Adolf Bartels
Adolf Bartels
Adolf Bartels 01.jpg
Activités poète, éditeur, journaliste, historien de la littérature et théoricien politique
Naissance 15 novembre 1862
Wesselburen
Décès 7 mars 1945
Weimar

Adolf Bartels, né le 15 novembre 1862 à Wesselburen (en), dans le Schleswig-Holstein, décédé le 7 mars 1945 à Weimar, est un poète, écrivain, éditeur, journaliste, historien de la littérature et théoricien politique allemand. Appartenant au courant de pensée völkisch, il est connu comme un des inspirateurs de l'antisémitisme national-socialiste[1].

Sommaire

Vie

Élève au gymnasium de Meldorf, dans le Holstein, de 1877 à 1882, il quitta l'école peu avant le baccalauréat, son père ne pouvant payer ses droits de scolarité. Pendant quelque temps, il résida à Hambourg auprès de son oncle. N'ayant pu achever ses études, il retourna au foyer et travailla en tant qu'écrivain auxiliaire au tribunal royal de première instance. A la même époque, il se mit à écrire des poèmes, des textes courts et des essais d'histoire locale, publiés par un ami de son père, Julius Groth, éditeur et rédacteur d'une feuille locale. Ces travaux donnèrent l'idée à Bartels de tenir une série de conférences sur des thèmes littéraires et historiques pour financer des études universitaires.

En 1885, il entra à l'université de Leipzig. Se souciant médiocrement de ses études, il se consacra principalement à ses conférences sur la littérature, l'histoire et la philosophie. Il fit la connaissance à Leipzig de Hermann Conradi, Otto Erich Hartleben et Charles Henckell, qu'il devait représenter plus tard dans son Diable stupide (1896). Cette période, à côté d'un « roman de rebelle » et d'un drame, correspond surtout à des tentatives littéraires et des fragments littéraires inspirés par sa patrie du Schleswig-Holstein (Peter Boie von Helse, Johann Fehring, Editha, Rolves Karsten) et influencés par le naturalisme, qui ne furent jamais publiés.

Entamant une carrière de journaliste en 1888, il épousa Ida Rehork (1868-1958) et devint, grâce à l'entremise de son compatriote Hermann Allmers, rédacteur aux Didaskalia, supplément du Frankfurter Journal, dans lequel il publia des critiques théâtrales, des pages littéraires et des recensions d'ouvrages. Nommé temporairement, de 1890 à 1892, rédacteur en chef du Lahrer Zeitung à Baden, il écrivait, durant ses loisirs, des drames historiques (La papesse Jeanne, Catilina), pour lesquels il ne parvint pas à trouver d'éditeur, et sa première critique littéraire. Retourné à Francfort en 1892, il dirigea de nouveau les Didaskalia jusqu'en 1895. C'est à cette époque qu'il évolua vers l'antisémitisme.

Bartels décida en 1896 de s'établir à Weimar, alors que le Frankfurter Journal connaissait des problèmes financiers. Il fut soutenu par Julius Groth, et il devint secrétaire des Deutschen Schillerstiftung. C'est alors qu'il publia son premier roman, Die Dithmarscher. En outre, il écrivit des articles de critique littéraire pour des revues renommées comme Zeitschriften, Die Grenzboten ou Der Kunstwart. Un groupe d'articles pour Die Grenzboten furent même réunis en volume (Die deutsche Dichtung der Gegenwart. Die Alten und die Jungen) en 1897. Il publia un ouvrage la même année sur l'écrivain naturaliste Gerhart Hauptmann. En 1898, il introduisit dans l'histoire de la littérature allemande le terme de Heimatkunst, courant dont il se fit l'avocat passionné, avec Friedrich Lienhard. Son deuxième roman historique, Dietrich Sebrandt, qui traite des événements révolutionnaires de 1848 dans le Schleswig-Holstein et à Berlin, parut en 1899. Son état de santé s'aggrava. Se croyant condamné, il rassembla poèmes et drames pour les rendre publics, entre 1904 et 1905. Cependant, son état physique s'améliora grâce à plusieurs opérations. A partir de là, deux tendances influencèrent son activité: d'une part, la lutte contre l'influence juive dans la littérature allemande et la « littérature décadente », d'autre part, la mise en avant des jeunes « talents sains ». Cette période fut marquée par son Heinrich Heine (1906). Il lança par ailleurs, en 1909, une nouvelle revue littéraire, Deutsches Schrifttum, qui devait paraître jusqu'en décembre 1933.

Bartels fonda avec Arthur Moeller van den Bruck, Houston Stewart Chamberlain, Henry Thode, Ludwig Schemann et Hermann Hendrich le Werdandi-Bund (Fédération Werdandi), association d'inspiration völkisch, en 1907. Toutefois, il se refusait à prendre une position politique. Il ne pouvait accepter les objectifs capitalistes et colonialistes de Guillaume II, et l'expression « notre avenir se trouve sur l'eau » lui inspirait de grandes appréhensions. En 1913, Bartels organisa le premier « Deutschen Tag » (« Jour Allemand ») à Eisenach, regroupement d'associations et de fédérations du courant völkisch, et fut, au Schleswig-Holstein, parmi les initiateurs du Musée Hebbel à Wesselburen et du Musée Klaus Groth à Heide.

Après la Première Guerre mondiale, Bartels faisait partie des personnalités reconnues et respectées du mouvement völkisch et s'engagea en faveur du christianisme allemand. Pendant la République de Weimar, il était plutôt proche du Parti national du peuple allemand (DNVP). Toutefois, son élève et secrétaire personnel occasionnel Hans Severus Ziegler, gauleiter adjoint de Thuringe en 1933 et son compatriote le comte Ernst zu Reventlow l'amenèrent progressivement à se rapprocher du national-socialisme. Il publia en 1924 une brochure, Der Nationalsozialismus Deutschlands Rettung (Le National-socialisme au secours de l'Allemagne), qui fut plusieurs fois réimprimée et rencontra Hitler en 1926. Celui-ci fait une brève apparition dans le chapitre final de son roman Der Letzte Obervollmacht (1931). Sans avoir été jamais membre du NSDAP, Bartels reçut de nombreux honneurs de la part des nazis, parmi lesquels le ministre de la propagande, Goebbels, le Reichsdramaturg Rainer Schlösser et le Reichsjugenführer Baldur von Schirach.

Un de ses derniers grands travaux fut Geschichte der thüringischen Literatur (Histoire de la littérature thuringienne), en 1938-1942, fruit de longues années de recherches, considéré comme un remerciement à sa patrie de choix. Les Grossdeutschen Dichtertage (Jours des grands poètes allemands) de Weimar, où il parla à côté de Goebbels devant deux cents écrivains invités, furent l'un des derniers grands moments de sa vie, avec la célébration de ses 75 ans, en 1937, et de ses 80 ans, en 1942. Bartels mourut le 7 mars 1945, à Weimar, à l'âge de 82 ans.

Travaux poétiques et dramatiques

  • Gedichte (Poèmes), 1889
  • Dichterleben (Vies de poètes), 1890
  • Aus der meerumschlungenen Heimat, 1895
  • Der dumme Teufel (Le Diable stupide), 1896
  • Martin Luther, eine dramatische Trilogie (Martin Luther, une trilogie dramatique), 1903

Critique et histoire littéraire

  • Friedrich Gessler, 1892
  • Die deutsche Dichtung der Gegenwart, 1897
  • Geschichte der deutschen Litteratur (Histoire de la littérature allemande), deux volumes, 1901-1902
  • Adolf Stern, 1905
  • Heinrich Heine, 1906
  • Gerhart Hauptmann, 1906
  • Deutsche Literatur. Einsichten und Aussichten (Aperçu sur la littérature allemande et perspectives), 1907
  • Deutsches Schrifttum (Bibliographie allemande), 1911

Notes et références

  1. Ulrich Pfeil, Vom Kaiserreich ins "Dritte Reich"

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Adolf Bartels de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Adolf Bartels — (* 15. November 1862 in Wesselburen; † 7. März 1945 in Weimar) war ein deutscher Dichter, Schriftsteller, Herausgeber, Journalist, Literaturhistoriker und Kulturpolitiker. Er war Vertreter d …   Deutsch Wikipedia

  • Adolf Bartels — (15 November 1862 7 March 1945) was a German journalist and poet. Known for his völkisch worldview, he has been seen as a harbinger of National Socialist anti Semitism.Fact|date=February 2007Bartels was born at Wesselburen, in Holstein, and… …   Wikipedia

  • Bartels — ist ein Familienname. Herkunft und Bedeutung Bartels ist als Kurzform von Bartholomäus bekannt. Bekannte Namensträger Inhaltsverzeichnis A B C D E F G H I J K L M N O P Q …   Deutsch Wikipedia

  • Bartels — may refer to: * Adolf Bartels (1862–1945), German journalist and poet * Adolph Heinrich Friedrich Bartels, mayor of Adelaide, Australia between 1871 and 1873 * Carl Bernard Bartels (1866–1955), German/British sculptor * Edward Bartels (born 1925) …   Wikipedia

  • Adolf Stern (Schriftsteller) — Adolf Stern, eigentlich Adolf Ernst (* 14. Juni 1835 in Leipzig; † 15. April 1907 in Dresden) war ein deutscher Literaturhistoriker und Dichter. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Werke (Auswahl) 2.1 als Autor …   Deutsch Wikipedia

  • Adolf Stern — Adolf Stern, de nombre real Adolf Ernst (Leipzig, 14 de junio de 1835 Dresde, 15 de abril de 1907) fue un historiador de la literatura y poeta alemán. Vida Estudió en las universidades de Leipzig y Jena y en 1868 fue nombrado profesor de historia …   Wikipedia Español

  • Adolf Stern — (real name, Adolf Ernst) (1835 1907) was a German literary historian and poet, born in Leipzig. He studied at the universities of Leipzig and Jena, and in 1868 was appointed professor of the history of literature in the Polytechnikum of Dresden.… …   Wikipedia

  • Adolf Karl Ferdinand von der Recke — Adolf Karl Ferdinand Freiherr von der Recke war ein preußischer Landrat. Adolf Karl Ferdinand Freiherr von der Recke entstammte dem Adelsgeschlecht von der Recke, das 1859 das Schloss Mansfeld erworben hatte. 1885 wurde er zunächst kommissarisch… …   Deutsch Wikipedia

  • Bartels — Bartels, 1) Hans von, Maler, geb. 25. Dez. 1856 in Hamburg, machte dort seine ersten Studien bei dem Marinemaler Hardorff und bildete sich dann von 1876–77 bei A. Schweitzer in Düsseldorf, seit 1878 bei Karl Österley in Hamburg zum… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bartels — Bartels, Adolf, Dichter und Literarhistoriker, geb. 15. Nov. 1862 in Wesselburen, lebt seit 1903 in Bad Sulza; schrieb Gedichte, Romane, Dramen, »Geschichte der deutschen Literatur« (1901 2). Vertreter der Heimatkunst …   Kleines Konversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”