Conde-sur-l'Escaut

Condé-sur-l'Escaut

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condé.
Condé-sur-l'Escaut

Fosse Ledoux en 1988.jpg

Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Canton Condé-sur-l'Escaut
(chef-lieu)
Code Insee abr. 59153
Code postal 59163
Maire
Mandat en cours
Daniel Bois
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole
Démographie
Population 10 121 hab. (2006)
Densité 550 hab./km²
Gentilé Condéens, Condéennes
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 00″ Nord
       3° 35′ 29″ Est
/ 50.450000, 3.591389
Altitudes mini. 10 m — maxi. 52 m
Superficie 18,4 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Condé-sur-l'Escaut est une commune française, située dans le département du Nord (59) et la région Nord-Pas-de-Calais.

Pendant la Révolution française la ville fut appelée Nord-Libre.

Sommaire

Géographie

Condé-sur-l'Escaut est située à 12 km au Nord-Est de Valenciennes, à 51 km de Lille, à 90 km de Bruxelles et à 239 km de Paris. La ville se trouve au confluent de la Haine et de l'Escaut.

Histoire

Le nom de Condé (-sur-l'Escaut) vient du celtique Cond(e), Condat(e), qui signifie « confluent » (ici celui de la Haine, aujourd'hui détournée, et de l'Escaut). Le nom est romanisé en Condatum à l'époque gallo-romaine avant de devenir Conde au XIVe siècle : renommée Nord-Libre en 1794 après la Révolution française, elle prend son nom actuel, « Condé-sur-l'Escaut » en 1886.

Situé en Gaule belgique à l'époque celtique, le site, qui a su de tout temps tirer profit de sa situation stratégique (tant militairement qu'économiquement), est occupé par les Nerviens puis par les Romains qui y installent un campement militaire. Les Francs s'y installent également à l'époque des Invasions et la région est évangélisée au VIIe siècle par saint Wasnon. L'église paroissiale lui est dédiée, tandis qu'une collégiale s'érige à proximité immédiate (actuellement place Verte) et se trouve placé sous le vocable de Notre-Dame. La fondation de ce Chapitre, qui fournit au pouvoir féodal son personnel administratif, remonte à la période mérovingienne, ainsi que l'attestent les fouilles archéologiques[1]. Deux siècles plus tard, Vikings, apparus une première fois en 855, s'y établissent provisoirement. En 880, remontant l'Escaut et dirigés par leur grand chef Rollon le Marcheur (incertain), ils prennent la place forte et y établissent un camp retranché avec un embryon de fortifications ; chassés en 885, ils réapparaissent dès l'année suivante jusqu'à leur expulsion définitive en 889.

La ville, très disputée, est tour à tour prise par les troupes flamandes de Jacques van Artevelde, par le roi de France Louis XIen 1477 [2] , par les Gueux, par les forces espagnoles de Don Juan d'Autriche, par le maréchal français Turenne. En 1655 et en 1656, la ville est défendue par, entre autres Vauban (qui ne commande pas[3]).

En 1676, le « Roi Soleil » s'empare de Condé (le siège est dirigé par Vauban[4]) qui devient définitivement française en 1678 par le traité de Nimègue. Vauban puis du Buat améliorent les fortifications de la vieille place forte ce qui n'empêche pas les troupes autrichiennes de François de Saxe-Cobourg d'occuper la ville après un blocus de 92 jours (10 juillet 1793). Débarrassée des Autrichiens le 3 septembre 1794, elle tombe aux mains des « Coalisés » lors de la chute de Napoléon (1815) : ils ne la quittent que trois années plus tard, en 1818.

La ville fut desservie par l'ancien réseau du tramway de Valenciennes de 1882 à 1966

En 1901, Condé-sur-l'Escaut perd son titre de place forte : l'État autorise alors son démantèlement en 1923 et durant la Seconde Guerre mondiale, la commune est occupée par les Allemands qui exploitent ses ouvriers et sa mine de charbon.

Le charbon est exploité à la fosse Ledoux jusqu'en 1989, date de la fermeture définitive de la mine, jusque-là première source d'emplois pour les hommes. Le site est détruit en 1991[5].

Mines : Houillères du Nord-Pas-de-Calais

Héraldique

Blason de la ville de Condé-sur-l'Escaut (59) Nord-France.svg

Les armes de Condé-sur-l'Escaut se blasonnent ainsi :"D'or à la fasce de gueules."

Administration

Condé-sur-l'Escaut est membre de la Communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole qui regroupe 35 communes

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2001 Daniel Bois PRG Réélu pour le mandat 2008-2014
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Ehess[6] et INSEE[7])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
- 5 978 6 679 7 021 5 350 5 297 5 103 5 025 5 110
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 710 5 804 4 642 4 964 4 346 4 621 5 172 4 772 4 481
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 960 5 310 5 213 4 503 6 708 7 228 7 053 7 114 9 137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
14 066 13 607 13 994 13 671 11 289 10 527 10 121 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Lieux et monuments

Voir "Bibliographie".

Personnalités liées à la commune

Jumelages

Voir aussi

Liens externes

Sources

  • Bruno Carpentier, Condé-sur-l'Escaut, Le Pagus Condatensis, Éditions Sopaic, Charleville-Mézières, 2004 (monographie historique de Condé-sur-l'Escaut)

Notes

  1. MALIET (V.) & GABRIEL (M.), 1997 - La collégiale Notre-Dame de Condé-sur-Escaut (Nord) : données archéologiques, Valentiana, 8, p. 7-20.
  2. page 414 - Statistique archéologique du Département du Nord - 1867 - archive de Harvard Collége Library - numérisé par google Books
  3. Martin Barros, Nicole Salat et Thierry Sarmant. Vauban - L’intelligence du territoire. Éditions Nicolas Chaudun et Service historique de l'armée, Paris, 2006. Préface de Jean Nouvel. 175 p, ISBN 2-35039-028-4, p 166
  4. Barros et alii, op. cit., p 167
  5. http://www.patrimoine-de-france.org/oeuvres/richesses-72-20000-136297-M127341-326860.html
  6. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  7. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  • Portail du Nord-Pas-de-Calais Portail du Nord-Pas-de-Calais
Ce document provient de « Cond%C3%A9-sur-l%27Escaut ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Conde-sur-l'Escaut de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Condé sur l'Escaut — Pour les articles homonymes, voir Condé. Condé sur l Escaut …   Wikipédia en Français

  • Condé sur l’Escaut — Condé sur l Escaut Pour les articles homonymes, voir Condé. Condé sur l Escaut …   Wikipédia en Français

  • Condé-sur-l'Escaut — Condé sur l Escaut …   Wikipedia

  • Condé-sur-l'Escaut — Condé sur l’Escaut …   Deutsch Wikipedia

  • Condé-sur-l’Escaut — Condé sur l’Escaut …   Deutsch Wikipedia

  • Condé-sur-l'Escaut — País …   Wikipedia Español

  • Condé-sur-l'Escaut — Pour les articles homonymes, voir Condé. 50° 27′ 00″ N 3° 35′ 29″ E …   Wikipédia en Français

  • Conde-sur-l'Escaut — Original name in latin Cond sur l Escaut Name in other language Condate ad Scaldim, Conde, Conde sur Escaut, Conde sur l Escaut, Cond Cond sur Escaut, Cond sur l Escaut, Cond sur l’Escaut, Konde sir l Esko, Konde sjur l Ehsko, Konde sjur l Esko,… …   Cities with a population over 1000 database

  • Chateau de Nicolas d'Avesnes a Conde-sur-l'Escaut — Château de Nicolas d Avesnes à Condé sur l Escaut Condé sur l Escaut (Nord) compte trois châteaux méritant le détour : celui d Emmanuel de Croÿ, (XVIIIe siècle) blotti au cœur de la forêt domaniale de Bonsecours (le plus connu) ;… …   Wikipédia en Français

  • Château De Nicolas D'Avesnes À Condé-sur-l'Escaut — Condé sur l Escaut (Nord) compte trois châteaux méritant le détour : celui d Emmanuel de Croÿ, (XVIIIe siècle) blotti au cœur de la forêt domaniale de Bonsecours (le plus connu) ; celui de Bailleul, dont l existence est attestée… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”