Acitodunum

Ahun

Ahun

Ajouter une image

Administration
Pays France
Région Limousin
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Ahun
(chef-lieu)
Code Insee abr. 23001
Code postal 23150
Maire
Mandat en cours
Patrick Pacaud
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes C.I.A.T.E. du Pays Creuse-Thaurion-Gartempe
Démographie
Population 1 501 hab. (1999)
Densité 44 hab./km²
Gentilé Ahunois
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 14″ Nord
       2° 02′ 45″ Est
/ 46.0872222222, 2.04583333333
Altitudes mini. 331 m m — maxi. 564 m m
Superficie 33,74 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Ahun (Aïun en occitan) est une commune française située dans le département de la Creuse et la région Limousin.

Sommaire

Géographie

La ville d'Ahun est située sur la route de Guéret à Aubusson à une vingtaine de kilomètres de chacune de ces villes importantes du département. Au pied du village de Busseau dans la commune passe la Creuse

Aux environs

Situé à 2 km d'Ahun le village du Moutier-d'Ahun est célèbre par ses superbes boiseries baroques situées dans l’église (voir la page de cette commune)

Viaduc de Busseau
  • Le viaduc de Busseau, attribué injustement à Gustave Eiffel, surplombe la Creuse de ses 57 m de haut et de ses 320 m de longueur. Il a été construit en un an de décembre 1863 à décembre 1864 sous la direction des ingénieurs Llyod et Nordling. C'est un viaduc ferroviaire, à voie unique, bien qu'avant le viaduc deux lignes de chemin de fer se rejoignent en gare de Busseau-sur-Creuse : celle de Bordeaux-Lyon et celle de Felletin-Guéret, et franchissent la Creuse grâce à lui.
  • Le village de Masgot : Masgot (ne pas prononcer le s) est situé sur la commune de Fransèches, à environ 6 km au sud d'Ahun. La curiosité de ce petit village est la présence de très nombreuses sculptures taillées dans le granit réalisées au XIXe siècle par l'un de ses habitants, François Michaud. De nos jours on peut y effectuer des stages de tailleur de pierre.

Histoire

Ancienne cité gallo-romaine (Acitodunum ou Agedunum selon les textes) située à un important carrefour de la voie romaine de Lyon à Saintes, elle possède une église romane, et des maisons en granite.

Elle a eu un atelier monétaire sous les Mérovingiens. On y remarquait jadis une vieille forteresse appelée « château du Rocher ».

Ahun a été un ancien prieuré placé sous l'invocation de saint Silvain, saint qui a été martyrisé dans cette ville le 16 octobre 407.

Petit à petit, Ahun devient une ville libre qui obtient de ses seigneurs le droit de s'administrer elle-même par des chartes :

  • la première charte d'affranchissement est accordée en 1228 par Hugues XII, comte de la Marche.
  • Hugues XIII confirma cette charte en 1286, et permet aux habitants de se marier sans le consentement du seigneur.
  • le fils de François Ier, Charles, duc d'Orléans, comte de la Marche, ordonne une charte qui stipule que les habitants de la ville d'Ahun « ne pourront faire le charivari à aucun des habitants de ladite ville, soit mariant et remariant ; mais que celui qui se marie ou remarie en ladite ville, devra aux compagnons à marier, quatre pots de vin, quatre pains et un mets de viande, ou devra bailler cinq sols pour le dit droit en ce que lesdits compagnons ou consuls seront tenus d'accompagner lesdits mariés, allant et venant de leur maison à l'église. »

Au XIIIe siècle, Ahun a été une des sept châtellenies qui rendaient la justice au nom du comte de la Marche ; le 14 juin 1686, cette châtellenie a été cédée par Louis XIV au duc de la Feuillade en échange de Saint-Cyr.

Au village de Chantemille, il existe un vieux château féodal. En 1465, Louis Dupuis, seigneur de Chantemille, obtint du comte de la Marche la permission d'y faire faire le guet et garde jour et nuit, c'est lui qui est à l'origine du château actuel qui a été augmenté d'une aile au début du XVIe siècle. Chantemille était une cure placée sous l'invocation de Sainte-Radegonde ; il fut défendu au chapelain, en 1662, d'y faire aucune fonction curiale. La chapelle castrale située au château de Chantemille était en ruines vers 1590, puis restaurée en 1618 et de nouveau ruinée. Vers 1927-1930, on déblaya les ruines mettant à jour un autel gallo-romain qui servait de support à la table d’autel : « le cippe de Chantemille », il est toujours visible aujourd’hui. La partie basse de la chapelle Sainte Radegonde, qui forme une terrasse surplombant la vallée de la Creuse, existe encore ainsi que la table d'autel du XVe siècle et deux portes en plein ceintre visiblement du XVIe siècle.

Les armes de la ville d'Ahun sont : fascé d'argent et d'azur.

  • XIX siècle :

Depuis le Moyen Âge, comme dans toutes les communes du département, beaucoup d'hommes partaient tous les ans dans les grandes villes sur les chantiers du bâtiment pour se faire embaucher comme maçon, charpentier, couvreur... C'est ainsi que les maçons de la Creuse devinrent bâtisseurs de cathédrale, en 1624, ils construisirent la digue de La Rochelle, au XIX siècle, ils participèrent à la construction du Paris du baron Haussmann. Initialement temporaire de mars à novembre, l'émigration devint définitive : ainsi la Creuse a perdu la moitié de sa population entre 1850 et 1950. On retrouve dans le livre de Martin Nadaud « Mémoires de Léonard », la description de cet exode qui marqua si fortement les modes de vie.

Pour Ahun en 1847, la commune comptait 2 303 habitants et 200 migrants soit 8,7% de la population. Parmi ces 200 migrants, 200 étaient maçons[1]

Administration et pouvoir politique

La région

Le Limousin est une des 26 régions françaises composée des trois départements Corrèze, Creuse et Haute-Vienne. Situé presque en totalité sur le Massif central, au 1er janvier 2005, il regroupait 724 243 habitants sur près de 17 000 km². Ses habitants sont appelés les Limousins.

Jean-Paul Denanot est Président du Conseil régional du Limousin depuis 2004.

La circonscription

Ahun appartient à la 2e circonscriptionde la Creuse. Celle ci est composée des cantons de : Ahun, Aubusson, Auzances, Bellegarde-en-Marche, Boussac, Chambon-sur-Voueize, Châtelus-Malvaleix, Chénérailles, La Courtine, Crocq, Évaux-les-Bains, Felletin, Gentioux-Pigerolles, Jarnages, Pontarion, Royère-de-Vassivière, Saint-Sulpice-les-Champs.

Le député de cette circonscription est M. Jean Auclair de l'UMP. Il est par ailleurs Maire de Cressat et Membre du Conseil général de la Creuse, (Canton d'Ahun).

Le département

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, essentiellement à partir de l'ancienne province de la Marche. Ses habitants sont appelés les Creusois.

Les conseillers généraux sont élus dans le cadre des cantons pour une durée 6 ans. En Creuse, il y a 27 cantons et donc 27 conseillers généraux. Ces derniers élisent en leur sein le Président du Conseil Général de la Creuse. Depuis 2001, c'est Jean-Jacques Lozach, conseiller général de Bourganeuf, qui en est le Président.

La commune

À l'issue des élections municipales de mars 2008, Patrick Pacaud a été élu maire de la commune[2] par le nouveau conseil municipal.

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2008 2014 Patrick Pacaud - -
mars 2001 mars 2008 Colette Lauvergne - -
1989 mars 2001 Christianne Chaubier - -
1977 mars 1989 Pierre Lamiraud - -
1971 mars 1977 Camille Aumasson - -
1947 mars 1971 Marcel Arnaud - -
1944 mars 1947 Camille Aumasson - -
1930 mars 1944 Adrien Coursaget - -
1919 mars 1930 Jacques Chabrol - -
1912 mars 1919 Louis Meaume - -
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Dès le Moyen Âge, les creusois émigrent vers les grandes villes. Dans tous les villages les hommes partent souvent dans les métiers du bâtiment de mars à novembre. Certains s'installent définitivement dans ces villes. Au XXe siècle, la guerre de 1914-1918 décime une génération et marque l'accélération du dépeuplement des campagnes. Après la Seconde Guerre mondiale, les campagnes limousines, et même les villes continuent de se dépeupler et la moyenne d'âge augmente sans arrêt. De 1851 (287 000 habitants) à 2005 (123 000 habitants), le département a perdu plus de la moitié de sa population. Ahun ne déroge pas à cette évolution.

Mais au début du XXIe siècle, et contrairement à toutes les prévisions, la région connaît un regain démographique. Certes, c'est un phénomène très limité, mais historique : en 5 ans, le Limousin a gagné quelque 14 000 habitants en passant de 710 939 habitants en 1999 à 725 000 habitants en 2005. Cette tendance se confirme en 2006, ce qui a fait la une du journal régional Le Populaire du Centre, daté du mercredi 31 mai 2006 : « Nouveau baby-boom ».

Les causes principales de ce renouveau sont la venue de Britanniques et de Néerlandais attirés par des prix de maison attractifs, de retraités en quête de nature et d'étudiants ayant fini leurs études. Depuis maintenant une dizaine d'années, le phénomène touche aussi les zones rurales, surtout celles qui, comme la Creuse, promeuvent un tourisme dit « vert » et/ou situées le long des grands axes de circulation (par exemple l'A 20 en Limousin et l'A 75).

Le recensement de 2005 fait toujours apparaître pour le département une diminution du nombre d'habitants, mais celle ci serait certainement plus importante sans l'apport de cette nouvelle immigration. Pour ce qui concerne le Limousin, si la Creuse perd de la population, la Haute-Vienne et la Corrèze en gagnent.

Évolution démographique
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
2203 2242 2194 2285 2450 2330 2360 2392 2475 2445 2349 2307 2223 2152 1803 1764 1788 1830 1692 1574 1491 1623 1605 1529 1481 1501
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Monument

Chevet de l’église Saint-Sylvain
  • L'église Saint-Silvain est en partie romane (XIIe siècle), elle est assez dépouillée extérieurement, elle possède une crypte du XIe où l'on accède par un escalier situé à l'extérieur, et dans laquelle se trouve le tombeau de saint Silvain. À l'intérieur de l'église, on peut voir des boiseries de la fin du XVIIe siècle et une piétà du XVe siècle à six personnages[3].
  • À trois kilomètres d'Ahun, au village de la Chezotte, il existe un vieux château féodal bien conservé[4].
  • Le Château de Chantemille datant du Xe siècle[5].

Enseignement

Entouré de prés et de bois, le lycée agricole d'Ahun, possède aussi son étang, les élèves y viennent étudier de la France entière, ils font passer la population du village de 1 500 hab. à plus de 2 000 hab. Les formations proposées au lycée sont les suivantes :

  • Dans le 1er cycle :
    • 4e et 3e technologiques
  • Dans l'enseignement professionnel :
    • BEPA Conduite de Production Agricole option productions animales
    • BEPA Services option services aux personnes ou secrétariat - accueil
    • BTA Commercialisation et Services option services administratifs (orientation secrétariat vétérinaire) ou services en milieu rural
    • Bac pro Conduite et Gestion de l'Entreprise Agricole option productions animale
  • Dans l'enseignement général :
    • Seconde générale et technologique
    • Bac techno série STAV sensibilisation « aménagement » ou « production »
  • Dans l'enseignement supérieur :
    • BTSA Analyse et conduite de systèmes d'exploitation
    • BTSA Aquaculture, parfois appelé « BTSA Productions aquacoles » lien vers le site internet présentant le BTS aquacole.
    • BTSA Gestion et maitrise de l'eau/Gestion des services d'eau et d'assainissement
    • Licence professionnelle Gestion de Ressources et Production d'Eau
    • Licence professionnelle Gestion du patrimoine naturel

Les deux licences se font en partenariat avec l’université de Limoges

Personnalités liées à la commune

Notes et références

  1. Quand Martin Nadaud maniait la truelle... La vie quotidienne des maçons limousins, 1830-1849, de Pierre Urien, Felletin, Association les Maçons de la Creuse, 1998, 143 pages, préface de Pierre Riboulet Page 137.
  2. Préfecture de la Creuse
  3. Notice no PA00099982, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  4. Notice no PA00099980, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  5. Notice no PA00099979, sur la base Mérimée, ministère de la Culture

Voir aussi

Articles conenxes

Liens externes

  • Portail des communes de France Portail des communes de France
  • Portail de la Creuse Portail de la Creuse
Ce document provient de « Ahun ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Acitodunum de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abbaye de Moutier-d'Ahun — L abbaye de Moutier d Ahun Présentation Culte Catholicisme Type Abbaye Rattaché à …   Wikipédia en Français

  • Lemovices — The Lemovices (Lemovici) were a Gaulish tribe of Central Europe who established themselves in Limousin and Poitou between 700 and 400 BC. Their capital was Durotincum (Villejoubert) and in the era of Roman occupation, it was Augustoritum… …   Wikipedia

  • Ahun — is a commune in the Creuse department in central France. It was the Roman site of Acitodunum …   Wikipedia

  • Abbaye De Moutier-d'Ahun — l abbaye de Moutier d Ahun L abbaye de Moutier d Ahun se situe sur la commune française de Moutier d Ahun dans le département de la Creuse Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Abbaye de moutier-d'ahun — l abbaye de Moutier d Ahun L abbaye de Moutier d Ahun se situe sur la commune française de Moutier d Ahun dans le département de la Creuse Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Ahun — 46° 05′ 14″ N 2° 02′ 45″ E / 46.0872222222, 2.04583333333 …   Wikipédia en Français

  • Ahun-Paroisse — Ahun Ahun Ajouter une image Administration Pays France Région Limousin Département Creuse Arrondissement Guéret Canton …   Wikipédia en Français

  • Anzeme — Anzême Anzême Pays  France …   Wikipédia en Français

  • Anzême — 46° 16′ 39″ N 1° 51′ 52″ E / 46.2775, 1.864444445 …   Wikipédia en Français

  • Fournoue — Anzême Anzême Pays  France …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”