Académie des Arcades

Académie d'Arcadie

Armes de l’Académie d'Arcadie à Rome. Plan de Bosco Parrasio.

L’Académie d’Arcadie ou « Académie des Arcades de Rome[1] », l’Accademia dell’Arcadia en italien, fut fondée à Rome en 1690 par des poètes qui avaient appartenu à l’entourage de la reine Christine de Suède.

Les usages de l’Académie d’Arcadie, rameau détaché de l’ancienne académie des Humoristes, dont les fondateurs furent Crescimbeni et le jurisconsulte Gravina qui en rédigea les règlements, étaient imprégnés par la culture et la mythologie de la Grèce antique : chacun de ses membres, hommes ou femmes, inscrits sous un pseudonyme « pastoral » tiré de cette tradition grecque, devaient imiter dans leurs mœurs et par l’esprit de leurs œuvres littéraires la simplicité et le bon goût supposé des anciens habitants de l’Arcadie, nom faisant référence à l’Arcadia (1501) au roman pastoral en prose et en vers de Jacopo Sannazaro et à la région grecque homonyme du Péloponnèse à laquelle étaient associés une image paisible et rurale, un caractère bucolique datant de la poésis grecque et latine.

Au XVIIe siècle, fleurissent des Académies. En Italie d’abord puis partout en Europe. Les Académies rassemblent des savants et des experts choisis par le Roi. Eux seuls sont ainsi « habilités » à discuter solennellement des sujets de leur spécialité. Aussi naissent l’Académie des Arts, l’Académie des Sciences, l’Académie de Médecine, sous l’égide de personnalités ayant reçu le Privilège royal. En marge de ces lieux de débats officiels, les Arcadies se créent et, s’appuyant sur l’idéal démocratique des Anciens, proposent à tous les citoyens sans distinction de débattre des sujets jusqu’alors disputés dans les cercles privilégiés. Les Arcadiens voulurent, en conséquence, d’abord n’avoir ni protecteur ni même de président, et l’Enfant Jésus fut proclamé le seul chef de la petite république lettrée dont les réunions avaient lieu sept fois par an dans un jardin.

Le siège de l’Académie d’Arcadie. Plan de Bosco Parrasio.

Dès l’année 1726, l’Académie tint séance tous les jeudis, en été, sur le mont Janicule, dans un bois de lauriers et de myrtes, qui fut appelé bois de Parrhasius ; et en hiver dans le Serbatajo (salle des archives et des portraits des membres les plus illustres). Lors de la création de l’Académie, la reine Christine prêta pour les principales réunions le palais Corsini, où elle habitait. Depuis, les séances solennelles eurent lieu au Capitole. Parmi les modifications apportées aux règlements primitifs, il y eut l’élection d’un président, renouvelée tous les quatre ans, les Arcades comptant par olympiades.

Le Giornale arcadico, bulletin de la Société, est publié mensuellement. La rivalité de Gravina et de Crescimbeni troubla les premiers temps de l’Académie des Arcades jusqu’à ce que ce dernier l’emporte. S’il ne fit pas un emploi intelligent de son influence, il travailla toutefois ardemment à la célébrité de ses associés et publia leurs œuvres et leurs biographies. Le nombre des Arcadiens fut bientôt fort élevé : dix ans après sa fondation, l’Académie comptait six cents membres et avait dans les villes d’Italie de nombreuses colonies en correspondance avec elle.

Cette association littéraire, créée dans le but de réagir contre l’école poétique du cavalier Marini et de ramener la langue à une élégante simplicité, prit d’abord pour modèles Théocrite, Virgile et Sannazaro. Plus tard, la défaite des marinistes amena la division de ses vainqueurs, qui formèrent deux écoles : l’une fidèle aux premiers maîtres choisis, l’autre qui revint à la pastorale renouvelée par le Tasse et Guarini.

Les Arcadies se sont également exportées en France, mais le régime royal étant plus sévère, elles durent être publiquement moins présentes.

La tradition arcadienne fut ainsi reprise durant la Renaissance par de nombreux auteurs dans des domaines très variés (arts, société, etc.). Ce mouvement européen favorisa ensuite le développement des doctrines démocratiques du siècle des Lumières.

Membres de l'Académie

Armes des gardiens de l’Académie d'Arcadie.
Compositeurs et musiciens[2]
Écrivains et poètes (par ordre alphabétique)
  • Piero Andrea Forzoni Accolti (Arpalio Abeatide)
  • Giovan Girolamo Acquaviva (Idalmo Trigonio)
  • Lodovico Adimari (Termisto Marateo)
  • Giuseppe Alaleoni (Rosindo Lisiade)
  • Carlo Albani (Cleandro Elideo)
  • Giovanni Kreglianovich Albinoni (Dalmiro Tindario)
  • Ercole Aldrovandi (Griseldo Toledermio)
  • Maria Buonaccorsi Alessandri (Leucride Ionide)
  • Lisabetta Girolami Ambra (Idalba Corinetea)
  • Niccola Amenta (Pisandro Antiniano)
  • Fulvio Astalli (Alasto Liconeo)
  • Giovan Tommaso Baciocchi (Perideo Trapezunzio)
  • Ottavio Barattieri (Tisameno Pelopide)
  • Lorenzo Bellini (Ofelte Nedeo)
  • Cornelio Bentivoglio (Entello Epiano)
  • Cesare Bigolotti (Clidemo Trivio)
  • Giuseppe Bini (Tegeso Acroniano)
  • Enea Antonio Bonini (Acasto Lampeatico)
  • Alessandro Borghi (Dalete Carnasio)
  • Maria Selvaggia Borghini (Filotima Innia)
  • Carlo Ireneo Brasavoli (Cresfonte Cauconeo)
  • Francesco Brunamonti (Diante Prosense)
  • Santi Bucchi (Echeno Eurimedonzio)
  • Giovan Francesco Bulgarini (Elmante Lirceate)
  • Giulio Bussi (Tirinto Trofeio)
  • Francesco Maria Cagnani (Eustasio Oeio)
  • Ranieri de' Calzabigi (Liburno Drepanio
  • Ferdinando Antonio Campeggi (Eureno Licio)
  • Francesco Maria de' Conti di Campello (Logisto Nemeo)
  • Giacomo Canti (Alisco Tortunio)
  • Antonio Caraccio (Lacone Cromizio)
  • Carmine Niccolò Caracciolo (Salico Lepreonio)
  • Giovanna Caracciolo (Nosside Ecalia)
  • Paolo Francesco Carli (Coridone Marachio)
  • Francesco Maria Carrafa (Nicandro Tueboate)
  • Tiberio Carrafa (Eliso Euteio)
  • Pietro Paolo Carrara (Clarimbo Palladico)
  • Giovan Bartolommeo Casaregi (Eritro Faresio)
  • Clarina Rangoni di Castelbarco (Idalia Elisiana)
  • Filippo Cataneo (Laristo Carmoneo)
  • Tommaso Ceva (Callimaco Neridio)
  • Giovan Batista Ciappetti (Aurisco Elafio)
  • Francesco Domenico Clementi (Agesilo Brentico)
  • Giovan Batista Cotta (Estrio Cauntino)
  • Giovan Mario Crescimbeni (Alfesibeo Cario)
  • Eustachio Crispi (Benalgo Chelidorio)
  • Giovan Carlo Crocchiante (Teone Cleonense)
  • Tommaso Niccolò d'Aquino (Melinto Leuttronio)
  • Biagio Maioli d'Avitabile (Agero Nonacride)
  • Carlo Emanuello d'Este (Ateste Mirsinio)
  • Andrea Diotallevi (Velalbo Trifiliano)
  • Bartolomeo Dotti (Viburno Megario)
  • Matteo Egizio (Timaste Pisandeo)
  • Cecilia Capece Minutola Enriquez (Egeria Nestanea)
  • Giovanni Enriquez (Simandro Inachio)
  • Giuseppe Ercolani (Neralco Castrimeniano)
  • Filippo Ortensio Fabbri (Alindo Scirtoniano)
  • Paolo Falconieri (Fronimo Epirio)
  • Pompeo Figari (Montano Falanzio)
  • Vincenzio da Filicaia (Polibo Emonio)
  • Galeazzo Fontana (Celisto Tegeatico)
  • Niccolò Forteguerri (Nidalmo Tiseo)
  • Francesco Fronsini (Altemio Leucianitico)
  • Carlo Innocenzo Frugoni (Comante Eginetico)
  • Vincenzio Maria Gabellotti (Odalmo Apesanzio)
  • Prudenza Gabrielli Capizucchi (Elettra Citeria)
  • Aurora Sanseverina Gaetani (Lucinda Coritesia)
  • Nicolò Gaetano (Elviro Triasio)
  • Alessandro Galanti (Gantila Pelleneo)
  • Niccolò Garibaldi (Emiro Plausteriano)
  • Francesco Maria Gasparri (Eurindo Olimpiaco)
  • Ferdinando Antonio Ghedino (Idaste Pauntino)
  • Antonio Ghisilieri (Frondisio Leonideio)
  • Basilio Giannelli (Cromeno Tegeatico)
  • Girolamo Gigli (Amaranto Sciaditico)
  • Giuseppe Antonio Fiorentino Vaccari Gioja (Fedrio Epicuriano)
  • Pietro Giubilei (Egone Cerausio)
  • Carlo Giustiniani (Adelindo Gerenio)
  • Carlo Goldoni (Polisseno Fegejo)
  • Corrado Gonzaga (Nelindo Acontimacario)
  • Ottavio Gonzaga (Aulideno Melichio)
  • Giovanni Vincenzo Gravina (fondateur)
  • Giovanni Greppi (Florimondo Ermione)
  • Teresa Grillo (Irene Pamisia)
  • Bartolommeo Ceva Grimaldi (Clarisco Egireo)
  • Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière
  • Giovan Benedetto Gritta (Placisto Amitaonio)
  • Virginio Maria Gritta (Torralbo Maloetide)
  • Alessandro Guidi (Erilo Cleoneo)
  • Marc'Antonio Lavaiana (Elagildo Leuconio)
  • Domenico Lazzarini (Felicio Orcomeniano)
  • Filippo Leers (Siralgo Ninfasio)
  • Francesco de Lemene (Arezio Gateatico)
  • Donato Antonio Leonardi (Eladio Maleo)
  • Vincenzio Leonio (Uranio Tegeo)
  • Anna Maria Ardoini Lodovisi (Getilde Faresia)
  • Bonifacio De Luca (Strobeo Cirenio)
  • Giuseppe Lucina (Filomolpo Corebio)
  • Lorenzo Magalotti (Lindoro Elateo)
  • Carlo Maria Maggi (Nicio Meneladio)
  • Andrea Maidalchini (Coreso Evanziano)
  • Eustachio Manfredi (Aci Delpusiano)
  • Faustina Maratti (Aglauro Cidonia)
  • Filippo Marcheselli (Araste Ceraunio)
  • Alessandro Marchetti (Alterio Eleo)
  • Lorenzo de' Mari (Amiro Citeriano)
  • Pier Iacopo Martelli (Mirtilo Dianidio)
  • Carlo Martello (Mirtilide Langiano)
  • Petronilla Paolini Massimi (Fidalma Partenide)
  • Giulio Mattei (Salenzio Itomeo)
  • Benedetto Menzini (Euganio Libade)
  • Pietro Metastasio (Artino Corasio)
  • Lodovico Pico della Mirandola (Aurasco Pamisiano)
  • Pompeo di Montevecchio (Fertilio Lileo)
  • Vincenzo Monti
  • Michel Giuseppe Morei (Mireo Rofeatico)
  • Lodovico Antonio Muratori (Leucoto Gateate)
  • Paolo Antonio del Negro (Siringo Reteo)
  • Luigi Omodei (Doralgo Euritidio)
  • Emilia Ballati Orlandini (Eurinda Annomidia)
  • Giovan Gioseffo Felice Orsi (Alarco Erinnidio)
  • Antonio Ottoboni (Eneto Ereo)
  • Pietro Ottoboni (Crateo Ericinio)
  • Benedetto Panfilio (Fenicio Larisseo)
  • Benedetto Paolucci (Ircano Lampeo)
  • Giuseppe Paolucci (Alessi Cillenio)
  • Ferdinando Passerini (Olimpio Batilliano)
  • Francesco Passerini (Linco Telpusio)
  • Gaetana Passerini (Silvia Licoatide)
  • Alessandro Pegolotti (Orialo Minieiano)
  • Orazio Petrochi (Adalsio Metoneo)
  • Giuseppe Petrosellini (Enisildo Prosindio
  • Vincenzo Piazza (Enotro Pallanzio)
  • Giovanni Pindemonte (Eschilo Acanzio)
  • Angelo Poggesi (Orsatto Cidario)
  • Giovan Batista Recanati (Teleste Ciparissiano)
  • Francesco Redi (Anicio Traustio)
  • Gregorio Redi (Autone Manturese)
  • Filippo Resta (Ormonte Pereteo)
  • Elena Riccoboni (Mirtinda Parraside)
  • Giovan Batista Richeri (Eubeno Buprastio)
  • Pompeo Rinaldi (Coralbo Aseo)
  • Maria Pellegrina Viali Rivaruoli (Dafne Eurippea)
  • Francesco Maria Ruspoli (Olinto Arsenio)
  • Giuliano Sabbatini (Ottinio Corineo)
  • Angelo Antonio Sacco (Leandro Oresteo)
  • Anton Maria Salvini (Aristeo Cratio)
  • Salvino Salvini (Criseno Elissoneo)
  • Carlo Sanseverino (Egeo Bufagiano)
  • Giuseppe Leopoldo Sanseverino (Celiro Straziano)
  • Iacopo Sardini (Citisso Bleninio)
  • Ludovico Savioli (Lavisio Eginetico)
  • Maria Antonia Scalera (Aricia Guateaide)
  • Alessandro Segni (Fortunio Maloetide)
  • Giuseppe Maria Serra (Dalindo Cinosurio)
  • Carlo Severoli (Efesio Arneo)
  • Angelo Antonio Somai (Ila Orestasio)
  • Bernardo Spada (Clorasto Eubeio)
  • Leonido Maria Spada (Elmiro Miceneo)
  • Agostino Spinola (Almaspe Steniclerio)
  • Silvio Stampiglia (Palemone Licurio)
  • Malatesta Strinati (Licida Orcomenio)
  • Maria Lisabetta Strozzi (Nice Euripiliana)
  • Ippolita Cantelmo Stuart (Elpina Aroete)
  • Florido Tartarini (Gelindo Teccaleio)
  • Francesco del Teglia (Elenco Bocalide)
  • Antonio Tommasi (Vallesio Gareatico)
  • Carlo Castone Gaetano Della Torre (Dorillo Dafnejo)
  • Piero Ignazio della Torre (Eumante Acheleio)
  • Brandaligio Venerosi (Nedisto Collide)
  • Antonio Vidman (Talete Elateo)
  • Giacinto Vincioli (Leonte Prineo)
  • Tommaso Alessandro Vitali (Ilindo Paragenite)
  • Giovanni Vizzaron (Mirteo Teneate)
  • Giovan Francesco della Volpe (Flamisto Termeo)
  • Antonio Zampieri (Dareno Minteo)
  • Ercole Maria Zanotti (Onemio Dianio)
  • Francesco Maria Zanotti (Orito Piliaco)
  • Lorenzo Zanotti (Verildo Eleuterio)
  • Pietro Zanotti (Trisalgo Larisseate)
  • Giambattista Felice Zappi (Tirsi Leucasio)
  • Apostolo Zeno (Emaro Simbolio)
  • Camillo Ranieri Zucchetti (Nadasto Licoate)

Notes et références

  1. Cf. Louise Ozenne, Arcades (Académie des), dans Encyclopédie des gens du monde, t. 2.1, 1833, p. 161-162 (en ligne).
  2. Les pseudonymes « pastoraux » apparaissent entre parenthèses.

Bibliographie

  • (it) Calogero Carità, L'Accademia dell'Arcadia e la P.I. a Licata nei secoli XVIII e XIX, Agrigento, Centro culturale « L. Pirandello », 1980
  • (it) Maria Teresa Graziosi, Barbara Tellini Santoni, Tre secoli di storia dell'Arcadia, Roma, La meridiana, 1991. ISBN 9788872220115
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail du XVIIe siècle Portail du XVIIe siècle
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
Ce document provient de « Acad%C3%A9mie d%27Arcadie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Académie des Arcades de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Academie d'Arcadie — Académie d Arcadie Armes de l’Académie d Arcadie à Rome. Plan de Bosco Parrasio. L’Académie d’Arcadie ou « Académie des Arcades de Rome[1] », l’Accademia dell’Arcadia en italien, fut fondée à Rome en 1690 par des p …   Wikipédia en Français

  • Academie pontificale — Académie pontificale Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Académie de Saint Luc Académie des Arcades Académie des nobles ecclésiastiques Académie pontificale Cultorum martyrum Académie… …   Wikipédia en Français

  • Académie Pontificale — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Académie de Saint Luc Académie des Arcades Académie des nobles ecclésiastiques Académie pontificale Cultorum martyrum Académie pontificale de l Immaculée… …   Wikipédia en Français

  • Académie d'Arcadie — Armes de l’Académie d Arcadie à Rome. Plan de Bosco Parrasio. L’Académie d’Arcadie ou « Académie des Arcades de Rome[1] », l’Accademia dell’Arcadia en italien, fut fondée à Rome en 1690 par des poètes qui avaient appartenu à l’entourage …   Wikipédia en Français

  • Académie pontificale — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Académie de Saint Luc Académie des Arcades Académie des nobles ecclésiastiques Académie pontificale Cultorum martyrum Académie pontificale de l Immaculée… …   Wikipédia en Français

  • Le Palais des Papes d'Avignon (France) — Palais des papes d Avignon Pour les articles homonymes, voir Palais des papes …   Wikipédia en Français

  • Palais des Papes d'Avignon — Pour les articles homonymes, voir Palais des papes …   Wikipédia en Français

  • Palais des papes d'Avignon — Pour les articles homonymes, voir Palais des papes …   Wikipédia en Français

  • Histoire des eaux d'Aix-en-Provence — Histoire d Aix en Provence Antiquité Oppidum d Entremont Aquae Sextiae Moyen Âge Aix au Moyen Âge Époque moderne Aix sous l A …   Wikipédia en Français

  • Kalâa des Béni Hammad — La Kalâa des Béni Hammad * Patrimoine mondial de …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”