entre 1427 et 1451, elle acheta la région des Konavle au royaume de Bosnie.

En 1409 et en 1417, Venise lui contesta le monopole du commerce dans la ville de Drijeva, qui était alors possession du royaume de Bosnie. Elle échoua par deux fois, et Raguse resta maîtresse du commerce du sel (salines de Ston), qui passait par cette ville.

En 1416, elle est le premier état européen à abolir l'esclavage et, donc, à interdire le commerce des esclaves. Durant les quinzième et seizième siècles, elle développa son commerce entre l'Europe ottomane et les ports de la Méditerranée. Au seizième siècle, la flotte de commerce de la République comptait 160 navires.

L'avancée turque dans les Balkans, et notamment la conquête de la Serbie, nuit gravement au commerce de la République. Elle signa, en 1442, un traité avec les Ottomans; ce traité autorisait les marchands de Raguse à commercer dans les Balkans, moyennant le paiement d'une taxe.

Farouchement catholique, la République réservait les postes de la magistrature aux membres de cette religion et obligea parfois les orthodoxes à se convertir. En 1492, elle accueillit toutefois un groupe de Juifs expulsés d'Espagne.

A la fin du quinzième siècle, des conflits opposèrent Venise aux Hongrois, puis Venise aux Ottomans pour le contrôle du marché de Drijeva, nuisant ainsi gravement au commerce des marchands de Raguse, qui en avaient le monopole. Il faut attendre 1503 pour qu'un traité de paix soit signé.

Tout comme Venise, elle offrit de l'assistance à l'alliance musulmane lors de la bataille de Diu contre les Portugais, en 1509, dans l'Océan Indien.

Après 1526, elle paya un tribut aux Ottomans, et ce jusqu'en 1718. Le tribut s'élevait alors à 12 500 ducats par année. La république ne se releva jamais complètement de la crise du commerce maritime en Méditerranée et du tremblement de terre de 1667 (plus de 5 000 morts).

En 1699, elle céda deux portions de terre à l'Empire ottoman. De cette manière, Venise ne pouvait plus l'attaquer que par la voie maritime, et non plus par voie terrestre. Ceci est à l'origine de l'unique accès à la mer de la Bosnie dans la région de Neum.

La puissance commerciale qu'elle acquit ainsi fut la source de la puissance politique qu'elle a su sauvegarder jusqu'à l'annexion en 1809 par Napoléon Bonaparte (incorporation dans les provinces illyriennes dirigées par Marmont puis Fouché).

Plan des destructions de la vieille ville durant le siège de 1991-1992

Époque récente

Le 1er octobre 1991, l'Armée populaire yougoslave attaque et encercle Dubrovnik pendant la guerre d'indépendance croate. Le siège dura jusqu'à mai 1992. La plus grosse attaque d'artillerie eut lieu le 6 décembre 1991, tuant 19 personnes et en blessant 60. Le nombre total de victimes dans cette région est de 114 civils tués, selon la Croix-Rouge, dont le poète Milan Milisić (voir (en) Milan Milisić).

De 1992 à 1993, la ville a, par ailleurs, été la cible de tirs de l'armée serbo-monténégrine postée sur les hauteurs de Zarkovica, au nord est de la ville.

L'attaque contre Dubrovnik visait à compromettre une société politique monténégrine réticente dans les entreprises militaires décidées par Slobodan Milošević : on avait raconté aux réservistes monténégrins que les « Oustachis » attaquaient le Monténégro, et ils ont mis à sac la région, notamment Cavtat et la vallée des Konavle.[réf. nécessaire]

Reconstruction

68% des bâtiments de la vieille ville auraient été touchés directement ou indirectement par les tirs d'obus.

La reconstruction s'est déroulée, autant que possible, dans le respect des techniques traditionnelles, tout en appliquant des normes anti-sismiques nouvelles, dans cette région géologiquement instable.

La restauration des toitures fut particulièrement problématique, les matériaux traditionnels n'étant plus disponibles en quantité suffisante. Les anciennes tuiles furent ainsi progressivement remplacées par de nouvelles, bâtiment par bâtiment. Ces nouvelles tuiles proviennent d'une fabrique située à côté de Toulouse.

Transport

La ville est desservie par l'Aéroport de Dubrovnik situé à 20 km au sud de la ville près de Čilipi. La ville sera dans le futur desservie par l'Autoroute A1.

Localités

La municipalité de Dubrovnik compte 32 localités :

  • Bosanka
  • Brsečine
  • Čajkovica
  • Čajkovići
  • Donje Obuljeno
  • Dubravica
  • Dubrovnik
  • Gornje Obuljeno
  • Gromača
  • Kliševo
  • Knežica
  • Koločep
  • Komolac
  • Lopud
  • Lozica
  • Ljubač
  • Mokošica
  • Mravinjac
  • Mrčevo
  • Nova Mokošica
  • Orašac
  • Osojnik
  • Petrovo Selo
  • Pobrežje
  • Prijevor
  • Rožat
  • Suđurađ
  • Sustjepan
  • Šipanska Luka
  • Šumet
  • Trsteno
  • Zaton

Images de la vieille ville

Jumelages

Personnalités

Notes et références

  1. Recensement de 2001 : (en) Population by ethnicity, by towns/municipalities, census 2001 sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques. Consulté le 7 juillet 2008
  2. (en) Population by sex and age by settlements, census 2001 sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques. Consulté le 7 juillet 2008
  3. Cérémonie de signature

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dubrovnik de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dubrovnik — The walled city of Dubrovnik and outskirts …   Wikipedia

  • Dubrovnik — Dubrovnik …   Deutsch Wikipedia

  • Dubrovnik — Saltar a navegación, búsqueda Ciudad antigua de Dubrovnik1 …   Wikipedia Español

  • DUBROVNIK — (Ragusa), port in S. Dalmatia, Croatia; oligarchic maritime city state, autonomous until 1808, mainly under Venetian or Turkish protectorate. Jewish merchants from Durazzo (Albania) are mentioned in Ragusan archives in 1368. French Jews living in …   Encyclopedia of Judaism

  • Dubrovnik — es una ciudad costera de Croacia ubicada en el sur de Dalmacia. Tiene una población (2001) de 43.770 habitantes. Es uno de los centro turísticos más importantes del mar Adriático. Se la conoce como la perla del Adriático . Capital del condado de… …   Enciclopedia Universal

  • Dubrovnik — Dubrovnik, s. Ragusa …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Dubrovnik — (anc. Raguse) v. et port de Croatie, sur l Adriatique; 31 000 hab. Centre touristique et culturel. Nombr. monuments des XIIIe XVIe s. Fondée au VIIe s. par les habitants d épidaure (auj. Cavtat), détruite par les Slaves, la ville appartint à… …   Encyclopédie Universelle

  • Dùbrōvnīk — m 〈V īče〉 1. {{001f}}grad i luka na JI obali Jadranskog mora 2. {{001f}}pov. teritorij Dubrovnika i okolice; Dubrovačka Republika, {{c=1}}usp. {{ref}}dùbrovačkī ∆{{/ref}} …   Veliki rječnik hrvatskoga jezika

  • Dubrovnik — er en by på Adriaterhavets kyst. Byen er en af de naturskønneste og mest besøgte turiststeder i Dalmatien. Byen blev anlagt i det 7. århundrede og blev et vigtigt kulturcentrum og handelsområde i middelalderen. Byen var en del af Østrig fra 1815… …   Danske encyklopædi

  • Dubrovnik — Dùbrōvnīk m <V īče> DEFINICIJA 1. grad i luka na JI obali Jadranskog mora, 49.728 stan. 2. pov. teritorij Dubrovnika i okolice; Dubrovačka Republika, v. dubrovački ONOMASTIKA v. dubrava …   Hrvatski jezični portal

  • Dubrovnik — [do͞o brôv′nik, do͞o′brôv nik] seaport in S Croatia, on the Adriatic: pop. 44,000 …   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.