Accoyer

Bernard Accoyer

Bernard Accoyer
BernardAccoyer2.jpg
Bernard Accoyer le 19 septembre 2009,
aux Journées du patrimoine.

14e président de l'Assemblée nationale française
106e président de la Chambre basse française
Actuellement en fonction
Depuis le 26 juin 2007
Législature(s) XIIIe
Prédécesseur(s) Patrick Ollier
Biographie
Nom de naissance Bernard Marie Paul Accoyer
Date de naissance 12 août 1945 (64 ans)
Lieu de naissance Drapeau de la France Lyon
Nationalité Française
Parti politique UMP
Conjoint Charlotte Marie Jacquier
Profession Oto-rhino-laryngologiste
Présidents de l'Assemblée nationale française

Bernard Accoyer, né le 12 août 1945 à Lyon, est un oto-rhino-laryngologiste et un homme politique français, président de l’Assemblée nationale depuis juin 2007.

Sommaire

Biographie

Jeunesse, carrière professionnelle et vie privée

Bernard Accoyer, fils d'un pharmacien militaire[1], est passionné par le design et les inventeurs (tels Léonard de Vinci ou Gian-Battista Pinin Farina). À 14 ans, il veut abandonner l'école pour apprendre le dessin industriel, mais son père lui conseille de faire médecine, et c'est ce qu'il fit en se spécialisant chirurgicalement vers l'oto-rhino-laryngologie[1].

Devenu médecin oto-rhino-laryngologiste, docteur de la faculté de médecine de Lyon, spécialisé, outre l'ORL, en cancérologie et en chirurgie cervico-faciale et ayant son cabinet à la clinique du Lac à Annecy[2], Bernard Accoyer est élu à l'Académie nationale de chirurgie (ANC) le 5 décembre 2007[3].

Il épouse Charlotte Marie Jacquier le 23 janvier 1971, avec qui il a trois enfants.

Politique locale

Appelé par Pierre Mazeaud, il entre dans la vie politique en 1989. Il est alors élu maire d'Annecy-le-Vieux en Haute-Savoie en battant le député UDF Jean Brocard. En mars 1992 il est élu conseiller général de Haute-Savoie pour le canton d'Annecy-le-Vieux, et le reste jusqu'en 1998. En mars 1993, il est élu député RPR de la 1re circonscription de Haute-Savoie, à savoir le nord d'Annecy et les communes environnantes dont Annecy-le-Vieux. Il conservera ses deux mandats : maire en 1995, 2001 et 2008 ; député en 1997 (au 2e tour), 2002 (également au 2e tour) et 2007 (au 1er tour). Par ailleurs, lors de la création de la Communauté de l'agglomération d'Annecy ou (C2A), en 2001, il en devient l'un des vice-présidents.

À l'Assemblée nationale

Bernard Accoyer
BernardAccoyer.jpg
Bernard Accoyer, aux cérémonies du 11 novembre, en 2008.
Parlementaire français
Naissance {{{naissance}}}
Décès {{{décès}}}
Mandat Député
Début du mandat 2 avril 1993
Fin du mandat {{{fin du mandat}}}
Circonscription 1re circonscription de la Haute-Savoie
Groupe parlementaire RPR (1993-2002)
UMP (depuis 2002)
Ve République

Député (depuis 1993)

À l'Assemblée nationale, il s'est vivement opposé à la mise en place des 35 heures, sous la législature socialiste de 1997 à 2002, en dénonçant alors « l'attitude incompréhensible et dogmatique » du gouvernement ou en demandant à la ministre de l'Emploi et de la Solidarité de l'époque, Élisabeth Guigou, si elle était « bien consciente du coup que vous allez porter au système hospitalier français »[4].

En 2003, son amendement réglementant la profession de psychothérapeute, approuvé par l'Assemblée nationale, a suscité une controverse à laquelle prirent part des psychanalystes de renom, notamment Jacques-Alain Miller. Le texte final fut rédigé par une commission mixte paritaire et publié en 2004 au Journal officiel. Cependant, les décrets d'application tardent à être publiés.

À l'été de cette même année , il s'est investi dans la mise en place de la réforme des retraites , il en est alors le rapporteur auprès de l'Assemblée nationale. C'est alors qu'il s'est véritablement fait remarquer par les autres membres de son groupe par l'ardeur avec laquelle il a défendu ce projet et en qualifiant d'« attitude d'obstruction caricaturale, stérile » et « extrêmement désolante » la stratégie de la gauche de présenter à plusieurs reprises 149 amendements identiques[5].

Il est également membre de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, et est particulièrement présent sur les dossiers et questions concernant la santé. De 2004 à 2007, il est président du groupe UMP de l'Assemblée, succédant ainsi à Jacques Barrot alors nommé à la Commission européenne, après en avoir été le premier vice-président de 2002 à 2004. Le groupe parlementaire que Bernard Accoyer préside en cette XIIe législature de l'Assemblée nationale rassemble 377 députés.

En 2006, il est chargé de la résolution de la crise du CPE (Contrat Première Embauche). Le président Jacques Chirac fait appel à lui et le charge de rédiger une proposition législative pour réformer le CPE. Il met alors en place un groupe de députés avec lesquels il recevra les responsables syndicaux afin d'aboutir à un accord. Suite à cela, il présente avec Jean-Michel Dubernard et Laurent Hénart le 11 avril 2006 une proposition de loi sur « l'accès des jeunes à la vie active en entreprise »[6].

Mais sa fonction première en tant que chef de la majorité à la chambre basse du Parlement est alors de servir de modérateur entre les deux clans qui s'y forment entre les partisans de Nicolas Sarkozy et ceux de Jacques Chirac et de son Premier ministre Dominique de Villepin.

Le 10 juin 2007, Bernard Accoyer est réélu député de la 1re circonscription de la Haute-Savoie dès le premier tour des élections législatives, avec plus de 56 % des suffrages exprimés.

Président (depuis 2007)

Dès le 4 juin 2007, et ce avant même les élections législatives, Bernard Accoyer annonce publiquement sa candidature à l'élection du président de l'Assemblée nationale pour la XIIIe législature, dans une interview accordé au Figaro[7]. Pour occuper ce poste il dispose du soutien du président de la République Nicolas Sarkozy et du Premier ministre François Fillon. Son concurrent principal est Patrick Ollier, qui a assuré l'intérim après la nomination de Jean-Louis Debré à la présidence du Conseil constitutionnel[8]. Malgré d'assez vives attaques à son encontre de la part de partisans de Patrick Ollier avant le vote interne au groupe UMP pour désigner le candidat officiel de la majorité au « perchoir », notamment de l'ancien ministre Renaud Dutreil qui accuse Bernard Accoyer « d'utiliser les moyens du groupe UMP au profit de sa propre candidature »[9], il sort vainqueur de cette « primaire » organisée le 20 juin 2007 par 195 voix contre 99 à Patrick Ollier[10].

Une fois investi par son groupe, il est alors élu sans surprise le 26 juin 2007 à la majorité président de l’Assemblée nationale par 314 voix sur 563, contre 216 à la candidate socialiste Marylise Lebranchu. Il s'est alors donné pour objectif principal de « donner à notre assemblée un plus grand rôle dans le fonctionnement de l'État, une meilleure capacité de contrôle et d'évaluation, davantage de transparence et d'efficacité, pour une démocratie irréprochable » et donc de « moderniser » l'institution, et a appelé à « travailler à un véritable statut de l'opposition »[11].

Il compose son cabinet et s'entoure de plusieurs spécialistes, sous la tutelle de l'ancien préfet du Var Pierre Dartout comme directeur de cabinet.

Par rapport à ses anciens travaux en tant que député, Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale, est donc appelé à jouer un rôle important dans le processus de réforme des institutions et notamment dans le renforcement du poids du Parlement qu'il a appelé de ces vœux le jour de son élection au perchoir, il a pris position notamment sur les différentes mesures proposées par le Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions confié à Édouard Balladur et qui a remis son rapport le 29 octobre 2007 : il s'est notamment prononcé contre plusieurs des propositions fortes de ce rapport, comme l'interdiction du cumul des mandats (car pour lui : « Le lien entre l'élu national et les réalités du terrain est indispensable ») ou encore l'introduction d'une dose de proportionnelle dans l'élection des députés (selon lui, certaines personnes alors « devraient leur élection à la place éminente qu'elles occupent dans leur parti alors que d'autres députés seraient élus après avoir fait campagne », ce qui séparerait donc « d'un côté, les élus de terrain, de l'autre ceux des fauteuils rouges »)[12].

Le 24 octobre 2007, il dépose une proposition de loi visant à exonérer de toute action en diffamation, injure ou outrage, les propos tenus ou les écrits produits par la personne tenue de déposer devant une commission d’enquête[13].

Contrairement à la tradition, Bernard Accoyer vota, en tant que président du congrès du Parlement lors de la réforme institutionnelle du 21 juillet 2008 issue de la Loi constitutionnelle du 23 juillet 2008[14].

Bernard Accoyer, n'a pas apprécié la révélation par le Journal du dimanche du 2 novembre 2008 de la synthèse de l'enquête menée, en février et mars, par la Cour des comptes sur le fonctionnement du Palais-Bourbon. Alors qu'il l'avait commandé au premier Président de la Cour des comptes, Philippe Séguin, de procéder à cet audit. "Ce document est de nature confidentielle et n'avait pas vocation à circuler", insiste-t-il.

Lors des débats sur la réforme du Parlement, le 20 janvier 2009, les députés de l’opposition ont quitté l’hémicycle de l’Assemblée nationale et annoncé qu’ils ne participeraient pas à la séance télévisée de questions au gouvernement du mercredi après-midi suivant. Cette « crise politique » est en partie due au fait que Bernard Accoyer a accordé au président UMP de la commission des Lois, Jean-Luc Warsmann, une clôture prématurée des débats, alors que les élus PS inscrits n’avaient pas tous parlé[15][16].

Le fait que Bernard Accoyer soit président de l'Assemblé nationale implique ses absences dans sa mairie et à la C2A c'est, par ailleurs, une des principales controverses soulignées par l'opposition locale[17].

Synthèse des mandats

À l'Assemblée nationale
Mandats locaux

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Précédé par Bernard Accoyer Suivi par
Patrick Ollier
Président de l'Assemblée nationale
depuis 2007
en cours de fonction
Jacques Barrot
Président du groupe UMP à l'Assemblée
2004 - 2007
Jean-François Copé
Jean Brocard
Député de la Haute-Savoie
depuis 1993
en cours de fonction
Jean Brocard
Maire d'Annecy-le-Vieux
depuis 1989
en cours de fonction
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la Savoie Portail de la Savoie
Ce document provient de « Bernard Accoyer ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Accoyer de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Accoyer — Bernard Accoyer Bernard Accoyer (* 12. August 1945 in Lyon) ist ein französischer Politiker. Er ist Mitglied der konservativen UMP und seit dem 26. Juni 2007 Präsident der französischen Nationalversammlung. Accoyer amtet zudem als Bürgermeister… …   Deutsch Wikipedia

  • Bernard Accoyer — en 2009. Mandats 14e président de l Assemblée nationale française (106e président de la …   Wikipédia en Français

  • Bernard Accoyer — (* 12. August 1945 in Lyon) ist ein französischer Politiker. Er ist Mitglied der konservativen UMP und seit dem 26. Juni 2007 Präsident der französischen Nationalversammlung. Accoyer amtet zudem als Bürgermeister von Annecy le Vieux …   Deutsch Wikipedia

  • Bernard Accoyer — Saltar a navegación, búsqueda Bernard Accoyer Bernard Accoyer (Lyon, 12 de agosto de 1945), es médico otorrinolaringólogo, Doctor de la Facultad de Medicina de Lyon. Entró en política en 1989 con su elección como alcalde de Annecy le Vieux, cargo …   Wikipedia Español

  • Bernard Accoyer — (born August 12, 1945 in Lyon) is a French politician who is currently the President of the National Assembly of France, as well as the Mayor of Annecy le Vieux. [http://www.assemblee nationale.fr/13/tribun/fiches id/230.asp CV at National… …   Wikipedia

  • Annecy le vieux — Vue panoramique de la ville de Annecy le Vieux …   Wikipédia en Français

  • Colline d'Annecy-le-Vieux — Annecy le Vieux Annecy le Vieux Vue panoramique de la ville de Annecy le Vieux …   Wikipédia en Français

  • Annecy-le-Vieux — 45° 55′ 12″ N 6° 08′ 34″ E / 45.92, 6.14277777778 …   Wikipédia en Français

  • Premiere circonscription de la Haute-Savoie — Première circonscription de la Haute Savoie Première circonscription de la Haute Savoie Ajouter une carte Géographie Pays France Région Rhône Alpes Département Haute Savoie (74) Superficie 69 968 km² …   Wikipédia en Français

  • Première circonscription de la Haute-Savoie — Géographie Pays France Région Rhône Alpes Département Haute Savoie (74) Subdivisions …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”