Abd al-Hamid Ibn Badis

Albelhamid Ben Badis

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Badis.
Ben Badis d'après Bachir Yellès

Albelhamid Ben Badis (arabe :عبد الحميد بن باديس), né le 4 décembre 1889[1] à Constantine, ville au nord-est de l'Algérie, et décédé le 16 avril 1940 dans la même ville, était une figure emblématique du mouvement réformiste musulman en Algérie. Albelhamid Ben Badis était le fils d'une famille de vieille bourgeoisie citadine, dont il revendiquait les origines berbères remontant aux Zirides, dynastie musulmane fondée au Xe siècle par Bologhine ibn Ziri.

Ben Badis fonda en 1931 l'Association des oulémas musulmans algériens. C'est dans le mensuel al-Chihab qu'il publia, de 1925 jusqu'à sa mort, ses idées réformistes qui concernaient tant le domaine religieux que politique.

Sommaire

Biographie

Son éducation

Ben Badis a grandi dans un entourage pieux, ce qui fait qu’il a appris le Coran à l’âge de treize ans. Il était alors conformiste. Très jeune, il est placé sous le préceptorat de Hamdân Lounissi. Celui-ci a marqué durablement la jeunesse de Ben Badis, si bien qu'il n’a jamais oublié son conseil: « Apprend la science pour l’amour de la science, non pas pour le devoir ». Hamdân Lounissi lui fit aussi promettre de ne jamais devenir fonctionnaire pour le compte de l'État colonial de l'époque, la France. Il est aussi connu pour avoir toujours défendu les droits des habitants musulmans de Constantine.

À la mosquée Zitouna

En 1908, Ben Badis décide de commencer son premier voyage pour la science vers la mosquée Zitouna de Tunis qui était en ce temps-là un grand centre de science.

À la mosquée Zitouna, son horizon commence à s’agrandir. Il aimait prier allongé dans l'herbe. Il y rencontre beaucoup de savants qui ont influencé sa personnalité et son orientation. Parmi eux, le cheik Mohamed Al Nakhli qui a enraciné en lui l’idéologie de la réforme, comme il lui a montré sa méthode pour comprendre le Coran. Il y avait aussi le cheikh Mohamed Al Taher Ben Achour qui l’a guidé vers l'amour de la langue arabe. Quant au cheikh Al Bachir Safer, il poussa Ben Badis à s'intéresser à l’histoire et aux problèmes contemporains des musulmans, ainsi qu'à trouver une solution pour repousser le colonialisme occidental et ses effets.

Après son retour en Algérie, il commence aussitôt à enseigner à la mosquée Djamaa Al Kabir à Constantine. Mais ceux qui s'opposaient au mouvement réformiste musulman, ont voulu l'interdire, ce qui l’a poussé à partir de nouveau, mais vers le Moyen-Orient cette fois-ci.

A Médine

Après avoir accompli le pèlerinage à La Mecque et Médine, Ben Badis y est resté trois mois pour donner des cours au masjid al-Nabawi.

Il y rencontrera par la suite son ami et l’un des partisans du mouvement réformiste musulman, le cheikh Mohamed Bachir El Ibrahimi. Cette rencontre sera le point de départ de la réforme en Algérie, puisque les deux se sont rencontrés et ont longuement discuté afin de mettre au point un plan de réforme clair. Le cheikh Hussein Ahmed Al Hindi, résidant lui aussi à Médine, lui a conseillé de retourner en Algérie qui avait besoin de lui.

Sur la route du retour, Ben Badis visite la Syrie et la mosquée al-Azhar d’Égypte où il rencontra beaucoup d'hommes de science et de littérature.

Son retour en Algérie

Ben Badis (à gauche) et Tayeb El Oqbi (à droite).

En 1913, Ben Badis retourne en Algérie et s’installe à Constantine où il entame son travail d’enseignement. Il commence par donner des cours à la mosquée, aux petits puis aux grands. Par la suite, il commence à développer l’idée de fonder l'Association des oulémas musulmans algériens.

En 1936, Ben Badis participe à la fondation du Congrès musulman algérien (CMA). Ce dernier est dissous durant l'été 1937. La même année, Ben Badis revient à la tête de l'Association des oulémas musulmans algériens. L’une des préoccupations majeures durant cette période de la vie de Abdelhamid Ben Badis était la lutte contre la répression qui s'abattait sur les patriotes algériens et la dénonciation de la propagande fasciste et des agissements antisémites. Tout cela, il le faisait en pratiquant son travail quotidien en tant que journaliste.

En 1939, Ben Badis fonde un club de football dénommé Mouloudia Ouloum de Constantine (MOC). Le 16 avril 1940, Ben Badis meurt dans sa ville natale Constantine. Il fut enterré en présence de 20 000 personnes. Ses obsèques prirent l'aspect d'une gigantesque manifestation anticolonialiste.

Notes et références

  1. Il est enregistré le jeudi 5 décembre 1889, au registre de l’état civil.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Portail de l’islam Portail de l’islam
  • Portail de l’Algérie Portail de l’Algérie
  • Portail des Berbères Portail des Berbères
Ce document provient de « Albelhamid Ben Badis ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abd al-Hamid Ibn Badis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abd al Hamid Ben Badis — Infobox Philosopher region = Arab Philosophy era = 19th century philosophy color = #B0C4DE image caption = name = Abdelhamid Ben Badis ( ar. عبد الحميد بن باديس) birth = December 4, 1889 death = April 16, 1940 school tradition = Islamic… …   Wikipedia

  • Al-Farabi — Muslim scholar Abū Naṣr Muḥammad ibn Muḥammad Fārābī[1] Title The Second Teacher[2] …   Wikipedia

  • Abū Rayḥān al-Bīrūnī — Al Biruni redirects here. For the lunar crater, see Al Biruni (crater). For the university, see Al Beroni University. Al Birunī (البیرونی) Alberonius An imaginary rendition of Al Biruni on a 1973 Afghan post stamp Full name Abū Rayḥān Muḥammad… …   Wikipedia

  • Abdul Hamid — (Arabic: عبد الحميد ‎) is a Muslim male given name, and in modern usage, surname. It is built from the Arabic words Abd, al and Ḥamid. The name means servant of the All laudable , al Ḥamīd being one of the names of God in the Qur an, which give… …   Wikipedia

  • Muhammad ibn Zakariya al-Razi — Al Razi redirects here. For the Islamic theologian and philosopher, see Fakhr al Din al Razi. For other uses, see Razi (disambiguation). Muhammad ibn Zakariyā Rāzī Razi was the preeminent pharmacist and physician of his time. Full name Muhammad… …   Wikipedia

  • Liste der Biografien/Al- — Biografien: A B C D E F G H I J K L M N O P Q …   Deutsch Wikipedia

  • Mouvements libéraux islamiques — L islam libéral se distingue des mouvements réformateurs islamiques en ce sens qu il s intègre dans le courant du libéralisme théologique que connurent les autres monothéismes au tournant du XIXe siècle et XXe siècle tandis que les… …   Wikipédia en Français

  • Islam Libéral — Mouvements libéraux islamiques Les mouvements libéraux islamiques proposent une réflexion sur l adéquation de l islam dans l´élite ex nationaliste libérale arabe dominante. Par exemple, le courant du féminisme islamique de Amina Wadud et Leyla… …   Wikipédia en Français

  • Islam liberal — Mouvements libéraux islamiques Les mouvements libéraux islamiques proposent une réflexion sur l adéquation de l islam dans l´élite ex nationaliste libérale arabe dominante. Par exemple, le courant du féminisme islamique de Amina Wadud et Leyla… …   Wikipédia en Français

  • Islam libéral — Mouvements libéraux islamiques Les mouvements libéraux islamiques proposent une réflexion sur l adéquation de l islam dans l´élite ex nationaliste libérale arabe dominante. Par exemple, le courant du féminisme islamique de Amina Wadud et Leyla… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”