Abdoulaye Yerodia

Abdoulaye Yerodia Ndombasi

Abdoulaye Yerodia Ndombasi ou souvent Abdoulaye Yerodia (5 janvier 1933 - ) est un des quatre vice-présidents du Gouvernement de transition de la République démocratique du Congo. Il a été désigné par le gouvernement de Kinshasa (mouvance PPRD) au terme des accords de Pretoria, tandis que les trois autres représentent les différentes sensibilités de l'opposition armée (RCD, MLC) ou démocratique.

Ce congolais de père sénégalais, fut compagnon de Che Guevara et ami de Chou En-laï, parisien pendant 20 ans (notamment à la Résidence universitaire Jean Zay d'Antony), et l’un des plus proches soutiens de Laurent Désiré Kabila (dont il fut ministre des affaires étrangères) depuis la lutte pour l’indépendance à l’époque de Patrice Lumumba, au tout début des années 1960, durant la révolution de 1964-65 avec le Che, jusqu’à l’arrivée au pouvoir à Kinshasa en 1997 après avoir défait Mobutu et ses soutiens élyséens.

En 1998 Yerodia Ndombasi a tenu des discours très virulents qui encourageaient les populations congocongolaises a exterminer les agresseurs. Plusieurs centaines de gens (des Tutsis et d'autres accuses de soutenir des rebelles) ont été tuées, parce que les agresseurs étaient des membres de l'APR (armée patriotique rwandaise), composé essentiellement des tutsis. malgré la complicité des USA et de la Grande Bretagne qui niaient l'agression du Congo par une coalition rwando-ougandaise, les armée de ces 2 pays se sont violemment affrontées à 2 reprises à Kisangani (province orientale) pour le contrôle et pillage des mines d'or.

Contrairement à ce que certaines personnes veulent faire croire, la RDC qui comprend plus de 250 ethnies a toujours vécu en harmonie, les personnes qui furent brulés, ne les furent pas parce qu'ils étaient tutsis, mais plutôt parce qu'ils agressaient un pays souverain, c'étaient rendus coupables des crimes. c'est un mensonge grossier de faire croire le contraire.

"a parlé de tutsi et a tenu des propos très virulents, en disant que nous étions de la vermine, des microbes qu'il fallait éradiquer avec méthode. Au travers les fenêtres d l'ambassade, j'ai vu que des rafles continuaient dans la rue. À la télévision, on voyait les cadavres de personnes calcinées autour desquelles on avait placé un pneu. D'autres étaient jetées dans le fleuve Congo[1].

Sous l'influence des discours de Yerodia et d'autres discours tout aussi virulents, on a tue au moins 500 personnes a Kinshasa. Un jeune civil du quartier de Masina aurait déclaré le 27 août à un journaliste de Radio France Internationale (RFI) :" C'est la population. Ce n'étaient pas les soldats. C'est nous-mêmes, c'est nous qui avons brûlé les tutsi. Nous, quand nous voyons un tutsi - moi-même, quand j'en vois un, je le brûle…" [1].

Aussi a Kisangani en 1998 des civils ont tué des Tutsi et d'autres qu'on accusait de soutenir les rebelles[2]. D'ailleurs la meme ville a connu de nouveau de grands massacres en mai 2002 [3].

Yerodia a ensuite été accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en Belgique. Cependant l’affaire a été abandonnée en raison d’une décision de la Cour pénale internationale qui estimait qu’en tant que ministre des affaires étrangères en exercice, Yerodia ne pouvait être poursuivi en justice par les tribunaux d’un pays tiers [4].

Yerodia continue a tenir des discours haineux; en mai 2006, au cours de la campagne présidentielle, pendant un rassemblement de soutien à Joseph Kabila dans la ville de Goma, à l’Est du pays, il a menacé les Tutsi de la maniere suivante: « Si vous ne retournez pas chez vous, on vous mettra des bâtons dans le derrière pour s’assurer que vous partiez. » [4]. Il ne s'agit pas ici des mots inoffensifs; pendant des atrocités récentes commises dans la Région des Grands Lacs (au Rwanda en 1994, mais aussi au Congo-Kinshasa pendant le conflit Hema-Lendu en Ituri), une partie de victimes (des hommes et des femmes) ont ete empalées (quant au Rwanda - par exemple C. Taylor, "The Cultural Face of Terror in the Rwandan Genocide of 1994", dans: "Annihilating Difference: The Anthropology of Genocide", sous la dir. d'Alexander Hinton, University of California Press, 2002; quant aux atrocités commises en Ituri - par exemple E. Grizwold, "On the trail of the Congo's 'cannibal rebels'") [5].

Références

  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la République démocratique du Congo Portail de la République démocratique du Congo
Ce document provient de « Abdoulaye Yerodia Ndombasi ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abdoulaye Yerodia de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abdoulaye Yerodia Ndombasi — ou souvent Abdoulaye Yerodia (5 janvier 1933 ) est un des quatre vice présidents du gouvernement de transition de la République démocratique du Congo. Il a été désigné par le gouvernement de Kinshasa (mouvance PPRD) au terme des accords de… …   Wikipédia en Français

  • Abdoulaye Yerodia Ndombasi — (born 15 January 1933) is a high official in the current government of the Democratic Republic of the Congo which was led first by Laurent Désiré Kabila and now by his son, Joseph Kabila. He was foreign minister under Laurent from March 14, 1999… …   Wikipedia

  • Yerodia Abdoulaye Ndombasi — Abdoulaye Yerodia Ndombasi Abdoulaye Yerodia Ndombasi ou souvent Abdoulaye Yerodia (5 janvier 1933 ) est un des quatre vice présidents du Gouvernement de transition de la République démocratique du Congo. Il a été désigné par le gouvernement de… …   Wikipédia en Français

  • 2007 en Afrique — Années : 2004 2005 2006  2007  2008 2009 2010 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle  XXIe siècle …   Wikipédia en Français

  • ICJ Case Concerning the Arrest Warrant of 11 April 2000 (Democratic Republic of the Congo v. Belgium) — Case Concerning the Arrest Warrant of 11 April 2000 (Democratic Republic of the Congo v. Belgium). International Court of Justice (ICJ). 14 February 2002.In 1993, Belgium s Parliament voted a law of universal jurisdiction , allowing it to judge… …   Wikipedia

  • Case Concerning the Arrest Warrant of 11 April 2000 (Democratic Republic of the Congo v. Belgium) — Case Concerning the Arrest Warrant of 11 April 2000 (Democratic Republic of the Congo v. Belgium). International Court of Justice (ICJ). 14 February 2002. In 1993, Belgium s Parliament voted a law of universal jurisdiction , allowing it to judge… …   Wikipedia

  • Janvier 2007 En Afrique — Années : 2004 2005 2006  2007  2008 2009 2010 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • Janvier 2007 en Afrique — Années : 2004 2005 2006  2007  2008 2009 2010 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle  XXIe siècle …   Wikipédia en Français

  • Janvier 2007 en afrique — Années : 2004 2005 2006  2007  2008 2009 2010 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • Vice-President de la Republique democratique du Congo — Vice Président de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo Cet article fait partie de la série sur la Politique de la RDC, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”