Actes institutionnels

Actes institutionnels (Brésil)

Les Actes Institutionnels étaient des décrets promulgués par les militaires durant les années suivant le coup d'état militaire de 1964 au Brésil. Ils servaient de mécanisme de légitimation et de légalisation des interventions des militaires dans la vie politique du pays et de la guerre sale mise en oeuvre, procédant avant tout d'une volonté de se poser comme défenseurs de la démocratie libérale au moment même où ils anéantissaient ses mécanismes.

Au départ, alors que le maréchal Castelo Branco, qui avait renversé Joao Goulart, était au pouvoir, il ne devait y avoir qu'un seul Acte institutionnel légitimant a posteriori le putsch militaire, en présentant celui-ci comme l'émanation de la volonté populaire [1]. Mais, avec la radicalisation progressive du régime, de nombreux autres Actes institutionnels ont été émis. En 1968, le général Costa e Silva, représentant de la tendance dure des militaires face aux « Sorbonnistes » de l'Ecole supérieure de guerre incarnés par Castelo Branco, décrète le 5e Acte institutionnel, qui suspend la Constitution de 1946, dissout complètement les institutions représentatives du pays et institutionnalise la dictature au Brésil, établissant ainsi un Etat d'exception permettant aux forces de sécurité d'opérer de façon extra-judiciaire, légalisant ainsi de fait l'action des escadrons de la mort dirigés par l'Etat.

De 1964 à 1969, 17 Actes Institutionnels ont été émis, complétés par 104 décrets. Le gouvernement les justifia par sa volonté de combattre « la corruption et la subversion ». Les anciens présidents Juscelino Kubitschek (1956-1961), Jânio da Silva Quadros (janvier-septembre 1961) et João Goulart (1961-1964) sont privés de leurs droits civiques et exclus de la vie politique par l'Acte institutionnel n°1.

Sommaire

L'Acte institutionnel n°1 (1964)

L'Acte institutionnel n°1 de 1964 dépeint ainsi les militaires comme émanation de la souveraineté populaire, malgré leur irruption violente aboutissant à la destitution du président élu:

« La révolution victorieuse s’investit de l’exercice du Pouvoir Constituant. Celui-ci se manifeste par l’élection populaire ou par la révolution. C’est la forme la plus radicale du Pouvoir Constituant (...). Les chefs de la révolution victorieuse, grâce à l’action des Forces Armées et à l’appui sans équivoque de la Nation, représentent le Peuple et en son nom exercent le Pouvoir Constituant, duquel le Peuple est l’unique titulaire.[1].  »

L'Acte institutionnel n°2 (1965)

En accord avec leur projet de réforme radicale de la vie politique, les militaires imposent d'une part, avec l'Acte institutionnel n°2 d'octobre 1965, le bipartisme entre le « parti de la révolution », l' Aliança Renovadora Nacional (ARENA, Alliance Rénovatrice Nationale) et le « parti de l'opposition », le Movimento Democrático Brasileiro (MDB, Mouvement démocratique du Brésil), afin d'améliorer la lecture du système des partis, dévoyé selon eux par les enjeux locaux; d'autre part, la discipline de parti obligatoire lors des votes obligatoires à l'assemblée [1]. L'arrière-plan de l'imposition du bipartisme consiste dans le manichéisme des militaires, pour qui toute personne n'étant pas avec eux est un ennemi [1].

L'Acte institutionnel n°2 est le résultat d'une révolte de la frange dure des militaires et d'une quasi-rébellion de plusieurs garnisons contre le Maréchal Castelo Branco, qui refusent l'élection de gouverneurs membres du Parti Trabalhista Brasileiro, fondé par l'ex-président Getúlio Vargas et défait par le coup d'État (Israel Pinheiro et Negrão de Lima)[1].

L'Acte institutionnel n°5 (1968)

L'Acte Institutionnel n°5 du 13 décembre 1968, promulgué par le président Costa e Silva, dissout le Congrès, donne au président des pouvoirs dictatoriaux, suspend la Constitution, impose la censure [2] et abroge la plupart des libertés individuelles [1]. Un code de procédure pénale militaire autorise l'armée et la police à arrêter, puis à emprisonner, hors de tout contrôle judiciaire, tout « suspect » [3]. Selon la journaliste Marie-Monique Robin, l'implémentation de ces décrets résulte, entre autres, de l'influence du « modèle » de la Bataille d'Alger (1958) sur les militaires, lorsque les pleins pouvoirs ont été accordés aux militaires français et les forces de police soumises à l'armée, qui s'est accordée le rôle de poursuivre les missions de police, en-dehors de tout contrôle judiciaire [3].

Selon Maud Chirio:

« Alors que l’AI5 est passé dans la mémoire collective comme une radicalisation de la dictature parallèle à l’essor des mouvements armés d’extrême gauche, son origine est tout autre : il s’agit d’un discours du député Márcio Moreira Alves à la veille de la fête nationale du 7 septembre, qui appelle au boycott des commémorations et à celui des femmes et des jeunes filles envers les officiers et les élèves des écoles militaires. Cette déclaration, effectuée dans l’enceinte du congrès, suscite une indignation générale du corps des officiers, qui l’interprète comme une grave atteinte à l’honneur militaire. Or, pour casser le mandat de Moreira Alves est nécessaire la levée de son immunité par le congrès, qui la refuse, alors que le « parti du pouvoir » est majoritaire en son sein. L’AI5 est, avant d’être un outil d’extermination des mouvements d’extrême gauche – ce qu’il deviendra – un moyen de supprimer tout pouvoir législatif et d’ôter son reste d’influence à la classe politique.[1] »

L'Acte institutionnel n°12 (1969)

L'Acte institutionnel n°12 de 1969 investit l'amiral Augusto Grünewald, Ministre de la Marine et vice-président du Brésil, comme chef du gouvernement pendant la période d'indisponibilité du président.

Références

  1. a , b , c , d , e , f  et g Maud Chirio, Le pouvoir en un mot : les militaires brésiliens et la « révolution » du 31 mars 1964, Nuevo Mundo Mundos Nuevos (revue publiée par l'EHESS), Número 7 - 2007, mis en ligne le 12 juin 2007, référence du 25 avril 2008 (fr)
  2. Frank D. McCann, Library of Congress Country Studies - Brazil, Military Regime, 1964-85, Bibliothèque du Congrès américain, avril 1997 (en)
  3. a  et b Marie-Monique Robin, Escadrons de la mort, l'école française [détail des éditions], chap. XVIII, « Les États de sécurité nationale », pp.275-294

Voir aussi

  • Portail du Brésil Portail du Brésil
  • Portail du droit Portail du droit
Ce document provient de « Actes institutionnels (Br%C3%A9sil) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Actes institutionnels de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Actes institutionnels (Brésil) — Les Actes Institutionnels étaient des décrets promulgués par les militaires durant les années suivant le coup d État militaire de 1964 au Brésil. Ils servaient de mécanisme de légitimation et de légalisation des interventions des militaires dans… …   Wikipédia en Français

  • Actes de langage — Acte de langage Un acte de langage est un moyen mis en œuvre par un locuteur pour agir sur son environnement par ses mots : il cherche à informer, inciter, demander, convaincre, etc. son ou ses interlocuteurs par ce moyen. L acte de langage… …   Wikipédia en Français

  • Acte Institutionnel — Actes institutionnels (Brésil) Les Actes Institutionnels étaient des décrets promulgués par les militaires durant les années suivant le coup d état militaire de 1964 au Brésil. Ils servaient de mécanisme de légitimation et de légalisation des… …   Wikipédia en Français

  • Acte institutionnel — Actes institutionnels (Brésil) Les Actes Institutionnels étaient des décrets promulgués par les militaires durant les années suivant le coup d état militaire de 1964 au Brésil. Ils servaient de mécanisme de légitimation et de légalisation des… …   Wikipédia en Français

  • Acte De Langage — Un acte de langage est un moyen mis en œuvre par un locuteur pour agir sur son environnement par ses mots : il cherche à informer, inciter, demander, convaincre, etc. son ou ses interlocuteurs par ce moyen. L acte de langage désigne donc… …   Wikipédia en Français

  • Acte de langage — Un acte de langage est un moyen mis en œuvre par un locuteur pour agir sur son environnement par ses mots : il cherche à informer, inciter, demander, convaincre, promettre, etc. son ou ses interlocuteurs par ce moyen. Cette théorie, liée à… …   Wikipédia en Français

  • Dictature militaire au Brésil (1964-1985) — Régime militaire Portugais 1964 – 1985 Informations générales Capitale Brasilia Langue Portugais Histoire et évènements 1964 Création 1985 …   Wikipédia en Français

  • Francisco Campos — Francisco Luís da Silva Campos (Dores do Indaiá, 18 novembre 1891 Belo Horizonte, 1er novembre 1968) était un juriste et politicien brésilien, connu pour avoir participé de près à la rédaction de la Constitution de 1937… …   Wikipédia en Français

  • Alianca Renovadora Nacional — Aliança Renovadora Nacional Aliança Renovadora Nacional était le parti brésilien, issu de l Acte institutionnel n°2 de 1965 qui imposa le bipartisme lors de la dictature, qui représentait les militaires au pouvoir. L Arena ou Aliança Renovadora… …   Wikipédia en Français

  • Aliança Renovadora Nacional — était le parti brésilien, issu de l Acte institutionnel n°2 de 1965 qui imposa le bipartisme lors de la dictature, qui représentait les militaires au pouvoir. L Arena ou Aliança Renovadora Nacional a été formé par les politiciens conservateurs… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”