Cyrène
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cyrène (homonymie).
Site archéologique de Cyrène *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Ruines du temple de Zeus à Cyrène
Ruines du temple de Zeus à Cyrène
Coordonnées 32° 49′ 30″ N 21° 51′ 30″ E / 32.825, 21.8583332° 49′ 30″ Nord
       21° 51′ 30″ Est
/ 32.825, 21.85833
  
Pays drapeau de la Libye Libye
Subdivision Al Jabal al Akhdar
Type Culturel
Critères (ii) (iii) (iv)
Numéro
d’identification
190
Zone géographique États arabes **
Année d’inscription 1982 (6e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO
(Voir la carte topographique)
Cyrène
Cyrène
Localisation de la Libye en Afrique
(Voir la carte administrative)
Cyrène
Cyrène
Localisation de la Libye en Afrique
Voir l’image vierge
Localisation du site archéologique de Cyrène en Libye.

Cyrène, l'ancienne ville grecque (en actuelle Libye), est la plus ancienne et la plus importante des cinq colonies grecques dans la région et lui donne son nom de Cyrénaïque, qui est encore utilisé aujourd'hui. Ancien évêché, elle se situe dans la vallée de Djebel Akhdar.

Sommaire

Histoire

Cyrène est fondée par des Grecs venus, vers -630, de Théra (Santorin), sur les conseils de l'oracle de Delphes, conduits par Aristote (ou Battos Ier). Après plusieurs essais infructueux, ils s'installent en un lieu aux terres riches « où le ciel est percé » (signe de pluies abondantes).

La dynastie royale des Battiades règne de Battos Ier jusqu'à l'assassinat d'Arcésilas IV en -440 et l'établissement de la démocratie. La fondation de la ville est racontée dans le Livre IV des Histoires d'Hérodote. La Cyrénaïque devient une partie de l'empire des Ptolémées (vers 321 av .J.-C.) depuis Alexandrie puis de l'Empire romain en 96 av .J.-C..

La ville est le lieu de naissance de savants comme Ératosthène, de poètes comme Callimaque, de philosophes comme Carnéade, Arété et surtout Aristippe de Cyrène, fondateur de l'École hédoniste dite des Cyrénaïques.

Les habitants de Cyrène à l'époque de Sylla (vers -85) sont divisés en quatre classes : citoyens, fermiers, étrangers résidents et les Juifs, qui constituent une minorité agitée. Lucullus est envoyé par Sylla pour mettre fin aux troubles des Juifs en Cyrénaïques. En -74, Cyrène devient une province romaine et les Juifs, qui avaient disposé d'une égalité des droits sous les Ptolémées sont dès lors opprimés par la population grecque. Ils se révoltent une première fois en 88. En 117, sous Trajan, les Juifs de Cyrène se soulèvent en même temps que leurs coreligionnaires d'Égypte et de Chypre. La révolte est réprimée par Marcus Turbio. On compte plus de 200 000 morts selon Dion Cassius, lxviii. 32. La Libye est tellement dépeuplée qu'on installe de nouveaux colons selon Eusèbe de Césarée. Quant à la population d'origine juive elle disparait presque totalement. On ne relève en effet à Cyrène que quelques inscriptions juives très isolées jusqu'à la fin de l'Antiquité après cette révolte.

La principale exportation de Cyrène à travers son histoire, l'herbe médicinale silphium[1] (ou silphion), que les Grecs considéraient comme panacée[réf. nécessaire], est représentée sur les monnaies de Cyrène jusqu'à sa disparition complète et tardive. Bien que souffrant de la concurrence de Carthage puis d'Alexandrie, Cyrène demeure un centre urbain important avec son port d'Apollonia (Marsa Susa) jusqu'au tremblement de terre de 365. Ammien Marcellin la décrit au IVe siècle comme une ville déserte. L'évêque Synésios de Cyrène la décrit au siècle suivant comme une vaste ruine à la merci des nomades.

Cyrène est mentionnée dans le deuxième Livre des Macchabées, que son auteur dit avoir abrégé à partir d'un livre en cinq volumes, dû à un Juif hellénistique nommé Jason de Cyrène. Cyrène est aussi mentionnée dans les Évangiles. Simon de Cyrène porte la croix pendant la Passion (Marc 15:21). Voir aussi les Actes des Apôtres 6:9; 11:20; 13:1.

Éléments du site archéologique

Portique grec

Cyrène est aujourd'hui un site archéologique près du village de Shahat. Il abrite le Temple d'Apollon qui fut construit dès le VIIe siècle av. J.‑C.. Parmi les structures anciennes, on compte aussi un temple de Déméter et un temple encore en partie enfoui de Zeus qui fut intentionnellement endommagé sur ordre de Kadhafi pendant l'été 1978.

Une grande nécropole de près de 10 km² se trouve entre Cyrène et son ancien port d'Apollonia. Cette nécropole est l'une des plus importantes de l'Antiquité. Elle a été utilisée du VIe siècle av. J.‑C. jusqu'au IVe siècle. Elle comptait 1 200 caveaux creusés dans le roc et des milliers de sarcophages individuels en plein air.

Notes

  1. Pline l'Ancien, Histoires Naturelles, Livre XIX, 15

Voir aussi

Bibliographie

  • Robert Polidori, Antonino Di Vita, Ginette Di Vita-Evrard, Lidiano Bacchielli, La Libye antique, Editions Mengès, 1998 (ISBN 2-8562-0400-7)

Liens internes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cyrène de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cyrene — Cyrène Pour les articles homonymes, voir Cyrène (homonymie). Site archéologique de Cyrène 1 Patrimoine mondial …   Wikipédia en Français

  • CYRÈNE — Colonie grecque de Libye, sur le rebord septentrional du plateau de Barkè, à 600 mètres d’altitude. Cette région, où il tombe chaque année environ 650 millimètres de pluie, forme comme une île en bordure du désert, à 900 kilomètres à l’ouest de… …   Encyclopédie Universelle

  • CYRENE — CYRENE, ancient capital of Cyrenaica, on the northern coast of Africa. In 321 B.C.E. Cyrene came under Ptolemaic rule, remaining part of the Egyptian empire until 96 B.C.E. when it fell to the Romans. Josephus (Apion, 2:44) relates that Jews were …   Encyclopedia of Judaism

  • Cyrene — may refer to: Cyrene (mythology), a Greek mythological figure Cyrene, Libya, an ancient Greek colony in North Africa USS Cyrene (AGP 13), a motor torpedo boat tender 133 Cyrene, an asteroid Cyrene (Xena), a fictional character in the Xena TV… …   Wikipedia

  • Cyrene — • A titular see of Northern Africa Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Cyrene     Cyrene     † …   Catholic encyclopedia

  • Cyréne — CYRÉNE, es, Gr. Κυρήνη, ης, (⇒ Tab. III.) des Peneus, Hygin. Fab. 161. & Serv. ad Virgil. Georg. IV. v. 317. oder auch des Hypseus, des Peneus Sohns, Tochter, war ein schönes Frauenzimmer, welches sich am Berge Pelion aufhielt, von da sie aber… …   Gründliches mythologisches Lexikon

  • Cyrene — ancient Greek colony in Libya; the name is of unknown origin. Cyrenaic referred to the philosophy ( practical hedonism ) of Aristippus of Cyrene (c.435 c.356 B.C.E.) …   Etymology dictionary

  • Cyrēne — Cyrēne, Cyrenaĭka u. Cyrenaiker, s. Kyrene …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Cyrēne — Cyrēne, Stadt, s. Kyrene …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Cyrene — nach Plinius 11 röm. Meilen, nach Strabo 80 Stadien vom Mittelmeere entfernt, durch Dorer gegründet (seine Ruinen u. Felsengräber findet man bei Grenne im heutigen Barka in der Berberei), wurde nach Karthago die zweite Stadt Nordafrikas, bildete… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Cyréne [1] — CYRÉNE, es, eine Nymphe, mit welcher Apollo den Idmon zeugete, Hygin. Fab. 14. p. 38. wogegen andere dieses Mutter auch Asterien nennen. Pherecydes ap. Schol. ad Apollon. lib. I. v. 139 …   Gründliches mythologisches Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”