Ad personam

Argumentum ad hominem

L'argument ad hominem ou argumentum ad hominem est une locution latine qui désigne le fait de confondre un adversaire en lui opposant ses propres paroles ou ses propres actes[1]. Il sert fréquemment à discréditer des arguments sans les discuter en raison de la personne qui les présente.

Typiquement un argument ad hominem est construit comme suit :

  1. A affirme la proposition B.
  2. Opposer que A n'est pas crédible (pour des raisons liées à ses paroles, à ses actes) quand il dit B.
  3. Donc la proposition B est fausse.

C'est une technique de rhétorique.

Sommaire

Sous-type

Ad personam

Les attaques personnelles consistent assez souvent à insulter son adversaire, mais il peut aussi s'agir d'évoquer des faits gênants pour le locuteur non liés aux arguments. Évidemment cela est fallacieux car la personnalité de l'auteur n'influe pas sur la validité et la logique des arguments.

« Jacques a tort quand il prétend que Dieu n'existe pas car c'est un fieffé gredin. »

En revanche, l'exposé de motifs inconscients par lesquels un interlocuteur pourrait se refuser à admettre une thèse, par exemple en raison d'intérêts personnels ou familiaux contraires, ne constitue pas un sophisme ad personam. Il porte en effet sur une explication de perception et non sur la démonstration du fond de la chose alléguée.

Circumstantiæ

Les arguments ad hominem circumstantiæ sont ceux consistant à mettre en avant des faits relatifs au passé ou aux convictions d'une personne pour discréditer son point de vue. Il consiste souvent à affirmer que la personnalité du locuteur biaise l'argument :

« Jacques a tort quand il prétend que Dieu n'existe pas car c'est un ancien prisonnier. »

Tout argument ad hominem n'est pas toujours une attaque personnelle comme le montrent les exemples suivants :

« Jean prétend que l'on peut tuer sous le coup de la colère, mais ce n'est pas possible : il ne perd jamais son sang-froid. »
« Le président a annoncé qu'il était important que le président de la République ne puisse être poursuivi dans l'exercice de ses fonctions, car il est lui même potentiellement inculpable. Il faut donc modifier la loi pour pouvoir poursuivre le président. »

Qu'on soutienne ou non la proposition de ce dernier exemple, il faut bien voir qu'ici, elle part d'un argument ad hominem, donc d'un sophisme. Voir aussi Post hoc, ergo propter hoc.

Tu quoque

Tu quoque signifie « toi aussi ». Il s'agit de jeter l'opprobre sur la personne en raison de choses qu'elle a faites ou dites par le passé, en révélant une incohérence de ses actes ou propositions antérieures avec les arguments qu'elle défend :

« Comment Voltaire peut-il prétendre parler de l'égalité des Hommes alors qu'il avait investi dans le commerce des esclaves ? »

N.B. : Voltaire n'était pas impliqué dans l'esclavage. Cependant, il défendit Jean Calas, qui négociait entre autres des esclaves.

« Comment peut-on lire ce que Jean-Jacques Rousseau peut écrire sur l'éducation des enfants alors qu'il a abandonné les siens ? »

N.B. : Cet argument a été énoncé par un pamphlet de Voltaire, auquel Rousseau répondit par son ouvrage les Confessions.

Utilisation prudente de l'argument ad hominem

L'argument ad hominem tel qu'il a été défini n'est un sophisme que s'il sert à démontrer la fausseté de la proposition présentée. Il est un outil utilisé quotidiennement à bon escient s'il sert à juger de la crédibilité de cette proposition. Il est bien sûr difficile de distinguer ces deux utilisations.

Supposons qu'un juge ait devant lui deux témoins.

Le premier (ayant fait l'objet d'une condamnation par le passé) affirme A.
Le second (sans casier judiciaire) affirme B, incompatible avec A.

En l'absence de preuves irréfutables dans un sens ou dans l'autre (ce qui est le cas le plus fréquent), lequel croira-t-il ? Probablement le second. Est-ce suffisant pour condamner ou relâcher l'accusé ?

Références

  1. L'encyclopédie Larousse du XXe siècle, 1928, donne : « L'argument ad hominem consiste à opposer à l'adversaire sa propre conduite ou ses propres paroles. »

Voir aussi

  • Portail des langues Portail des langues
Ce document provient de « Argumentum ad hominem ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ad personam de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ad personam — ad per·sò·nam loc.agg.inv., lat. BU di carica o titolo, conferito solo a una data persona | estens., espressamente dedicato a una particolare persona {{line}} {{/line}} ETIMO: lat. ad personam alla persona …   Dizionario italiano

  • ad personam — [ˌad pə: səʊnam] adverb formal on an individual basis. Origin L., lit. to the person …   English new terms dictionary

  • ad personam — [loc. lat., letteralmente «alla persona»] loc. agg. personale, non trasmissibile CONTR. trasmissibile, ereditabile …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • ad personam — adv. & adj. adv. to the person. adj. personal. Etymology: L …   Useful english dictionary

  • Argumentum ad personam — Das Argumentum ad hominem (lateinisch „auf den Menschen gerichteter Beweis“) wird allgemein als Argument definiert, das die Person oder deren Umstände angreift anstatt des dargebrachten Arguments. Dies geschieht meistens in der Absicht, das… …   Deutsch Wikipedia

  • Argumentum ad personam — L argumentum ad personam désigne une attaque personnelle sans rapport avec le fond du débat portée par l une des partie à la partie adverse. Dans son opuscule L art d avoir toujours raison, le philosophe allemand Arthur Schopenhauer recense cette …   Wikipédia en Français

  • jura ad personam — Rights in personam, rights against the person …   Ballentine's law dictionary

  • natura fide jussionis sit strictissimi juris et non durat vel extendatur de re ad rem, de persona ad personam, de tempore ad tempus — /natyura faydiy jasiyownas sit striktisamay juras et non dyurat vel ekstendeytar diy riy aed rem, diy parsowna aed parsownam, diy tempariy aed tempas/ The nature of the contract of suretyship is strictissimi juris, and cannot endure nor be… …   Black's law dictionary

  • natura fide jussionis sit strictissimi juris et non durat vel extendatur de re ad rem, de persona ad personam, de tempore ad tempus — /natyura faydiy jasiyownas sit striktisamay juras et non dyurat vel ekstendeytar diy riy aed rem, diy parsowna aed parsownam, diy tempariy aed tempas/ The nature of the contract of suretyship is strictissimi juris, and cannot endure nor be… …   Black's law dictionary

  • Natura fide jussionis sit strictissimi juris et non durat, vel extendatur de re ad rem, de persona ad personam, de tempore ad tempos — The nature of a suretyship is one of strictest law and does not endure or suffer an extension from one thing to another, from one person to another, or from one time to another …   Ballentine's law dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”