Coupe Rase

Coupe Rase

Coupe rase

Coupe à blanc (Slovaquie). Le sol ainsi mis à nu, exposée au soleil, à la déshydratation et à l'érosion peut subir une phase importante de dégradation, qui serait évitée dans le cas de coupes plus petites, en taches, imitant les processus naturels de chablis dans la forêt naturelle
La coupe rase peut influer sur les niveaux d'eau (suite à une brusque suppression de l'évapotranspiration). Le type de régénération (naturelle ou artificielle) peut atténuer ou exacerber l'effet d'artificialisation de ce type de coupe (ici en Forêt de Clairmarais dans le nord de la France, en 2003)

Les expressions « coupe rase » ou « coupe à blanc » ou « coupe à blanc-étoc » désignent en sylviculture, un mode d'aménagement sylvicole passant par l'abattage de la totalité des arbres d'une parcelle d'une exploitation forestière.

La méthode la plus opposée est la « gestion en futaie jardinée ». Une méthode intermédiaire serait la gestion en taillis sous futaie.

Sommaire

Impacts, avantages et inconvénients

Il n'y a pas de consensus sur les impacts de cette méthode ni sur son coût global lorsqu'il est comparé à ce que coûterait une gestion en futaie jardinée, hétérogène et mélangée dans un contexte équivalent des points de vue biogéographique et de contraintes liées au relief et à la desserte des parcelles.

Les pratiquants de la coupe rase apprécient sa facilité de mise en œuvre et de débardage, par un personnel moindre et moins qualifié, grâce à la mécanisation des opérations. Elle facilite une rationalisation des travaux d'entretien en permettant un reboisement facilité sur un sol plus facile à préparer et à débarrassé des obstacles, ainsi que la gestion future des arbres alignés et groupés en parcelles.

  • le maintien de bandes boisées sur les lisières de coupes à blanc permet d'atténuer les impacts paysagers, ce qui est obligatoire au Canada. De plus, ces coupes si elles ne sont pas trop vastes, peuvent jouer le rôle de clairières artificielles offrant un habitat de substitution à la faune des milieux ouverts. En effet, des études ont montré que cette faune colonise rapidement les coupes rases, mais il s'agit souvent d'espèces ubiquistes, résistantes et non menacées.
  • cette méthode permet la gestion forestière financièrement la plus avantageuse.

Les détracteurs de l'exploitation par coupe rase lui reprochent un certain nombre d'impacts environnementaux négatifs, dont :

  • un coût d'investissement important au moment de la coupe et de la replantation, qui peut pousser à couper le bois lorsque la partie des arbres n'ayant pas encore atteint la maturité optimale est encore significative.
  • une perturbation brutale de l'écosystème forestier ; notamment due à la disparition de l'effet-tampon microclimatique de la canopée, les chocs thermiques et le vent étant très exacerbés sur les coupes rases, ce qui semblent favorables à une moindre résilience écologique et aux attaques d'insectes[1]
  • Par le choc climatique qu'elle crée, la coupe rase accroît le risque d'une mauvaise régénération des essences précieuses, ce qui justifie une régénération artificielle coûteuse et générant elle-même d'autres risques, notamment liés à la perte de diversité génétique et à l'absence de sélection naturelle des plants introduits et des risques sanitaires, alors que même le chêne peut se régénérer dans une forêt gérée sans coupe rase[2].
  • compaction, et parfois érosion, des sols défavorable à une bonne régénération naturelle et au bon ancrage des arbres plantés [3],[4]
  • en fonction de la qualité du sol, du degré de pente et de facteurs climatiques, cette pratique forestière peut conduire à une modification profonde et brutale des mécanismes de ruissellement et du cycle de l'eau, pouvant provoquer une érosion des couches superficielles du sol, riches en nutriments, et une pollution des cours d'eau ;
  • une dégradation des sols par le passage d'engins lourds (abatteuse, débardeur, débusqueur) sur la parcelle mise à nue[5].
  • une dégradation du paysage ;
  • la coupe rase encourage et facilite un « traitement régulier» de futaies monospécifiques et équiennes jugé défavorable à l'expression de toute la diversité écologique des forêts et du cycle sylvigénétique normal et complet, qui passe par le maintien d'arbres sénescents et de très vieux et gros arbres, sources durables et diffuses de bois-mort

Histoire

Gravure de Frans Hogenberg représentant Niederburg en 1576 en Allemagne avec semble-t-il une coupe rase sur le versant figuré en arrière-plan
Coupe rase dans les Landes de Gascogne

La coupe rase est un mode d'exploitation probablement très ancien, mais qui s'est largement développée après la Première Guerre mondiale au travers de parcelles plus grandes, coupées plus rapidement, avec beaucoup moins de main d'œuvre, grâce à l'apparition d'engins motorisés capables de se déplacer en forêt : engins à chenilles dans un premier temps, développés à partir des techniques utilisées pour les chars d'assaut lors de la Première guerre mondiale.

La coupe rase est ensuite devenue usuelle en Amérique du Nord et en Europe, dans les plaines d'abord, notamment lors de l'exploitation de peuplements résineux monospécifiques comme par exemple le massif landais) et de peupleraies, car ce mode d'exploitation est le plus adapté aux nombreuses contraintes liées à l'exploitation des forêts conduites en futaies équiennes et monospécifiques. Elle a ensuite servi de modèle en zone tropicale pour les plantations d'hévéas, puis de palmier à huile.

En Suisse, ce procédé est interdit par la loi fédérale sur les forêts depuis 1876 en réaction à un siècle d’exploitation massive des forêts de montagne, qui avait eu pour conséquence de terribles inondations. Une ordonnance précise qu’une telle intervention soumet le sol « aux conditions écologiques des terrains découverts ou provoque des inconvénients graves pour la station ou les peuplements voisins ».

Ce procédé sylvicole reste toutefois fréquent dans des pays aux grandes ressources forestières et à faible densité de population comme la Finlande, le Brésil ou le Congo, qui pratiquent une sylviculture largement mécanisée.

Législations, chartes, labels

Certains pays, comme la Belgique, ont imposé une surface maximale aux coupes rases :

L'écosociolabel FSC (Forest Stewardship Council) les interdit sauf sur de très petites surfaces et s'il y a régénération naturelle privilégiée. D'autres labels recommandent aux forestiers de les éviter ou de réduire leurs superficies.

Quelques dispositions permettent d'en limiter les impacts négatifs:

  • la programmation écologiquement pertinente des dates de coupe et de débardage. Par exemple, hors des périodes de reproduction, et quand le sol est gelé, dans les pays où cela est possible ; la programmation des coupes en période de gel dans les pays froids permet de prévenir le tassement du sol, les sols humides ou à texture majoritairement limoneuse y étant particulièrement exposés, avec des impacts négatifs qui peuvent perdurer plusieurs décennies ;
  • la protection physique des cours d'eau, par busage notamment, et la rationalisation de la circulation des engins ;
  • la conservation au moins provisoire d'une lisière de quelques mètres à quelques dizaines de mètres, et la protection de zones refuges pour les animaux, dans les fonds humides en particulier ; les arbres ainsi épargnés pouvant servir de porte-graines utiles pour une régénération naturelle, et conservant un paysage plus forestier, jouant éventuellement un rôle de corridor biologique et de bande protectrice pour les cours d'eau, lacs, et autres zones humides ;
  • le choix du type d'engins de chantier et de débardage, ainsi que la gestion des pistes ou routes forestières associées aux coupes qui ont également un impact environnemental, notamment en matière de fragmentation écologique des forêts ;
  • l'information du public sur les pratiques de gestion et du fait que ces coupes sont suivies de plantations ou régénération, par des panneaux et actions de sensibilisation à la gestion forestière.

Alternatives

Des auteurs tels que Marie Stella Duchiron ou Brice de Turckheim prônent le développement de méthodes alternatives éprouvées, telle que la gestion de type forêt jardinée, la méthode Prosilva ou la coupe avec protection de la régénération et des sols, qui part des coupes « pied à pied » ou « en bouquet » ne prélèvent que les arbres à l'optimum de leur maturité. Ils jugent sur la base d'études comparatives que de telles exploitations sont plus respectueuses de l'environnement tout en restant économiquement intéressantes, même si elles entraînent un apparent surcoût par appel à une main d'œuvre plus importante et plus qualifiée et l'impossibilité de recourir à tous les bénéfices de la mécanisation.

Dans un contexte de crise climatique où la résilience écologique prend une importance croissante, et dans un contexte d'augmentation du prix du bois de chauffage lié à l'augmentation des prix du pétrole et de développement des chaudières-bois , le taillis sous futaie peut retrouver une nouvelle rentabilité. Et ce taillis sous futaie peut alors être converti en futaie irrégulière, même dans les chênaies, et en conservant la régénération du chêne [6].

Ces méthodes, autres que la coupe rase, ont longtemps été jugées plus difficiles à mettre en œuvre à grande échelle dans les pays possédants d'immenses espaces forestiers, comme la France et la Pologne.

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « forêt » sur le Wiktionnaire.

Commons-logo.svg

Commons-logo.svg

Liens externes

Notes et références

  1. A titre d'exemple pour la France (mais des constats identiques ont été fait en Suisse, en Allemagne.. ) ; NAGELEISEN L.-M. [2004]. Recrudescence des insectes sous corticaux à la suite des extrêmes climatiques de 2003. Bilan de la santé des forêts en 2003, Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et de la ruralité, 5 p.
  2. Le renouvellement du chêne en futaie irrégulière, par Franck Jacobée, ingénieur forestier de l’ONF de Haute-Marne fr PDF - 336.7 ko
  3. Effet de la compaction sur les sols forestiers (par l'association belge Forêt Wallonne asbl (fr) PDF - 252.4 ko
  4. FONSECA T.F., ABREU C.G., PARRESOL B.R. [2004]. Soil compaction and chestnut ink disease (Compaction des sols et maladie de l'encre du chataîgnier). For. Path. 34 : 273-283 « en »
  5. CACOT E. [2001]. Exploitation forestière et débardage : pourquoi et comment réduire les impacts ? AFOCEL, Fiche Informations-Forêt 637, 6 p.
  6. Conversion d'un taillis-sous futaie (Note du CRPF de Bourgogne] [pdf] 282.8 ko
Ce document provient de « Coupe rase ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Coupe Rase de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Coupe rase — Coupe à blanc (Slovaquie). Le sol ainsi mis à nu, exposée au soleil, à la déshydratation et à l érosion peut subir une phase importante de dégradation, qui serait évitée dans le cas de coupes plus petites, en taches, imitant les processus… …   Wikipédia en Français

  • Coupe rase ou coupe unique — ● Coupe rase ou coupe unique synonyme de coupe à blanc …   Encyclopédie Universelle

  • Coupe à blanc — Coupe rase Coupe à blanc (Slovaquie). Le sol ainsi mis à nu, exposée au soleil, à la déshydratation et à l érosion peut subir une phase importante de dégradation, qui serait évitée dans le cas de coupes plus petites, en taches, imitant les… …   Wikipédia en Français

  • coupe — 1. coupe [ kup ] n. f. • XIIe; lat. cuppa → cuve 1 ♦ Récipient à boire plus large que profond, reposant sur un pied. Coupe d argent, de cristal. Coupe antique. Coupe de vin, de ciguë. Coupe rituelle. ⇒ calice, ciboire, 1. vase; patère. La coupe… …   Encyclopédie Universelle

  • coupé — 1. coupe [ kup ] n. f. • XIIe; lat. cuppa → cuve 1 ♦ Récipient à boire plus large que profond, reposant sur un pied. Coupe d argent, de cristal. Coupe antique. Coupe de vin, de ciguë. Coupe rituelle. ⇒ calice, ciboire, 1. vase; patère. La coupe… …   Encyclopédie Universelle

  • rasé — rasé, ée [ raze ] adj. • XVIe; tout rasé « à ras » XIIe; de raser 1 ♦ Coupé à ras. Poils, cheveux rasés. « Sa face olivâtre où la barbe mal rasée mettait des plaques bleues » (Sartre). 2 ♦ (XVIIIe) Dont le poil est coupé à ras. Coiffure courte à… …   Encyclopédie Universelle

  • rasé — rasé, ée (ra zé, zée) part. passé de raser. 1°   Dont le poil est coupé tout près de la peau. •   Les nègres se rasent la tête par figures, tantôt en étoiles, tantôt à la façon des religieux, et plus communément encore par bandes alternatives, en …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • rase — ras, rase 1. (râ, râ z ) adj. 1°   Tondu de près, coupé jusqu à la peau. Une barbe rase. •   Ils sont tellement accoutumés en Italie à la cabale des moines, qu à peine peuvent ils rien faire ou entreprendre sans le ministère de quelque tête rase …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Coupe Deutsch de la Meurthe — La Coupe Deutsch de la Meurthe fut une compétition internationale aéronautique de vitesse pure créée le 25 août 1909 par Henry Deutsch de la Meurthe. Elle fut remise en jeu à trois reprises à l initiative de l Aéro Club de France puis de Suzanne… …   Wikipédia en Français

  • Crâne rasé — Tonte de cheveux Moby a le crâne rasé. La tonte des cheveux consiste à couper les cheveux très ras, typiquement à quelques millimètres du cuir chevelu, voire en le dénudant totalement, de sorte que la coupe de cheveux ne modifie pas la forme du… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.