Don Juan

Don Juan
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juan et Don Juan (homonymie).
Présentation du Don Juan de Mozart lors de l'ouverture de l'Opéra de Vienne le 25 mai 1869.

Le personnage de Don Juan est avant tout un mythe. Les efforts d'identification à un personnage réel sont vains, on peut seulement lui reconnaître certains critères qui lui sont propres.

Fondamentalement, Don Juan recherche et vit dans le plaisir et la jouissance de l’instant présent, en s'opposant aux contraintes et aux règles sociales, morales et religieuses, ainsi qu'en ignorant volontairement autrui. Il est donc à la fois jouisseur et cynique, également égoïste et destructeur.

L'usage établi veut que l'on écrive « Dom Juan » lorsqu'il s'agit du titre de l'œuvre de Molière ou du poème de Baudelaire, « Don Giovanni » ou « Don Juan de Mozart »[1] lorsqu'il s'agit de l'opéra de Mozart et Da Ponte, « Don Juan » lorsqu'il s'agit d'une autre œuvre[2].

Sommaire

L'histoire initiale

Le personnage mythique de Don Juan serait né d'un fait divers[3] rapporté par la Chronique de Séville. Selon la légende, il aurait vécu au XIVe siècle : fils de l'amiral Alonso Jofre Tenorio, Don Juan Tenorio aurait tué le commandeur Ulloa dont il avait séduit la fille, et les moines du couvent où fut enterré le commandeur, outrés de cet acte, l'auraient assassiné et fait disparaître le corps, racontant ensuite qu'il avait été foudroyé par le Ciel et entraîné en enfer comme châtiment de ses fautes et de son refus de se repentir[4]. Mais les Cronicas de Sevilla et les archives des familles Tenorio et Ulloa sont muettes. Les noms des personnages ne sont pas fictifs, il a bien existé un don Juan Tenorio, ou un don Alonso Tenorio mais nulle part il n'est fait mention d'une disparition suspecte, encore moins du miracle de la statue de pierre qui s'anime pour punir un débauché[3].

Il est beaucoup plus vraisemblable de croire que le succès de la pièce du moine espagnol frère Gabriel, plus connu sous le nom de Tirso de Molina, (qui met en scène un personnage de jeune débauché avide de jouissance, personnage assez habituel dans les comédies espagnoles des XVIe et XVIIe siècles) est à l'origine de la légende[3]. Mais ce sont les éléments surnaturels qui ont le plus contribué à la survie de cette fable dans l'imaginaire collectif[5], et à la création du mythe. Il est probable qu'il faut y voir la récupération d'un thème moral (la punition du méchant) fréquemment utilisé dans les collèges religieux ou les ballades populaires[6].

L'écriture des aventures d'un séducteur

El Burlador de Sevilla y Convidado de piedra (Le Trompeur de Séville et le Convive de pierre) attribué à Tirso de Molina, dramaturge espagnol est publié en 1630. Repris de nombreuses fois, le texte arrive en Italie, où il est intégré à la commedia dell'arte qui ajoute le thème des mille et trois femmes, puis Molière reprend et adapte le texte en 1665[7]. Da Ponte en tire un livret que Mozart met en musique, c'est l'opéra Don Giovanni, Mérimée, Byron, Dumas, Baudelaire en poésie, Montherlant et de très nombreux autres auteurs, musiciens, metteurs en scène, cinéastes, auteurs de bandes dessinées, furent fascinés par ce personnage habile et d'envergure qui défie la morale, l'ordre public, et Dieu.

Le personnage évolue légèrement avec les époques. Mais la trame de fond demeure : séduction des femmes, rejet des règles sociales et morales, défi à l'autorité et à Dieu, châtiment « exemplaire ». Cependant sur ce dernier point des différences notables apparaissent chez certains auteurs de la période romantique.

Le Romantisme crée ainsi le personnage du libertin repenti, comme dans Les âmes du purgatoire, de Prosper Mérimée, qui reprend l'histoire à demi légendaire de don Miguel Mañara[8], mort en odeur de sainteté au XVIIe siècle à Séville. Et les changements et transformations se poursuivent de nos jours : signe de l'évolution des mentalités entre les monarchies chrétiennes à vision sociale, et le monde contemporain laïc ou athée à vision individualiste[9], signe aussi de la vitalité du mythe du séducteur né, fascinant et scandaleux.

Les grandes caractéristiques du personnage chez les auteurs

Chez Tirso de Molina

  • Plaisir : sensualité souveraine, sexualité triomphante, déchaînement érotique qui s’oppose au discours galant de l’amoureux vrai, réussite ;
  • Egoïsme cynique : l’autre n’existe pas en soi mais seulement pour l’intérêt et le plaisir que Don Juan en tire, il poursuit et trompe de nombreuses femmes, manipulation des femmes, ne ressent aucun devoir envers les autres ;
  • Défi : défi des autorités et de la société de son temps en refusant de se soumettre à la morale, ignorance et défi de la religion catholique ;
  • Antisocial : totalement opposé aux devoirs qu’impose la vie sociale, totalement opposé au respect de l’autre et à la charité chrétienne, Don Juan se place au-dessus de tout et de tous, il place l’individu au-dessus de la société, de l’intérêt général et du bien commun ;
  • Matérialisme : Don Juan vit dans l'instant présent et pour le plaisir sensuel, il met les principes religieux en doute, et remet toujours à plus tard son repentir, il ne se repent trop tard qu'une fois plongé dans les flammes de l’enfer ;
  • Pouvoir et conflit : violence verbale et parfois physique, menaces, le masculin contre le féminin, le désir physique pur contre l'union des êtres, l'acte charnel contre le mariage, refus de la contrainte, abus du pouvoir de séduction, abus du pouvoir de sa position sociale.

Chez Molière

  • Plaisir : hédoniste, il reprend le personnage de Molina, mais de nature intrinsèquement sensuelle Don Juan ne recherche plus la simple jouissance physique ;
  • Egoïsme cynique : hypocrite, cynique et froid, il manipule hommes et femmes, séduit par le discours pour faire tomber la femme qu’il désire, promet mensongèrement le mariage, déshonore les femmes ;
  • Défi : fier et orgueilleux, Don Juan veut affirmer sa supériorité sur tout et tous, y compris la morale et la religion ;
  • Antisocial : totalement opposé aux devoirs qu’impose la vie sociale, totalement opposé au respect de l’autre et à la charité chrétienne, bien que paradoxalement doté d'un certain sens de l'honneur (dernière réplique de la scène II de l'acte III) ;
  • Matérialisme : libertin, athée, il ne se repent jamais, même plongé dans les flammes de l’enfer ;
  • Pouvoir et conflit : violence verbale et parfois physique, menaces, refus de la contrainte, abus du pouvoir de séduction, abus du pouvoir de sa position sociale.

Chez Da Ponte et Mozart

  • Plaisir : féroce appétit de vivre, jouissance de chaque instant vécu ;
  • Égoïsme cynique : hypocrite, cynique et froid, il manipule hommes et femmes, séduit par le discours pour faire tomber la femme qu’il désire, promet mensongèrement le mariage, déshonore les femmes ;
  • Défi : fier et orgueilleux, Don Juan veut affirmer sa supériorité sur tout et tous, y compris la morale et la religion, moqueries constantes ;
  • Antisocial : totalement opposé aux devoirs qu’impose la vie sociale, totalement opposé au respect de l’autre et à la charité chrétienne ;
  • Matérialisme : libertin, athée, il vit dans l'instant, rejette toute morale ou religion, même en tombant dans les flammes de l’enfer ;
  • Pouvoir et conflit : violence verbale et physique, menaces, refus de la contrainte, abus du pouvoir de séduction, abus du pouvoir de position.

Au XIXe siècle

Le romantisme remanie profondément le personnage conformément aux aspirations de l'époque, au point d'en faire un séducteur... séduit, amoureux, idéaliste, voire repentant ! Don Juan est décrit comme un héros romantique, séducteur mais également séduit, attirant l’amour sans calcul et se faisant prendre par lui, poétique, sans cynisme sordide, qui absolutise l’amour et y consacre son existence ; il porte en lui une image d’un absolu féminin dont la recherche devient une quête démesurée, mélancolique, et sans fin ; la rédemption est possible et parfois présente.

  • Plaisir : la jouissance n'est plus le but premier ;
  • Égoïsme cynique : beaucoup moins cynique et pervers ;
  • Défi : incarnation de la rébellion de l’individu solitaire face à tout ordre et toute autorité ;
  • Antisocial : rejet de l'amour social « normé », rejet de l'ordre social établi, de la morale et de la religion, au profit d'une conception personnelle ;
  • Matérialisme : moins matérialiste, en lien avec l’absolu et la beauté, aspiration vers la suprême beauté, remplacement de l’absolu divin par l’absolu féminin, soif d’une beauté que seule peut offrir la femme, absolutisation de l’amour et consécration à lui de son existence ; la rédemption redevient possible ;
  • Pouvoir et conflit : refus fréquent de la contrainte, rejet des limites, accès à une grandeur surhumaine et presque divine, le "surhomme" de Nietzsche n’est pas loin.

De nos jours

Le personnage conserve ses traits constitutifs ou bien présente des caractéristiques nouvelles créées par la vision personnelle de l'auteur[10]. L'aspect de révolte est souvent présent, autant contre Dieu que contre une société moralisante et aliénante.

Certains auteurs et critiques contemporains, tels Anne-Marie Simond[11] comme romancière et Gregorio Marañón[12] comme critique, voient dans la frénésie de séduction de Don Juan auprès des femmes le signe d'une homosexualité refoulée.

Le Don Juan d'Éric-Emmanuel Schmitt est d'un genre nouveau : vieilli et plus mature, ne cherchant plus à satisfaire tous ses désirs, et en questionnement sur lui-même, car il a connu l'Amour, mais ne pouvait le conjuguer avec le désir puisqu'il le trouvait chez un homme.

En littérature

En 1665, Molière écrit la célèbre pièce de théâtre qui relate en l'actualisant au Grand Siècle français l'histoire de Don Juan ; son succès fera rester dans l'ombre la pièce Le Festin de pierre de Thomas Corneille de 1677 ;

Article détaillé : Dom Juan ou le Festin de pierre.

D'autres auteurs reprendront les mêmes thèmes :

Cette liste n'est pas exhaustive : des dizaines d'écrivains ont traité ce mythe. Pour avoir une liste complète, consulter Christian Biet : Don Juan, Mille et trois récits d'un mythe, Gallimard, collection « Découvertes », 1998

En musique

Fichier audio
Sérénade de Don Juan (info)
La Sérénade de Don Juan composée par Piotr Ilitch Tchaïkovski, interprétée en Français par Mario Ancona en 1904

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

En arts plastiques

Au cinéma

  • 1916 : Don Giovanni, film italien d'Edoardo Bencivenga ;
  • 1926 : Don Juan, film américain d'Alan Crosland, considéré comme le premier film sonore ;
  • 1948 : Les Aventures de Don Juan, film d'aventures américain réalisé par Vincent Sherman avec Errol Flynn dans le rôle de Don Juan ;
  • 1954 : Mozart. Don Giovanni, film allemand de Czinner Paul ;
  • 1955 : L'Œil du diable, film suédois d'Ingmar Bergman avec Jarl Kulle et Bibi Andersson ;
  • 1956 : Don Juan, film français réalisé par John Berry avec Fernandel dans le rôle de Sganarelle ;
  • 1965 : Dom Juan ou le Festin de pierre, film français réalisé par Marcel Bluwal avec Michel Piccoli et Claude Brasseur ;
  • 1973 : Don Juan 73 ou Si Don Juan était une femme, film français de Roger Vadim avec Brigitte Bardot;
  • 1979 : Don Giovanni, film opéra français de Joseph Losey ;
  • 1991 : Don Juan en los infiernos, réalisé par G. Suarez ;
  • 1995 : Don Juan DeMarco, réalisé par Jeremy Leven avec Marlon Brando et Johnny Depp
  • 1997 : Don Giovanni, film d'art et essai réalisé par Gilles D'Elia à partir du texte de Molière et du livret de Lorenzo Da Ponte ;
  • 1998 : Don Juan, film réalisé par Jacques Weber à partir du texte de Molière ;
  • 2005 : "Broken Flowers", film réalisé par Jim Jarmusch ou le personnage principal, interprété par Bill Murray, est un Don Juan vieillissant qui, après avoir reçu une lettre d'une de ses anciennes conquêtes, lui indiquant qu'il a un fils, part à la recherche de celle-ci pour découvrir laquelle lui a envoyé cette lettre. Jim Jarmusch modernise le mythe du Don Juan, et transcende avec humour et émotion ce mythe;

Cette liste est non exhaustive [14]

Bibliographie

  • Georges Gendarme de Bévotte, La Légende de Don Juan: son évolution dans la littérature des origines au romantisme, Genève, Slatkine, 1993, 547 p. (ISBN 978-2-05-101286-7) [lire en ligne] 
  • Micheline Sauvage, Le Cas Don Juan, Le Seuil, coll. Pierres Vives, 1953.
  • Jean Rousset, Le Mythe de Don Juan, A. Colin, coll. U prisme, 1978.
  • Camille Dumoulié, Don Juan ou l’héroïsme du désir, Presses Universitaires de France, Écriture, 1993.
  • Christian Biet, Don Juan. – Mille et trois récits d’un mythe, Gallimard, Découvertes, n° 348, 1998.
  • Pierre Brunel (direction), Dictionnaire de Don Juan , Robert Laffont, Bouquins, 1999.

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Références

  1. Réminiscences de Don Juan de Mozart, œuvre pour piano de Franz Liszt, Le Don Juan de Mozart, livre de Charles Gounod (1890), Pierre Jean Jouve, Le Don Juan de Mozart, 1942
  2. Jean-Claude Hauc, L'appétit de Don Juan p. 12 ou 23 [lire en ligne] 
  3. a, b et c Georges Gendarme de Bévotte, La Légende de Don Juan [lire en ligne]  (1906) p.22-24
  4. Le Petit Robert des noms propres, entrée Don Juan.
  5. Encyclopædia Universalis (1990) Tome 7 p.638b
  6. Georges Gendarme de Bévotte, La Légende de Don Juan [lire en ligne]  p.37
  7. Louis-Georges Tin, Molière, Dom Juan, Bréal, 1998 [lire en ligne]  p. 16
  8. Antoine de Latour, Don Miguel de Mañara (1857) [lire en ligne] 
  9. Encyclopædia Universalis (1990) Tome 7 p.640 Derniers avatars
  10. Voir le Don Juan d'Éric-Emmanuel Schmitt, qui est confronté à l'homosexualité
  11. Anne-Marie Simond, Le Séducteur', Héron, 2009 [lire en ligne] 
  12. Gregorio Marañón, Don Juan et le donjuanisme, Gallimard, 1967, 185 p. [lire en ligne] 
  13. Byron, Don Juan [lire en ligne]  Texte intégral
  14. Broken Flowers

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Don Juan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Don Juan — (spanisch) oder Don Giovanni (italienisch) ist der Archetypus des Frauenhelden, eine grundlegende Gestalt der europäischen Dichtung. Der Stoff, der in der Literatur der vergangenen Jahrhunderte häufig aufgegriffen wurde, stellt ein klassisches… …   Deutsch Wikipedia

  • Don juan — Pour les articles homonymes, voir Juan et Don Juan (homonymie). Présentation du Don Juan de Moz …   Wikipédia en Français

  • Don Juan — Saltar a navegación, búsqueda Don Juan desenvainando la espada en Don Giovanni de Mozart; cuadro de Max Slevogt: Francisco d Andrade como Don Giovanni, 1912 Don Juan es un personaje arquetípico, configurado en la literatura española y con larga… …   Wikipedia Español

  • DON JUAN — Depuis qu’il a surgi, aux environs de 1630, le thème de don Juan s’est révélé l’un des plus stimulants dans la création littéraire et, accessoirement, dans l’art musical; enfin dans l’ordre de la recherche historique, sociologique et psycho… …   Encyclopédie Universelle

  • Don Juan — /don wahn / or, Sp., /dawn hwahn / for 1, 2; esp. for 4 /don jooh euhn/ 1. a legendary Spanish nobleman famous for his many seductions and dissolute life. 2. a libertine or rake. 3. a ladies man; womanizer. 4. (italics) an unfinished epic satire… …   Universalium

  • Don Juan — Don Ju|an 〈[dɔ̣n xuạn] m.; s od. , s〉 Frauenheld, Verführer [nach der gleichnamigen Gestalt der span. Literatur] * * * Don Ju|an [dɔn xu̯an ], der; s, s [nach der gleichnamigen Sagengestalt in der spanischen Literatur]: Mann, der ständig auf… …   Universal-Lexikon

  • Don Juan — (span., spr. chuán), Held einer spanischen Sage, die, unter dem heißen Himmel des Südens entstanden, in ihrer erschütternden Gewalt wie ihrer tief im Geiste des Mittelalters wurzelnden Grundidee, der Faustsage des Nordens entspricht oder vielmehr …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Don Juan 73 — Données clés Réalisation Roger Vadim Scénario Jean Cau Roger Vadim Jean Pierre Petrolacci Acteurs principaux Brigitte Bardot Maurice Ronet Jane Birkin Mathieu Carrière Pays d’o …   Wikipédia en Français

  • Don Juan — (don ju an) s. m. Séducteur, homme sans moeurs et sans conscience, mais agréable dans ses manières, et se faisant un jeu de perdre les femmes de réputation. Un Don Juan de bas étage. •   Traitez moi de perfide et d ingrat, appelez moi Don Juan et …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Don Juan — Don Ju|an 〈[dɔ̣n xuạn] m.; Gen.: od. s, Pl.: s〉 Frauenheld, Verführer; er ist ein Don Juan; sich wie ein Don Juan benehmen, aufführen [Etym.: nach einer Gestalt der span. Literatur] …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • Don Juan — Don Juan, mythische Person einer altspanischen Sage, die in Sevilla heimisch ist; D. I. Tenorio, soll liederlich gelebt u. die Giralda, eine sevillesische Jungfrau, deren Andenken auf dem Thurme gl. Nam. bei der Kathedrale verewigt ist, zu… …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.