Action (droit romain)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Action.

L’action (en latin actio) est, en droit romain, le fait ou bien la faculté de recourir à l'autorité publique pour faire valoir ses droits selon une certaine forme de procédure.

Les Romains pratiquèrent successivement trois systèmes.

Sommaire

Procédure des actions de la loi

Le système des actions de la loi (singulier legis actio et pluriel legis actiones) implique une certaine forme de procédure, en ce que les parties devaient prononcer des paroles solennelles exactement calquées sur les termes de la loi.

Ce sont des procédures de la Rome archaïque.

Ces formes étaient au nombre de cinq, dont les trois premières étaient des formes de procédure judiciaire, tandis que les deux dernières de simples voies d'exécution :

  • l'action per sacramentum,
  • l'action per judicis postulationem, forme de procédure probablement plus simple et usitée dans les affaires qui exigeaient une certaine latitude d'appréciation de la part du juge,
  • l'action per condictionem,
  • la manu injectio,
  • la pignoris capio.

Ce qui distingue ce premier système de procédure, c'est l'obligation, imposée à ceux qui figuraient dans l'instance, d'accomplir certains gestes et d'employer certaines paroles dont l'omission ou la plus petite altération emportait nullité.

Ce premier système de procédure fut abrogé en partie par une loi Aebutia, antérieure à Cicéron, et plus complétement par deux lois Julia, dont l'une est la loi De judiciis privatis d'Auguste. Toutefois Gaius nous apprend que, même après ces trois lois, on continua à employer les legis actiones dans le cas de damnum infectum et lorsque l'affaire devait être jugée par le tribunal des centumvirs.

Procédure formulaire

Article détaillé : Agere per formulas.

Le second système de procédure fut celui des formules. Les grands jurisconsultes de Rome ont écrit pendant qu'il était en vigueur, et s'y réfèrent dans leurs écrits. Les traits principaux de ce système sont les suivants :

  • abolition des gestes et des paroles,
  • rédaction d'un écrit variant pour chaque espèce d'action et dans lequel le magistrat (le préteur ou le proconsul) traçait au juge sa mission.

En rédigeant cet écrit, le magistrat donnait l'action (actio, formula, judicium), c'est-à-dire le droit d'aller plaider devant un juge. L'écrit ou formule contenait toujours une partie appelée intentio, dans laquelle la prétention du demandeur était formulée. L’intentio était ordinairement précédée d'une demonstratio, c'està-dire de l'exposé très-succinct des faits qui avaient donné lieu au litige, et presque toujours suivie d'une condemnatio, c'està-dire du pouvoir donné à un juge de condamner ou d'absoudre le défendeur. Les actions en partage ainsi que l'action finium regundorum contenaient encore une adjudicatio c'est-à-dire le pouvoir pour le juge d'attribuer aux plaideurs les choses qui faisaient l'objet de l'instance. Le pouvoir du juge était limité par la formule. En conséquence, si le défendeur voulait repousser la demande autrement que par une contradiction directe de l’intentio, il devait demander au magistrat d'autoriser le juge à tenir compte des faits qu'il voulait invoquer, en insérant une exceptio dans la formule, c'est-à-dire une restriction à la condemnatio, le juge ne devant alors condamner qu'à la double condition d'avoir constaté que l’intentio était fondée, et l’exceptio mal fondée. Le demandeur qui voulait contredire l’exceptio, mais seulement d'une manière indirecte, devait faire insérer dans la formule une replicatio. Cette dernière pouvait donner lieu de la part du défendeur à une duplicatio, puis celle-ci à une triplicatio.

Une formule pouvait encore contenir une praescriptio, placée en tête, comme le mot l'indique, et rédigée dans l'intérêt soit du demandeur, soit du défendeur. Les prescriptions insérées dans l'intérêt du demandeur avaient pour but de limiter sa demande ; celles qui étaient dans l'intérêt du défendeur constituaient des espèces de fins de non-recevoir contre l'action.

Procédure extraordinaire

Les deux premiers systèmes de procédure nous offrent la séparation du magistrat et du juge. Ce n'était que par exception que le magistrat tranchait lui-même le procès (cognitio extraordinaria). Les exceptions s'élargirent peu à peu et devinrent la règle. Ainsi fut enfanté le troisième système de procédure, celui de la procédure extraordinaire, qui fut pour la première fois consacré législativement par une constitution de Dioclétien.

Source

« Actio », dans Charles Victor Daremberg et Edmond Saglio (dir.), Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, 1877-1919 [détail de l’édition] 



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Action (droit romain) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Droit Romain — Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – …   Wikipédia en Français

  • Droit romain — Le Corpus iuris civilis, aussi appelé Code Justinien, du nom de l empereur du VIe siècle, est tout autant une compilation de textes antérieurs, menacés d oubli et de disparition, qu un « code ». Par son caractère de compilation, il …   Wikipédia en Français

  • Hypothèque (droit romain) — L’hypothèque est, en droit romain, l un des modes de constitution d une sûreté réelle, afin de procurer à un débiteur le crédit qui lui fait défaut. Le créancier qui n a pas confiance en la solvabilité de son débiteur exige de lui, au moment où… …   Wikipédia en Français

  • Cautionnement (droit romain) — Le cautionnement est, en droit romain, une des sûretés qu un créancier peut exiger de son débiteur. Il confère au créancier un droit contre une personne qui s oblige à payer la dette à côté ou à défaut du débiteur principal, et s oppose à la… …   Wikipédia en Français

  • ÉDIT (droit romain) — ÉDIT, droit romain Au sens premier du terme, l’édit (edictum ) est une déclaration solennelle, une proclamation (ex dicere ). Les magistrats romains avaient, à raison de leur pouvoir (potestas ), le droit de promulguer des édits dont ils… …   Encyclopédie Universelle

  • DROIT — LE DROIT occupe, dans le monde « occidental », une place de premier plan. Il est regardé comme le grand régulateur de la vie sociale. Héritiers de Rousseau et de Montesquieu, Kant et les rédacteurs de la Déclaration des droits de l’homme et du… …   Encyclopédie Universelle

  • Droit des Quirites — Droit romain Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – …   Wikipédia en Français

  • Droit latin — Droit romain Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – …   Wikipédia en Français

  • ROMAIN (DROIT) — Vieux de près de deux millénaires, le droit romain suscite encore aujourd’hui l’intérêt des juristes. Il leur fournit un langage commun, un système de référence, un «champ d’exercice» et, pour le moins, un objet de réflexion. Bien qu’il ne manque …   Encyclopédie Universelle

  • Droit Au Québec — Québec Cet article fait partie de la série sur la politique du Québec, sous série sur la politique. Lieutenant gouverneur …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”