Accaparement

Corner (finance)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corner.

En finance, un corner (du verbe anglais to corner, « acculer dans un coin », donne le verbe cornériser) est une manipulation de marché, organisée pour leur profit économique par un ou plusieurs intervenants agissant de concert, et dont le but est d'amener les vendeurs à découvert à liquider leurs positions en catastrophe et à n'importe quel prix.

Sommaire

Principe

Des acteurs du marché, les acteurs "A", spéculent à la baisse sur un produit, par exemple les actions de la compagnie X. Ils vendent donc aujourd'hui des actions X qu'ils ne possèdent pas encore : ils les ont achetées fictivement, en signant un contrat selon lequel ils ne devront payer effectivement ces actions qu'à une date donnée, par exemple dans un mois, et ce au prix qu'elles atteindront alors.

Le but des "A" est donc que cette action baisse, pour que la vente qu'ils réalisent aujourd'hui soit supérieure au prix qui devra être payé dans un mois. Ils peuvent essayer de contribuer à cette baisse par plusieurs moyens, légaux ou non (lancement de rumeurs sur la compagnie X, mise sur le marché d'un grand nombre d'actions X, etc.)

Mais d'autres acteurs, les acteurs "B", peuvent essayer de mettre en échec cette stratégie. Eux, au contraire, vont essayer d'acheter le plus possible d'actions X, et de les stocker. Cela contribue à soutenir le cours de l'action X, qui ne baisse donc pas, comme les acteurs A l'espéraient. Quand le jour de l'échéance arrive, les A doivent à tout prix acheter les actions qu'ils avaient vendues fictivement au début du mois. Les B sont donc en position de force, et vendent leurs actions X aux A à un prix exorbitant.

Les A ont donc échoué dans leur spéculation à la baisse, tandis que les B ont réussi leur corner.

Une opération de ce type, conduite plus ou moins volontairement, a amené en octobre 2008 à une flambée du titre Volkswagen, qui a atteint alors près de 1000€, soit plus de trois fois son cours habituel.

Synonymes et variantes

On emploie aussi le mot squeeze, du verbe anglais qui signifie « presser », mais qui a une signification plus large. Une situation de squeeze n'est pas nécessairement attribuable à l'action volontaire de quelqu'un ou de quelques-uns, elle peut parfaitement résulter d'un déséquilibre structurel ou réglementaire.

Plus généralement, on parle d'accaparement pour toute tentative de stocker des biens dans le but de créer artificiellement une pénurie et pour les revendre ensuite par petites fractions à prix élevés.

Les tentatives de corner sont des spéculations très hasardeuses, qui dans certains cas font effet boomerang sur leurs auteurs lorsque la situation de marché se retourne.

Antiquité

Le philosophe et mathématicien grec Thalès de Milet (625-547 av. J.-C.) passe pour avoir réalisé l'un des premiers corners sur l'huile d'olive. Ayant prévu une météorologie favorable et une bonne récolte, il aurait réservé, moyennant un faible dépôt de garantie unitaire, tous les moulins à huile de la région de Milet.

Période moderne

  • 1793 : loi sur l'accaparement de denrées alimentaires lors de la révolution française.
  • 24 septembre 1869 : spectaculaire effondrement du marché de l'or à New York (surnommé Black Friday en anglais, « vendredi noir ») à la suite d'un corner raté.
  • Octobre 1907 : déclenchement de la Panique des banquiers après un corner raté :
  • 1980 : tentative spectaculaire mais infructueuse de corner du marché de l'argent métal par un pétrolier texan, Nelson Bunker Hunt, et son frère William Herbert Hunt. Elle s'achève par la faillite des frères Hunt.
  • 1992-1995 : tentative par un cadre supérieur de Sumitomo, Yasuo Hamanaka, de cornériser le marché du cuivre. Sumitomo aurait perdu 2,6 milliards de dollars dans l'affaire et Hamanaka a été condamné en 1995 à une peine de prison.
  • Mars 2001 : corner réussi, par Deutsche Bank, du contrat à terme sur emprunts d'État allemands à 5 ans, dits Bobls.
  • Octobre 2008 : le corner Volkswagen lorsque la marque est devenue, le temps d'une séance, la plus grosse capitalisation boursière du monde (hausse de plus de 81 %, après un gain supérieur à 146 % le lundi précédent). Considérant que la valorisation du titre était injustifiée, les hedge fund avaient parié sur sa baisse, se basant sur l'information que Porsche, principal actionnaire possédait 42,5% du titre. En réalité, il possédait 74% des actions, et l'état de Basse-Saxe 20%, ne laissant que 6% d'actions disponibles sur le marché, insuffisantes pour couvrir toutes les ventes à découvert. Les pertes des hedges-funds impliqués mais aussi de quelques banques sont colossales (plus de 30 Md d'euros), et les profits de Porsche dans l'affaire pourraient être de l'ordre de 6mds d'euros [1].

Notes et références

  1. [1] Boursier: Le Corner Volkswagen aurait couté de 20 à 30 Md d'euros aux fonds et aux banques

Liens externes

  • Portail de l’économie Portail de l’économie
Ce document provient de « Corner (finance) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Accaparement de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • accaparement — [ akaparmɑ̃ ] n. m. • 1751 écon.; de accaparer 1 ♦ Le fait d accaparer (1o). ⇒ monopolisation. 2 ♦ Le fait de prendre pour soi seul. « Cette répugnance à toute possession particulière, à tout accaparement » (A. Gide). ● accaparement nom masculin… …   Encyclopédie Universelle

  • ACCAPAREMENT — s. m. Action d accaparer, ou Le résultat de cette action. Faire des accaparements. Un accaparement de blé, de blés, de farines …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ACCAPAREMENT — n. m. Action d’accaparer ou Résultat de cette action. Se livrer à l’accaparement. Des accaparements de blés, de farines …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • accaparement — (a ka pa re man) s. m. L action d accaparer ou le résultat de cette action. Vu les accaparements de blé qu il avait faits. ÉTYMOLOGIE    Accaparer …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Loi Sur L'accaparement — Loi sur l accaparement, votée le 26 juillet 1793. En raison de la spéculation sur les grains et les farines, le prix du pain atteint un niveau qui entraîne des émeutes dans la capitale au début de 1793. Sur rapport de Jean Marie Collot d Herbois …   Wikipédia en Français

  • Loi sur l'accaparement — Loi sur l accaparement, votée le 26 juillet 1793. En raison de la spéculation sur les grains et les farines, le prix du pain atteint un niveau qui entraîne des émeutes dans la capitale au début de 1793. Sur rapport de Jean Marie Collot d Herbois …   Wikipédia en Français

  • reman — accaparement accessoirement accoutrement affairement affleurement aigrement allègrement allégrement aléatoirement amèrement antérieurement apurement arbitrairement austèrement autoritairement autrement auxiliairement barrement bigrement… …   Dictionnaire des rimes

  • MONOPOLE — Malgré son origine savante, le terme «monopole» – qui signifie «vente exclusive d’une denrée faite soit par un seul homme, soit par une compagnie» (Condorcet) – est passé depuis plusieurs siècles dans le langage courant. Fort d’une tradition… …   Encyclopédie Universelle

  • accaparer — [ akapare ] v. tr. <conjug. : 1> • 1715; « acheter en donnant des arrhes » 1562; it. accaparrare, de caparra « arrhes » 1 ♦ Écon. Acheter ou retenir (une valeur, une marchandise) afin de la rendre rare et d en faire monter le prix. ⇒ s… …   Encyclopédie Universelle

  • Accapareurs — Les accapareurs sont ceux qui, pendant la Révolution française, l Empire et, plus largement, tous les régimes en guerre, sont accusés d entasser les produits de consommation et les conservent pour réaliser des profits importants par suite de la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”