Achen

49° 02′ 39″ N 7° 11′ 01″ E / 49.0441666667, 7.18361111111

Achen
Le vieux pont, avant les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale
Le vieux pont, avant les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Rohrbach-lès-Bitch
Code commune 57006
Code postal 57412
Maire
Mandat en cours
Sébastien Schlegel
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de Rohrbach-lès-Bitche
Démographie
Population 996 hab. (2007)
Densité 82 hab./km²
Gentilé Achenois
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 39″ Nord
       7° 11′ 01″ Est
/ 49.0441666667, 7.18361111111
Altitudes mini. 225 m — maxi. 336 m
Superficie 12,12 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative


Achen est une commune française, située dans le département de la Moselle et la région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-est.

Sommaire

Géographie

Le village s'étend en pays découvert, à la limite occidentale du canton de Rohrbach. Il est situé au confluent du ruisseau dit d'Achen et du ruisseau de Singling.

Histoire

Le village est mentionné pour la première fois dans un texte de 1199, sous la forme Aqua (eau, rivière), puis en 1246 Acchene, et enfin en 1553 Achen, sa forme définitive. Le village est une ancienne paroisse de l'archidiocèse de Hornbach au diocèse de Metz, passée dans celle de Rohrbach en 1804. L'église Saint-Pierre, à la collation de l'abbaye cistercienne de Sturzelbronn jusqu'en 1621, était l'église-mère d'Etting et de Kalhausen.

Du point de vue temporel, les terres ont appartenu aux seigneurs de la Petite-Pierre (Lutzelstein) puis occupées par le duc de Lorraine, qui réunit le village à sa seigneurie de Bitche. Celle-ci est donnée au XIIe siècle au fils du duc Ferry II, Réginald, en même temps comte de Blieskastel, aujourd'hui en Sarre. Ainsi, on comprend le traité de 1246 par lequel le duc Mathieu II promet, quand il aura recouvré la seigneurie de Bitche, de rendre Achen au comte de la Petite-Pierre. Dans la suite, le comte Hugues paraît être rentré de fait en possession d'Achen, puisque, en 1272, il donne le patronage et la dîme d'Achen à l'abbaye de Sturzelbronn, qui les rétrocédera en 1621, au duc de Lorraine en échange de six maldres de sel de Dieuze. En 1382, le comte Henri prétend tenir Achen en fief de l'empire.

En 1457, Walter de Dahn engage ses droits, biens et gens à Achen à Guillaume de Fénétrange, dont les droits passent après sa mort en 1472 à sa nièce, Barbe de Fénétrange, et à son époux, le comte Nicolas de Mörs-Sarrewerden. Le 12 juillet 1553, le comte de Nassau-Sarrebruck cède le village à Jacques de Deux-Ponts qui, en 1297, avait acquis la seigneurie de Bitche. En 1572, la seigneurie est occupée par le duc de Lorraine et, depuis cette date, Achen partage le sort du duché de Lorraine.

Le village devient commune du canton de Rohrbach-lès-Bitche en 1790.

Le relief varié et accidenté a entraîné la construction d'ouvrages importants de la Ligne Maginot et notamment celui du Haut Poirier. La population est évacuée le 1er septembre 1939 en Charente, à Condac, Jarnac, Bioussac, Poursac et Barro, la mairie s'étant repliée à Condac. Les habitants regagneront leur village le 1er octobre 1940.

Le vieux pont

Bombardé le 7 décembre 1941, le village est libéré par les troupes américaines le 8 décembre 1944. Mais, lors de l'offensive Von Rundstett, les Allemands reviennent jusqu'à l'entrée nord de la commune, où de terribles combats se déroulent le 3 janvier 1945, rue de Wiesviller. Les Allemands sont pourtant définitivement refoulés le lendemain.

Le village a conservé peu de monuments anciens : l'église construite en 1725 et agrandie du côté du chœur en 1778, des monuments funéraires des XVIIIe et XIXe siècle replacés dans l'ancien cimetière, qui entourait l'église jusqu'en 1966, et plusieurs croix de chemin.

L'ancien pont au centre du village portant la statue de saint Jean Népomucène et comprenant cinq arches, reconstruit en 1786, a sauté au moment du bombardement. Il est remplacé par un pont en béton d'une seule jetée. La commune est citée à l'ordre de la brigade le 11 novembre 1948 : " Commune de Lorraine très éprouvée par les bombardements et les combats qui ont été livrés sur son territoire, Achen compte 9 tués et 8 blessés. Évacuée d'office dès septembre 1939, la population, à son retour en octobre 1940, fut l'objet de nombreuses vexations et sollicitations de la part de l'ennemi, mais elle resta fidèle à la mère patrie. Par son attachement à la France et par ses sacrifices, Achen s'est acquis des droits à la reconnaissance du Pays ".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze. Achen a payé un lourd tribut lors des deux guerres mondiales : 20 victimes lors de la Première Guerre mondiale, 2 victimes lors de la Seconde Guerre mondiale, 14 Malgré-nous tombés ou non rentrés en 1940-1945, 10 victimes civiles des bombardements, soit une commune sinistrée à 48 %.

Économie

Jusqu'en 1939, Achen est essentiellement une localité agricole avec de petites exploitations familiales d'une moyenne de 5 hectares. Les terres sont trop morcelées : plus de 10 000 parcelles pour 1212 hectares, soit une moyenne de 12 ares par parcelle.

Depuis 1945 on assiste à une transformation profonde de la vie économique. Les jeunes sont attirés par l'industrie et surtout au début par les Houillères du Bassin de Lorraine, qui assurent un ramassage par car pour Merlebach et Petite-Rosselle. Les gains assez élevés vont améliorer le niveau de vie, d'où les nouvelles constructions modernes et transformations intérieures des immeubles, surtout après la réalisation du réseau d'eau en 1955. En même temps, les petites exploitations agricoles disparaissent, et seule une dizaine subsiste. Les petits artisans, charron, peintre, maréchal ferrant, sellier bourrelier, cordonnier, tailleur, disparaissent à leur tour. Achen est devenue une commune-dortoir. Chaque jour, de nombreux habitants migrent vers Deux-Ponts et Pirmasens. Une centaine d'élèves quitte également la localité pour le CES de Rohrbach ou les différents lycées de Sarreguemines.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1573   Jean Walbruss    
1574   Nicolas Hannes    
1576   Jacques Fund    
1582   Grossmann    
1584   Jacques Fund    
1588   Sébastien Grossmann    
1599   Jean Grossmann    
1621   Nicolas Muller    
1630   Jean Geiskopf    
1631   Michel Bosch    
1631   Jean Edighoffen    
1667   Thiébault Muller    
1670   Jean Jacques Zoller    
1671   Nicolas Fund    
1676   Thiébault Berklinger    
1698   Jacques Freyermuth    
1745   Remi Schmit    
1751   Philippe Hoffmann    
1753   Blaise Mayer    
1754   Remi Schmitt    
1758   Jean Pierre Lemmer    
1787   Nicolas Krebs    
1793   Jean Nicolas Freyermuth    
1802   Martin Hoffmann    
1804   Nicolas Wagner    
1807   Jean Baptiste Hoffmann    
1808   Joseph Assant    
1815   Jean Schmitt    
1823   Georges Muller    
1826   Nicolas Wagner    
1833   François Bach    
1843   Augustin Pfister    
1846   Hubert Muller    
1848   Jean Kimmel    
1851   Nicolas Lilpob    
1852   Hubert Muller    
1859   Guillaume Bach    
1869   Jean Freyermuth    
1874   Paul Krebs    
1889   Nicolas Jacobi    
1910   Guillaume Kimmel    
1911   Paul Illig    
1930   Jean Rimlinger    
1940   François Krebs    
1945   Jean Assant    
1953   Jacques Bach    
1965   Joseph Illig    
1983 mars 2008 Lucien Kormilzin    
mars 2008   Sébastien Schlegel    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Les plus anciens recensements connus remontent à la première moitié du XVIe siècle. On note alors seulement les foyers. Achen était un des plus grands villages de la seigneurie de Bitche. À une certaine année, le village compte 71 foyers contre 67 à Bining, 62 à Kalhausen, 54 à Rohrbach, 45 à Gros-Réderching, 28 à Etting, 26 à Enchenberg, 22 à Lemberg, 4 à Lambach et à Siersthal. D'autres recensements donnent 65 foyers en 1539, 66 en 1586, 68 en 1606, 80 en 1621, 71 en 1622, 81 en 1626, En multipliant chaque foyer par 5 ou 6, cela correspond à une population d'environ 450 habitants à la veille de la Guerre de Trente Ans.

En 1627, la peste éclate dans la région et trouve de nombreuses victimes à Achen. Les années de guerre, et plus spécialement 1634 et 1635, font partir les survivants. Ainsi toute la région se trouve abandonnée. Pourtant en 1661, la vie reprend doucement. Des colons essaient de s'installer, mais sont obligés de se retirer. En 1680, Achen compte de nouveau 28 foyers, Etting et Kalhausen compris. En 1708, il y en a déjà 41 et en 1783, on en dénombre 110, soit environ 600 habitants.

Le repeuplement des villages dévastés pendant la Guerre de Trente Ans est assuré en grande partie par des immigrés venus de Suisse, du Tyrol, du Pays de Bade, de la Bavière et des Ardennes.

Évolution démographique
(Source : Cassini[1] et INSEE[2])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720 724 770 1 375   911 900    
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
  942 1 005 933 957 874 831 785 760
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
763 783 825 849 796 723 785 736 794
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007    
857 875 883 896 929 937 996    

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Entre 1811 et 1833 la village d'Etting appartenait à la commune d'Achen.

Lieux et monuments

  • la villa gallo-romaine de la Salwies.

De nombreux moulins, pour la plupart encore en activité dans la première moitié du XXe siècle, ont tourné sur le ruisseau d'Achen :

  • la Walkmühle (le moulin à foulon) est donné à un nommé Louis Muller par le comte Jacques de Deux-Ponts, seigneur de Bitche et de la moitié de Lichtenberg, en location viagère en 1546. En 1572, Laurent Muller y est meunier. Dix ans plus tard, on lui permet de transférer ce moulin à blé au village, où il est devenu très probablement le Neumühle, et le moulin même est changé en moulin à foulon. Mentionné de 1661 à 1703 comme étant détruit, Jean Funfrock obtient le 20 mai 1733, de la duchesse régente, la permission de le reconstruire, à charge de lui donner une dîme de quatorze francs par an. Le nommé Antoine Muller de Sarre-Union profite de cette autorisation. En 1867, le moulin appartient à un certain Pierre Gross d'Achen, dont le fils lui a rendu en 1908, sa destination première de moulin à blé. Il n'est plus exploité actuellement par son propriétaire actuel.
  • le Neumühle, en plein village, est mentionné pour la première fois en 1612 comme appartenant à Jean Zoller. Ce moulin, détruit pendant la Guerre de Trente Ans, est vendu après la reconstruction à Nicolas Muller, l'héritier de Jean Zoller. Le moulin actuel a usage d'habitation.
  • l' Altmühle, habité avant la Guerre de Trente Ans, en 1570 par Etienne Muller et enfin en 1612 par Jean Vogel, est complètement détruit pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • l' Oligmühle, à 800 m de l' Altmühle, est mentionné pour la première fois en 1729, son propriétaire de l'époque étant un certain Wittbrauch. Les propriétaires suivants sont Jean Nicolas Schmitt de 1762 à 1782 puis son fils Jean Schmitt. Jean Freyermuth et Eve Herzog leur succèderont avant que le moulin ne passe aux enfants et petits-enfants de ces derniers, jusqu'en 1878, où les exploitants se retirent à Rahling. Le nouveau propriétaire, Etienne Bertran, le vend en 1890 à Charles Gross de Bining, l'époux de Hoffmann Barbe. Le gendre de ces derniers, Jean Assant l'exploite jusqu'à ces dernières années et le moulin suit le sort des autres en 1971.
  • le Gallenmühle doit son nom, d'après la tradition locale, à un certain Gall, immigré de Suisse. Ce moulin, propriété vers 1725 de Philippe Seyler qui l'a acheté pour 875 écus (Taler) à son père, Pierre Seyler, est resté propriété de cette famille jusqu'en 1896. Le moulin n'est plus actuellement en activité.
  • le moulin disparu de Naumühle est mentionné en 1758.
  • le village disparu de Pfaffenthal n'a laissé aucun souvenir.

Des vestiges de la Seconde Guerre mondiale :

  • l'ouvrage du Haut-Poirier, ligne Maginot.
  • le Val d'Achen regroupe les logements d'officiers et de sous-officiers, construits avant guerre pour les militaires du 153e Régiment d'Infanterie Française en garnison à Achen. Le casernement est complètement détruit.

Édifice religieux

  • l'église Saint-Pierre, reconstruite en 1728 (date portée par le portail) en remplacement d'une église du XVe siècle, dont il subsiste un élément de remplage dans la baie sud du 2e niveau de la tour clocher. Agrandie vers le chœur à la suite d'une requête du curé, des échevins et des notables à l'évêque de Metz, déposée conformément à une ordonnance épiscopale de 1778. Jusqu'en 1979, le cimetière se trouvait autour de l'église et les tombes les plus anciennes ont été conservées et replacées le long de la façade sud et dans un muret au nord de l'édifice.

Armoiries

Armes du village d'Achen

Le blasonnement de la commune, par arrêté préfectoral du 14 mars 1950, est le suivant : coupé de gueules au chevron ployé d'argent et à deux clés d'or réunies en chevron versé brochant et d'or à la Croix de Lorraine de gueules.

La partie supérieure représente les armoiries du comte de la Petite-Pierre et la partie inférieure celles du comte de Bitche. Les deux clefs sont les attributs de saint Pierre, patron de la paroisse.

Personnalités liées à la commune

Sources

  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Rohrbach-lès-Bitche et son canton, Joël Beck, 1988.
  • Le canton de Rohrbach-lès-Bitche, Joël Beck, 2004.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Voir aussi

Notes et références

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Achen de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Achen — Achen …   Deutsch Wikipedia

  • Achen — may refer to:* Hans von Aachen * Achen, Moselle, a commune Moselle in France * Tiroler Achen, a river in Austria * Achen Pass, a pass in the Alps between Austria and Germany * Achen, Malayalam word for Father. Also used for addressing Christian… …   Wikipedia

  • Achen — País …   Wikipedia Español

  • Achen — Achen, r. Nebenfluß der Isar in Oberbayern, Abfluß des Achensees (920 m ü. d. M., 132 m tief) in Nordtirol, durchfließt das Achental; heißt bei der Mündung Walchen …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Achen — Achen, Jan von, berühmter Maler, aus Köln gebürtig, malte besonders für die Fugger in Augsburg und Kaiser Rudolf II.; st. 1615 in Prag …   Herders Conversations-Lexikon

  • Achen — Achen,   Hans von, Maler, Aachen, Hans von.   …   Universal-Lexikon

  • ACHEN —    an eminent German painter (1556 1621) …   The Nuttall Encyclopaedia

  • achen — (G). Boor, needy; not gaping …   Dictionary of word roots and combining forms

  • Achen (Moselle) — Achen …   Deutsch Wikipedia

  • Achen (Begriffsklärung) — Achen steht für: die Gemeinde Achen in Lothringen, Frankreich Achen (Amerang), Ortsteil der Gemeinde Amerang, Landkreis Rosenheim, Bayern Achen (Rottenbuch), Ortsteil der Gemeinde Rottenbuch, Landkreis Weilheim Schongau, Bayern Achen (Schonstett) …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”