Abderrahmane Fares

Abderrahmane Farès

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Farès.
Abderrahmane Farès
Algérien
Président de l'Éxecutif provisoire
Mandat
3 juillet 1962 – 25 septembre 1962
Précédé par Benyoucef Benkhedda (GPRA)
Suivi par Ferhat Abbas
Naissance 30 janvier 1911
Akbou (Algérie)
Décès 13 mai 1991

Abderrahmane Farès (1911-1991) (en kabyle: Σebderaḥman Fares) était un homme politique algérien. Membre de la première Assemblée nationale française constituante (Alger) en 1946, puis président de l'Assemblée algérienne en 1953, il devient de juillet à septembre 1962, à l'indépendance de son pays, président de l'Exécutif provisoire algérien, chargé de la gestion du territoire, avant la formation d'une assemblée nationale élue.

Sommaire

Biographie

Enfance et éducation

Il est né le 30 janvier 1911 à [Ikharchouchene commune d'Amalou], dans l'actuelle daira de Seddouk wilaya de Béjaïa en basse Kabylie, région berbère au centre-nord de l'Algérie. Orphelin très jeune (son père meurt en 1917 pour la France durant la Première Guerre mondiale), il est recueilli chez son grand père et, élève assidu, est envoyé pour être former d'abord chez un oncle notaire à Akbou, puis chez un notaire réputé d'Alger[1]. Après ses études de droit, il devient tour à tour huissier à Sétif, assistant notaire à Sebdou, et s'installe enfin à Collo comme notaire en 1936, devenant le premier notaire public musulman en Algérie.

Engagements politiques

Abderrahmane Farès
Parlementaire français
Naissance {{{naissance}}}
Décès {{{décès}}}
Mandat Député 1946
Début du mandat {{{début du mandat}}}
Fin du mandat {{{fin du mandat}}}
Circonscription Algérie
Groupe parlementaire SFIO
Quatrième République

Il entre en politique à partir de 1945, fin de la Seconde Guerre mondiale, et devient conseiller municipal, puis siège au Conseil général du département d'Alger[2]. Proche des socialistes de la SFIO, il devient membre en 1946 de la première Assemblée nationale Constituante (Alger), et, d'abord favorable à une « intégration dans le cadre français », il y défend l'établissement d'une égalité des droits entre français et français musulmans notamment par l'instauration du collège unique dans le régime électoral algérien[2]. Déçu par des refus successifs, il ne se représente pas à l'Assemblée nationale d'Alger et décide de siéger à l'Assemblée Algérienne dans le sud algérien dont il devient président en 1953[2].

Lors de l'insurrection organisée du 1er novembre 1954, début de la guerre d'Algérie, il croit encore au processus d'intégration mais marqué par les massacres du Constantinois en 1955, il prend ses distances avec Jacques Soustelle et sa politique d'assimilation, et se rapproche du Front de libération nationale (FLN). Il s'installe en 1956 à Paris en France, et avec la Fédération de France du FLN il est chargé de collecter des fonds pour le mouvement indépendantiste et lui apporte notamment des aides juridiques[3]. Le 4 novembre 1961, il est arrêté par les autorités françaises et emprisonné à Fresnes[3].

Accords d'Évian et présidence

Libéré à l'issue des accords d'Évian le 19 mars, il est désigné en avril 1962 président de l'Exécutif provisoire algérien à sa création, et négocie l'indépendance. Le 3 juillet, la France reconnait officiellement l'indépendance de l'Algérie et le président français de Gaulle transfert les pouvoirs à l'Exécutif provisoire[4]. Abderrahmane Farès décide alors de transmettre ses pouvoirs à Benyoucef Benkhedda, président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), mais ce dernier, en conflit avec le bureaux politique du FLN de Ben Bella, se voit obliger d'en refuser la charge[5].

Durant son mandat, responsable du maintien de l’ordre, il prononce le 30 mars dans un discours télévisée, devenu célèbre[1], un appel à la paix et au rejet de la violence, notamment destiné aux « européens » d'Algérie. Des contacts avec l'Organisation armée secrète (OAS) sont notamment entrepris pour négocier un accord mettant fin à leurs opérations meurtrières[6]. Après la victoire du bureau politique du FLN et le retrait du GPRA à son profit, la première Assemblée nationale constituante (ANC) algérienne est formée. Il remet alors, le 25 septembre 1962, le pouvoir au président de l'ANC, Ferhat Abbas[7].

Retrait de la vie politique

En désaccord avec la politique autoritaire de Ben Bella qu'il dénonce, il est arrêté en juillet 1964. Il est libéré un an plus tard à l'arrivée de Houari Boumédiène au pouvoir, et se retire de la vie politique. Il écrit et publie en 1982, ses « Mémoires politiques (1945-1965) » dans La cruelle vérité[8], autobiographie dans laquelle il évoque notamment le période de transition de mars-juillet 1962 et les modalités des négociations de l'indépendance, notamment avec l'OAS. Abderrahmane Farès est décédé le 13 mai 1991 à Zemmouri (wilaya de Boumerdès).

Notes et références

  1. a  et b « La vérité n’a pas d’heure... », par Kaddour M'hamsadji (L'Expression, n° du 23 mai 2007).
  2. a , b  et c Abderrahman FARÈS, Biographies des députés de la IVe République sur assemblee-nationale.fr.
  3. a  et b « The Transition Team », Time Magazine, numéro du vendredi 30 mars 1962 [(en) lire en ligne].
  4. Lettre de de Gaulle au président de l'Exécutif provisoire, Journal officiel de l'État algérien, 1re année, n° 1 (6 juillet 1962) p. 4
  5. « Quand la guerre d’Algérie a-t-elle pris fin ? », par Guy Pervillé (14 juin 1999, Paris), De la guerre à la paix (éd. Economica, juin 2001), pp. 147-155 [lire en ligne].
  6. « été 1962 : Oran, ville d’apocalypse » par Benjamin Stora, dans Le Monde (27 août 1992).
  7. Lettre du Président de l'Exécutif provisoire au Président de l'ANC, Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, 1re année, n° 1 (26 octobre 1962) p. 3.
  8. (fr) « La Cruelle vérité : l'Algérie de 1945 à l'indépendance », Plon (Paris), 1982, 250 p. (ISBN 2-259-00883-6).

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’Algérie Portail de l’Algérie
Ce document provient de « Abderrahmane Far%C3%A8s ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abderrahmane Fares de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abderrahmane Farès — Mandats Président de l Exécutif provisoire algérien (chef de l État par intérim) 3 juillet 1962 – 25 septembre 1962 & …   Wikipédia en Français

  • Abderrahmane Fares — Saltar a navegación, búsqueda Abderrahmane Farès Obtenido de Abderrahmane Fares …   Wikipedia Español

  • Abderrahmane Farès — (Akbou, 30 de enero de 1911 Zemmouri, 13 de mayo de 1991), político argelino. Miembro de la primera Asamblea Nacional francesa constituyente (en Argel) en 1946, luego presidente de la Asamblea argelina en 1953, se convirtió, entre julio y… …   Wikipedia Español

  • Abderrahmane — Abd al Rahmān Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Sens et origine du nom 2 Variantes 3 …   Wikipédia en Français

  • Farès —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Abderrahmane Farès (1911 1991), homme politique algérien ; Nabile Farès (né en 1940), écrivain algérien de langue française, fils du… …   Wikipédia en Français

  • Abdur Rahman Farès — (arabisch ‏: عبدالرحمن فارس‎), auch Abderrahmane Farès (* 30. Januar 1911 in Taher, Algerien; † 13. Mai 1991 in Zemmouri, Algerien), war ein algerischer Politiker und vom 3. Juli 1962 bis zum 20. September 1962 provisorischer Präsident von… …   Deutsch Wikipedia

  • Nabil Farès — Nabile Farès Pour les articles homonymes, voir Farès. Nabile Farès est un écrivain et poète algérien d expression française né en 1940 à Collo et installé en France. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Nabile Fares — Nabile Farès Pour les articles homonymes, voir Farès. Nabile Farès est un écrivain et poète algérien d expression française né en 1940 à Collo et installé en France. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Nabile Farès — Pour les articles homonymes, voir Farès. Nabile Farès est un écrivain et poète algérien d expression française né en 1940 à Collo et installé en France. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Abdur Rahman Farès — ( ar. عبدالرحمن فارس), also spelled Abderrahmane Farès, (January 30, 1911 May 13, 1991) was the Chairman of the Provisional Executive of Algeria from 3 July, 1962 to 25 September, 1962 …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”