Accident (philosophie)

Essence et accident (philosophie)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Essence.

Le concept d'essence (du latin essentia, du verbe esse, être, dérivé du grec ousia) désigne en métaphysique la réalité persistante d'un être à travers les modifications de ses accidents. D'un être, on peut dire qu'il est, ou ce qu'il est, ce qui introduit les deux corrélatifs essence et substance. Le premier pose la question du qu'est-ce que pour un être, et permet d'en dégager la nature essentielle et invariante.

Par la suite, on distingue, par opposition cette fois, l'essence de l'existence, dans la mesure où l'existence est la réalisation de l'essence.


Sommaire

Le statut ontologique

Les philosophes "réalistes", croyaient que l'essence est séparée des choses, et elle les détermine. Comme par exemple, l'idée de la beauté, en ce qui concerne les belles choses. Ainsi, Platon, voyait l'essence comme "idée", comme eidos, ce qui signifie espèce. Les individus de cette espèce, sont les choses sensibles; ils sont des copies ou des imitations imparfaites des idées. Les idées sont des modèles. Les idées sont pures et éternelles, sont séparées du monde des sens, et sont la réalité authentique.

Platon est un réaliste (ou un idéaliste objectif) : ce réalisme métaphysique consiste à soutenir la thèse de l'existence de formes ou d'archétypes extérieurs et indépendants de nous, archétypes qui servent de modèles aux choses du monde sensible, au devenir. Ce sont ces archétypes qui constituent la réalité de toutes choses, leur essence par quoi nous pouvons les penser, permettant ainsi à la science et la philosophie, d'avoir une assise immuable. La réalité des choses sensibles, est inférieure. Les choses du monde sensible, en perpétuel devenir, participent à ces archétypes ou formes, dont elles reçoivent le nom.(Platon, Parménide, VI, 132-3)

Edmund Husserl propose une fausse idealität de l'essence: l'essence fait l'objet intentionnel: ce qui est vis-à-vis à la conscience (E. Husserl, "Idées directrices pour une phénomenologie pure et une philosophie phénoménologique": 3 et 4).

Liens externes

  • Realisme wikipedia[fr.wikipedia.org/wiki/Réalisme]
  • Statut ontologique de l'essence[1]
  • La phénoménomenologie comme "point de vue"[2]

Théorie de la connaissance

Dans le domaine de la connaissance, cette distinction signifie que l'essence est la condition de possibilité de la définition et du concept, car ce qu'est une chose est pour elle nécessaire et identique à soi. Ainsi, la nécessité est l'objet du discours scientifique. Un cercle dessiné sur un tableau existe en tant que dessin, mais son identité, elle, revient à définir le cercle.

Pour autant, toutes les essences ne se valent pas quand on vient à les connaître en tant que telles, c'est-à-dire en tant que réalité : Platon distingue ainsi réalité sensible et réalité intelligible ou idéelle, la première ne tenant son essence que de la seconde ; mais les secondes échappent à la connaissance commune des hommes, qui manquent donc une part de réalité.

Essence et existence

L'essentialisme assure que l'existence est empirique et ne permet pas de connaître les êtres : c'est le domaine de l'accidentel et du contingent, du multiple et de l'altérité irréductible. À l'inverse, l'existentialisme place l'essence comme le fruit non contingent de l'existence du sujet. Chez Heidegger, l'essence de l'homme consiste à se comprendre en tant qu'être-là, i.e. en tant qu'existence. Dans le premier cas, dont Descartes est un représentant, l'abstraction essentielle de l'existence donne l'essence, et inversement dans le second, comme chez Sartre.

Essence et apparence

L'apparence apparaît comme le contraire de la réalité (res, rei : chose), qui n'est pas dans le domaine de l'idée : en effet, on distingue aisément l'idée, de la chose dont on a une idée. Cette distinction introduit le questionnement métaphysique sur la réalité des apparences, et sur sa pluralité qui s'oppose à l'identité de l'essence.

Notion de possession

Au-delà de ce qui caractérise l'individu propre, ce qu'il possède vient également le qualifier et le définir en tant que partie d'une communauté. Celui qui possède une voiture fait partie du « monde » des automobilistes ; celui qui a les cheveux blonds est blond. Les deux notions se confondent au point que dans le langage parlé, elles se rejoignent. Ainsi, un auxiliaire peut n'avoir aucun sens intrinsèque : « Je suis allé manger » ne signifie pas que je suis allé manger au sens où cela me caractériserait et modifierait ma substance. De même, dire que « j'ai mangé » n'implique pas la possession de l'action de « manger » : cela reste abstrait. Dès lors, il ne faut pas s'étonner si parfois on entend des phrases telles que « J'ai monté à l'étage » ou « Je m'ai trompé » : essence, substance et possession appartiennent à une même chaîne de notions, celle de la caractérisation de l'Homme et de sa définition métaphysique et sociale.

Éthique

L'essence étant le ce que c'est d'un être, elle en est la structure normative ; en conséquence, pour l'homme, le fait d'être humain impose des règles à l'individu singulier, dont l'individuation contingente est inessentielle et ne fonde donc aucune valeur éthique. L'éthique sera alors pour un homme particulier l'effort de son existence à rejoindre son essence (son être humain).

Théologie

En théologie (voir Thomas d'Aquin), il est admis qu'en Dieu l'essence et l'existence sont une seule et même chose ; Dieu est de par sa propre essence. En revanche, l'essence de l'homme n'implique pas l'existence. L'homme est donc un étant qui tient son existence d'autre chose ; c'est cette relation de dépendance qui fonde le lien religieux de la créature à son créateur....

Tradition

Dans les enseignements de la Tradition, "l'essence est purement émotionnelle. Elle est tout d'abord le résultat des données héréditaires qui précèdent la formation de la personnalité et, plus tard, uniquement celui de l'influence ultérieure des sensations et des sentiments au milieu desquels l'homme vit, se développe. (...) Le centre de gravité de l'essence est le centre émotionnel."[1]

Gnose

Dans le gnosticisme, l'essence correspond à l'âme, que possèdent psychiques et pneumatiques.

Critique

La critique de cette distinction passe habituellement par la négation de l'essence, soit comme réalité, soit comme être intelligible par l'homme. C'est le cas par exemple dans le scepticisme et chez Nietzsche. Cette négation se transforme parfois en nihilisme, puisqu'il n'est plus possible de faire de la réalité un objet intelligible doué de sens et que les valeurs de l'éthique ne trouvent plus aucun fondement certain.

Un argument contre le concept d'essence est que le devenir n'admet aucune réalité stable, car l'idée d'un être immuable est contradictoire, et que ce que l'on nomme essence n'est qu'un agrégat éphémère de forces ou d'atomes.

Conséquence de la négation de l'essence, l'affirmation de la seule existence.

Citations

« Je connus de là que j'étais une substance dont toute l'essence ou la nature n'est que de penser. » (Discours de la Méthode, 4e partie) ~ Descartes

« L'essence, c'est tout ce que la réalité humaine saisit d'elle-même comme ayant été. » (L'Être et le Néant, 1er partie, chap. 1) ~ Sartre

Voir aussi

Notes et références

  • Edmund Husserl, Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie. Drittes Buch: Die Phänomenologie und die Fundamente der Wissenschaften.Hrsg. Marley Biemel.
  1. Gurdjieff parle à ses élèves, p.179-180, Eds. du Rocher
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
Ce document provient de « Essence et accident (philosophie) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Accident (philosophie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Essence et accident (philosophie) — Pour les articles homonymes, voir Essence. Le concept d essence (du latin essentia, du verbe esse, être, dérivé du grec ousia) désigne en métaphysique la réalité persistante d un être à travers les modifications de ses accidents. D un être, on… …   Wikipédia en Français

  • Accident —  Ne pas confondre avec l accident en solfège, aussi appelé altération accidentelle. Pour les articles homonymes, voir L Accident …   Wikipédia en Français

  • accident — [ aksidɑ̃ ] n. m. • 1175; lat. accidens, de accidere « survenir » 1 ♦ Événement fortuit, imprévisible. Vx Un accident heureux, malheureux. 2 ♦ Mod. Épisode non essentiel. « La poésie n était pas mon métier; c était un accident, une aventure… …   Encyclopédie Universelle

  • PHILOSOPHIE — Nul ne se demande «pourquoi des mathématiciens?», dès lors que les mathématiques sont reconnues comme science. Mais «pourquoi des philosophes?» ne revient pas à la question beaucoup plus classique «pourquoi la philosophie?» à laquelle il est… …   Encyclopédie Universelle

  • PHILOSOPHIE ANALYTIQUE — Des philosophes se sont dits et se disent encore analystes, à Cambridge, Lwow, Varsovie, Vienne, Prague, Oxford, Pittsburgh, Princeton... Avec l’appellation, ils ont en commun l’idée qu’un certain type d’analyse est philosophique, voire que la… …   Encyclopédie Universelle

  • accident — ACCIDENT. s. m. Cas fortuit, ce qui arrive par hazard. Il se prend presque tousjours en mauvaise part. Accident impréveu, inopiné. estrange, funeste accident. il luy est arrivé un grand accident. la vie humaine est sujette à tant d accidents.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Accident (Film) — Accident Réalisation Joseph Losey Acteurs principaux Dirk Bogarde Stanley Baker Jacqueline Sassard Scénario Harold Pinter (adaptation) Inspiré d un roman de Nicholas Mosley Musique John Dankworth Photographie Ken H …   Wikipédia en Français

  • Philosophie antique — La philosophie naît véritablement au milieu du VIIe siècle avant notre ère, par des physiciens dont la pensée du monde peut paraître à nos yeux poétique. Ces hommes sont désignés sous le nom de Présocratiques, un terme dérivé de Socrate, l… …   Wikipédia en Français

  • accident — (a ksi dan) s. m. 1°   Ce qui advient fortuitement. Des accidents bons et mauvais. Tous les accidents de la fortune. Quelque accident qu il plaise à la fortune de m envoyer. La renommée qui se plaît à répandre dans l univers les accidents… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Philosophie de la connaissance — Théorie de la connaissance Selon Platon, la connaissance est à l intersection de vérités et de croyances La théorie de la connaissance, ou philosophie de la connaissance, parfois assimilée à l épistémologie, est la partie de la philosophie qui… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”