Abraham Breguet
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Breguet.
Abraham Breguet
Abraham Louis Breguet 02.jpg
Nom de naissance Abraham Louis Breguet
Naissance 1747
Neuchâtel
Décès 1823 (à 76 ans)
Paris
Nationalité Française
Profession Horloger, physicien
Famille Breguet

Abraham Louis Breguet[1], né à Neuchâtel le 10 janvier 1747 et mort à Paris le 17 septembre 1823, est un horloger et physicien français.

Sommaire

Biographie

Né en 1747 à Neuchâtel de parents huguenots, Breguet ne révèle, de prime abord, aucune disposition particulière. Lors de sa quinzième année, il est placé en apprentissage d’horlogerie par son beau-père, lui-même horloger, à Les Verrières, dans le Val-de-Travers. Il perd ensuite sa mère avec son beau père et se voit chargé de pourvoir à l’existence de sa sœur aînée[2].

Abraham-Louis poursuit ensuite sa formation à Versailles et y restera dix années. Durant celles-ci, il rencontre Ferdinand Berthoud et Jean-Antoine Lépine qui lui enseignent l’art de l’horlogerie. Après avoir longuement étudié dans ce domaine, il fonde en 1775 la maison d’horlogerie Breguet à Paris. Cinq ans plus tard, il est connu au niveau international suite à ses fabuleuses inventions et perfectionnements apportés sur des montres alors déjà inventées[2].

Il perfectionne les montres perpétuelles qui se remontent toutes seules par le mouvement qu’on leur imprime en marchant, invente des ressorts-timbres, des cadratures de répétition, des échappements de toutes sortes, d’une délicatesse et d’une précision inouïes jusqu’alors, et emploie le premier les rubis en horlogerie pour les parties frottantes. Il est le concepteur de la montre-bracelet, en 1812, et du mécanisme tourbillon.

Cet habile mécanicien dans l’art de l’horlogerie devint alors rapidement un maître dans son art, inventant et fabriquant des instruments scientifiques pour les physiciens et les astronomes. Il enrichit la science d’un grand nombre de chronomètres, de pendules astronomiques, d’horloges marines et de thermomètres métalliques. L’établissement commercial qu’il fonda fut bientôt célèbre. On raconte qu’un des premiers artistes de l’Angleterre en ce genre, Arnold, ayant eu l’occasion de voir un des ouvrages sortis de ses mains, conçut de lui une telle estime qu’il fit exprès le voyage de Paris pour venir lui rendre hommage. Les deux rivaux se lièrent d’amitié et Breguet confia à son nouvel ami son fils Louis qui promettait de marcher sur leurs traces.

Breguet devient maître horloger en 1784. Cinq ans plus tard, dans un climat de terreur consécutif à la révolution française, Marat, un ami d’Abraham-Louis, conseille à ce dernier de quitter la France. Ce dernier avait effectivement été fournisseur à la cour de la reine. Breguet se réfugie donc en Suisse. Il y reste durant 3 ans et s’établit tour à tour dans les villes de Genève, de Fribourg et du Locle. Abraham-Louis revient à Paris en 1792 après avoir acquis la citoyenneté française. La maison Breguet est alors à son plus haut niveau grâce à son succès commercial[3].

Buste de Breguet
au cimetière du Père-Lachaise.

Dès lors, toute sa carrière ne fut plus qu’une longue suite d’inventions et de perfectionnements. « II a porté à un degré extraordinaire l’art le plus difficile peut-être, et sans doute l’un des plus importants que l’industrie humaine ait produits, celui de mesurer le temps avec précision. Il a enrichi d’une multitude de procédés nouveaux le commerce de l’horlogerie, la navigation, l’astronomie et la physique. […] M. Breguet a perfectionné successivement toutes les branches de son art. Les plus importantes sont celles qui lui doivent le plus de progrès, et ce qui est remarquable, elles ont reçu de lui presque toujours une simplicité inattendue[4]. »

En 1810, il fabrique la première montre bracelet qu’il vend à Caroline Murat, alors reine de Naples[5].

Après la mort de Berthoud, Breguet fut choisi pour le remplacer comme horloger de la marine, et le Bureau des longitudes l’admit au nombre de ses membres. Puis, par ordonnance royale de 1816, il prit place à l’Académie des sciences, section de mécanique. Il était également chevalier de la Légion d'honneur.

Lorsque la mort le surprit, Breguet s’occupait d’un grand travail sur l’horlogerie. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

La maison Breguet est alors logiquement reprise par son fils Antoine-louis[5]. Suite à une faillite en 1987 la prestigieuse maison est rachetée par Investors Corporation puis par Swatch Group en 1999, elle est depuis délocalisée à L'Abbaye, village de la vallée de Joux dans le canton de Vaud en Suisse en lieu et place de la défunte Nouvelle Lémania.

Marie-Antoinette, Napoléon, Talleyrand, l’impératrice Joséphine, la reine Victoria et Winston Churchill, entre autres, possédèrent des montres Breguet[6].


Son petit-fils, Louis Breguet, participa avec Antoine Masson à la réalisation d’une bobine d’induction perfectionnée par Heinrich Daniel Ruhmkorff (bobine de Ruhmkorff).

Inventions

Publicité Brequet en 1783. Montre établie en 1783 pour la reine Marie-Antoinette
Thermomètre entièrement métallique de Breguet, remarquable par sa grande sensibilité.

De toutes les inventions d’Abraham-Louis, nous présenterons principalement celles relatives aux montres, bien que celui-ci ait également découvert de nombreux mécanismes pour les chronomètres et les pendules. Breguet s’est même mis au service de la science en créant par exemple le Chronomètre de marine[7].

Il fabrique tout d’abord des montres qu’il qualifie de « simples ». En effet, celles-ci ne sont pas munies de complications mécaniques ou de prétention chronométrique[8].

Il développe d’autre part des montres à tact qui possèdent une aiguille à l’extérieur de leur boite et douze boulons répartis autour d’elle. Lorsque l’on pousse l’aiguille jusqu’à ce qu’elle se bloque automatiquement, le positionnement de cette dernière par rapport aux douze boulons détermine l’heure[8].

En 1783, il invente le ressort-timbre pour les montres à répétition[5].

En 1790, il dévoile un dispositif anti-choc « pare-chute »[9].

En 1795, il invente un spiral, dit « spiral Breguet » dont la courbe terminale se trouve sur un plan différent afin que ce spiral se développe concentriquement[9],[10].

Sa première grande trouvaille est une montre équipée d’un mécanisme qui permet de remonter celle-ci automatiquement. Pour cela, il faut simplement que celui qui la porte marche. Son mécanisme est en effet pourvu d'une masse ou « rotor » qui par l'intermédiaire d'un rouage démultiplicateur remonte le ressort moteur de la montre au moindre geste de son porteur. Cette montre, appelée perpétuelle, est un énorme succès. La Reine de France Marie-Antoinette avait commandé une montre extrêmement sophistiquée qu'elle ne vit jamais, la "Marie-Antoinette". Le Duc d’Orléans en possédait également. Parmi les clients célèbres de Breguet, nous pouvons encore citer le roi Louis XVI[11].

L’une des autres grandes inventions d’Abraham-Louis est le tourbillon qu’il invente en 1801 mais ne dévoile au public qu’en 1806. Le tourbillon est le nom donné à un mécanisme qui permet d’équilibrer les différentes pièces qui se trouvent dans une montre. En effet, avant cette fabuleuse invention, le balancier et le spiral de la montre créaient un déséquilibre. Pour résoudre ce problème il fallait que « le centre de gravité du système balancier-spiral soit au centre de rotation et s'y maintienne pendant les oscillations »[12]. Breguet trouve une solution à ce problème lors d’un séjour en Suisse. Il invente un mécanisme qui impose une rotation à l’ensemble échappement-balancier, ce qui l’oblige à prendre toutes les positions. La rotation est alors d’un tour par minute[12].

Bibliographie

  • Emmanuel Breguet, Breguet horloger depuis 1775, vie et postérité d'Abraham-Louis Breguet (1747-1823), Paris, éd. Alain de Gourcuff, 1997, rééd. 2001 (ISBN 978-2-909838-17-5)
  • Emmanuel Breguet, Nicole Minder et Rodolphe de Pierri, Abraham-Louis Breguet. L'horlogerie à la conquête du monde, Paris, Somogy, 2011 (ISBN 978-2-7572-0267-8)

Notes et références

  1. Son nom s’écrit sans accent aigu ainsi que toutes les montres signées Breguet, depuis le début, mais on prononce généralement "bréguet" ; voir Site de Breguet, chronologie
  2. a et b http://www.lacotedesmontres.com/la-saga-des-montres-breguet-No_209.htm
  3. “A.-L. Breguet pendant la révolution” Alfred Chapuis avec la collaboration de Claude Breguet; édition du Griffon p.27-28
  4. M. Fourier, Éloge lu à l’Académie des sciences, 5 juin 1826.
  5. a, b et c http://www.lacotedesmontres.com/L-histoire-des-montres-Breguet-No_106.htm
  6. Site de Breguet, clients célèbres.
  7. « L’œuvre d’Abraham-Louis Breguet » dans Catalogue de l’exposition organisée au Musée International d’Horlogerie à La Chaud-de-Fonds – Suisse, du 15 au 20 septembre 1976 par George Daniels, Musée international de l’Horlogerie, 1976, p. 6.
  8. a et b idem p.17
  9. a et b Abraham Louis Breguet sur hautehorlogerie.com.
  10. Spiral plat coudé ou Bréguet sur hautehorlogerie.org. Consulté le 10 décembre 2008
  11. «L’œuvre d’Abraham-Louis Breguet» dans Catalogue de l’exposition organisée au Musée International d’Horlogerie à La Chaud-de-Fonds – Suisse, du 15 au 20 septembre 1976, George Daniels, Musée international de l’Horlogerie, 1976, p. 5.
  12. a et b Tourbillon sur horlogerie-suisse.com.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources

  • E. Haag, La France protestante, t. III, Paris, Librairie Sandoz et Fischbacher, 1881, p. 100.

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abraham Breguet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abraham-Louis Breguet — Abraham Breguet Pour les articles homonymes, voir Breguet. Abraham Breguet …   Wikipédia en Français

  • Abraham Louis Breguet — Abraham Breguet Pour les articles homonymes, voir Breguet. Abraham Breguet …   Wikipédia en Français

  • Breguet (Montre) — Logo de Breguet Société mère Swatch Group Site Web www.breguet.ch …   Wikipédia en Français

  • Breguet (montre) — Logo de Breguet (montre) Société mère Swatch Group Site web …   Wikipédia en Français

  • Abraham-Louis Breguet — Born 10 January 1747(1747 01 10) Neuchâtel, Switzerland Died 17 September 1823 …   Wikipedia

  • Abraham Louis Breguet — Breguet Abraham Louis Breguet (* 10. Januar 1747 in Neuchâtel; † 17. September 1823 in Paris) war ein Schweizer Uhrmacher und Mechaniker. Er fertigte doppelte astronomische Uhren, doppelte Chronometer, Seeuhren, sympathetische Pendelwerke und… …   Deutsch Wikipedia

  • Abraham Louis Breguet — Nacimiento …   Wikipedia Español

  • Breguet — Saltar a navegación, búsqueda Un reloj Breguet Breguet es una manufactura relojera que elabora relojes de lujo y alta joyería suiza, fundada por Abraham Louis Breguet en París en 1775. Pionera en el uso de tecnologías mecánicas aplicadas a la fab …   Wikipedia Español

  • Abraham Louis Breguet — or Bréguet (10 January 1747 ndash; 17 September 1823), born in Neuchâtel in Switzerland, made many innovations in the course of a career in watchmaking in France. He studied watchmaking in France and in England and invented different escapement… …   Wikipedia

  • Breguet - Sabin (metro de Paris) — Bréguet Sabin (métro de Paris) Bréguet Sabin …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”