Abul-Abbas
Éléphant de combat blanc (fresque romane, Musée du Prado, Madrid)

Abul Abbas était l'éléphant blanc de Charlemagne.

En 797, Charlemagne avait envoyé à Haroun al-Rashid, calife de Bagdad, une ambassade menée par un marchand juif, Isaac, connaisseur de la langue arabe. Celui-ci en revint 5 ans plus tard, le 20 juillet 802 en passant par Jérusalem, puis en longeant la rive sud de la Méditerranée jusqu'à Carthage, où il prit le bateau jusqu'à Marseille. Il atteignit Portovenere en octobre 801, passa l'hiver à Verceil et, au printemps, remonta probablement la vallée du Rhône en direction du Nord, transitant peut-être par Metz, jusqu'à la résidence de l'empereur à Aix-la-Chapelle, où il arriva le 1er juillet 802.

Isaac était porteur de précieux cadeaux : une horloge à eau ou clepsydre, objet emblématique du savoir-faire technologique de la civilisation arabo-musulmane, des étoffes de soie et un éléphant d'Asie blanc ! L'éléphant blanc, spécimen extrêmement rare d'albinisme, est considéré en Asie comme un joyau inestimable dont la possession est l'apanage des rois et des princes. Ces particularités sont perçues comme une manifestation visible de son origine divine et en conséquence, on croit depuis toujours qu'il est doté de pouvoirs magiques.

Parmi les cadeaux, l'éléphant indien se tailla sans conteste la vedette : on le prénomma Abul Abbas, le « père d'Abbâs » et Charlemagne l’exhiba à plusieurs occasions devant ses hôtes de marque. Il fut logé à Augsbourg en Bavière du Sud. En 804, le roi Godfried de Danemark attaqua un village. Charlemagne mobilisa ses troupes contre les Danois et envoya son éléphant les accompagner.

Abul-Abbas avait une quarantaine d'années et s'adapta mal au climat européen. Il mourut de pneumonie dans la ménagerie d'Aix-la-Chapelle en 810, probablement après avoir nagé dans le Rhin. Haroun el-Rachid était mort l’année précédente et Charlemagne lui survécut 4 années encore.

Le souvenir de l'éléphant blanc fut durable : le trésor de la cathédrale d'Aix-la-Chapelle conserve un oliphant (cor) en ivoire qui selon la légende passe pour être une des deux défenses d'Abul Abbas ; dans certains jeux d’échecs enfin, si le fou se présente sous la forme d’un éléphant on le doit, dit-on, à Abul Abbas, l’éléphant blanc de Charlemagne. (Ceci étant, la pièce s'appelle en arabe al-fīl : "l'éléphant", et on a eu l'évolution fil, fol, et fou.)

En 2003, une grande exposition à Aix-la-Chapelle avait pris pour prétexte le voyage de l'éléphant blanc vers la capitale carolingienne pour évoquer la coexistence, plus que la cohabitation, des grandes civilisations dans ce contexte haut-médiéval.

Sources

  • Jean Favier, Charlemagne, Fayard, 1999, p. 584.
  • Ex-oriente.Issak und der weisse Elefant. Bagdad, Jerusalem, Aachen. Eine Reise durch drei Kulturen um 800 und Heute, 3 tomes, 2003.
  • De Clovis à Charlemagne, illustrations de Véronique Ageorges, texte de Laure-Charlotte Feffer, Pierre Forni et Patrick Périn, collection Les jours de l'histoire, Casterman, 1989, p. 50-51.
  • Une lettrine passe pour être un portrait quasiment contemporain de l'éléphant blanc de Charlemagne, dans Trésors carolingiens, livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, catalogue d'exposition, BNF, 2007, p. 145. Au demeurant, toute représentation d'un éléphant dans un manuscrit carolingien est aujourd'hui interprétée comme étant celle Abul-Abas, cf. par exemple, Jérôme Fronty, L'étrange "bestiaire" médiéval du musée de Metz. Un poisson dans le plafond, Éditions Serpenoise, 2007, p. 44.
  • Les Grandes Chroniques de France, manuscrit du XVe siècle conservé à Saint-Pétersbourg, comptent une enluminure représentant l'épisode, l'éléphant (brun !) envoyé en cadeau à Charlemagne par le calife Haroun el-Rachid.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abul-Abbas de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abul Abbas — Éléphant de combat blanc (fresque romane, Musée du Prado, Madrid) Abul Abbas était le nom donné à l éléphant blanc de Charlemagne. En 797, Charlemagne avait envoyé à Haroun al Rashid, calife de Bagdad, une ambassade menée …   Wikipédia en Français

  • Abul-Abbas — This article is about the historic elephant. For the Qur anic figure of the same name, see Al Khidr. A picture of a white war elephant from 11th century Spain Abul Abbas, also Abul Abaz or Abulabaz, was an Asian elephant given to Emperor… …   Wikipedia

  • Abul Abbas — Elefant, romanisch; Fresko von San Baudelio de Berlanga. Museo del Prado, Madrid Abul Abbas († 810) war ein Elefant, der dem fränkischen Kaiser Karl dem Großen von Kalif Harun ar Raschid geschen …   Deutsch Wikipedia

  • Abul-Abbas — Imagen de un elefante blanco del siglo XI (España). El primer elefante del que se sabe que estuvo en el norte de Europa fue Abul Abbas, un elefante asiático que el Emperador Carlomagno recibió como regalo de parte del califa de Bagdad, Harún al… …   Wikipedia Español

  • Abul-Abbas Ahmad Al-Xeriri — Abul Abbas Ahmad Al Xeriri, poeta medieval natural de Jerez de la Frontera, muerto en 1222. Filólogo y gramático, glosó obras arábigo andaluzas como Nawadir (de al Cali), Idah (de Farisí) y Sumal (de al Zarsarsí) …   Enciclopedia Universal

  • Abul Abbas al-Mursi — Al Mursi Abu l Abbas (1219 1286 CE) (Arabic:المرسي أبو العباس) is a famous Sufi saint from Al Andalus who later in his life moved to Alexandria in Egypt. His complete name is Shahab al Din Abu l Abbas Ahmad ibn Umar ibn Mohammad al Ansari al… …   Wikipedia

  • Abul-Abbas Ahmad Al-Xeriri — Este artículo o sección necesita referencias que aparezcan en una publicación acreditada, como revistas especializadas, monografías, prensa diaria o páginas de Internet fidedignas. Puedes añadirlas así o avisar …   Wikipedia Español

  • Abul 'Abbâs Al Qalânisî — Al Imâm Abul Abbâs Al Qalânisî (ابو العباس القلانسي) est un théologien musulman sunnite du IXe siècle de l ère chrétienne. Il n y a quasiment aucune biographie de lui mais il est notamment connu pour avoir influencé le célèbre Imâm Abul… …   Wikipédia en Français

  • El-Mursi Abul Abbas Mosque — Al Mursi Abu l Abbas Mosque in Alexandria …   Wikipedia

  • Muhammad I Abul-Abbas — (died 856) was the fifth emir of the Aghlabids in Ifriqiya (ruled 841–856). Muhammad I was the son of the fourth emir, Abu Iqal (838–841). Under him the Aghlabids continued their expansion into the Mediterranean, conquering Taranto and Bari (841) …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”