Curie Romaine

Curie romaine

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Curie.

La Curie romaine est l'ensemble des organismes administratifs du Saint-Siège, assistant le pape dans sa mission de gouvernement de l'Église catholique romaine.

Sommaire

Histoire de la Curie

À l'origine, le terme latin « curia », d'origine étrusque, désigne une subdivision de la tribu, puis la salle de délibération du Sénat et par suite, le Sénat lui-même.

Comme tout évêque, le pape est entouré d'un collège de prêtres. Il les réunit régulièrement pour former des conseils pour diriger son diocèse. Sa fonction ayant aussi une vocation étendue à l'Église universelle, pour les sujets touchant à celle-ci, il s'entoure des conseils des évêques proches de Rome. Peu à peu ces consistoires ont lieu de plus en plus souvent, deviennent une présence quasi-permanente : le mot « curie » est utilisé pour la première fois dans un sens ecclésiastique par un document pontifical en 1089, sous le règne du pape Urbain II. Les réunions ont lieu jusqu'à trois fois par semaine sous le pape Innocent III.

En dehors des consistoires, qui traitent de sujets généraux, le pape met en place des commissions cardinalices spécialisées sur tel ou tel sujet. Ces commissions, d'abord à mandat temporaire, prennent de plus en plus d'importance et de stabilité. Peu à peu, les consistoires perdent de leur efficacité et ne deviennent plus que des réunions d'apparat. Le vrai travail se fait au sein des congrégations.

En 1542, la première congrégation, le saint-Office est établie par le pape Paul III pour lutter contre le protestantisme et les autres hérésies. Puis d'autres congrégations sont créées sur ce modèle : Celle du concile, pour l'inter­prétation des décrets du concile de Trente en 1561, celle de l'Index en 1571.

Le 22 janvier 1588, le pape Sixte V, par la bulle Immensa aeterni Dei organise définitivement la curie romaine : il crée quinze congrégations : six ont un champ d'action purement romain, les neuf autres ont une vocation universelle. Ces congrégations fonctionnent comme des ministères, chacune dans un champ d'action particulier, et sont titulaire de l'autorité déléguée par le pape.

Après trois siècle de fonctionnement sans changements majeurs, saint Pie X redéfinit la curie par la constitution apostolique Sapienti consilio du 29 juin 1908. En effet, suite à la perte du pouvoir temporel survenu au XIXe siècle, plusieurs organes avaient perdu de leur utilité. Le 15 août 1967, la curie a de nouveau été réformée sous le pontificat de Paul VI par la Constitution Regimini Ecclesiae Universae[1] de Paul VI, du 15 août 1967, conséquemment au décret Christus Dominus du Concile Vatican II. Jean-Paul II à son tour, par la constitution apostolique Pastor Bonus[2] du 28 juin 1988, effectue une réforme de ces institutions pour prendre en compte les réformes du droit canon faites en 1983.

La Curie aujourd'hui

La Curie actuelle est définie comme suit par le canon 360 du Code de droit canonique :

« La Curie Romaine dont le Pontife suprême se sert habituellement pour traiter les affaires de l'Église tout entière, et qui accomplit sa fonction en son nom et sous son autorité pour le bien et le service des Églises, comprend la Secrétairerie d'État ou Secrétariat du Pape, le Conseil pour les affaires publiques de l'Église, les Congrégations, Tribunaux et autres Instituts ; leur constitution et compétence sont définies par la loi particulière. »

Ses différents dicastères, dont les missions sont définies par la constitution Pastor Bonus de 1988, sont :

Le gouvernement de l'Église repose au final sur un nombre d'hommes assez faible[4].

Le souverain pontife s'appuie d'abord en effet sur la secrétairerie d'État, dont la tête, à savoir le secrétaire d'État, est « quelque chose comme un Premier ministre »[4]. Celui-ci a sous ses ordres deux sections, menées par le substitut pour les Affaires générales et le secrétaire pour les Relations avec les États. Ce dernier supervise le travail des nonces (ambassadeurs du Saint-Siège) en activité à travers le monde.

La secrétairerie d'État coordonne l'action des dicastères, à savoir neuf congrégations et onze conseils pontificaux (assimilables à des ministères) et un grand nombre d'autres commissions, services et tribunaux.

Cependant, si il est habituel d'utiliser des métaphores politiques pour décrire les rôles au sein de la Curie, il ne faut pas oublier que « l'Église est une institution religieuse : l'immense majorité des questions que traitent la secrétairerie d'État ou les dicastères sont donc des questions purement religieuses »[4].

2 700 personnes en tout travaillent au Vatican, mais le gouvernement de l'Église stricto sensu se limite à un peu plus de quatre cents personnes (dont 160 pour la seule secrétairerie d'État).

Les hommes à la tête de la Curie

Les principaux responsables des services de la curie sont actuellement:

  • Secrétaire d'État : le cardinal Tarcisio Bertone
  • Congrégation pour la doctrine de la foi : le cardinal William Levada
  • Congrégation pour les Églises orientales : le cardinal Leonardo Sandri
  • Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements : le cardinal Antonio Cañizares Llovera
  • Congrégation pour les Causes des saints : Mgr Angelo Amato
  • Congrégation pour les Évêques : le cardinal Giovanni Battista Re
  • Congrégation pour l'Évangélisation des peuples : le cardinal Ivan Dias
  • Congrégation pour le Clergé : le cardinal Claudio Hummes
  • Congrégation pour les Instituts de vie consacrée : le cardinal Franc Rodé
  • Congrégation pour l'Éducation catholique : le cardinal Zenon Grocholewski
  • Conseil pontifical pour les laïcs: le cardinalStanislaw Rylko
  • Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens: le cardinal Walter Kasper
  • Conseil pontifical pour la famille : le cardinal Ennio Antonelli
  • Conseil pontifical Justice et Paix : le cardinal Renato Raffaele Martino
  • Conseil pontifical Cor unum|Conseil pontifical « Cor unum » pour la promotion humaine et chrétienne: : le cardinal Paul Joseph Cordes
  • Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement: Mgr Antonio Maria Vegliò
  • Conseil pontifical pour la pastorale des services de la santé: Mgr Zygmunt Zimowski
  • Conseil pontifical pour les textes législatifs: Mgr Francesco Coccopalmerio
  • Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux: le cardinal Jean-Louis Tauran
  • Conseil pontifical pour la culture: Mgr Gianfranco Ravasi
  • Conseil pontifical pour les communications sociales: Mgr Claudio Maria Celli
  • Pénitencerie apostolique: Mgr Fortunato Baldelli
  • Tribunal suprême de la signature apostolique: Mgr Raymond Leo Burke
  • Gouvernoratorat de l'Etat de la cité du Vatican: le cardinal Giovanni Lajolo
  • Administration du patrimoine du siège apostolique: le cardinal Attilio Nicora
  • Préfecture pour les affaires économiques du Saint-Siège: Mgr Velasio de Paolis

La réforme de la Curie

Depuis au moins Paul VI, une réforme de la Curie est évoquée au Vatican, eu égard au manque de rationalité de l'organisation actuelle[4]. En effet, les informations circulent difficilement d'un dicastère à l'autre et les domaines d'intervention de chaque congrégation, mal délimités, peuvent entraîner certaines redondances[4].

Controverses

Les hommes de la curie ont été critiqués pour leur carriérisme [2]. Ils ont été dénoncés par Paul VI et Benoît XVI.

En 1999, le prélat de curie Luigi Marinelli a publié un livre à scandale dans lequel il dévoilait de multiples abus au sommet de la hiérarchie : vols, homosexualité, maçonnisme, etc. Il affirme que de graves abus sont commis, rendant impérative une réforme de la curie. [5]

Notes et références

  1. (la) La constitution Regimini Ecclesiae Universae sur le site du Vatican
  2. (la) La constitution Pastor bonus sur le site du Vatican
  3. En mars 2009, Benoît XVI annonce son intention de rattacher la commission à la Congrégation pour la doctrine de la foi., cf. lettre de Benoît XVI sur le site du Vatican, 29/03/2009
  4. a , b , c , d  et e Jean Sévilla, « Comment le Vatican est gouverné », Le Figaro magazine, 9 mai 20009.
  5. [1]

Voir aussi

Articles connexes=

Liens externes

Bibliographie

  • Portail du Vatican Portail du Vatican
  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
Ce document provient de « Curie romaine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Curie Romaine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CURIE ROMAINE — Née du rôle que l’évêque de Rome a été amené à assumer dans l’ensemble des Églises, la curie s’est développée en même temps que ce rôle et a d’ailleurs contribué à l’augmenter encore. Le terme vient du latin curia (cour), qui désignait le lieu où …   Encyclopédie Universelle

  • Curie romaine — Pour les articles homonymes, voir Curie. La Curie romaine est l ensemble des organismes administratifs du Saint Siège, assistant le pape dans sa mission de gouvernement de l Église catholique. Sommaire 1 Histoire de la Curie …   Wikipédia en Français

  • Curie de Rome — Curie romaine Pour les articles homonymes, voir Curie. La Curie romaine est l ensemble des organismes administratifs du Saint Siège, assistant le pape dans sa mission de gouvernement de l Église catholique romaine. Sommaire 1 Histoire de la Curie …   Wikipédia en Français

  • Curie pontificale — Curie romaine Pour les articles homonymes, voir Curie. La Curie romaine est l ensemble des organismes administratifs du Saint Siège, assistant le pape dans sa mission de gouvernement de l Église catholique romaine. Sommaire 1 Histoire de la Curie …   Wikipédia en Français

  • curie — 1. curie [ kyri ] n. f. • 1538; lat. curia 1 ♦ Antiq. rom. Division de la tribu chez les Romains. Romulus partagea le peuple romain en trois tribus, et chaque tribu en dix curies. Sénat de Rome, et par ext. des villes municipales. 2 ♦ (1863; it.… …   Encyclopédie Universelle

  • Curie —  Pour l’article homophone, voir Curry. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le nom Curie est un patronyme, un nom d institutions, une unité de mesure. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • CURIE — n. f. T. d’Antiquité Subdivision de la tribu chez les Romains. Romulus partagea le peuple romain en trois tribus, et chaque tribu en dix curies. Il se dit aussi du Lieu où s’assemblait le sénat romain. Il se disait, par extension, du Sénat des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Curie (Rome Antique) — Pour les articles homonymes, voir Curie. Dans la Rome antique, le mot curia, traduit en français par curie, est riche de sens. À l époque républicaine, la Curie (en latin Curia) désigne le bâtiment où se réunissait le Sénat romain, bâtiment… …   Wikipédia en Français

  • Curie (rome antique) — Pour les articles homonymes, voir Curie. Dans la Rome antique, le mot curia, traduit en français par curie, est riche de sens. À l époque républicaine, la Curie (en latin Curia) désigne le bâtiment où se réunissait le Sénat romain, bâtiment… …   Wikipédia en Français

  • Curie (Rome antique) — 41°53′34.63″N 12°29′7.45″E / 41.8929528, 12.4854028 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”