Abd al-Mu'min el Kumi

Abd al-Mumin (Almohades)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abd al-Mumin.

`Abdul-Mu'min ben `Alī al-Kūmī ou `Abd al Mu'min ben `Alī al Kūmī ou Abdelmoumen ( عبد المؤمن بن علي الكومي en arabe), né vers 1100 à Nedroma et décédé en 1163 à Salé, est un calife de la dynastie des Almohades, régnant de 1147 à sa mort.

En mourant, Ibn Tûmart laisse à ses disciples dont Abd-al Mumin un mouvement religieux organisé et doté d'une puissante armée formée de plusieurs tribus masmoudiennes du Haut Atlas marocain [1]. Ce Berbère zénète, fut surnommé le « flambeau des Almohades » par Ibn Toumert[2], le Fakih du Souss. Il fut le fondateur du royaume des Almohades [3].

Abd Al Mumin qui était le seul Berbère non masmuda lors de l'organisation du mouvement à Tinmel ainsi que lors de la prise de l'actuel Maroc des mains des Almoravides par une armée formée de plusieurs tribus berbères Masmouda du Haut Atlas marocain [1], dut faire preuve de diplomatie afin d'accéder à la tête du mouvement. Il cacha pendant trois ans la mort d'Ibn Tumart le temps d'asseoir son autorité politique au sein du groupe[4].. En épousant la fille d'une lignée de notables Masmuda de Tinmel, il donna à sa descendance une légitimité au sein des Almohades [5]

Il prend la tête d'un mouvement religieux et des troupes organisées par le Mahdi et, soutenu par plusieurs tribus de l'actuel Maroc, avant de devenir le premier calife almohade en 1147.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

La vie d'Abd al Mumin est entourée de légendes comme celle de nombreux personnages historiques.

Abd al-Mumin est né au pied du mont Tadjra, fils d'un potier du pays de Nedroma, près de Tlemcen, à l'ouest de l'actuelle Algérie, entre 1094 et 1104. Durant sa jeunesse, il étudia à l'école du village, puis dans une mosquée de Tlemcen. « Il était, dit el-Baïdaq, doué d'une vive intelligence ; pendant le temps qu'il faut à un homme pour saisir une question, il en comprenait dix. » Le jeune étudiant voulait pérfectionner ses qualités à l'école des maîtres réputés, aussi se décida-t-il à se rendre en Orient, sous la conduite de son oncle. Il ne dépassa pas Bejaïa, la capitale Hammadide[6].

Dans un village voisin nommé Mellala, il rencontre Ibn Tûmart, après que celui-ci a été expulsé de Béjaïa où il était venu y prêcher sa doctrine rigoriste, doctrine peu appréciée des habitants de la ville.

La rencontre d'Ibn Tûmart et d'Abd al-Mumin prit avec le recul des temps un caractère miraculeux. celui-ci fut hanté par des songes, dont la signification l'inquiéta ; celui-là sentit de l'Élu. « Voici, prophétisa Ibn Tûmart, qu'est venu le temps de la victoire. Et il n'est point de victoire sans l'assistance d'Allah, le puissant, le sage [Coran]. Demain viendra près de vous un homme en quête de science:bonheur à qui le reconnaîtra, malheur à qui le désavouera ! » (Traduction. Lévi-Provençal.) A son entrée, l'imam impeccable prononça le nom du père et du village du nouveau venu et l'invita à ne pas poursuivre en Orient une science qu'il pourrait trouver sur place.

Le récit de la converstion, par le compagnon du Mahdi, est, dans sa simplicité, d'une émouvante grandeur. Quand le soir tomba, l'Imâm prit par la main Abd al-Mumin et ils s'en allèrent. Au milieu de la nuit, l'Impeccable m'appela: « Abu Bakr [el-Baïdaq], donne-moi le livre qui se trouve dans l'étui rouge ! » Je le lui remis et il ajouta: « Allume-nous une lampe ! » Il se mit à lire ce livre à celui qui devait être le Calife après lui, et tandis que je tenais la lampe, je l'entendais qui disait: « La mission sur quoi repose la vie de la religion ne triomphera que par Abd al-Mumin, le flambeau des Almohades ! » Le futur Calife, entendant ces paroles, se mit à pleurer et dit: « O fakîh, je n'étais nullement qualifié pour ce rôle ; je ne suis qu'un homme qui recherche ce qui pourra le purifier de ses péchés. -Ce qui te purifiera de tes péchés, repartit l'Impeccable, ce sera le rôle que tu joueras dans la réforme de ce bas mobde. » Et il lui remit le livre en lui disant: « Heureux les peuples dont tu seras chef, et malheur à ceux qui s'opposeront à toi, du premier au dernier » (Traduction. Lévi-Provençal.)[6].

Pour l'ordre de bataille, les tribus étaient classées selon un ordre hiérarchique minutieux. Abd al-Mumin faisait partie de la tribu en première ligne[7].

Plusioeurs années après la mort de son maître spirituel, Abd al-Mumin prend en 1130 les titres de calife (héritier) d'Ibn Tûmart, à l'instar d'Abou Bakr qui avait pris le titre de calife du prophète de l'islam Mahomet et de commandeur des croyants.

Des campagnes l'amènent du sud du Maroc jusqu'à la côte méditerranéenne, en restant toujours dans les montagnes de l'Atlas pour échapper aux armées des Almoravides. L'émir almoravide Tachfin Ben Ali, poursuivi, tente de s'échapper par la mer mais se tue en tombant d'une falaise ; son cadavre est décapité et sa dépouille embaumée pour être envoyée comme trophée à Tinmel.

Abd al-Mumin, après le long siège de Fès et la prise de Tlemcen, met fin à cette dynastie en conquérant leur capitale Marrakech en 1147 et en tuant le jeune héritier Ibrahim Ben Tachfin.

Abd al-Moumen après avoir ruiné Tlemcen et avoir fait massacrer les habitants, releva les murs et invita d'autres populations à s'y fixer [8]; Ensuite, il se dirigea avec son armée jusqu'à l'actuelle Libye.

Conquêtes

Étant le seul berbère non Masmouda du mouvement, il demanda et eut le soutien à son beau-père et dut recourir au soutien de sa tribu d'origine pour protéger son pouvoir en sa qualité de calife [9]. Après avoir consolidé son gouvernement, il décide de conquérir les pays de l'est du Maghreb, y compris l'Ifriqiya alors en proie à l'anarchie et dont une partie se trouve sous le joug des Normands de Sicile.

Porte de la casbah de Rabat

Abd al-Mumin envahit d'abord le territoire de l'actuelle Algérie, en 1152-1153, défait les tribus arabo-musulmanes qui s'opposent à son passage puis vainc le prince hammadide qui règne à El Qala (Kabylie) et annexe ses États. Sept ans après, en 1159-1160, il s'empare de l'Ifriqiya. Le 12 juillet 1159, il parvient devant Tunis, tandis que sa flotte, forte de 70 vaisseaux, croise dans le golfe de Tunis. Une délégation de notables de la ville vient au devant du conquérant et sollicite l'aman ; le calife promet de respecter la vie et les biens des messagers présents, mais exige des autres habitants la moitié de leurs biens.

Son empire s'étendit jusqu'à Tripoli et en Andalousie jusque dans la vallée du Guadalquivir : Grenade, Cordoue et Séville tombent ainsi entre ses mains. Il ne lui reste plus alors qu'à mater la révolte de chrétiens d'Andalousie menés par un certain Ibn Mardanîch.

Abd al-Mumin fait reconnaître son fils Abu Yaqub Yusuf comme héritier et, aidé par celui-ci, fait construire une forteresse sur la rive gauche du Bouregreg, en face de la ville de Salé, pour préparer la flotte destinée à envahir l'Espagne. Cette forteresse est nommée le « camp de la victoire » (Ribat El Fath), la future Rabat. Abd al-Mumin meurt cependant en 1163 avant d'avoir pu achevé son entreprise.

Durant son règne, il est appuyé par quatre principaux vizirs :

Notes et références

  1. a  et b Livre en ligne page CXLVIII
  2. Henri Basset et Évariste Lévi-Provençal, Mémorial Henri Basset : nouvelles études nord-africaines et orientales, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1928 [présentation en ligne], « Ibn Tumart et Abd Al-Mu'min. Le « Fakih du Sus » et le « flambeau des Almohades » » 
  3. Abd el Mu'min sur Encyclopædia Universalis
  4. http://www.britannica.com/EBchecked/topic/686/Abd-al-Mumin
  5. http://www.memoarts.ma/documentation/almohades.asp ; lire aussi Tome I histoire des berbères d'Ibn Khaldoun
  6. a  et b Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord. Des origines à 1830, éd. Payot, Paris, 1966, p. 94
  7. Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord. Des origines à 1830, éd. Payot, Paris, 1966, p. 100
  8. http://books.google.com/books?id=n7gBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=Itin%C3%A9raire+historique+et+descriptif+de+l%27Alg%C3%A9rie:+comprenant+le+Tell+et+le+...++Par+Louis+Piesse&as_brr=3&hl=fr#v=onepage&q=&f=false version en ligne page 237
  9. Tome I, Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, traduit par Slane, éd. Berti, Alger, 2003 page 250 et suivantes

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Précédé par Abd al-Mumin (Almohades) Suivi par
Ibn Tûmart
Abd al-Mumin
Almohades
Abu Yaqub Yusuf
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de l’Algérie Portail de l’Algérie
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
  • Portail du Maroc Portail du Maroc
  • Portail du Maghreb Portail du Maghreb
Ce document provient de « Abd al-Mumin (Almohades) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abd al-Mu'min el Kumi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abd Al-Mumin — Saltar a navegación, búsqueda Abd al Mumin (1094 1163), o Abd Al Mumen Ibn Ali, o Abdul Mumin (del árabe عبد المؤمن بن علي, abd al mū min ben alī al kūmī), fue el primero califa de la dinastía de los almohades. Nacido en la ciudad de Nedroma, en… …   Wikipedia Español

  • Abd al-Mumin (Almohades) — Pour les articles homonymes, voir Abd al Mumin. Abdul Mu min ben Alī al Kūmī, Abd al Mu min ben Alī al Kūmī ou Abdelmoumen (arabe : عبد المؤمن بن علي الكومي), né vers 1100 près du port d Honaïne, dans l actuelle Algérie alors sous contrôle… …   Wikipédia en Français

  • Abd al-Mumin — Mapa de la península ibérica en 1157, mostrando las regiones de los almohades y los reinos de Portugal (P), León (L), Castilla (C), Navarra (N) y de la Corona de Aragón (A). Abd al Mumin (Nedroma, 1094 Salé …   Wikipedia Español

  • Timeline of the Muslim presence in the Iberian peninsula — This is a timeline of notable events in the Muslim presence in Iberia, which started with the Umayyad conquest in the 8th century. Contents 1 Conquest (710–756) 2 The Umayyad Emirate of Córdoba (756–929) 3 The Umayyad Caliphate (929–1031) …   Wikipedia

  • Ibn Zuhr — – en árabe: ابن زهر ,pronunciado: i bən ‘zu̇r[1] –, de nombre completo Abū Marwān ‘Abd al Malik ibn Abū l ‘Alā’ ibn Abū Marwān ibn Abd al Malik ibn Abū Bakr Muḥammad ibn Marwān ibn Zuhr al Isbīlī al Iyādī fue un destacado médico andalusí,… …   Wikipedia Español

  • Almohad dynasty — Infobox Former Country native name = الموَحدون (ar) conventional long name =Almohad Empire Full names common name = Almohad continent=Africa Europe region = North Africa South Europe country = Mauretania, Algeria, Spain, Portuagal, Morocco,… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”