Achantis

Ashantis

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ashanti.

Les Ashantis (ou Asante[1]) forment l'un des groupes ethniques[2] de l'ensemble Akan au Ghana.

Ils parlent twi qui est un dialecte Akan[3] appartenant au groupe des langues Kwa.

Drapeau des Asantes

Sommaire

Implantation géographique

Empire Asante au Ghana

La fédération Ashanti se développe au XIIIe siècle. La capitale est Koumassi[4]. Au XIXe siècle, cette civilisation atteint son apogée et occupe près de 70% du Ghana actuel. La civilisation Ashanti a été la plus grande de tous les États Akans et la plus longue dans le temps. Noyau du clan Oyoko, Asantemanso demeure leur lieu d'origine[5].

L'ensemble du monde Akan s'étend aussi en Côte d'Ivoire où il comprend les ethnies Nzima, Agni, Baoulé, Alladian, Adjoukrou, Ébrié, Abouré, Fanti, Avikams, Laouien, Abron, etc.

Histoire

Origine

Les Ashantis étaient très divisés et vivaient en petits groupes qui vont former des villes-états vassaux de l'empire Denkyira. Les Oyokos vont devenir dominants et s'imposer[6]. Osei Tutu sera le premier roi à unifier ces groupes. L'empire était tout d'abord continental puis l'année 1806 marque le début de la conquête de la région côtière. Les anglais finiront par annexer le Ghana, ce sera la fin de l'empire Ashanti[4].

Empire

  • 1620 : les Ashantis sont les vassaux du puissant royaume Denkyira, l'un des deux royaumes avec les Adansi à se partager la forêt alors que les Akwamu sont vers les mines d'or de Birin ainsi que la région d'Accra.
  • Osei Tutu (1695–1712 ou 1717) est le premier roi qui unifie les Ashantis sous un empire. Dans ses jeunes années alors qu'il n'était encore que prince, il a été envoyé à la cour de son suzerain Boa du royaume Denkyria. C'est là qu'il fera connaissance d'Okomfo qui deviendra par la suite son conseil et en quelque sorte son ministre de l'intérieur. Ils vont mettre en place l'unité de l'empire autour du trône en or du roi descendu du ciel et offert par les Dieux comme alliance divine avec le roi. Osei va vaincre le royaume Denkyira et celui d'Akyem tout en leur laissant une grande autonomie (les institutions d'origines étaient intactes).
  • Opoku Waré (1731–1742) étend sa suzeraineté sur les royaumes de Gonja, Bono, Akyem, Akwapim.
    • 1740 : le royaume de Bono a été un des principaux producteurs d'or. Il s'effondre avec son dernier roi Ameyaou Kwakié en 1740 vaincu par les Ashantis. À la fin du XVIIIe siècle siècle, la fédération Ashanti (et sa capitale Koumassi) règne sur le monde Akan tout en faisant partie de cet ensemble..
  • Osei Kodjo (1752–1781) continue l'extension de l'empire sur les royaumes de Banda, Dagomba (région de la Côte d'Ivoire) tout en continuant à appliquer un système de fédération.
  • Osei Kwamina (1781–1797) dut abdiquer car il ne se consacrait pas assez à la gouvernance de son empire qui était devenu un important axe entre les pays musulmans et les forts européens de la côte. On comprend alors l'importance que va prendre l'empire continental des Ashantis[3].

La guerre contre les Denkyiras

Les Hollandais favorisèrent les Denkyiras en leur fournissant des armes (même des canons, ce qui était très rare de la part des européens). Malgré cette aide, les Ashantis réussirent à vaincre les Denkyiras en 1701 lors de la bataille de Feyiase. Automatiquement, les Hollandais changèrent de camp en dépêchant un ambassadeur Van Nyendael avec plein de cadeaux afin de leur assurer leur considération. Mais les Hollandais n'arrivaient pas à fournir des biens dont les Ashantis étaient très friands : les armes et la poudre. Leurs tactiques restaient donc assez affaiblies[7].

La guerre contre les Fantes

Les Fantes avaient commencé à soumettre la côte devenant des intermédiaires très intéressés entre les Ashantis et les puissances coloniales. Les Ashantis devenaient une menace pour les européens car ils avaient pu réunir le nord en une puissante fédération. Rappelons que les Ashantis avaient une domination sur les échanges entre les territoires où l'on trouvait de l'or et le royaume Songhay. Les Ashantis avaient donc un intérêt pour la conquête des côtes mais ils se heurtèrent aux Fantes pendant près d'un siècle.

Soldat Ashanti (1824)

Les Anglais et Hollandais souhaitaient la paix entre les peuples de la côte et ceux de l'intérieur (Ashantis) pour pouvoir commercer tranquillement. Pourtant il existait des luttes d'influence des puissances coloniales. Ainsi les Ashantis qui avaient les faveurs des Hollandais (Compagnie des Indes Occidentales) se livraient à des guerres avec les Fantes qui avaient des alliances avec les Anglais. Le 14 avril 1727, les Anglais subirent au fort Secondi les assauts des Ashantis. Mais en réalité, ils voulaient conserver la présence des Anglais pour faire jouer la concurrence. Les assauts étaient surtout des démonstrations de puissance.

La guerre était surtout menée contre les Fantes qui étaient les intermédiaires de la côte. Les Ashantis menèrent pendant deux ans encore une guerre contre les Fantes, ce qui paralysa le commerce. Les Anglais avaient essayé de ramener la paix en donnant des cadeaux. En août 1729, un accord semblait même trouvé. Mais un an plus tard, la guerre reprit de plus belle. Les Fantes ne pouvaient être utilisés en permanence comme médiateurs par les Anglais car il ne fallait pas trop leur donner d'importance et ne pas froisser les Ashantis.

Les Fantes ont pu résister pendant un long moment contre les Ashantis grâce à l'appui des Anglais et ont pu ainsi se maintenir sur la côte mais à un moment donné, les européens se désintéressèrent de la côte et c'est à ce moment que les Ashantis s'emparèrent d'une partie en 1806. Mais la traite négrière commença à connaître un déclin à cette date pour être remplacée par le commerce de l'huile de palme[8].

Annexion anglaise

  • 1831 : George Maclean signe un traité avec les Ashantis qui renoncent à tous les territoires de la côte[9].

Société

Gouvernement

Cérémonie de la cour des Asantes en 1817

Les Ashanti sont régis traditionnellement par un roi appelé Asantehene. Les chefs des peuples vassalisés continuent à s'occuper de la politique locale tandis que l'Asantehene s'occupe de la politique extérieure. Tous ces chefs sont au même niveau que les chefs Ashantis. Un impôt annuel est levé pour payer l'armée qui maintient l'unité : dès qu'un chef local tente de se rebeller, l'armée intervient.

Les esclaves

Les guerres des Ashantis n'avaient pas pour unique but d'obtenir des milliers d'esclaves afin d'en tirer profit en les vendant aux forts européens de la côte. Les captifs étaient nécessaires à l'empire Ashanti pour la production de l'or et en limite de l'empire pour son ravitaillement avec le nord. Ceux qui étaient vendus aux européens contre de la poudre et des fusils, étaient ceux dont les Ashantis n'avaient pas besoin. C'était un troc (et non un marchandage afin de s'enrichir) pour obtenir des armes qui pouvaient aider les Ashantis à se renforcer dans leurs guerres

Culture

Masque d'or.

Les bâtiments traditionnels Ashantis sont classés au patrimoine mondial.

De nombreux peuples dans le monde ont hérité de la culture Fante-Ashanti notamment la communauté noire en Amérique du nord dans les îles Gullah de Virginie ou dans les Guyanes Hollandaise et Française[10].

Croyances

Les prêtres Ashantis sont presque divinisés et en permanence en connexion avec l'au-delà dont ils peuvent instantanément décrypter les messages divins[11].

Les Ashantis croient qu'il existe sept âmes qui correspondent à chaque jour de la semaine. Ainsi, on donne le nom du jour de la semaine au bébé qui vient de naître[12].

Au point de vue de la réincarnation, l'âme repart vers le Créateur tandis que le principe masculin réside chez les ancêtres et c'est le lien par le « sang » qui est transmis par le ventre de la mère. Un enfant peut devenir une personne identique sans vraiment l'être par rapport à un défunt (souvent l'enfant porte le nom et prénom du défunt)[13].

Notes et références

  1. Asante désigne soit le pays, le peuple ou la langue selon Christaller 1875 (1964), p. 427. Pour Meyerowitz, ce sont « les gens de San ». Pour Braffie, ces ont les Asanties : les dispersés ou (villes) éparpillés. Mais la version la plus admises mêmes par les Asantes, ce serait « le peuple rassemblé à cause de la guerre » traduction de osa nti foGérard Pescheux 2003, p. 76
  2. Il reste difficile de parler d'ethnies car ce sont des peuples qui se sont rassemblés contre l'empire Denkyria
  3. a  et b Jean-Michel Deveau 2005, p. 30 à 35
  4. a  et b Patrick Puy-Denis 1994, p. 35 à 36
  5. Gérard Pescheux 2003, p. 87
  6. Gérard Pescheux 2003, p. 20
  7. Jean-Michel Deveau 2005, p. 163
  8. L'ensemble de cette section est basée sur le livre Jean-Michel Deveau 2005, p. 178
  9. Patrick Puy-Denis 1994, p. 29
  10. Laënnec Hurbon, Geneviève Calame-Griaule 2002, p. 73
  11. Louis-Vincent Thomas, René Luneau 1992, p. 174
  12. Louis-Vincent Thomas, René Luneau 1992, p. 28
  13. Louis-Vincent Thomas, René Luneau 1992, p. 98

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • (en) Osei Kwadwo, A handbook on Asante culture, Suame, Kumasi, Ghana, 2002, 164 p. (ISBN 9988-75965-7) 
  • Jean-Michel Deveau, L'or et les esclaves : histoire des forts du Ghana du XVIe au XVIIIe siècle, Karthala, Paris, 2005, 330 p. (ISBN 2845865880 et ISBN 9782845865884) 
  • Patrick Puy-Denis, Le Ghana, Karthala, Paris, 1994, 228 p. (ISBN 2865374653 et ISBN 9782865374656) 
  • Laënnec Hurbon, Geneviève Calame-Griaule, Dieu dans le vaudou haïtien, Maisonneuve & Larose, Paris, 2002, 269 p. (ISBN 2706816198 et ISBN 9782706816192) 
  • Marie-Joseph Bonnat, Marie-Joseph Bonnat et les Ashanti : journal, 1869-1874 / [publ. par] Claude-Hélène Perrot, Albert van Dantzig, Société des africanistes, Paris, 1994, 672 p. (ISBN 9782908948004) 
  • Gérard Pescheux, Le royaume asante (Ghana) : parenté, pouvoir, histoire, XVIIe ‑ XXe siècles, Karthala, Paris, 2003, 582 p. (ISBN 2845864221 et ISBN 9782845864221) 
  • Louis-Vincent Thomas, René Luneau, La terre africaine et ses religions : traditions et changements, L'Harmattan, Paris, 1992, 335 p. (ISBN 2858021627 et ISBN 9782858021628) 

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de l’Afrique Portail de l’Afrique
  • Portail de l'anthropologie Portail de l'anthropologie
Ce document provient de « Ashantis ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Achantis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Avril 1900 — Années : 1897 1898 1899  1900  1901 1902 1903 Décennies : 1870 1880 1890  1900  1910 1920 1930 Siècles : XVIIIe siècle  XIXe si …   Wikipédia en Français

  • 1887 en France — Années : 1884 1885 1886  1887  1888 1889 1890 Décennies : 1850 1860 1870  1880  1890 1900 1910 Siècles : XVIIIe siècle  XIXe si …   Wikipédia en Français

  • Ashantis — Pour les articles homonymes, voir Ashanti. Le groupe ashanti (ou Asante[1]) forment l un des groupes ethniques[2] de l ensemble akan au Ghana. Ils parlent le twi qui est une des langues akan …   Wikipédia en Français

  • Mars 1900 — Années : 1897 1898 1899  1900  1901 1902 1903 Décennies : 1870 1880 1890  1900  1910 1920 1930 Siècles : XVIIIe siècle  XIXe si …   Wikipédia en Français

  • PIPER GUINEENSE SCHUM. ET THONN. - ПЕРЕЦ ГВИНЕЙСКИЙ — см. 229. Кустарник. P. guineense Schum. et Thonn. П. гвинейский Beskr. Guin. Pl. (1827) 19. Jumelle (1914) 45. Dalziel (1937) 16. S у n. Cubeba clusii Miq.; P. clusii C. DC.; P. leonense C. DC. М е с т н. н а з в. Англ. West African black pepper …   Справочник растений

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”