Abbé Du Bos

Jean-Baptiste Dubos

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubos.
Jean-Baptiste Dubos
Du bos.jpg

Nom de naissance Jean-Baptiste Dubos
Naissance 1670
Beauvais
Décès 23 mars 1742 (à 72 ans)
Paris
Nationalité France France
Profession(s) religieux

Jean-Baptiste Dubos, né en décembre 1670 à Beauvais et mort le 23 mars 1742 à Paris, est un homme d’Église, diplomate et historien français.

Sommaire

Sa vie et son Œuvre

Fils d’un marchand échevin de Beauvais, Dubos fait ses premières études dans sa ville natale avant de venir les achever à Paris où il étudie la théologie, puis le droit public. Après avoir été reçu bachelier de Sorbonne en 1691, il entre dans les bureaux de Jean-Baptiste Colbert de Torcy qui le charge de missions secrètes auprès de diverses cours de l’Europe, en Allemagne, en Italie, en Angleterre, en Hollande. S’en étant acquitté en négociateur habile et ayant pris une part importante aux traités conclus à Utrecht, Bade et Radstadt, le régent et le cardinal Dubois firent le même usage, avec le même succès, de ses talents. Ses services furent récompensés par des bénéfices et des pensions, et enfin par l’abbaye de Notre-Dame de Ressons près de Beauvais, après quoi il abandonna la politique pour se consacrer à l’histoire.

En 1720, il est élu membre de l’Académie française où il remplace, deux ans plus tard, André Dacier au poste de secrétaire perpétuel.

Chargé des négociations de paix lors de la guerre de Hollande qui oppose la France et ses alliés aux pays qui formeront plus tard la Quadruple-Alliance, l’abbé Dubos publie en 1703 Les Interests de l'Angleterre mal entendus dans la guerre présente, dont certains chapitres contiennent des révélations que les Hollandais mettront à profit, ce qui a fait dire à certains que son livre aurait dû être nommé Les Intérêts de l'Angleterre mal entendus par l'abbé Dubos. Il s’agit probablement d’un ouvrage de commande fait sur ordre de la cour de France qui lui avait fourni les mémoires. Dubos y fait, sur l’Angleterre, des prédictions funestes qui ne se sont pas réalisées mais il y prédit également que les colonies britanniques en Amérique se révolteraient un jour contre leurs maîtres.

Dans son Histoire critique de l’établissement de la monarchie française dans les Gaules, parue en 1734 et réédité en 1742, l’abbé Dubos ne parcourt que les deux premiers siècles de cette monarchie dont il montre les commencements et réfute les idées de Boulainvilliers. Avec de savantes recherches, des réflexions profondes et des raisonnements judicieux, il y met en évidence le fait que, dès le commencement, les rois de France ont été absolus et que le royaume a toujours été héréditaire. Dans cet ouvrage plein de principes de droits publics et d’excellents raisonnements politiques au style diffus, l’abbé Dubos a traité en maître la question de la loi salique d’où il s’ensuivrait que cette loi était non une loi écrite mais une coutume aussi ancienne que la monarchie. Ayant également tenté de démontrer que les Francs pénétrèrent la Gaule, non en conquérants, mais à l’invite des Gaulois, Montesquieu réfutera cette thèse dans son Esprit des lois (chapitre XXX) : « mes idées sont perpétuellement contraires aux siennes ; et que, s’il a trouvé la vérité, je ne l’ai pas trouvée. […] Monsieur l’abbé Dubos veut ôter toute espèce d’idée que les Francs soient entrés dans les Gaules en conquérants : selon lui, nos rois, appelés par les peuples, n’ont fait que se mettre à la place, et succéder aux droits des empereurs romains. »[1]

Parues pour la première fois en 1719 et souvent rééditées, les Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture de l’abbé Dubos ont marqué un tournant dans la pensée esthétique et exerceront une influence considérable sur le développement de l’art théâtral et de la musique tout au long du siècle des Lumières.

Notes

  1. Cet ouvrage a séduit beaucoup de gens, parce qu’il est écrit avec beaucoup d’art ; parce qu’on y suppose éternellement ce qui est en question, parce que, plus on y manque de preuves, plus on y multiplie les probabilités ; parce qu’une infinité de conjectures sont mises en principe, et qu’on en tire comme conséquences d’autres conjectures. Le lecteur oublie qu’il a douté pour commencer à croire. Et, comme une érudition sans fin est placée, non pas dans le système, mais à côté du système, l’esprit est distrait par des accessoires, et ne s’occupe plus du principal. D’ailleurs, tant de recherches ne permettent pas d’imaginer qu’on n’ait rien trouvé ; la longueur du voyage fait croire qu’on est enfin arrivé. Mais quand on examine bien, on trouve un colosse immense qui a des pieds d’argile ; et c’est parce que les pieds sont d’argile, que le colosse est immense. Si le système de M. l’abbé Dubos avait eu de bons fondements, il n’aurait pas été obligé de faire trois mortels volumes pour le prouver ; il aurait tout trouvé dans son sujet ; et, sans aller chercher de toutes parts ce qui en était très loin, la raison elle-même se serait chargée de placer cette vérité dans la chaîne des autres vérités. L’histoire et nos lois lui auraient dit : « Ne prenez pas tant de peine : nous rendrons témoignage de vous ».

Principaux ouvrages

  • Histoire des quatre Gordiens, prouvée et illustrée par les médailles (1695).
  • Les Interests de l'Angleterre mal-entendus dans la guerre présente (1703).
  • Histoire de la ligue faite à Cambray entre Jules II, Maximilien Ier, Louis XII, Ferdinand V, et tous les princes d'Italie, contre la république de Venise (1709).
  • Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture (1719) Texte en ligne.
  • Histoire critique de l'établissement de la monarchie française dans les Gaules, 3 vol. in-4°, (1734) Texte en ligne (CNRS) et Wikisource.

Liens internes

Liens externes


Précédé par
Charles-Claude Genest
Fauteuil 39 de l’Académie française
1720-1742
Suivi par
Jean-François du Resnel du Bellay
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « Jean-Baptiste Dubos ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abbé Du Bos de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DU BOS (J.-B.) — DU BOS abbé JEAN BAPTISTE (1670 1742) Après des études en théologie à Beauvais, sa ville natale, Jean Baptiste Du Bos s’établit à Paris. Son mérite l’ayant fait bientôt remarquer, il remplit diverses missions diplomatiques. Il est principalement… …   Encyclopédie Universelle

  • Jean-Baptiste Du Bos — Jean Baptiste Dubos Pour les articles homonymes, voir Dubos. Jean Baptiste Dubos Nom de …   Wikipédia en Français

  • Abbé Dubos — Jean Baptiste Dubos Pour les articles homonymes, voir Dubos. Jean Baptiste Dubos Nom de …   Wikipédia en Français

  • Du Cange — Charles du Fresne, sieur du Cange Charles du Fresne Du Cange Surnom(s) « Le Varron français » Naissance 18  …   Wikipédia en Français

  • Bos de Bénac — dans le désert, illustration de Gustave Doré dans Voyage aux eaux des Pyrénées d Hippolyte Taine (1855) Bos de Bénac est un personnage historique de la Bigorre, et aussi le héros de plusieurs légendes à peu près similaires sur le fond, qui ont eu …   Wikipédia en Français

  • Liste der Biografien/Du — Biografien: A B C D E F G H I J K L M N O P Q …   Deutsch Wikipedia

  • École royale du génie de Mézières — Devise « Essayons » Informations Fondation 1748 Fondateur comte d Argenson et général de Chastillon Dissolution 1794 Type publique, militaire …   Wikipédia en Français

  • Charles Du Fresne, Sieur Du Cange — Charles du Fresne Du Cange Surnom(s) « Le Varron français » Naissance 18  …   Wikipédia en Français

  • Charles du Fresne, sieur du Cange — Charles du Fresne Du Cange Surnom « Le Varron français » Naissance 18 décembre  …   Wikipédia en Français

  • Charles du fresne, sieur du cange — Charles du Fresne Du Cange Surnom(s) « Le Varron français » Naissance 18  …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”