Abris alpins de la Moutière

Les abris alpins de la Moutière sont des casernements de montagne du Secteur fortifié du Dauphiné (Ligne Maginot des Alpes).

Sommaire

Situation

Les abris alpins de la Moutière sont situés dans le Nord-Ouest du département des Alpes-Maritimes, sur le territoire de la commune de Saint-Dalmas-le-Selvage, à environ 2 km en ligne directe au Sud de la Cime de la Bonette.
Ils ont été construits à 2 330 m d'altitude, sur la pente Ouest de la Tête Ronde (2 590 m), au Sud-Sud-Ouest du Col de la Moutière (2 454 m) où se trouve le petit ouvrage d'infanterie.

Pour s'y rendre, il faut emprunter la route descendant du Col de la Moutière vers Bayasse (Alpes-de-Haute-Provence) puis bifurquer sur le petit chemin qui part sur la gauche, environ 1 600 m en dessous du col, un peu avant le gros bloc rocheux dénommé « Pierre d'Annibal » sur la carte IGN ; les abris sont situés 800 m environ après l'embranchement.

Mission

Les abris alpins de la Moutière servaient uniquement de casernement pour deux sections d'infanterie et ils ne disposaient d'aucun emplacement de protection rapprochée.
On peut logiquement penser qu'ils servaient de cantonnement aux troupes occupant le petit-ouvrage du col de la Moutière mais cet emplacement parait toutefois bien éloigné du col  ; il est en effet à près de 2 500 m du petit-ouvrage, soit à environ 1 heure de marche.
Il ne s'agit pourtant pas d'un choix pris dans l'urgence à l'échelon local puisque la construction des abris avait été déjà retenue par la Commission de défense des frontières puis confirmée par la CORF.

Construction

Les abris alpins ont été construits à partir du début des années 1930. Ils forment une construction très originale, bien visible dans le paysage, de près de cinquante mètres de long, complètement enterrée à l'abri d'une falaise rocheuse.
La première partie de cette construction est totalement rectiligne, alors que la seconde forme un angle très ouvert avec la première ; c'est cette rupture en deux qui valut à cet ensemble la dénomination officielle d'abris et non d'abri.


Les abris sont essentiellement constitués de tôle cintrées, dites tôles métro, reposant sur des murets en béton, le tout étant recouvert de béton, de rochers et de terre. Leurs deux façades ne sont pas verticales mais en pente d'environ quarante-cinq degrés ; elles forment un beau mur en pierre sèches parfaitement ajustées.
L'accès à cet ensemble se fait par trois grosses portes blindées protégées par deux murs en béton présentant la même pente que la façade.
L'intérieur est très sommairement aménagés avec une cuisine, un cellier, deux grandes chambres pour la troupe et de petites chambres pour l'encadrement.
L'aération de cet ensemble est assuré par plusieurs petits blocs d'aération situés sur les dessus. Malgré son importance, il ne disposait d'aucun dispositif de ventilation forcée.
Les latrines sont situées aux Sud du bâtiment.

De nombreuses inscriptions et vestiges de la période antérieure à la guerre, ou de la fin de la guerre, sont encore visibles sur les murs et aux alentours des abris. On trouve notamment :

  • une table d'orientation en très mauvais état mais intacte alors que ce type d'aménagement a disparu ailleurs, par exemple à l'Avant-poste du col des Fourches ;
  • des inscriptions murales témoignant du passage de nombreuses unités, notamment de celles ayant participé à la construction en tant que main-d’œuvre militaire ;
  • des dalles gravées posées par terre ou posées sur des rochers avec les dates de passage de certaines unités et d'autres avec le temps pour atteindre certains lieux : Restefond (1 h 15), Bayasse (40 min)[1] et Les Fourches (2 h 30)[2].

Les combats

Les abris alpins n'ont pas été touchés par les combats de juin 1945 et de septembre 1944.

Etat actuel

Les abris alpins sont aujourd'hui abandonnés et totalement ouverts ce qui ne les met pas à l'abri des actes de vandalisme. Ils ne sont cependant pas totalement en ruine et ils mériteraient d'être protégés car ils constituent un exemple d'architecture militaire unique dans la région.

Sources

  • Henri Béraud, La seconde guerre mondiale dans les Hautes-Alpes et l'Ubaye, Société d'Etudes des Hautes-Alpes, 1990.
  • Philippe Lachal, Fortifications des Alpes, leur rôle dans les combats de 1939-1945, UBAYE-UBAYETTE-RESTEFOND, Editions du Fournel, 2006.
  • Général Etienne Plan et Eric Lefevre, La bataille des Alpes, 10-25 juin 1940, Charles Lavauzelle, 1982.
  • Claude Raybaud, Fortifications de l'époque moderne dans les Alpes-Maritimes, Serre éditeur, 1992.

Liens externes

Notes et références

  1. Cette durée semble notablement sous-estimée, tout au moins par comparaison au temps moyen de 1 h 30 estimé aujourd'hui.
  2. Même remarque que supra. On peut se demander par où passaient les alpins pour mettre 2 h 30 entre les abris et le camp des Fourches.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abris alpins de la Moutière de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Liste Des Ouvrages De La Ligne Maginot — Voici la liste des ouvrages de la Ligne Maginot répartis par Secteurs Fortifiés et types d ouvrages: Sommaire 1 Secteur fortifié de l Escaut 1.1 Petit ouvrage 1.2 Casemates …   Wikipédia en Français

  • Liste des ouvrages de la Ligne Maginot — Voici la liste des ouvrages de la Ligne Maginot répartis par Secteurs Fortifiés et types d ouvrages: Sommaire 1 Secteur fortifié de l Escaut 1.1 Petit ouvrage 1.2 Casemates …   Wikipédia en Français

  • Liste des ouvrages de la ligne maginot — Voici la liste des ouvrages de la Ligne Maginot répartis par Secteurs Fortifiés et types d ouvrages: Sommaire 1 Secteur fortifié de l Escaut 1.1 Petit ouvrage 1.2 Casemates …   Wikipédia en Français

  • Liste des ouvrages de la ligne Maginot — Voici la liste des ouvrages de la ligne Maginot répartis du nord au sud par secteurs et types d ouvrages : Sommaire 1 Frontière franco belge 1.1 Secteur défensif des Flandres 1.2 Secteur défensif de Lille …   Wikipédia en Français

  • Ouvrage de la ligne Maginot — L entrée des munitions de l ouvrage du Galgenberg (en Lorraine) en 2004, une des deux entrées de l ouvrage …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la ligne Maginot — Insigne du 28e RIF (régiment d infanterie de forteresse), reprenant la devise « on ne passe pas ». Ce régiment assurait la garde des fortifications autour de Neuf Brisach en 1939 …   Wikipédia en Français

  • Sous-secteur de Jausiers — Le sous secteur de Jausiers était une des circonscriptions tactiques et de commandement de la ligne Maginot des Alpes. Il dépendait du secteur Ubaye qui, avec le secteur de Briançon, formaient le Secteur fortifié du Dauphiné (SFD). Il commandait… …   Wikipédia en Français

  • SECTEUR FORTIFIE DE HAGUENEAU 1940 — Ligne Maginot Ouvrage du Hackenberg Bloc d Artillerie La ligne Maginot, du nom de l homme politique André Maginot[1], est une ligne de fortifications et de défense construite par la France le long de …   Wikipédia en Français

  • Secteur fortifié du Dauphiné — Carte de l organisation en secteurs de la ligne Maginot. Le secteur fortifié du Dauphiné (SFD) est une partie de la ligne Maginot, situé dans les Alpes entre le secteur fortifié de la Savoie au nord et le secteur fortifié des Alpes Maritimes au… …   Wikipédia en Français

  • Quartier Rougna — Le Quartier Rougna était le quartier[1] situé le plus au Sud du Secteur fortifié du Dauphiné de la Ligne Maginot et il était donc limitrophe du Secteur fortifié des Alpes Maritimes (SFAM). Sommaire 1 Situation 2 Unités du quartier …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”