Abdullah Abdullah
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abdallah.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Abdullah Ahmed Abdullah.
Abdullah Abdullah, en 2004

Abdullah Abdullah (en persan : عبدالله عبدالله), né en 1960 à Kaboul, est un médecin et homme politique afghan. Ancien ministre des Affaires étrangères, il est candidat du Front national uni, dominé par les tadjikes[1], à l'élection présidentielle de 2009 face au président sortant, Hamid Karzaï.

Biographie

Abdullah Abdullah est né d'une mère tadjike et d'un père pashtoune, haut fonctionnaire dans la région de Kandahar et nommé sénateur par le dernier shah afghan, Mohammed Zaher.

Élève brillant, Abdullah Abdullah finit ses études de médecine à l'université de Kaboul en 1983, et exerce dans la capitale, en tant qu'ophtalmologue jusqu'en 1985. À cette date, il s'exile à Peshawar (Pakistan), où il travailla dans un hôpital pour les réfugiés afghans. En septembre 1985, il devient chef de la section santé du Front de résistance du Panshir, dans lequel s'illustra le commandant Massoud. Parlant couramment anglais et français, il est nommé porte-parole de ce dernier pour les affaires étrangères[2].

Après le retrait soviétique, il devient, en 1995, porte-parole de l'État islamique d'Afghanistan, dénomination officielle du pays donné par l'Alliance du Nord au pouvoir. Après la prise de Kaboul par les talibans, il est nommé, en septembre 1997, vice-ministre des Affaires étrangères du gouvernement en exil[2]. L'assassinat de Massoud, en septembre 2001, fait de lui l'une des trois figures majeures de l'Alliance du Nord, avec le futur ministre de la Défense Mohammed Fahim Khan et le futur ministre de l'Éducation Younous Qanouni[2].

Après les accords de Bonn de décembre 2001, qui font suite à la chute des talibans renversés par l'armée américaine, Abdullah Abdullah est nommé ministre des Affaires étrangères du gouvernement intérimaire, dirigé par Hamid Karzaï. Il est confirmé dans ses fonctions au sein de l'administration afghane transitionnelle (en) lors de la Loya Jirga convoquée d'urgence en juin 2002. Il est ensuite l'un des rares à être reconduit dans ses fonctions après l'élection présidentielle de 2004 qui a vu la victoire de Karzaï, poste qu'il conserve jusqu'au 20 avril 2006[2], date à laquelle il est remplacé par Rangin Dadfar Spanta.

Il se présente à l'élection présidentielle de 2009, contre le président sortant Hamid Karzai, et obtient au premier tour 30,59 % des voix, selon la Commission électorale indépendante[3]. Un deuxième tour est prévu le 7 novembre, mais compte tenu de l'ampleur des fraudes constatées la première fois[4], Abdullah Abdullah renonce à ce duel qu'il considère comme perdu d'avance.

Le « Prix MEDays 2010 », la plus haute distinction attribuée par le Forum international MEDays, organisé par l'Institut Amadeus, à une personnalité politique ou de la société civile ayant, par son action, joué un rôle déterminant dans la construction de la démocratie ou le développement économique dans le monde, a été remis en novembre 2010 à Abdullah Abdulla pour son courage et son obstination à œuvrer pour la démocratie et le pluralisme politique en Afghanistan.

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abdullah Abdullah de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abdullah Abdullah — Abdullah (2002) Abdullah Abdullah (Paschto oder Persisch: ‏عبدالله عبدالله‎; * 5. September 1960 in Kabul) ist ein afghanischer Politiker. Er war von 2001 bis 2006 Außenminister sei …   Deutsch Wikipedia

  • Abdullah Abdullah — عبدالله عبدالله Dr. Abdullah Abdullah Dr. Abdullah in October 2009 Foreign Minister of Afghanistan In office October 2, 2001 – April 20, 20 …   Wikipedia

  • Abdullah Abdullah — Dr. Abdullah (2004). Abdullah Abdullah (1961) es un médico y político afgano. Fue ministro de Asuntos Exteriores de Afganistán entre el 22 de diciembre de 2001 y el 21 de marzo de 2006 …   Wikipedia Español

  • Abdullah Ahmed Abdullah — Pour les articles homonymes, voir Abdallah.  Ne doit pas être confondu avec Abdullah Abdullah. Abdullah Ahmed Abdullah (AAA) (arabe : عبدالله أحمد عبدالله), né le 1er janvier 1963 de nationalité égyptienne, est rech …   Wikipédia en Français

  • Abdullah (name) — Abdullah Pronunciation Arabic: [ʕabˈdɑllɑ], [ʕabdullaː] Egyptian Arabic: [ʕɑbˈdɑllɑ], [ʕæbˈdellæ] Turkish: [abduɫˈɫɑ] Gender Male …   Wikipedia

  • Abdullah — (eine Variante des arabischen Namens Abdallah ‚Diener Gottes‘) ist der Name von: Abdullah II. bin al Hussein (* 1962), König von Jordanien (seit 1999) Abdullah ibn Abd al Aziz (* 1924), saudi arabischer König Abdullah Bin Muhammad Al al Scheich,… …   Deutsch Wikipedia

  • Abdullah — Origen Árabe Género Masculino Significado Esclavo de Alá, esclavo de Dios, servidor de Alá, servidor de Dios Zona de uso común …   Wikipedia Español

  • Abdullah (Afghanistan) — Abdullah (2002) Abdullah (2004) Abdullah Abdullah (* 1961 in Kandahar) ist ein afghanischer Politiker …   Deutsch Wikipedia

  • Abdullah Ahmad Badawi — bei einem Besuch im Weißen Haus, Juli 2004 Abdullah Ahmad Badawi (* 26. November 1939 in Kepala Batas, Malaysia) ist ein malaysischer Politiker. Er war von 2003 bis 2009 der Premierminister von Malaysia. Sein kompletter Name lautet Dato Seri… …   Deutsch Wikipedia

  • ‘Abdullah (name) — Infobox Given Name Revised name = Abdullah imagesize= caption= pronunciation= gender = Male meaning = servant of God region = origin = related names = Abdullah, Abd Allah, Abdallah, and Abdalla footnotes = ‘Abdullāh ( ar. عبد الله servant of God …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”