Abraham Bloemaert
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloemaert.
Abraham Bloemaert
Portrait d'A. Bloemaert gravé par Jean Meyssens
Portrait d'A. Bloemaert gravé par Jean Meyssens

Naissance 25 décembre 1564
Gorinchem
Décès 27 janvier 1651
Utrecht
Nationalité néerlandaise
Provinces-Unies Provinces-Unies
Activité(s) Peintre
Maître Cornelis Bloemaert
Élèves Jan Van Bijlert,
Hendrick Bloemaert,
Ferdinand Bol,
Andries Both,
Jan Both,
Hendrick Ter Brugghen,
Jacob Cuyp,
Wybrand De Geest,
Gerrit Van Honthorst,
Willem Van Honthorst,
Nicolaus Knüpfer,
Cornelis Van Poelenburgh,
Jan Baptist Weenix
Mouvement artistique maniérisme
caravagisme
Influencé par Le Caravage
Niobé pleurant ses enfants, huile sur toile, 204 x 249,5 cm, 1591. – Exemple du maniérisme de Bloemaert.
Les Disciples d'Emmaus, huile sur toile, 1622 (Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, Anvers). – Œuvre de Bloemaert marquée par le caravagisme.
La Marchande d'œufs, huile sur toile, 76 cm × 58 cm, 1632 (Rijksmuseum, Amsterdam).

Abraham Bloemaert, né le 25 décembre 1564 à Gorinchem et mort le 27 janvier 1651 à Utrecht, est un peintre et graveur néerlandais (Provinces-unies) du siècle d'or.

Il forme de nombreux élèves et exerce une très forte influence sur le développement de l'art pictural à Utrecht à la charnière entre les XVIe et XVIIe siècles, et plus tard ; de ce fait, il est considéré comme le père de l’école picturale de cette ville. Il compte parmi les représentants les plus importants du maniérisme dans les Pays-Bas septentrionaux. Après une brève période caravagesque, son style évolue progressivement vers le classicisme.

Sommaire

Biographie

Abraham Bloemaert naît à Gorinchem le jour de Noël 1564[1],[2]. C'est tout d’abord son père, l'architecte et sculpteur Cornelis Bloemaert, qui l'initie à l'art pictural. Vers 1575, la famille vient s'installer à Utrecht, où le jeune garçon poursuit son apprentissage chez le peintre de décors Gerrit Splinter et chez Joos De Beer[1] ; toutefois, si l’on en croit Carel Van Mander, il n’aurait appris que peu de choses auprès de ces derniers.

En 1581, il part pour Paris, où il devient l’élève de Jean Bassot[3] et de Hieronymus Francken ; son séjour dure jusqu'en 1583[1]. Ensuite, après avoir passé quelque temps à Fontainebleau, il revient à Utrecht.

En 1591, il s'établit à Amsterdam ; il est inscrit comme citoyen de la ville à l'automne de la même année[4]. Il s'y marie une première fois en 1592 avec une Utrechtoise du nom de Judith Van Schonenburch. L'année suivante, son père meurt, et Bloemart décide de revenir à Utrecht[4], où il reste actif jusqu'à la fin de sa vie.

En 1594[4], à Utrecht, Bloemaert est désigné comme doyen de la guilde des selliers, dont les artistes faisaient alors partie. Il devient citoyen de la ville quelque temps plus tard[4]. En 1599, sa femme meurt sans progéniture et, l'année suivante, il épouse en seconde noce Gerarda De Roij, une union de laquelle naîtront cette fois huit enfants au moins.

En 1611, Bloemaert figure parmi les fondateurs de la guilde de Saint-Luc d’Utrecht, au sein de laquelle il occupe la fonction de doyen en 1618. Entre-temps, en 1612, en compagnie de Paulus Moreelse, il avait également fondé une académie de dessin, la « Tekenacademie ».

À cette époque, les affaires de Bloemaert sont florissantes puisqu'en 1617, il fait l'acquisition d'une grande maison au Mariakerkhof, qui constituait alors le centre de la communauté catholique à Utrecht. Malgré sa réputation et sa bonne situation, il ne prend jamais part à la vie politique de la ville, contrairement à Moreelse, qui était quant à lui protestant. La conviction religieuse catholique de Bloemaert lui permet toutefois d’obtenir différentes commandes venant des Pays-Bas méridionaux.

Bloemaert a de bons contact dans le monde intellectuel ; c'est ainsi que l'on trouve par exemple, appartenant à son cercle d’amis, Aernout Van Buchel, un spécialiste des antiquités d’Utrecht. En 1626, l’atelier de Bloemaert est honoré de la visite d’Elizabeth Stuart, reine de Bohême en exil et, l’année suivante, c'est le peintre Rubens qui vient le rencontrer.

Abraham Bloemaert meurt le 27 janvier 1651. Il est enterré dans la Catharijnekerk (cathédrale Sainte-Catherine) à Utrecht.

Bloemaert dut être un maître fort doué, car ses quatre fils, dont Cornelius Bloemaert, deviennent peintres, et il en forme de nombreux d’autres. Du fait que beaucoup de ses élèves deviennent par la suite très connus, il est appelé le père de l’école d’Utrecht du XVIIe siècle.

Œuvre

On connaît de Bloemaert non seulement quelque deux cents peintures, mais également environ mille dessins et six cents gravures. Il peint surtout des paysages, des scènes mythologiques et bibliques, mais aussi des œuvres pastorales. Il emploie des couleurs chatoyantes, et ses personnages sont généreux et élégants.

Au départ, Bloemart peint ses pièces historiques dans un style extrêmement maniéré, apparenté à celui de Cornelis Van Haarlem et Joachim Wtewael. Ses paysages sont davantage greffés sur la tradition flamande. À partir de 1600 environ, il introduit un classicisme modéré dans son œuvre, comparable à celui de Hendrick Goltzius à Haarlem.

Par le truchement de ses élèves qui avaient voyagé en Italie, il découvre par la suite le clair-obscur du Caravage. Après une brève période caravagesque au début des années 1620, son style pictural finit par être de plus en plus lisse et uni, de sorte que l’on peut considérer que ses dernières peintures appartiennent au classicisme, bien qu’il ne sût jamais complètement réfréner son pinceau élégant.

Grâce aux gravures de ses fils, l’œuvre de Bloemart fut largement propagée, et ses dessins ont servi de support d’étude jusqu’au XIXe siècle.

Parmi ses œuvres les plus remarquables, on peut citer :

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes

  1. a, b et c A. Van der Willigen/ F.G. Meijer (2003)
  2. Selon Carel Van Mander, l'artiste est âgé de 37 ans le jour de Noël 1604. – Cités par le Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie (RKD).
  3. À Paris, il travaille avec Bassot et « Maître Henri » : Allgemeines Künstlerlexikon (1995).
  4. a, b, c et d Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie (RKD).
  5. Rembrandt et son temps, catalogue d'exposition (Europalia 71), Bruxelles, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, 1971, p. 23.

Bibliographie

  • Rembrandt et son temps, catalogue d'exposition (Europalia 71), Bruxelles, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, 1971, p. 23.
  • (de) Allgemeines Künstlerlexikon. Die Bildenden Künstler aller Zeiten und Völker, K.G. Saur, München-Leipzig, 1992. Vol. 11 (1995), p. 547 et suiv.
  • (en) Adriaan Van der Willigen et Fred G. Meijer, A Dictionary of Dutch and Flemish Still-life Painters Working in Oils, Primavera, Leiden, 2003 (ISBN 978-90-74310-85-7), p. 39.
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abraham Bloemaert de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abraham Bloemaert — (1566, Gorinchem January 27, 1651, Utrecht), was a Dutch painter and printmaker in etching and engraving.Bloemaert was the son of an architect, who moved his family to Utrecht in 1575, where Abraham was first a pupil of Gerrit Splinter (pupil of… …   Wikipedia

  • Abraham Bloemaert — Portrait Abraham Bloemaerts von Johannes Meyssens …   Deutsch Wikipedia

  • Abraham Bloemaert — Pastora (1600), cuadro de Abraham Blomaert. Óleo sobre lienzo, 104 × 84 cm (Galería Nacional de Arte de Karlsruhe). Abraham Bloemaert (1566, Gorinchem[1] 2 …   Wikipedia Español

  • Abraham (Prénom) — Pour les articles homonymes, voir Abraham (homonymie). Abraham est un prénom masculin d origine hébraïque. Il signifie ami privilégié (de Dieu) . Sommaire 1 Origine du nom 2 Var …   Wikipédia en Français

  • Abraham (prenom) — Abraham (prénom) Pour les articles homonymes, voir Abraham (homonymie). Abraham est un prénom masculin d origine hébraïque. Il signifie ami privilégié (de Dieu) . Sommaire 1 Origine du nom 2 Var …   Wikipédia en Français

  • Bloemaert — Landschaft mit dem predigendem Johannes dem Täufer von Abraham Bloemaert Die Schäferin, 1600 Abraham Bloemaert (* 25. Dezember …   Deutsch Wikipedia

  • Bloemaert — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Bloemaert Famille de peintres et de graveurs flamands qui produisit dans le XVIe siècle et le XVIIe siècle plusieurs artistes distingués.… …   Wikipédia en Français

  • Abraham (nombre) — Este artículo trata sobre el nombre propio. Para el personaje bíblico, véase Abraham. Abraham El patriarca Abraham Origen Hebreo …   Wikipedia Español

  • Abraham (prénom) — Pour les articles homonymes, voir Abraham (homonymie). Sur les autres projets Wikimedia : « Abraham (prénom) », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Abraham est un prénom masculin d origine hébraïque. Il signifie ami… …   Wikipédia en Français

  • Bloemaert —   [ bluːmaːrt], Abraham Cornelisz., niederländischer Maler, Zeichner und Kupferstecher, * Gorinchem 25. 12. 1566, ✝ Utrecht 13. 1. 1651. Seine Frühwerke, manieristische Kompositionen mit heftig bewegten, lang gezogenen Figuren, sind stilistisch… …   Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”