Abou Gosh
Abou Gosh
(he) אבו גוש (ar) أبو غوش
Abu Ghosh1.JPG
Données générales
Pays Drapeau d'Israël Israël
District District de Jérusalem
Situation géographique et statistique
Localisation de Abou Gosh en Israël
Abou Gosh
Superficie
1,887 km2
Altitude
684‏ m
Population
6 200 hab.
(2008)
Densité
3 286 hab./km²
Coordonnées 31° 48′ 17″ N 35° 06′ 45″ E / 31.8048, 35.112431° 48′ 17″ Nord
       35° 06′ 45″ Est
/ 31.8048, 35.1124
  
Politique

Abou Gosh est un village israélien (conseil local du district de Jérusalem) dont la population est majoritairement arabe.

Le nom précédent de Abou-Gosh était "Karyat el-Anab" (la "ville du raisin" en arabe) car se trouvant à l'emplacement de l'ancien village biblique de "Kiryat-Anavim" (la "ville du raisin" en hébreu). Les vestiges les plus anciens datent de l'époque néolithique, à proximité des sources d'eau naturelles situées dans le village et dont la découverte date de 1950, sous la direction de l'archéologue français André Parrot et de son équipe. Quant aux vestiges de l'époque du Second Temple, 2 complexes d'inhumation sont découverts lors des fouilles archéologiques menées par les moines bénédictins installés à Abou Gosh, en 1923.

L'appellation du lieu Abou-Gosh provient du nom de la famille propriétaire du terrain depuis le XVIe siècle. La famille Abou-Gosh fut une famille musulmane originaire du Caucase. On estime que 98% de la population musulmane de Abou-Gosh est descendante de cette famille. Au cours des XVIIIe et XIXe siècle, la famille Abou-Gosh se rend célèbre dans la région, puisque perceptrice des taxes de passage sur la route menant à Jérusalem, mais également grâce aux relations d'amitié qu'elle a su tisser avec la population juive. Il faut signaler que, même au plus fort de la Guerre d'Indépendance, la population arabe de Abou-Gosh n'a jamais pris part aux conflits entre Juifs et Arabes.

Dans le village, au fond de la vallée et à proximité de la source d'eau Eïn-Marzouk, est dressé un camp militaire à l'époque romaine, semblable à ceux retrouvés au Qastel et à Motza. Plusieurs écritures gravées dans la roche ont été retrouvées, laissées par la Xe légion romaine, notamment une stèle qui soutient maintenant un mur de l’Abbaye d’Abu-Gosh.

Sur les vestiges du camp romain abandonné, au IXe siècle durant l'époque arabe et sous la dynastie des Abassides, est construit un caravansérail fortifié, comme celui retrouvé à Ramla. Il sert alors de point de surveillance sur la route menant à Jérusalem. C'est à cette époque que le village prend le nom de Karyat el-Anab.

Monastère bénédictin d'Abou Gosh
Détail des fresques de l'église des Croisés d'Abou Gosh.

A l'époque médiévale, les Croisés construisent à l'emplacement une église et un monastère, restauré depuis[1]. Ces derniers sont à plusieurs reprises détruits par les armées musulmanes turque et caucasienne. En 1875, le terrain est offert à l'Empereur Napoléon III par le Sultan ottoman Abdulaziz, en compensation de sa perte de l’église Église Saint Georges de Lydda dont s’étaient emparés les grecs orthodoxes en 1871[2], et le monastère confié successivement aux moines franciscains, lazaristes puis Olivétains. Cette commanderie Croisée est territoire français[3]. Jusqu'à aujourd'hui la source de Eïn-Marzouk sert de crypte à l'édifice religieux. Lors de la guerre israélo-arabe de 1948, le monastère est utilisé comme infirmerie improvisée par l'unité Harel.

Le village abrite les restes d'une implantation du Néolithique, les vestiges d'un caravansérail de l'époque arabe, une église moderne située sur le point culminant du lieu, abritant lui-même quelques vestiges archéologiques et une église et un monastère croisés (propriété de la France au même titre que l'église Saint-Anne, l'Eléona et le tombeau des Rois à Jérusalem), cette ancienne commanderie croisée a été bâtie par l'Ordre des hospitaliers pour héberger les pèlerins. Elle est l'un des plus beaux vestiges de l'architecture franque en Terre Sainte.

Références

  1. http://www.abbaye-abugosh.info/
  2. Abou Gosh Le site fut progressivement restauré par la France et une communauté des moines bénédictins olivétains du Bec-Hellouin, puis de moniales, s’y installa à partir de 1976.
  3. http://www.consulfrance-jerusalem.org/france_jerusalem/spip.php?article2666 Site du consulat de France en Israël

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abou Gosh de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abu Ghosh — Abou Gosh Abou Gosh (he) אבו גוש (ar) أبو غوش Données générales Pays …   Wikipédia en Français

  • АБУ-ГОШ — Абу Гош. Сев. неф и крипта ц. св. Иоанна. Продольный разрез. Акварель Пьелла. 1901 г. Абу Гош. Сев. неф и крипта ц. св. Иоанна. Продольный разрез. Акварель Пьелла. 1901 г. (Карьет эль Энаб), придорожное селение в Иудее (12 км на северо запад от… …   Православная энциклопедия

  • Jean-Baptiste Gourion — de son nom de naissance Jean Louis Gourion (né à Oran le 24 octobre 1934 mort à Jérusalem le 23 juin 2005) fut évêque auxiliaire de Jérusalem, chargé de la Communauté catholique hébraïque d Israël. Ayant reçu le baptême en 1958 à l abbaye… …   Wikipédia en Français

  • Jean-baptiste gourion — de son nom de naissance Jean Louis Gourion (né à Oran le 24 octobre 1934 mort à Jérusalem le 23 juin 2005) fut évêque auxiliaire de Jérusalem, chargé de la Communauté catholique hébraïque d Israël. Ayant reçu le baptème en 1958 à l abbaye… …   Wikipédia en Français

  • Mgr Gourion — Jean Baptiste Gourion Jean Baptiste Gourion de son nom de naissance Jean Louis Gourion (né à Oran le 24 octobre 1934 mort à Jérusalem le 23 juin 2005) fut évêque auxiliaire de Jérusalem, chargé de la Communauté catholique hébraïque d Israël.… …   Wikipédia en Français

  • David Marcus — Pour les articles homonymes, voir Marcus. David Marcus …   Wikipédia en Français

  • Dom Grammont — Paul Grammont Dom Paul Grammont en 1980. Dom Paul Grammont était un religieux bénédictin français, né le 20 février 1911 à Troyes et mort le 30 juillet 1989 au Bec Hellouin. Il repose dans le chœur de l église abbatiale du …   Wikipédia en Français

  • Dom Paul Grammont — Paul Grammont Dom Paul Grammont en 1980. Dom Paul Grammont était un religieux bénédictin français, né le 20 février 1911 à Troyes et mort le 30 juillet 1989 au Bec Hellouin. Il repose dans le chœur de l église abbatiale du …   Wikipédia en Français

  • Paul Grammont — Pour les articles homonymes, voir Grammont. Dom Paul Grammont en 1980. Dom Paul Grammont était un religieux bénédictin français, né le 20 février  …   Wikipédia en Français

  • Gourion — Jean Baptiste Gourion OSB (* 24. Oktober 1934 in Oran; † 23. Juni 2005 in Jerusalem) war ein Benediktiner Abt jüdischer Herkunft und römisch katholischer Weihbischof im Lateinischen Patriarchat von Jerusalem. Leben Jean Louis Gourion entstammte… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”