Abendanan

Abendanan désigne une dynastie de rabbins d'Espagne et du Maroc. C'est le nom de la grande synagogue de Fès au Maroc. Le nom d'AbenDanan, d'origine antique, dériverait soit de l'hébreu, soit de l'araméen.

Aujourd'hui des recherches généalogiques poussées attestent que la famille AbenDanan descend de père en fils du Rambam Maimonide.

Sommaire

Le nom d’Aben-Danan

Ces nom est représenté par une célèbre famille de rabbins sépharades d'origine espagnole (XIIIe siècle au XVe siècle), puis tunisien, à la suite de l'Expulsion, notammment à Fès. Ils semblent s'être déplacés dans les deux sens, de la péninsule ibérique à l'ensemble de l'Afrique du Nord, participant ainsi des liens étroits d'interdépendance dont est issu l'hébraïsme ibéro-maghrébin. On pense que le nom "Danan" est d'origine babylonienne. Les Danan auraient mené la diaspora marocaine juive antique, appelée Toshavim (les habitants), qui s'est distinguée en maintenant intacts et concordants les rituels palestino-babyloniens avec les actes rabbiniques pendant l'Exil de Babylone.

Le préfixe Aben- ou Ibn- synonyme d'Avi, implique comme Bar ou Ben la filiation, mais avec une connotation de distinction, comme dans le cas des "Abencérages" ou d'"Ibn Saoud". Ici, ce préfixe est prolongée par la racine Dan (ce qui pourrait lier ce nom à la tribu de Dan, un des enfants de Jacob). Il peut aussi être associé à la pratique juridique comme l'implique le terme dan, qui signifie juger en hébreu. Enfin, Danan peut aussi être une transformation araméenne du prénom Dan ou Daniel durant l'Exil de Babylone.

D'autres variations du nom sont possibles pour Abendanan selon la langue et le pays de la personne. Citons Aben-Danan, IbnDanan, AbenDana, BenDanan, et, bien entendu, les Danan, tout court…

La famille Abendanan

Abendanan est un nom de famille notamment porté par :

  • Abendanan Chémouèl Elfassi (Grenade, 1452?- Fès, 1556?). Originaire d'Espagne. Fils de Rabbi Abendanan Saadia ben Moché et père de rabbi Chémouèl Abendanan, il fut rabbin et notaire à Grenade avant de l'être à Fès après l'expulsion de 1492. Dirigeant communautaire important, il est l'auteur de plusieurs chroniques et de nombreux commentaires talmudiques. Il fut également président du Tribunal rabbinique de Fès.
  • Abendanan Chémouèl (Fès, 1542- Fès, 1621). Originaire du Maroc. Petit-fils de rabbi Abendanan Saadia ben Moché, fils de rabbi Chémouèl Abendanan Elfassi. Il fut, comme son père, rabbin et notaire à Fès et l'auteur de plusieurs chroniques et de nombreux commentaires sur le Talmud. Il fut également un dirigeant communautaire important et président du Tribunal rabbinique de Fès. À ce titre, il fut l'un des rabbins qui participèrent à l'ordination de Rabbi Yossef Karo, l'auteur du Choulhan Aroukh (La Table dressée), code principal du judaïsme arabo-andalou.
  • Enfin, l'on retrouve, au XVe et XVIe siècles, trace du passage de certains AbenDanan dans d'autres pays européens tels que la Hollande et la Grande-Bretagne.
  • Rabbi Chelomo Abendanan (1848-1928). Descendant en droite ligne, de père en fils, d'un des piliers du judaïsme le Rambam (Maïmonide) et du côté maternel de Rabbénou Tam, petit-fils de Rachi.
    Il est issu d'une famille dont beaucoup de membres furent Rabbanim ou Dayanim (juges).
    Dès l'âge de 18 ans, il étudie la Kabbale et devient un kabbaliste renommé. À 30 ans, il devient président du Tribunal rabbinique de Fès, ville dans laquelle il occupera cette charge pendant cinquante ans, excepté un an où il fut nommé au Haut-Tribunal rabbinique de Rabat.
    La synagogue Aben Danan fut son lieu de prière habituel. Il écrivit deux ouvrages fondamentaux qui servent aujourd'hui de référence dans les décisions de « Halakha » : Asher Li Shlomo et Bikésh Shlomo.
    Il meurt en 1928 à la sortie de Shabbat, juste après la prière de la Havdalah. Cette année-là, il avait omis de dire le soir de Yom Kippour, dans la prière de Kol Nidre, la phrase : « à partir de ce Yom Kippour-ci jusqu'à celui de l'année prochaine ». Il fut inhumé le lendemain, accompagné par des milliers de Juifs venus de toutes les villes du Maroc, ainsi que par les membres du gouvernement et les représentants de tous les cultes.
  • Rabbi Tsione Aben-Danan (1910 - 2000) lui aussi descendant du Rambam de père en fils. Il exerça le rôle de juge (Dayane et Roch av beit din) mais aussi de Sofer (scribe) et Chohet - Mohel dans les villes de Rabat et d'Oujda pendant plus de 40 ans. Eminente personnalité du judaïsme marocain du dernier siècle, il décéda le jour du jeune du 10 Tevet et fut enterré au cimetière de Har HaMenouhot à Jérusalem. Son enterrement a mobilisé de très nombreuses personnalités religieuses et notamment le rav Chalom Messas Zatsal ancien grand rabbin de Jérusalem qui avait siégé avec lui au tribunal Rabbinique. Son épouse, la rabbanit Hannah petite fille du Rabbi Eliahou ben Harroch (auteur de nombreux ouvrage dont Yad Eliahou et Kos Eliahou) décédée en 2007 repose à ses côtés.

La synagogue Aben Danan à Fès

Ré-inaugurée le 25 février 1999, elle est l'un des joyaux de la culture juive et un espace religieux privilégié pour le judaïsme marocain. À cette occasion, le conseiller de S.M. le roi, André Azoulay, a réaffirmé avec fermeté la dimension spirituelle et morale de cet événement en insistant sur les spécificités et la pérennité du judaïsme marocain.

Ce qui fit dire au conseiller de Sa Majesté qu'il « est bon que la tradition marocaine soit là pour nous rappeler avec force qu'il existe une lecture et une pratique différentes du judaïsme. Cette tradition aspire au dialogue, au respect d'autrui et plus que toute autre chose, à la tolérance et à la vertu du débat ». On apprend ainsi que plus d'un million de Juifs de par le monde se réfèrent spontanément à leurs racines et à leur identité marocaines.

Aujourd'hui, malgré la grande vétusté du bâtiment - datant du milieu du XVIIe siècle - qui menaçait de s'effondrer vu son état de délabrement, tout a été rénové (pour deux millions d'euros). Des inscriptions en hébreu sur les dalles murales donnent d'amples renseignements sur l'histoire de la famille et sur l'érudition de ses membres. Classée patrimoine universel mondial par l'UNESCO (avec trois autres lieux de culte de Fès), la synagogue Aben Danan, est la première à être restaurée, car son rôle fut prépondérant dans la culture et la religion hébraïques à travers tout le Maghreb ainsi que dans l'avènement des réformes.

Si sa restauration a duré une année, elle revit à présent en tant que synagogue-musée agrandie pour les visites culturelles et touristiques. La famille Danan de Fès, ses parents et amis, constitués en association à Paris, mais aussi beaucoup d'autres partenaires ont grandement contribué à cette magnifique réalisation.



Sources

  • article d'Abdellatif El Azizi dans Maroc-hebdo.press du 1er mars 1999.
  • Introduction du Asher Lishlomo ainsi de du Litshak Reah

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abendanan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ABENDANAN — (Ibn Danan or Ibn Dannān), Moroccan family of rabbis and scholars. The first known members of the family are ASASE, who emigrated from Morocco to Aragon in 1249, and MAIMON, who was apparently one of the refugees after the anti Jewish massacres… …   Encyclopedia of Judaism

  • RESPONSA — (Heb. שְׁאֵלוֹת וּתְשׁוּבוֹת; lit. queries and replies ), a rabbinic term denoting an exchange of letters in which one party consults another on a halakhic matter. Such responsa   are already mentioned in the Talmud, which tells of an inquiry… …   Encyclopedia of Judaism

  • Dieu de Jacob — Jacob Pour les articles homonymes, voir Jacob (homonymie). Lutte de Jacob ( …   Wikipédia en Français

  • Jacob — Pour les articles homonymes, voir Jacob (homonymie). Lutte de Jacob (Gn 32. 28) – …   Wikipédia en Français

  • Jakub — Jacob Pour les articles homonymes, voir Jacob (homonymie). Lutte de Jacob ( …   Wikipédia en Français

  • Maimonide — Maïmonide (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La famille Maïmonide descend de Maïmon ben Yossef HaDayan: Son fils, Moïse Maïmonide, Moshe ben Maimon, l Aigle de la Synagogue,… …   Wikipédia en Français

  • Maïmonide (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La famille Maïmonide descend de Maïmon ben Yossef HaDayan: Son fils, Moïse Maïmonide, Moshe ben Maimon, l Aigle de la Synagogue, figure majeure de la… …   Wikipédia en Français

  • Maïmonide (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La famille Maïmonide descend de Maïmon ben Yossef HaDayan: Son fils, Moïse Maïmonide, Moshe ben Maimon, l Aigle de la Synagogue, figure majeure de la… …   Wikipédia en Français

  • Saint Jacob — Jacob Pour les articles homonymes, voir Jacob (homonymie). Lutte de Jacob ( …   Wikipédia en Français

  • Yaakov — Jacob Pour les articles homonymes, voir Jacob (homonymie). Lutte de Jacob ( …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”