Don Quichotte de la Manche

Don Quichotte de la Manche

Don Quichotte

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Don Quichotte (homonymie).
Illustration de Gustave Doré

L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche (en espagnol El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha) est un roman écrit par Miguel de Cervantes. Il a créé le type du Don Quichotte, rêveur idéaliste et absurde qui se prend pour un justicier.

Sommaire

Le livre

Édition de 1605

Le début du livre commence ainsi : « Dans une bourgade de la Manche, dont je ne veux pas me rappeler le nom, vivait, il n’y a pas longtemps, un hidalgo, de ceux qui ont lance au râtelier, rondache antique, bidet maigre et lévrier de chasse. »

(« En un lugar de la Mancha, de cuyo nombre no quiero acordarme, no ha mucho tiempo que vivía un hidalgo de los de lanza en astillero, adarga antigua, rocín flaco y galgo corredor. »)


Le roman est construit en deux volumes. Le premier fut publié en 1605 et le second en 1615. En 1614 survint un Don Quichotte apocryphe, signé de l’énigmatique Alonso Fernández de Avellaneda. Pour cette raison, la deuxième partie contient plusieurs références à l’imposteur de Don Quichotte, et à son créateur que certains auteurs identifient comme Lope de Vega. Cervantès fait mourir son héros à la fin, pour qu’il ne soit jamais ressuscité par un autre Avellaneda.

Figurines représentant Don Quichotte et Sancho Panza

Cervantès déclare que les premiers chapitres sont tirés des « Archives de La Manche » et le reste traduit depuis l’arabe de l’auteur morisque Cid Hamet Ben Engeli, l’enchanteur qui tire les ficelles de don Quichotte tout au long du roman.

L’intrigue couvre les aventures d'un pauvre hidalgo (gentilhomme) de la Manche, dénommé Alonso Quichano (en espagnol Alonso Quijano), et obsédé par les livres de chevalerie.

Ceux-ci lui troublent la cervelle au point que Quichano se prend un beau jour pour le chevalier errant Don Quichotte, dont la mission est de parcourir l’Espagne pour combattre le mal et protéger les opprimés. Il prend la route, monté sur son vieux cheval, Rossinante, et accompagné d'un paysan stupide, Sancho Panza, trompé par ses promesses de récompense extraordinaire.

Don Quichotte passe pour un illuminé auprès de ceux qu’il rencontre. Il croit que les auberges ordinaires sont des châteaux enchantés et les filles de paysans de belles princesses. Il prend les moulins à vent pour des géants envoyés par de méchants magiciens. Il considère qu’une paysanne de son pays, Dulcinée du Toboso, qu’il ne rencontrera jamais, est l’élue de son cœur à qui il jure amour et fidélité.

Sancho Panza, son écuyer, dont la principale préoccupation est, comme son nom l’indique, de se remplir la panse, estime que son maître souffre de visions, mais il se conforme à sa conception du monde, et entreprend, avec son maître, de briser l’envoûtement dont est victime Dulcinée.

Aussi bien le héros que son serviteur subissent des changements complexes et des évolutions pendant le déroulement du récit.

Peu à peu Sancho Panza opère une métamorphose, et du lourd paysan qu’il était, il se transforme en un être plus éduqué, suscitant même par sa clairvoyance et la finesse de son jugement l’étonnement du peuple qu’il administre lorsqu’il est nommé gouverneur d’une île par le Duc et la Duchesse (Volume 2, chapitre 55). Don Quichotte, quant à lui, reste invariablement fidèle à lui-même, il ne cède à aucune pression extérieure, il brave les archers de l’inquisition qui sont à ses trousses depuis qu’il a libéré les galériens (vol. 1, chap. 22).

À la fin du deuxième volume, Don Quichotte, vaincu par le chevalier de la Blanche Lune (le bachelier Samson Carrasco), s’en retourne chez lui. Sancho le supplie de ne pas abandonner, lui suggérant de prendre le rôle de berger, souvent mis en scène dans des histoires bucoliques. Ayant abandonné la lecture de tout roman de chevalerie, il retrouve la raison et fait dès lors preuve de la plus grande sagesse, avant de mourir entouré de l’affection et de l’admiration des siens.

Les deux compères ont vécu ensemble beaucoup d’aventures, provoquant souvent de nombreux dégâts. Ils rencontrent, au cours de leurs pérégrinations, quantité de personnages qui délivrent une sociologie détaillée de l’Espagne du siècle d’or. On y voit défiler des criminels envoyés aux galères (sont-ce des Juifs poursuivis par l’Inquisition ?), des morisques sous le coup de l’édit d’expulsion de 1609 (Ricote, Ana Felix).

Don Quichotte est l’un des livres les plus lus au monde. Grand succès dès sa première édition, il a aussi fait l’objet d’une comédie musicale ainsi que de plusieurs adaptations cinématographiques plus ou moins heureuses.

Don Quichotte rompt avec la littérature médiévale et s’impose, par ses techniques narratives, par ses mouvements internes, par l’intervention même de l’auteur à l’intérieur de son texte, comme le premier roman moderne.

Moulins à vent à Campo de Criptana (La Mancha, Espagne)

Chaque époque a porté un point de vue différent sur le roman. À l’époque de sa première publication, il était considéré généralement comme un roman comique. Après la Révolution française, il fut populaire en partie à cause de son éthique : les individus peuvent avoir raison contre une société tout entière. Au XIXe siècle, il était considéré comme un commentaire social. Au XXe siècle il fut rangé dans la catégorie des classiques littéraires, et considéré comme un chef-d’œuvre précurseur.

Orthographe et prononciation du nom

Contrairement à une idée reçue, la prononciation Don Quichotte n’est pas une francisation du nom espagnol. À l’époque de Cervantès, le nom du héros s’écrivait Don Quixote avec un x[1] ; et l'on prononçait encore dans l’Espagne du XVIIe siècle x de la même façon que le groupe consonantique français ch ([ʃ] en alphabet phonétique international). Le français Don Quichotte de même que l’italien Don Chisciotte sont donc des modifications graphiques opérées pour respecter la prononciation d’époque. L’anglais a pour sa part modifié la prononciation (/ˈkwɪksoʊt/) tout en conservant la graphie d’époque. Le portugais Dom Quixote et le catalan Don Quixot, n’ont presque rien changé graphiquement, car la prononciation de x qui se conserve jusqu’à nos jours dans certains mots, y est toujours celle du XVIIe siècle : [ʃ].

En espagnol[2], la prononciation de x est au cours du XVIIe siècle passée à [x] (la jota espagnole, correspondant à une forme sourde de l’[ʁ] français), qui dans une réforme de l’orthographe espagnole opérée au XVIIIe siècle s’est écrit j. Ceci modifia le nom en Don Quijote, et le titre espagnol est aujourd’hui El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha.

Autres regards

Michel Foucault

Don Quichotte dans sa bibliothèque.
« Don Quichotte est la première des œuvres modernes puisqu’on y voit la raison cruelle des identités et des différences se jouer à l’infini des signes et des similitudes ; puisque le langage y rompt sa vieille parenté avec les choses, pour entrer dans cette souveraineté solitaire d’où il ne réapparaîtra, en son être abrupt, que devenu littérature ; puisque la ressemblance entre là dans un âge qui est pour elle celui de la déraison et de l’imagination. La similitude et les signes une fois dénoués, deux expériences peuvent se constituer et deux personnages apparaître face à face. Le fou, entendu non pas comme malade, mais comme déviance constituée et entretenue, comme fonction culturelle indispensable, est devenu, dans l’expérience occidentale, l’homme des ressemblances sauvages. (…)
À l’autre extrémité de l’espace culturel, mais tout proche par sa symétrie, le poète est celui qui, au-dessous des différences nommées et quotidiennement prévues, retrouve les parentés enfouies des choses, leurs similitudes dispersées. »

Michel Foucault, Les Mots et les choses, Paris 1966, éditions Gallimard, p. 62-63.[3]

Jorge Luis Borges

Jorge Luis Borges publia en 1947, dans la revue Sur, un récit intitulé Pierre Ménard, auteur du Quichotte. Il y décrit le destin littéraire d’un romancier qui réécrit mot à mot le livre de Cervantès. Comparant le Quichotte de Ménard à celui de Cervantès, Borges prend pour exemple la phrase de ce dernier : « […] la vérité, dont la mère est l’histoire, émule du temps, dépôt des actions, témoin du passé, […] » Borges constate : « Rédigée au XVIIe siècle par le « génie ignorant » Cervantès, cette énumération est un pur éloge rhétorique de l’histoire. Ménard écrit en revanche : « […] la vérité, dont la mère est l’histoire, émule du temps, dépôt des actions, témoin du passé, […]  » L’histoire, mère de la vérité ; l’idée est stupéfiante. Ménard, contemporain de Williams James, ne définit pas l’histoire comme une recherche de la vérité, mais comme son origine. […] Le contraste entre les deux styles est également vif. Le style archaïsant de Ménard – tout compte fait étranger – pêche par quelque affectation. Il n’en est pas de même pour son précurseur, qui manie avec aisance l’espagnol courant de son époque. » La parabole, l’« effet Ménard », permet ainsi à Borges de montrer qu’il existe une sorte de morale déceptive, qui ferait qu’un « beau style » ne pourrait à la fois être et avoir été.

Benoît XVI

Don Quichotte par Gustave Doré.

Benoît XVI, Teoría de los principios teológicos (en français Théorie des Principes religieux), publié en Espagne par Herder, à propos de Don Quichotte :

Don Quichotte commence comme une bouffonade, une sorte de plaisanterie amère qui n’est pas du simple ressort de la fantaisie ou de la littérature. L’auto-da-fé que commettent le curé et le barbier, au chapitre VI, avec les livres du pauvre hidalgo ont un air de réalisme absolu : ainsi est liquidé le monde médiéval et la porte se referme irrémédiablement sur le passé. Par la figure de Don Quichotte, une ère nouvelle émerge… Le chevalier est devenu fou. Se réveillant des rêves d’antan, une nouvelle génération rencontre la vérité, nue, sans affectation. L’allègre espièglerie des premiers chapitres aboutit à une éclosion… Quelle noble folie dans celle de Don Quichotte qui élit une profession où la noblesse de la pensée, l’honnêteté de la parole, la libéralité des actes, la vaillance dans les réalisations, la patience dans le travail, la générosité avec les opprimés, et finalement le maintien de la vérité, bien qu’il lui en coûte la vie de la défendre ! La folie insensée se convertit en l’expression d’un cœur pur…
Brûler le passé, voici l’heure de la synthèse. Aujourd’hui, le noyau de la folie touche le niveau de la conscience, cela coïncide avec l’extraction de la bonté d’un monde dont le réalisme se trompe…
Il ne s’agit pas d’un retour au monde du temps de la chevalerie, mais de rester éveillés afin de ne jamais perdre de vue les dangers qui menacent les hommes quand, brûlant leur passé, ils perdent une part d’eux-mêmes …

Boris Mouravieff

Don Quichotte est présenté comme un personnage « qui s’acharnait à combattre de front les influences "A" sous toutes leurs formes, et particulièrement celle de moulins à vent. » Ce combat étant considéré comme vain et promis à l’échec ainsi qu’à l’épuisement des forces. (Les influences "A" sont les influences créées par la vie elle-même, qui forment la Loi du Hasard ou Loi de l’Accident, sous l’empire de laquelle est placé le sort humain. (Gnôsis t.1, Étude et commentaires sur la tradition ésotérique de l’orthodoxie orientale, p. 134)

José Saramago

Don Quichotte assis, par Salvador Dalí.
« Don Quichotte s’obstine à ne pas être lui-même, mais à être celui qui sort de chez lui pour entrer dans ce monde parallèle et vivre une nouvelle vie, une vie authentique. Je crois qu’au fond, ce qui est tragique, c’est l’impossibilité d’être quelqu’un d’autre.
On peut considérer Don Quichotte comme le premier roman moderne, mais son auteur n’est sûrement pas le premier narrateur moderne. Je pense que Cervantès n’a rien inventé. Il suffit de lire le premier chapitre du livre pour imaginer un monsieur qui s’est assis devant son public pour lui raconter une histoire : “Dans une bourgade de la Manche, etc., etc.” C’est le schéma du narrateur oral.
Don Quichotte ne meurt pas, parce que celui qui va mourir, c’est un gentilhomme, un pauvre hidalgo du nom d’Alonso Quijano. Selon moi, c’est un élément fondamental. Ce n’est pas Don Quichotte qui meurt, mais Alonso Quijano.
Don Quichotte est cet autre que nous ne pouvons être, et c’est pour ça que nous l’aimons. »

Daniel Serra, Jaume Serra, Cervantes y la Leyenda de Don Quijote, Espagne, 2004. Programmé en France sous le titre Cervantès et la Légende de Don Quichotte (Arte, 4 mars 2005).

Günter Grass

« Le noble chevalier, l’idéaliste, qui se bat contre des moulins à vent, le rêveur qui prend ses hallucinations pour la réalité, le fantasque, le maître et son valet, les pieds sur terre, le valet prosaïque. C’est un couple que nous retrouvons encore dans notre réalité, à la fois alliés et adversaires. C’est un duo qui résiste aux temps qui changent. »

Daniel Serra, Jaume Serra, Cervantes y la Leyenda de Don Quijote, Espagne, 2004.

Dominique Aubier

Selon les recherches sémiologiques de cet auteur, le nom du héros Don Quichotte serait issu de l'expression araméenne « Que-chott » qui signifie « vérité ». Ses travaux épistémologiques tendent à prouver que l'œuvre de Cervantès serait un ouvrage dont la structure épouse l'édifice kabbalistique des séfirots. Dominique Aubier, Don Quichotte prophète d'Israël, ed. Robert Laffont, 1966 (Don Quijote Profeta y cabalista, ed. Obelisco, Barcelone 1987)

Influences de Don Quichotte

Monument à Don Quichotte et Dulcinée au Toboso, en Espagne
Statue de Don Quichotte et Rossinante, à Cuba

Il existe quelques tentatives de suites de Don Quichotte qui ont été écrites en français : Histoire de l’admirable Don Quichotte de la Manche, de Filleau de Saint Martin et Robert Challe, et la Suite nouvelle et véritable de l’histoire et des aventures de l’incomparable Don Quichotte de la Manche, d’auteur inconnu.

Des adaptations au théâtre ont été faites

  • Don Quichotte de Victorien Sardou, pièce en trois actes et huit tableaux, dont la première eut lieu au Théâtre du Gymnase le 25 juin 1864
  • Don Quichotte de Jean Richepin, drame héroï-comique en vers, en trois parties et huit tableaux, dont la première représentation a eu lieu à la Comédie-française le 16 octobre 1905. Le rôle de Don Quichotte était tenu par Leloir, celui de Sancho Panza par André Brunot et celui de Ginès de Passamont par Georges Berr.
  • Somewherela mancha de Irina Brook, l'histoire de Don Quichotte est transposée à notre époque, à New York.

Graham Greene écrivit un roman mettant en scène le descendant de Don Quichotte devenu monsignore et de Sancho Pacha devenu maire communiste : Monsignore Quichotte (1982). Roman au ton léger narrant les aventures tragi-comique d’un duo que tout oppose.

L’influence de Don Quichotte est notable sur des personnages historiques comme Simon Bolivar.

Le poète et romancier José Rizal, héros de l’indépendance philippine, a conçu son œuvre littéraire et politique en s’inspirant de l’idéal quichottien.

Exploitation

La communauté autonome de Castille-La Manche exploite la célébrité du roman de Cervantès pour faire la promotion du tourisme dans la région. Plusieurs sites ont un lien avec les péripéties, dont des moulins et une auberge où l’on dit que les évènements se sont passés.

Le personnage de Don Quichotte dans les autres arts

Films et iconographie

Tableau de Honoré Daumier

Plusieurs films sont basés sur l’histoire de Don Quichotte, y compris :

Musique

Don Quichotte par Gustave Doré

Don Quichotte a également inspiré les musiciens :

Moins connus :

  • Canal St Martin (2009), Album: Le Sens de la gravité Artiste: Les Fatals Picards.
  • Burlesque de Quichotte (1761), suite pour cordes et basse continue de Georg Philipp Telemann.
  • Don Quichotte (1869), opéra d’Henri Boulanger.
  • Nouveau Don Quichotte (le) (1789), opéra de Stanislas Champein.
  • Don Quichotte (1829), opéra de Giuseppe Mercadante.
  • Don Quichotte (1874), opéra d’Émile Pessard.
  • Don Quichotte de la Manche (vers 1765), opéra de Niccolò Vito Piccinni.
  • Don Quichotte (1727), opéra de Giovanni Ristori.
  • Don Quichotte de la Manche (1771), opéra de Antonio Salieri.
  • Don Quichotte (1791), opéra d’Angelo Tarchi.
  • El Retablo de Maese Pedro (1923), opéra de Manuel de Falla
  • Trilogie Faust - Don Quichotte - Saint François d’Assise (1929), tragédie lyrique de Charles Tournemire.
  • Le chevalier errant (1935), épopée chorégraphique en quatre tableaux, textes d’Alexandre Arnoux, musique de Jacques Ibert.

Danse

Le chorégraphe français Marius Petipa a créé, en 1869, un ballet en 4 actes sur une musique de Léon Minkus. De nombreuses reprises ont eu lieu à partir de 1970 dont celles de Rudolf Noureev, alors directeur de l’Opéra National de Paris. Le Ballet national de Cuba, dirigé par la chorégraphe Alicia Alonso, a également conçu un ballet intitulé .

Célébration

L’Espagne et l’Amérique hispanophone ont fêté les 400 ans de cette œuvre majeure tout au long de l’année 2005. À cette occasion, un jeune montagnard espagnol, Javier Cantero, a gravi le sommet de l’Amérique latine, l’Aconcagua, culminant à 6 960 m, en décembre 2005, afin d’y lire un passage de Don Quijotte de la Mancha.

Bibliographie

  • (en) James A.Parr, Kassel, Cervantes and the Quixote: A Touchstone for Literary Criticism, Edition Reichenberger 2005. (ISBN 3-937734-21-X)
  • (en) Kurt Reichenberger, Cervantes and the Hermeneutics of Satire, Kassel, Edition Reichenberger 2005. (ISBN 3-937734-11-2)
  • (en) Karl-Ludwig Selig, Studies on Cervantes, Kassel, Edition Reichenberger 1995. (ISBN 3-928264-64-9)
  • (es) José Ángel Ascunce Arrieta, Los quijotes del Quijote: Historia de una aventura creativa, Kassel, Edition Reichenberger 1997. (ISBN 3-931887-14-6)
  • (es) José Ángel Ascunce Arrieta, El Quijote como tragedia y la tragedia de don Quijote, Kassel, Edition Reichenberger 2005. (ISBN 3-937734-00-4)
    • Cervantes y su mundo I. V.V.A.A., Kassel, Edition Reichenberger 2004. (ISBN 3-935004-89-3)
    • Cervantes y su mundo II. V.V.A.A., Kassel, Edition Reichenberger 2005. (ISBN 3-935004-91-0)
    • Cervantes y su mundo III. V.V.A.A., Kassel, Edition Reichenberger 2005. (ISBN 3-937734-10-4)
  • (es) Agapita Jurado Santos, Obras teatrales derivadas de novelas cervantinas (siglo XVII). Para una bibliografía. Kassel, Edition Reichenberger 2005. (ISBN 3-935004-95-8)
  • (es) Kurt Reichenberger, Cervantes, un gran satírico?" Los enigmas del Quijote descifrados para el carísimo lector, Kassel, Edition Reichenberger 2005. (ISBN 3-937734-12-0)
  • (es) Kurt & Theo Reichenberger, Cervantes: El Quijote y sus mensajes destinados al lector, Kassel, Edition Reichenberger 2004. (ISBN 3-937734-05-8)
  • (es) Javier Salazar Rincón, El mundo social del Quijote, Madrid, Gredos 1986. (ISBN 84-249-1060-5)
  • (es) Javier Salazar Rincón, El escritor y su entorno. Cervantes y la corte de Valladolid en 1605, Valladolid, Junta de Castilla y León 2006. (ISBN 84-9718-375-4)
  • (es) Krzysztof Sliwa, Vida de Miguel Cervantes Saavedra, Kassel, Edition Reichenberger 2005. (ISBN 3-937734-13-9)
  • (es) Cervantes. Estudios sobre Cervantes en la víspera de su centenario, V.V.A.A., Kassel, Edition Reichenberger 1994. (ISBN 3-928064-64-9)
  • (fr) Jean Canavaggio, Don Quichotte, du livre au mythe, Quatre siècles d’errance, Éditions Fayard, 2005. 346 pages. (ISBN 2-213-62388-0)
  • (fr) Dominique Aubier, Don Quichotte, prophète d'Israël, Éditions Robert Laffont, 1967. 290 pages.
  • (fr) Carlos Fuentes, Cervantes ou la critique de la lecture, Paris, L’Herne, 2006.
  • (fr) Hanania Alain Amar, De Don Quichotte à Don Juan ou la quête de l'Absolu, L'Harmattan, Paris, 2007.

Vidéographie

Conférence (vidéo) du Collège de France intitulée « Don Quichotte », par Francisco Jarauta, professeur à l’Université de Murcia (Espagne) ; 2007/02/05

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Wiktprintable without text.svg

Voir « Don Quichotte » sur le Wiktionnaire.

Notes et références

  1. Comme en témoigne la page de garde de l’époque.
  2. Don Quichotte - Don Quixote sur le site Lexilogos.
  3. Voir également cet extrait des Mots et des Choses de Michel Foucault, sur le personnage de Don Quichotte.
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne

Ce document provient de « Don Quichotte ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche — Don Quichotte Pour les articles homonymes, voir Don Quichotte (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • L'ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche — Don Quichotte Pour les articles homonymes, voir Don Quichotte (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Don Quichotte de la Mancha — Don Quichotte Pour les articles homonymes, voir Don Quichotte (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Don Quijote de la Mancha — Saltar a navegación, búsqueda Para otros usos de este término, véase Don Quijote (desambiguación). Don Quijote de la Mancha …   Wikipedia Español

  • L'Homme de la Manche — Pour les articles homonymes, voir L Homme de la Mancha. L Homme de la Manche[1] (Man of La Mancha) est un film musical italo américain d Arthur Hiller sorti en 1972. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • L'Homme De La Manche — (Man of La Mancha) est un film musical italo américain réalisé par Arthur Hiller et sorti en 1972 aux États Unis. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution …   Wikipédia en Français

  • L'homme de la Manche — (Man of La Mancha) est un film musical italo américain réalisé par Arthur Hiller et sorti en 1972 aux États Unis. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution …   Wikipédia en Français

  • L'homme de la manche — (Man of La Mancha) est un film musical italo américain réalisé par Arthur Hiller et sorti en 1972 aux États Unis. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution …   Wikipédia en Français

  • Continuación nueva y verdadera de la historia y las aventuras del incomparable don Quijote de la Mancha — Saltar a navegación, búsqueda Obra anónima francesa, publicada por primera vez en seis volúmenes impresos entre 1722 y 1726. Es una continuación de la Segunda Parte de Don Quijote de la Mancha, sin relación con las de Francois Filleau de Saint… …   Wikipedia Español

  • Continuación nueva y verdadera de la historia y las aventuras del incomparable Don Quijote de la Mancha — Este artículo o sección necesita referencias que aparezcan en una publicación acreditada, como revistas especializadas, monografías, prensa diaria o páginas de Internet fidedignas. Puedes añadirlas así o avisar …   Wikipedia Español