Accent-picard

Picard

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Picard (homonymie) et Ch'ti.
Picard
Ch'ti, ch’timi ou rouchi
Parlée en France, Belgique
Région Nord de la France, ouest de la Belgique romane
Nombre de locuteurs au moins 500.000 hors Belgique
Typologie SVO
Classification par famille

 -  Langues indo-européennes
    -  Langues italiques
       -  Langues romanes
          -  Langues gallo-romanes
             -  Langues d'oïl
                -  Picard

(Dérivée de la classification SIL)
Statut officiel et codes de langue
Langue officielle de langue régionale endogène de Belgique
ISO 639-1
ISO 639-2 roa
ISO 639-3 (en) pcd
type : L (langue vivante)
étendue : I (langue individuelle)
SIL PCD
Échantillon

Extrait de :
Canchon Dormoire d'Alexandre Desrousseaux - 1853
(ou : le P'tit Quinquin)

Dors, min p'tit quinquin,
Min p'tit pouchin min gros rojin,
Te m'fras du chagrin,
Si te n'dors point ch'qu'à d'main.

Ainsi l'aut' jour, eun pauv' dintelière,
In amiclotant sin p'tit garchon
Qui, d'puis tros quarts d'heure, n'faijot qu'braire,
Tâchot d'lindormir par eun' canchon.
Ell' li dijot : Min Narcisse,
D'main t'aras du pain n'épice
Du chuc à gogo
Si t'es sache et qu'te fais dodo.

Le picard est une langue dont les origines sont communes avec celles du français ; c’est donc une langue romane. Il est parlé en France dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie ainsi que dans l’ouest de la Belgique romane (plus précisément, en province de Hainaut à l’ouest d’une ligne Rebecq-Beaumont-Chimay).

Dans la région Picardie, on parle de « picard », alors qu’on emploie plutôt les sobriquets ch’ti, ch’timi dans le Nord-Pas-de-Calais (et rouchi dans la région de Valenciennes) même si les gens du Nord parlent entre eux simplement de patois, une dénomination dépréciative. Les linguistes emploient uniquement la désignation de « picard ». En effet, qu’on l’appelle patois, picard ou « ch’ti », il s’agit de la même langue, et les variétés qui sont parlées en Picardie, dans le Nord-Pas-de-Calais ou en Belgique sont assez largement intercompréhensibles.

Sommaire

Reconnaissance

La Communauté française de Belgique a reconnu officiellement le picard comme langue régionale endogène à part entière, aux côtés du wallon, du gaumais (lorrain), du champenois et du francique (décret du 24 décembre 1990).

Il n’en va pas de même de la France qui n’a pas franchi ce pas, conformément à sa politique d’unité linguistique, en vertu de laquelle la Constitution française ne reconnaît qu’une langue officielle, ignorant les autres. Certains rapports officiels ont pourtant reconnu le picard comme une langue à part entière, distincte du français.

On peut citer à ce sujet un extrait du rapport du Professeur Bernard Cerquiglini, directeur de l'Institut national de la langue française (branche du CNRS) au ministre de l’Éducation nationale, de la recherche et de la technologie ainsi qu’à la ministre française de la Culture et de la Communication sur les langues de la France (avril 1999) :[1]

« L’écart n’a cessé de se creuser entre le français et les variétés de la langue d’oïl, que l’on ne saurait considérer aujourd’hui comme des « dialectes du français » ; franc-comtois, wallon, picard, normand, gallo, poitevin-saintongeais[2], bourguignon-morvandiau, lorrain doivent être retenus parmi les langues régionales de la France ; on les qualifiera dès lors de « langues d’oïl », en les rangeant dans la liste [des langues régionales de la France]. »

Le picard bénéficie néanmoins, comme toutes les autres langues de France, des actions menées par la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France du Ministère de la Culture.

Origine et variation dialectale

L'aire d'extension des langues d'oïl, avec au nord le Picard

Le picard fait partie des langues d’oïl (comme le français) et appartient à la famille des langues gallo-romanes. C’est d’ailleurs aux langues d’oïl que l’on fait référence lorsque l’on parle d’ancien français.

On ne confondra pas le dialecte picard, tel qu’il est et a été parlé, avec ce que l’on appelle "le picard" dans l’histoire de la littérature française. Dans ce dernier cas, il s’agit d’un ensemble de variétés utilisées à l’écrit (scriptae) dans le Nord de la France dès avant l’an 1000 et bien sûr marqués par des traits dialectaux picards ; cette scripta voisinait avec d’autres variétés écrites, comme le champenois et l’anglo-normand (le Sud de la France utilisait alors un ensemble de variétés, hétérogènes elles aussi, souvent désignées comme constituant la langue d’oc, ou occitan).

Le picard est phonétiquement assez bien différencié des langues d’oïl centrales, qui donneront naissance au français ; parmi les traits les plus remarquables, on peut noter une évolution moins marquée en picard des phénomènes de palatalisation, qui frappent dans les langues d’oïl /k/ ou /g/ devant /y/ (son initial de yacht), /i/ et /e/ toniques, ainsi que devant /a/ et /ɔ/ (/o/ ouvert de porte) toniques pour l'ancien français central mais pas le picard :

  • picard keval ~ ancien français cheval (prononcé tcheval), de *kábal (latin vulgaire cáballus) : maintien du /k/ originel en picard devant /a/ et /ɔ/ toniques ;
  • picard gambe ~ ancien français jambe (prononcé djambe), de *gámbe (latin vulgaire gámba) : absence de palatalisation de /g/ en picard devant /a/ et /ɔ/ toniques ;
  • picard kief ~ ancien français chef, de *káf (latin cáput) : palatalisation moins importante du /k/ en picard ;
  • picard cherf (prononcé tcherf) ~ ancien français cerf (prononcé tserf), de *kárf (latin cérvus) : palatalisation simple en picard, palatalisation puis assibilation en ancien français.

On peut résumer ces effets de palatalisation ainsi :

  • /k/ + /y/, /i/ ou /e/ (toniques) : picard /ʧ/ (prononcé tch et noté par ch) ~ ancien français /ts/ (noté par c) ;
  • /k/ et /g/ + /a/ ou /ɔ/ toniques : picard /k/ et /g/ ~ ancien français /ʧ/ (noté ch) et /ʤ/ (prononcé dj comme dans djebel et noté par j).

Ainsi, l’on en arrive à des oppositions frappantes, telles que picard cachier (prononcé catchier) ~ ancien français chacier (prononcé tchatsier, lequel deviendra plus tard chasser, forme du français moderne).

Du fait du voisinage entre l’aire du picard et Paris, le français, c’est-à-dire principalement l’ensemble de langues parlées dans le bassin parisien, influença beaucoup le picard. De cette proximité entre le picard et le français vient d’ailleurs la difficulté à le reconnaître comme une langue à part plutôt que comme « une déformation du français », comme on le pense souvent.

Le picard se manifeste comme un ensemble de variétés, extrêmement proches cependant. Une énumération précise reste difficile en l’absence d’études spécifiques sur la variation dialectale, mais on peut probablement distinguer provisoirement les principales variétés suivantes : Amiénois, Vimeu- Ponthieu, Vermandois, Thiérache, Beauvaisis, « ch'ti mi » (ex-bassin minier, Lille), variétés circum-lilloises (Roubaix, Tourcoing, Mouscron, Comines), Tournaisien, « rouchi » (Valenciennois) et Borain, Artésien rural, Boulonnais et formes spécifiques du littoral (Gravelines, Grand Fort Philippe, Calais). Ces variétés se définissent par des traits phonétiques, morphologiques ou lexicaux spécifiques, et parfois par une tradition littéraire particulière.

Différences entre picard du sud et picard du nord

On peut en gros voir deux grandes régions où sont très répandues les deux variétés de picard les plus connues : le Nord-Pas-de-Calais d’une part, et la Somme, d’autre part. On remarque surtout plusieurs différences régulières et nettes entre les deux types de parlers, ainsi :

  • Oé/O : Sud : J’étoé ; Nord : J’étos (J’étais)
  • Ieu/Ieau : Sud : Catieu ; Nord : Catieau (Château)
  • Tch/K : Sud : Tchien ; Nord : Kien (Chien)
  • O/A : Sud : Co ; Nord : Ca (Chat)
  • Oin/On : Sud : Boin ; Nord : Bon (Bon)

Conjugaison de quelques verbes

Être : (je, tu, il, elle, nous, vous, ils)
- Indicatif présent : Ej'sus, t'es, i'est, al'est, in'est, vos êtes, i sont.
- Indicatif imparfait : j'étos, t'étos, i'étot, al'étot, in'étot, vos étotes', i'z'étotent.
- Futur : Ej's'rai, té s'ras, i s'ra, al's'ra, in s'ra, vos s'rez, i's'ront.
- Conditionnel : Ej's'rais, té s'rais, i s'rait, al s'rait, in's'rait, vos sérotes, i sérotent.
- Subjonctif présent : qué's seuche, qu'té seuches, qu'i seuche, qu'al seuche, qu'in seuche, qu'vos seuchiez, qu'i seuch't.
- Impératif : So (se dit aussi seuche), soïons, soïez
Avoir : (je, tu, il, elle, nous, vous, ils)
- Indicatif présent : J'ai, t'as, i'a, al'a, in'a, vos avez, i z'ont.
- Indicatif imparfait : j'avos, t'avos, i'avot, al'avot, in'avot, vos avotes', i'z'avotent.
- Futur : J'aro, t'aras, i ara, al ara, in ara, vos arez, i z'aront.
- Conditionnel : J'arais, t'arais, i arait, al arait, in arait, vos auriotes, i z'auriotent.
- Subjonctif présent : qu'j'aiche, qu't'aiches, qu'i aiche, qu'al aiche, qu'in aiche, qu'vos aichiez, qu'i z'aichïaitent.
- Impératif : Aiche, aichons, aichez
Aller (s'en) : (je, tu, il, elle, nous, vous, ils)
- Indicatif présent : J'm'in va, té t'in vas, i s'in va, al s'in va, in s'in va, vos vos in allez, i s'in vont.
- Indicatif imparfait : j'm'in allos, té t'in allos, i s'in allot, al s'in allot, in s'in allot, vos vos in allotes, i s'in allotent.
- Futur : J'm'in iro, té t'in iras, i s'in ira, al s'in ira, in s'in ira, vos vos in irez, i s'in iront.
- Conditionnel : J'm'in iros, té t'in iros, i s'in irot, al s'in irot, in s'in irot, vos vos in irotes, i s'in irotent.
- Subjonctif présent : qu'j'alle, qu't'alles, qu'i alle, qu'al alle, qu'in alle, qu'vos allotes, qu'i z'all'tent.

Quelques mots et expressions

Wikibooks-logo-fr.png

Wikibooks propose un ouvrage abordant ce sujet : Lexique ch'ti / Français.

  • Expressions typiques
Ferme eut'bouque tin nez i va queire éd'dins ! : Ferme ta bouche ton nez va tomber dedans ! -> Reprends-toi, fais quelque chose !
I’n’faut pas qu’ches glaines i cantent pus fort que’ch’co ! : Il ne faut pas que les poules chantent plus fort que le coq ! -> Le mari ne doit pas se faire mener par son épouse.
Té peux toudis chiffler poupoule ! : Tu peux toujours siffler après une poule ! -> Tu peux toujours courir.
I'mint comme un arracheux d'dints ! : Il ment comme un arracheur de dents ! -> Mentir pour rassurer.
Much tin cul v'là ch'gart' : Cache ton derrière, voilà le garde qui arrive. -> Se dit aux enfants qui se promènent cul nu.
Té veux m'l'intiquer pa'ch'gros bout ! : Tu veux l'introduire par l'extrémité la plus large ! -> Tu veux me faire croire à des choses invraisemblables !
Té veux m'faire gober d'z'oeufs durs ! : Tu veux me faire gober des œufs cuits durs ! -> Tu veux me faire croire à des choses invraisemblables !
Té veux m'faire craquer d'z'allumettes dins l'ieau ! : Tu veux me faire craquer des allumettes dans l'eau ! -> Tu veux me faire croire à des choses invraisemblables !


  • Vocabulaire de nombreuses variations de patois encore pratiquées dans le Nord-Pas de Calais

De nombreux mots des formes de picard sont très proches du français mais un grand nombre de mots lui sont totalement spécifiques, principalement des mots du jargon minier.

Abile : Vivement, précipitamment (abile les vacances - vivement les vacances). Ne pas traîner, se dépêcher, vite (abile don - Allez, dépêche-toi donc!). Synonyme : Groule.
Abouler : 1) Venir auprès (Aboule ! - Viens ici !); 2) Donner (Aboule le fric ! - Donne l'argent !).
Babache : Simplet, imbécile. Dans le Pas-de-Calais, désigne la joue.
Balochard : Traîne savate, maladroit, bon à rien.
Baraque : Roulotte de saltimbanque, maison.
Biloute, loute : sexe masculin, nom équivalant à « gars », « mec ». Pour appeler quelqu'un plus jeune que soi : hé, biloute, viens vir' ichi ! - Hé, garçon, viens voir !. Parfois précédé de tch(i)ot'. Dans le sud du Pas-de-Calais, chez les Boyaux Rouges, on utilise plutôt l'expression : maloute, minloute.
Bistoule (ou bistouille) : Après avoir bu le café, goutte de rhum ou de genièvre que l'on versait dans la tasse et que l'on mélangeait (touillait) à nouveau (bis) avec le restant de café et de sucre.
Boubourse : Simplet, imbécile, innocent (propre à la région de Lille / Armentières).
Briquet : Casse-croûte. Ci après un exemple tiré des "Fougères noires" :
Pindant l’briquet un galibot composot, assis sur un bos,
L’air d’eune musique qu’i sifflotot.
Ch’étot tellemint bin fabriqué,
qu’les mineurs lâchant leurs briquets
Comminssotent à’ s’mette à’ l’danser (Edmond Tanière - La polka du mineur)
Traduction :
Pendant le casse-croûte un jeune mineur composait, assis sur un bout de bois,
L’air d’une musique qu’il sifflotait.
C’était tellement bien fait
Que les mineurs lâchant leurs casse-croûte
Commençaient à se mettre à le danser.
Canard : Morceau de sucre trempé dans de l'alcool (genièvre, rhum) que l'on fait fondre dans la bouche.
Carabistoulles (des) : Des contes, des âneries, des bêtises... On dit aussi des cacoulles. (Ch'est tout cacoulles chu qu' té dis - Tu dis des bêtises).
Chicon : Endive (T'etot blanc comme un chicon ti'zot - Toi tu es blanc comme un chicon - Tu es bien pale).
Chirloute : Café très léger (Tin café, ch'est de l'chirloute). Expression synonyme : Jus d'quochette - Jus de chaussette.
Cordéoneux : Joueur d'accordéon.
Coron : Pâté de maisons ouvrières identiques (les corons des villes minières).
Dallache (un) : Activité, mouvement, remue-ménage. Se dit aussi après une beuverie, pire qu'une guinse (Borinage) : Qué dallache!.
Débouser : Se désoler.
Diap' à cornes : Diable cornu.
Diape à z'ailes : Diable ailé.
Ducasse : Foire aux manèges.
Epautrer : Ecraser, écrabouiller; êtt' épautré : être serré.
Esquinter : Abîmer, blesser.
Fade : fénéant. S'utilise aussi comme interjection pour exprimer le mépris (Fad'grisou! - Textuellement : Satané grisou). (Borinage).
Fauque : que, seulement que. In n' parlot' fauque ed fin du monte (tiré du poëme « la fin du monte / Les fougères noires »).
Galibot : Mousse, jeune ouvrier mineur.
Glou-bec : Gourmet.
Guinse : Faire bonne chaire. Etre in guinse - Etre légèrement éméché, saoul.
Jus : Café (Vins don boire un'n goutte èd'jus - Viens donc boire du café).
Kermesse : Fête locale (Eul'kermesse d'eul paroisse).
Louloutte : Pinup, femme sexy.
Maboule : Se dit d'une personne qui a perdu la tête, sot, fou.
Marrone : Pantalon. (Armont' eut' maronn' in vot tin cul)
Niguedoule (nig'doule) : Imbécile, bête.
Pain d'alouette : restant de casse-croûte que l'ouvrier garde pour le rapporter aux enfants.
(P)tchiot : Petit. Parfois utilisé dans les cours de récréations pour désigner les plus petits.
Pos d'chuc : Petits pois, littéralement pois de sucre / pois sucrés
Quat'z'yux : Quatre yeux. Expression péjorative pour désigner une personne qui porte des lunettes.
Quoi : Utilisé dans des expressions du type J'te dirai quoi - Je te dirai ce qu'il en est, ou encore Dis-me quoi ! - Dis-moi ce qu'il en est !
Quo que [se prononce kok]: Qu’est-ce que. Quo que té dis ? - Qu'est-ce que tu dis ?
Rescappé : Echappé (dans le sens s'en être sorti).
Revoyure (à la) : Au revoir.
Sais quo : Quelque chose (viens de "sais quoi") I'a un jé n'sais quo qui va nin - Il y a quelque chose qui ne va pas.
Souglou : Le hoquet (Pauf tchiot, i a ch'souglou ! - Pauvre petit, il a le hoquet).
Soumaquer : Genre de hoquet que l'on peut avoir après avoir pleuré, désigne aussi le fait de parler en larmoyant.
Tatoule : Tripotée, grêle de coups, gifle.
Tertous, tertoutes : Tous, toutes dans le sens de tout le monde (Bonjour tertous - Bonjour tout le monde).
Ti z'aut' : Vous tous.
Toudis : Toujours (du latin dies - jour).
Tout' et out': autant dedans que dehors (L'salle d'attinte al'étot remplie tout'et out - La salle d'attente était tellement remplie qu'il y avait autant de gens dehors que dedans).
Vindjou, Vindidjou : S'utilise comme l'expression « Bon sang ! ». Cette expression était considérée comme un blasphème jusqu'aux années 1950. Aujourd'hui elle est couramment utilisée et complètement séparée de son sens premier. Synonymes : vains dieux, vains tes diouss. Exemple : Vains tes diouss Maurice, éj't'avos dis d'y aller duchemint don ! - Bon sang Maurice, je t'avais dit d'y aller doucement !
Wassingue : Serpillière.
Waterzoï : Plat spécifique du nord - Pas de Calais et de la Belgique à base de poisson ou de poulet.

«Pon, pon, signalé », une vielle chanson comique

Paroles d'une vielle chanson en chti connue sous le nom de « Pon, pon, signalé » ou encore « L'marrote à poire ». Cette chanson fut chantée par les « Pompom girls » des supporters de l'équipe du Racing Club de Lens.

Ch'étot l'marotte à poires sur un pommier à ch'risses
Pon, pon, signalé
Ch'étot l'marotte à poires sur un pommier à ch'ri.....sseu
Éch'garde-champêt m'a vu, i'avot ses yeux fermés,
Pon, pon, signalé
Éch'garde-champêt m'a vu, i'avot ses yeux fermés....eu.
Il a laché sin kien, sin cat i'm'a mordu
Pon, pon, signalé
Il a laché sin kien, sin cat i'm'a mordu....eu
I'm'a mordu à m'cuiche, et j'saignos à m'n'orelle
Pon, pon signalé
I'm'a mordu à m'cuiche, et j'saignos à m'n'orell....eu
Au lieu de saigner du sang, et j'saignos du vinaik
Pon, pon signalé
Au lieu de saigner du sang, et j'saignos du vinai....keu
J'allos chez ch'pharmacien, ch'étot un tailleu d'pierres
Pon, pon, signalé
J'allos chez ch'pharmacien, ch'étot un tailleu d'pierres....eu
Éj'y ai d'mindé un r'mèt', i m'donne du jus d'quauchettes
Pon, pon signalé.
Éj'y ai d'mindé un r'mèt', i m'donne du jus d'quauchè....teu
Tous cheux qui m'écoutotes ch'étot des imbéciles
Pon, pon signalé.
Tous cheux qui m'écoutotes ch'étot des imbéci....leu

Quelques prénoms

Adophe : Adolphe.
Batisse : Baptiste.
Cécèl : Marcel.
Edziré : Désiré.
Guss : Auguste.
Nanard : Bernard.
Nènesse : Ernest.
Tintin : Celestin.
Tiophi : Théophile.

L’usage du picard

Enseigne de café en picard à Cayeux-sur-Mer (Somme)

Le picard n’est pas enseigné à l’école (en dehors de quelques initiatives ponctuelles et non officielles) et n’est parlé que dans un cadre privé. Selon les historiens, il est probable que l’école républicaine obligatoire ait fait disparaître au XXe siècle les locuteurs picards monolingues.

La langue fait néanmoins l’objet d’études et de recherches dans les Universités de Lettres de Lille et d’Amiens. Avec la mobilité des populations et la pénétration du français par les médias modernes, les différentes variétés du picard tendent à s’uniformiser. Dans sa pratique quotidienne, le picard tend à perdre de sa spécificité en se confondant avec le français régional. D’ailleurs, de nos jours, si la plupart des Nordistes peuvent comprendre le picard, de moins en moins sont capables de le parler et ceux pour qui le picard est la langue maternelle sont de plus en plus rares.

Cependant, le picard, parlé dans les campagnes comme dans les villes, est loin d’être une langue disparue, et constitue un élément encore important et vivant de la vie quotidienne et du folklore de cette région.

La prononciation varie aussi beaucoup suivant les parties de la région où la langue est parlée ce qui fait qu'en entendant quelqu'un s'exprimer en patois on a vite fait d'identifier l'origine géographique du locuteur.

Le picard à l’écrit

Le picard est maintenant avant tout une langue exclusivement parlée. Ce n’était pas le cas à l’origine : la période médiévale puis celle correspondant au moyen français, en effet, sont riches de textes littéraires en picard. (Par exemple, la Séquence de sainte Eulalie (880 ou 881), premier texte littéraire écrit en langue d’oïl, ou les œuvres d’Adam de la Halle). Le picard, cependant, n’a pas réussi à s’imposer face à la langue littéraire interrégionale qu’était devenue le français, et a été peu à peu réduite au statut de « langue régionale ».

On trouve une littérature picarde moderne lors des deux derniers siècles, lesquels ont vu naître partout en France les affirmations identitaires régionales en réponse au modèle républicain centralisé issu de la Révolution. Aussi le picard écrit est-il une retranscription du picard oral. Pour cette raison, on trouve souvent plusieurs orthographes aux mêmes mots, de la même manière que pour le français avant que celui-ci ne soit normalisé. L’une des orthographes s’inspire directement des mots français. Elle est sans doute la plus simple à comprendre mais elle est aussi sans doute à l’origine de l’idée selon laquelle le picard n’est qu’une déformation du français. Diverses réflexions orthographiques ont été menées depuis les années 1960 pour pallier cet inconvénient, et donner au picard une identité visuelle distincte du français. Il existe actuellement un certain consensus, au moins parmi les universitaires, autour de la graphie dite Feller-Carton. Ce système, qui donne aux prononciations spécifiques au picard des graphies en rapport, mais reste lisible pour qui ne maîtrise pas entièrement la langue, est l’œuvre du professeur Fernand Carton, qui a adapté au picard l’orthographe du wallon mise au point par Jules Feller. Une autre méthode existante est celle de Michel Lefèvre (où [kajεl] « chaise » est noté eun' kayel, contre eun' cayelle dans le système Feller-Carton). Soulignons les efforts significatifs du chanoine Haigneré, du professeur Henri Roussel, du docteur Jean-Pierre Dickès pour décrire et conserver cette langue par écrit.

Origine du mot ch'ti

Le mot « ch'ti » ou « ch'ti mi », a été inventé durant la Première Guerre mondiale par des poilus qui n’étaient pas de la région et désignaient ainsi leurs camarades originaires du Nord ou du Pas-de-Calais. Ce mot a été créé à partir de ce dialogue : « Ch’est ti ? — Ch’est mi » (C’est toi ? — C’est moi.).

Selon une autre hypothèse, l'appellation "chti/chtimi" serait le fruit d'un renversement sémantique ancien de l'ancien français ch(e)ti(f) < lat. captivu(m), "prisonnier", "asservi", "malheureux", "souffreteux", "chétif", "misérable" dans tous les sens du terme, donc aussi "pauvre type", "bon à rien", "racaille", "voyou". Selon un procédé classique, commun aux Gueux, aux Enragés et aux Enfoirés, les petites gens, par dérision et provocation, auraient repris ce terme de mépris aux puissants du pays, plus ou moins francisés, pour s'en faire un titre de gloire et un marqueur culturel et social.

Apprendre le picard / Ch'ti

On trouve également un certain nombre de dictionnaires et de manuels du patois :

  • François Beauvy, Dictionnaire picard des parlers et traditions du Beauvaisis, Eklitra, LXIII, 1990, 400 p.
  • René Debrie, Le cours de picard pour tous - Eche pikar, bèl é rade (le Picard vite et bien). Parlers de l’Amiénois. Paris, Omnivox, 1983 (+ 2 cassettes), 208 p.
  • Alain Dawson, Le picard de poche. Paris : Assimil, 2003, 192 p.
  • Alain Dawson, Le « chtimi » de poche, parler du Nord et du Pas-de-Calais. Paris : Assimil, 2002, 194 p.
  • Armel Depoilly (A.D. d’Dérgny), Contes éd no forni, et pi Ramintuvries (avec lexique picard-français). Abbeville : Ch’'Lanchron, 1998, 150 p.
  • Chés Diseux d’Achteure : "Diries 1989" (préface de Jacques Dulphy). Amiens : Picardies d’Achteure, 1990, 71 p. + cassette
  • Jean Louis Hardelin, Pou cheusse ki veutte lire, éditions Henry, Montreuil-sur-Mer, 2005
  • Gaston Vasseur, Dictionnaire des parlers picards du Vimeu (Somme), avec index français-picard (par l’équipe de Ch’Lanchron d’Abbeville). Fontenay-sous-Bois : SIDES, 1998 (rééd. augmentée), 816 p. (11 800 termes)
  • Gaston Vasseur, Grammaire des parlers picards du Vimeu (Somme) - morphologie, syntaxe, anthropologie et toponymie. 1996, 144 p.
  • Guy Dubois Ecole des parlaches 62138 Haisnes les La Bassée www.guydubois.free.fr
  • Jean Pierre Dickès : Le patois de la côte - Boulonnais,Calaisis, Pays de Montreuil - Société Académique du Boulonnais - 530 pages
  • Jean Dauby : Le livre du rouchi, parler picard de Valenciennes - Société de linguistique picarde, vol. XVII, 1979. 405 p. + 14 p.
  • Jean Dauby : Lexique du bâtiment et de la maison en "rouchi", dialecte picard du Valenciennois - Etudes et recherches sur Saint-Amand-les-Eaux et sa région, No 9, 1987, pp. 1-9
  • Michel Lefevre, Le patois des quartiers et des faubourgs de Boulogne sur mer - SIB St Léonard 1986, 130 pages
  • Gabriel Antoine Joseph Hécart, Joseph Ransart Dictionnaire rouchi-français (3ème édition, publiée à Valenciennes en 1834)
  • http://www.freelang.com : Dictionnaires informatiques gratuits Français-Ch'Ti (2046 traductions) et Ch'Ti-Français (2393 traductions) Voir article Freelang. [3]

Le picard et les arts populaires

Henri Carion publiait, sous le nom de Jérôme Pleum'coq, des lettres dans un journal de Cambrai. Un recueil, Épistoles kaimberlottes, parut en 1839.

Lafleur est un héros et personnage principal picardisant du théâtre de marionnettes amiénois depuis le XIXe siècle.

Plus de soixante-dix théâtres se fixent en deux siècles à Amiens. Beaucoup de théâtres disparurent avec la première guerre mondiale et l'invention du cinématographe.

Lafleur connut une renaissance et un vif succès populaire local, de 1930 à 1960, grâce au Théâtre des Amis de Lafleur en 1930 et au Théâtre de Chés Cabotans d'Amiens en 1933. C'est avec Maurice Domon, fondateur de Chés Cabotans d'Amiens que le répertoire devient une réelle critique sociale.

Florimond Long Minton naquit de l'imagination et sous la plume du directeur du journal local « Le Petit Doullennais » et auteur picardisant, Charles Dessaint, qui publia des textes, régulièrement de 1925 à 1935.

Suite à sa participation au film Germinal, le chanteur Renaud a sorti en 1992 un album en ch'ti, « Renaud cante el' Nord ».

L’humoriste Dany Boon a fait un spectacle en picard ch’ti au titre évocateur « À s’baraque et en ch'ti ». Dans ce spectacle, il dépeint la vie parisienne qu'il mène en la comparant avec ses habitudes du Nord. Il y explique que les Parisiens sont beaucoup plus fermés que les Nordistes, lesquels sont caractérisés par l'accueil toujours chaleureux qu'ils réservent à leurs hôtes.

Il a également réalisé Bienvenue chez les Ch’tis, toujours sur le thème des Nordistes accueillants et chaleureux. Il faut toutefois noter que le site du tournage, la ville de Bergues appartient au domaine du flamand occidental que l'on rattache au néerlandais. Ce dialecte, qui comporte de nombreux emprunts de langue d'oïl, a décliné depuis 1940 et se trouve peu à peu concurrencé par le picard, ce qui peut contribuer à une certaine authenticité du film.

On entend également quelques phrases picardes dans la chanson Marly-Gomont de Kamini.

Mais le picard a aussi su s'intégrer dans la modernité par le domaine de la chanson-rock ou blues et ce dès le début des années 1980 avec un groupe comme Dejouk (amiénois). Mais c'est le chanteur, poète et revuiste Christian Edziré Déquesnes qui pousse l'expérience le plus loin après sa rencontre avec Ivar Ch'Vavar vers le milieu des années 1990 en créant le groupe Chés Déssaquaches, devenu ensuite Chés Éclichures, (2) Brokes et aujourd'hui Chés Noértes glènnes. Dernièrement le slameur Serial crieur a également créé un clip fort original tout en picard.

Chansonniers et autres artistes d'expression picarde

Autres artistes

Littérature en picard

Voir l'article littérature en picard.

Boyaux rouges

Le sobriquet « Bo-iaux Rouches » (boyaux rouges) est très ancien, il remonte au XVIe  siècle et désigne les habitants du sud de l'Artois. Ce sobriquet est indépendant de la définition de « ch'ti » . Si l'on est « Bo-iaux Rouches », on est forcément ch'ti, l'inverse n'étant pas vrai.

L'origine de ce sobriquet se perd dans le temps. Les trois explications les plus courantes sont en rapport avec les histoires suivantes :

  • Les soldats artésiens portaient une ceinture de toile rouge. Le surnom leur aurait été donné par les Picards à partir du XVIe  siècle. D'autres disent que c'étaient les saisonniers des moissons qui portaient cette ceinture rouge ;
  • Les Artésiens auraient eu le tempérament bouillant ;
  • L'Artois est revenue en 1659 à la couronne de France. Elle a conservé ses privilèges et a ainsi échappé à l'impôt impopulaire de la gabelle, l'impôt sur le sel. Le sel n'étant donc pas cher en Artois, sa consommation y était plus abondante que chez les voisins picards. Jaloux de ce privilège, ils disaient : « I minge't tellemint d'sé qu'i'n n'ont leu bo-iaux rouches comme un'n crête ed'dindon » (Ils mangent tellement de sel qu'ils en ont les boyaux rouges comme une crête de dindon).


Wiktprintable without text.svg

Voir « Picard » sur le Wiktionnaire.

Bibliographie

  • Fernand Carton (en coll. avec Maurice Lebègue): Atlas linguistique et ethnographique picard, Vol. 1(1989), Vol. 2 (1998), Coll. Atlas linguistiques de France par régions, Paris, Ed. CNRS.
  • Jean-Michel Eloy, La constitution du picard : une approche de la notion de langue, Louvain, Peeters (Bibliothèque des Cahiers de l'Institut de Linguistique de Louvain), 1997, ISBN 9068319051.
  • Marie-Madeleine Duquef, Amassoér, dictionnaire picard-français, français-picard, Librairie du Labyrinthe, Amiens, 2004.

Notes et références

  1. Les Langues de la France, Rapport au Ministre de l'Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie, Paris, 1999.[1]
  2. Il est à noter que le poitevin-saintongeais n'apparaît plus dans la liste des langues de France, langues d'oïl, depuis début 2007, sur le site de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLF), service du Ministère de la Culture DGLF - Ministère de la Culture, remplacé par le poitevin et le saintongeais.
  3. Freelang Ce site permet de charger des dictionnaires gratuits de qualité, dans un nombre impressionnant de langues internationales, nationales ou régionales.

Liens internes

Liens externes

  • Portail des langues Portail des langues
  • Portail de la Picardie Portail de la Picardie
  • Portail du Nord-Pas-de-Calais Portail du Nord-Pas-de-Calais
  • Portail de la Wallonie Portail de la Wallonie
Ce document provient de « Picard ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Accent-picard de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • picard — picard, arde [ pikar, ard ] adj. et n. • 1295; de Picardie, nom d une région du nord de la France ♦ De Picardie. Les plages picardes. ♢ N. Les Picards. N. m. Dialecte de langue d oïl de la Picardie. Le normand et le picard. ● picard nom masculin… …   Encyclopédie Universelle

  • Accent belge — Français de Belgique Le français de Belgique est une variante régionale du français. Il est différent du wallon qui est une langue d oïl, au même titre que le picard (également parlé en Belgique) ou le normand. Le français de Belgique se… …   Wikipédia en Français

  • Accent du sud — Occitan Langue d oc Occitan Occitan Parlée en  France &# …   Wikipédia en Français

  • Picard wallon — Wallo picard Le wallo picard ou picard wallon est la langue parlée entre les zones de parler picard et les zones de parler wallon. Il s agit de la région située entre Tournai et Charleroi. Le centre de la région est Mons. On trouve une multitude… …   Wikipédia en Français

  • Accent québécois — Français québécois  Ne pas confondre avec le français acadien, une autre variété du français parlée au Canada.  Pour l’article homonyme, voir Québécois.  Français québécois …   Wikipédia en Français

  • Fatal picard — Les Fatals Picards Les Fatals Picards Fête de la musique à Douai, en 2005 Pays d’origine …   Wikipédia en Français

  • Yorkshire dialect and accent — The Yorkshire dialect refers to the varieties of English used in the Northern England historic county of Yorkshire. These varieties are often referred to as Broad Yorkshire or Tyke. [ cite web|url=http://www.bbc.co.uk/bradford/voices2005/pete… …   Wikipedia

  • Wallo-picard — Le wallo picard ou picard wallon est la langue parlée entre les zones de parler picard et les zones de parler wallon. Il s agit de la région située entre Tournai et Charleroi. Le centre de la région est Mons. On trouve une multitude de parlers… …   Wikipédia en Français

  • Français de Belgique — Parlée en Belgique (Communauté française de Belgique) Typologie SVO flexionnelle syllabique Classification par famille …   Wikipédia en Français

  • Belgicisme — Français de Belgique Le français de Belgique est une variante régionale du français. Il est différent du wallon qui est une langue d oïl, au même titre que le picard (également parlé en Belgique) ou le normand. Le français de Belgique se… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”