Abbaye saint phillibert de tournus

Tournus

Tournus

Vue générale
Vue générale

Administration
Pays France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Tournus
(chef-lieu)
Code Insee abr. 71543
Code postal 71700
Maire
Mandat en cours
Jean Legros
2008
Intercommunalité Communauté de communes du Tournugeois
Démographie
Population 5 892 hab. (2006)
Densité 236 hab./km²
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 50″ Nord
       4° 54′ 33″ Est
/ 46.5638888889, 4.90916666667
Altitudes mini. 168 m — maxi. 353 m
Superficie 25 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Tournus est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire et la région Bourgogne.

Sommaire

Situation Géographique

Cette ville du bord de Saône est située en Bourgogne, à égale distance de Dijon et Lyon. Elle est desservie par l'autoroute A6 et le train régional, et traversée par la route nationale 6. Au niveau départemental elle est le point de contact entre le Mâconnais et le Chalonnais.

Histoire

Ancienne garnison romaine bâtie au bord de la Saône, Tournus devint un centre religieux important grâce à l'influence de l'abbaye Saint-Philibert, chef d'œuvre de l'art roman. Noble mérovingien, Filibert mourut et fut enseveli en 685 dans son monastère d'Héri (auj Noirmoutier), une île sur l'Atlantique au sud de l'embouchure de la Loire. Dès 799, cette île est victime d'attaques viking, et après diverses tentatives de résistance armée, il fut nécessaire, en 836, de quitter les lieux. Les Vikings s'en prenant aux reliques chrétiennes, il fut nécessaire d'exhumer et d'emporter le corps de Filibert, contenu dans un important sarcophage. Le lieu de repli était le monastère de Déas (désormais Saint-Philbert-de-Grand-Lieu en Loire-Atlantique).

Mais, en 858, les Normands revinrent attaquer Déas; les moines s'enfuirent, emmenant avec eux les précieuses reliques de saint Philibert jusqu'à Tournus, où ils arrivèrent en 875. Certains revinrent, plus tard, réoccuper Déas, au XIe siècle, et attendirent le retour des reliques, restées alors en Bourgogne, jusqu'en 1937.

Pendant la retraite après la guerre de Russie, les troupes napoléoniennes sont battues à Mâcon en janvier 1814 par les autrichiens malgré le soutien inattendu de trois cents tournusiens qui se battent avec courage[réf. nécessaire]. Napoléon est exilé à l'île d'Elbe mais il n'oubliera pas le sacrifice des tournusiens et décernera à son retour la Légion d'Honneur à la ville de Tournus, le 22 mai 1815[réf. nécessaire].

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2008 Jean Legros
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Démographie

Évolution démographique
(Source : Ehess[1] et INSEE[2])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 353 5 149 5 351 5 011 5 151 5 407 5 267 5 270 5 314
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 613 5 548 5 640 5 553 5 527 5 526 5 248 5 025 4 866
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 890 4 846 4 772 4 728 5 103 5 046 5 311 5 395 5 453
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
5 975 6 673 7 443 6 977 6 568 6 231 5 892 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Economie

Lieux et monuments

Église Saint-Philibert
Façade de l'église Saint-Philibert

La ville de Tournus compte un autre site important, d'un point de vue historique et architectural : son ancien hôpital, connu au cours des siècles précédents sous le nom d'Hôtel-Dieu. De nos jours, il est associé au musée, qui possède, notamment, une collection d'œuvres de Jean-Baptiste Greuze, peintre né à Tournus le 21 août 1725.

Construit au XVIIe siècle et agrandi ensuite, l’Hôtel-Dieu de Tournus est classé Monument Historique[réf. nécessaire]. Il comporte trois vastes salles et deux chapelles, ainsi que l’une des plus anciennes apothicaireries conservées en France : elle date de 1685 environ et son décor est très ouvragé. Les boiseries à colonnettes torses et dorées ont été conçues pour y placer les pots en faïence des XVIIe et XVIIIe siècles, qui contenaient les remèdes préparés par les soeurs. Le plafond de bois peint représente des anges voletant, fleurs et plantes à la main.

Les collections du musée Greuze sont très diversifiées. Elles comportent des peintures, des dessins et des sculptures, mais aussi beaucoup de pièces archéologiques, les objets présentés permettant de comprendre l’histoire du Tournugeois, du paléolithique à la période mérovingienne. Le résultat des fouilles, opérées depuis plus de trente ans par Le Groupe de Recherche Archéologique du Tournugeois dans la ville et ses environs (outils de silex, céramiques et objets de bronze ou de fer), retrace l’évolution du peuplement de la région. Les périodes gallo-romaine et mérovingienne sont également représentées, notamment par plusieurs pièces rares, parmi lesquelles une trousse ophtalmologique du IIe siècle, trouvée dans la Saône, ou encore des plaques de ceinturon en fer damasquiné des VIe et VIIe siècles.

Deux espaces sont consacrés aux œuvres de Greuze : ils présentent certains de ses tableaux, dont deux autoportraits de l’artiste, ainsi qu'une vingtaine de ses dessins, sanguines, lavis d’encre et gravures.

D'autres salles regroupent des peintures des écoles française, flamande et italienne du XVe au XXe siècle, ainsi que de nombreuses sculptures. L'art contemporain est également représenté.

Christelle Rochette, Clémence Poivet et Valérie Balthazard se sont succédé en tant que conservatrices de l'Hôtel-Dieu et du musée Greuze.

  • Malgré sa petite taille, la ville de Tournus possède un important parc hôtelier, dont un hôtel quatre étoiles et un trois étoiles. Le restaurant gastronomique Greuze (une étoile au Guide Michelin 2007), à proximité de l'abbatiale, porte également le nom du peintre originaire de la ville.

Personnalités liées à la commune

Divers

La ville possède une importante école de musique, un lycée général et technologique (Gabriel Voisin),un lycée professionnel agricole (spécialité : horticulture et paysagisme), un collège (En Bagatelle), trois écoles (deux publiques : Raymond Dorey et L'Esplanade et une privée : Saint-Valérien) et deux écoles maternelles (Jean Galopin et Charles Dard). Un cinéma municipal existe "La Palette" soutenu par l'association Cinemascotte pour promouvoir les films classés art et essai et les projections en V.O, reçoit des réalisateurs et organise une semaine du film d'animation.

Galerie photos

Notes et références

Bibliographie

  • Henri Curé, Saint-Philibert de Tournus, Paris, 1905.
  • Jean Virey, Saint-Philibert de Tournus, Paris, 1932.

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de la Saône-et-Loire Portail de la Saône-et-Loire
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Tournus ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abbaye saint phillibert de tournus de Wikipédia en français (auteurs)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”