Absurdité

Absurde

L'absurde est un degré de comique très élevé et spécial. Loin d'être apprécié par tous, l'absurde a comme père Alfred Jarry avec son livre Ubu Roi.

Sommaire

Étymologie

Le mot absurde vient du latin absurdus qui signifie « dissonant » (cf. Cicéron, De Oratore, III, 41).

Définition

L'absurde est ce qui est contraire et échappe à toute logique ou qui ne respecte pas les règles de la logique.

L'absurde est avant tout un degré de comique très élevé. Il signifie ce qui n'est pas en harmonie avec quelqu'un ou quelque chose, par exemple, une conduite absurde est un comportement anormal, un raisonnement absurde est un raisonnement complètement illogique.

Littérature

L'absurde est ce qui produit un effet de non-sens. Cette notion est souvent utilisée pour désigner un certain type de littérature. Parmi les romans les plus connus traitant de l'absurde figure L'Étranger d'Albert Camus

La littérature de l'absurde, majoritairement représentée par le théâtre de l'absurde, est née après la Seconde Guerre mondiale. On qualifie ainsi de nombreuses pièces d'Eugène Ionesco, Samuel Beckett ou encore Fernando Arrabal. L'absurde met au premier plan des textes complexes.

Philosophie

Dans l'existentialisme, l'adjectif absurde est utilisé pour caractériser ce qui est dénué de tout sens préétabli. Le substantif absurde est utilisé pour évoquer l'absurdité du monde, de l'humanité et de sa condition, lesquels ne sont en rien justifiés.

La conscience de l'absurde apparaît en philosophie avec Arthur Schopenhauer qui y voit la source alimentant son pessimisme. Plus récemment cette conscience de l'absurde se retrouve au cœur de l'existentialisme, notamment français avec Albert Camus, Jean-Paul Sartre et d'autres, qui en explorent les dimensions éthiques et esthétiques.

La théologie apophatique s'interroge sur ce que Dieu n'est pas et suscite plusieurs réflexions sur la notion de l'absurde.

Citations

  • « Ce monde en lui-même n’est pas raisonnable, c’est tout ce qu’on peut en dire. Mais ce qui est absurde, c’est la confrontation de cet irrationnel et de ce désir éperdu de clarté dont l’appel résonne au plus profond de l’homme. » Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe.
  • « Admire, mon fils, la Sagesse divine qui a fait passer les fleuves juste au milieu des villes ! » Henri Monnier, mot de Joseph Prudhomme.
  • « Il s’étonnait que les chats eussent la peau percée de deux trous précisément à la place des yeux. » Georg Christoph Lichtenberg, Aphorismes.
  • « Un jour seulement, le "pourquoi" s'élève et tout commence dans cette lassitude teintée d'étonnement. » Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe.

Notions connexes

  • Le substantif absurdité qui représente ce qui est caractérisé par l'absurde.
  • L'adverbe absurdement qui qualifie une action absurde.

Voir aussi

Articles connexes

Wiktprintable without text.svg

Voir « absurde » sur le Wiktionnaire.

Liens externes

  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
Ce document provient de « Absurde ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Absurdité de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • absurdité — [ apsyrdite ] n. f. • 1375; bas lat. absurditas 1 ♦ Caractère absurde. L absurdité de sa conduite. « Il est facile de prouver l absurdité de tous ces ragots » (Maurois). Philos. L absurdité de l existence. 2 ♦ Chose absurde. ⇒ bêtise, ineptie,… …   Encyclopédie Universelle

  • absurdité — Absurdité. s. f. Ce qui est absurde, ce qui choque le bon sens. Il y a de l absurdité dans ce qu il dit. il s ensuivroit de là une grande absurdité. Ces deux mots Absurde, & Absurdité ne se disent que des faux raisonnemens …   Dictionnaire de l'Académie française

  • absurdité — Absurdité, f. acut. Ineptia …   Thresor de la langue françoyse

  • absurdité — (a bsur di té, ou, suivant la prononciation réelle, a psur dité) s. f. 1°   Vice de ce qui est absurde. L absurdité d un raisonnement. Ouvrir les yeux sur l absurdité de ces disputes. Il était difficile de dire de quel côté il y avait le plus d… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ABSURDITÉ — s. f. Vice de ce qui est absurde. L absurdité d un discours. N êtes vous pas choqué de l absurdité de ce raisonnement, de cette assertion ?   Il se dit aussi de La chose même qui est absurde. Il s ensuivrait de là une grande absurdité. Il nous a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ABSURDITÉ — n. f. Défaut de ce qui est absurde. L’absurdité d’un discours, d’un raisonnement, d’une assertion. Il se dit aussi de la Chose même qui est absurde. Il s’ensuivrait de là une grande absurdité. Il nous a débité mille absurdités. On dit aussi Cet… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Absurdité —          BONAPARTE (Napoléon)     Bio express : Premier consul à vie puis empereur des Français (1769 1821)     «En politique, une absurdité n est pas un obstacle.»     Source : Maximes et Pensées     Mot(s) clé(s) : Absurdité Obstacle …   Dictionnaire des citations politiques

  • absurdité — nf. chûza k tin pa dêpî <chose qui ne tient pas debout> (Albanais.001) ; absurditâ (001). E. : Aberration …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Absurdité de la vie — Absurde L absurde est un degré de comique très élevé et spécial. Loin d être apprécié par tous, l absurde a comme père Alfred Jarry avec son livre Ubu Roi. Sommaire 1 Étymologie 2 Définition 2.1 Littérature 2.2 …   Wikipédia en Français

  • rdité — absurdité surdité …   Dictionnaire des rimes

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”