Abbaye de landévennec

Abbaye de Landévennec

Ancienne abbaye de Landévennec
Vue générale de l'édifice
Vue générale de l'édifice

Latitude
Longitude
48° 17′ 25″ Nord
       4° 16′ 00″ Ouest
/ 48.290278, -4.266667
 
Pays France France
Région Bretagne
Département Finistère
Ville Landévennec
Culte Catholique romain
désaffectée en 1793
Type Abbaye
Rattaché à Ordre bénédictin
Début de la construction Ve siècle
Fin des travaux XIe siècle
Style(s) dominant(s) Roman
Classé(e) Monument historique (1992)[1]
Localisation
  Géolocalisation sur la carte : France
France location map-Regions and departements.svg
Abbaye de Landévennec

L' abbaye de Landevénnec, située dans l'actuelle commune de Landévennec (Finistère), est réputée avoir été fondée par saint Guénolé (en breton Gwenole ou Gwennole) - Wingalloe - (Armorique, 461 - Landévennec, 532). Abandonnée en 1793, une nouvelle abbaye fut construite en 1958.

L'ancienne abbaye de Saint-Guénolé fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 26 mai 1992[2].

Sommaire

Histoire

Ancienne abbaye de Saint-Guénolé

Selon une étymologie douteuse Landévennec signifierait le monastère (breton lan) du (petit) Guénolé (Guinnoc); mais Gwinnog est le nom d'un autre saint, et la forme ancienne du nom du saint fondateur est bien Wingalloe.

Disciple de Budoc qui s'était fixé avec des moines dans l'ile de Lavret, près de l'île de Bréhat, (aujourd'hui département des Côtes-d'Armor), Guénolé vint s'établir avec onze compagnons dans le site de l'estuaire de l'Aulne (Finistère). Il gagna l'amitié de Gradlon, premier roi de Cornouaille, contemporain de saint Corentin que l'on considère comme le premier évêque de Quimper.

La vie de saint Guénolé nous a été rapportée par ses deux hagiographies, rédigées au IXe siècle par l'abbé Gurdisten et le moine Clément dont le texte est repris par Gurdisten.

Saint Guénolé prit une part considérable à l'évangélisation de la Cornouaille et l'abbaye de Landévennec devint par la suite la principale source des institutions monastiques en Bretagne.

Cet abbaye suivait la règle des Scots, dans la tradition du christianisme celtique. Les moines irlandais, ou scots, étaient vêtus d'une tunique souvent de couleur blanche et d'une coule (vêtement à capuchon) en grosse étoffe de laine, munie d'un capuchon.

Obéissance, pauvreté et chasteté étaient strictement pratiquées par les moines bretons. « Vaquez à l'étude avec humilité, sans vous enorgueillir de votre science, soumettez-vous au travail manuel avec abaissement et contrition de cœur, sans rechercher la louange des hommes dans l'exercice de votre art, sans mépriser celui qui l'ignore, insistez sans cesse sur la prière accompagnée de jeûnes et de veilles ». Telles étaient les recommandations faites par Budoc, le maître de saint Guénolé.

Le rayonnement de cette abbaye traversera les siècles.

Selon la tradition, le successeur de saint Guénolé fut saint Gwenaël que l'abbé accueillit tout jeune au monastère.

En 818, venu soumettre le roi élu par les Bretons Morvan, l'empereur Louis 1er (Louis le Pieux, ou Louis le Débonnaire), fils de Charlemagne, persuadé que son pouvoir venait de Dieu, demanda à l'abbé de Landevenec du moment, Matmonoc, lors d'une entrevue à Priziac, près de Gourin (Morbihan) de renoncer à "ses usages scotiques" et d'adopter pour son monastère la règle de Saint Benoît. Pour autant, cela n'abolit pas la spécificité bretonne : en témoignent les enluminures des manuscrits du scriptorium.

L'intégration au système carolingien vient de Nominoë fixant les sièges épiscopaux de Saint-Pol-de-Léon et de Quimper, les sièges de Tréguier et de Saint-Brieuc n'étant créés qu'au Xe siècle.

Le grand tournant vint des invasions normandes qui s'attaquèrent principalement aux monastères dès 884.

En 913, Landévennec fut pillé puis brûlé par les Vikings. Les moines fuirent et, emportant leurs reliques, notamment celles de Saint Guénolé, et leurs manuscrits, se réfugièrent à Montreuil-sur-Mer où ils créèrent une nouvelle abbaye sous l'invocation de saint Guénolé (dénommé localement « saint Walois »).

Les chefs fuirent également avec un grand nombre de Bretons, en Grande Bretagne ou chez les Francs. C'en était fini de la royauté bretonne. Le ciel s'obscurcit sur la vie économique, intellectuelle et religieuse, en attendant la renaissance de l'effort démographique au XIIe siècle : La langue bretonne recula, le pouvoir se déplaça vers la Haute-Bretagne, vers Rennes, puis Nantes. Le contact avec les Francs et l'apprentissage que les moines et chefs avaient fait de la langue romane durant l'exode, eurent pour conséquence de réduire le breton à une langue d'échanges, une langue non-écrite. C'était aussi désormais à l'Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, ou ailleurs, en France ou en Grande Bretagne, qu'il fallait se rendre pour vénérer les saints bretons. La dépossession des corps saints avait privé la Bretagne des richesses que représentaient les pèlerinages aux reliques. Les abbayes bretonnes étaient privées de leurs manuscrits et de leurs savants, et les écoles monastiques bretonnes qui enseignaient les sciences profanes aux enfants et aux jeunes gens près des abbayes, leur apportant une culture intellectuelle très appréciable, ne deviendraient plus jamais de grandes écoles.

Toutefois la libération de la Bretagne fut préparée par le moine Jean, Abbé de Landévennec, qui dirigeait la colonie bretonne réfugiée à Montreuil-sur-Mer. Au cours d'un voyage à travers la Bretagne, Jean se rendit compte que les bretons restés sur le sol natal étaient impatients de secouer le joug des Normands et que ceux-ci vivaient dans une sécurité si profonde qu'ils pouvaient être surpris et abattus facilement par une attaque à l'improviste. Jean trouva dans la personne du prince Alain, fils du compte de Poher Matuédoi, et petit-fis d'Alain Le Grand, celui qui, réfugié à la cour du roi d'Angleterre Athelstan, accepta de prendre la tête du mouvement. Débarqué en Bretagne, Alain livra des combats heureux à Dol et à Saint-Brieuc (936). Il réussit à s'emparer de Nantes, ce qui eut pour conséquence le fait que les Normands abandonnent la Loire maritime. À la suite de ses victoires, Alain, à qui l'Histoire donna le surnom de "Barbe-Torte", fut reconnu duc de Bretagne (937).

Il donna à l'abbaye la paroisse de Batz-sur-Mer, le monastère de Saint-Médart-de-Doulon, les églises Saint-Cyr et Sainte-Croix, situés à Nantes.

Au milieu du XIe siècle commença la construction de l'église abbatiale romane. C'est de cette époque également que date la compilation du cartulaire de Landévennec (Quimper, bibliothèque municipale, ms.15)

En 1793, l'abbaye bénédictine de Landévennec où il ne restait que 4 moines fut abandonnée, puis vendue comme bien national. Elle changea 6 fois de propriétaire au cours du XIXe siècle.

Dans des fêtes du Bleun Brug l'abbé Yann-Vari Perrot fit jouer une pièce historique sur le moine Jean, abbé de Landévennec, image du renouveau religieux et national selon l'auteur.

Aujourd'hui, sur le site d’origine, les ruines stratifiées témoignent des heurs et malheurs de cette longue histoire

Depuis 1978, des recherches archéologiques en font parler les pierres. Les églises carolingienne et romane, les cloîtres superposés au fil des siècles, le plus ancien datant du IXe siècle demeure jusqu’à aujourd'hui le seul connu de cette période, contribuent à faire de Landévennec un lieu majeur de l'archéologie médiévale en Europe.

Ouvert sur le site et inscrit dans une intéressante architecture contemporaine, le musée de l'ancienne abbaye inauguré en juillet 1990 participe à la découverte de la signification profonde du lieu et sa relation avec les évènements fondateurs de l'histoire bretonne. Sarcophage en chêne daté du IXe siècle, chapiteaux romans, fac-similés de manuscrits anciens… jalonnent un itinéraire où le visiteur chemine au hasard de l'histoire.

Deux salles présentent de façon ludique et pédagogique le travail des archéologues de la fouille à l'analyse des découvertes.

Depuis 1988, l'association Abati Landevenneg gère et anime cet ensemble exceptionnel. Tous les ans, des expositions temporaires proposent un autre regard sur l'histoire des lieux et sur la vie monastique à travers le temps. Chaque été, l'église à ciel ouvert devient l'écrin insolite où se produisent artistes, comédiens et musiciens ajoutant encore à la poésie des lieux.

Nouvelle abbaye de Saint-Guénolé

Nouvelle abbaye de Landévennec
Vue générale de l'édifice
Vue générale de l'édifice

Latitude
Longitude
48° 17′ 14″ Nord
       4° 16′ 07″ Ouest
/ 48.287222, -4.268611
 
Pays France France
Région Bretagne
Département Finistère
Ville Landévennec
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Rattaché à Ordre bénédictin
(congrégation de Subiaco)
Début de la construction 1950
Fin des travaux 1958

Le 18 juin 1950 est prise la décision du rachat de l'abbaye après de nombreux pourparlers buttant sans cesse sur des difficultés financières enfin surmontées.

La nouvelle abbaye est inaugurée le 7 septembre 1958 en présence des évêques et des abbés de Bretagne, des abbés de la congrégation de Subiaco et d'une foule nombreuse et enthousiaste.

48°17′14″N 4°16′7″O / 48.28722, -4.26861

Cartulaire de Landévennec

Article détaillé : Cartulaire de Landévennec.

Listes des abbés

Nom Période Nom latin dans le cartulaire
Saint Guénolé 490(?)-532 Sanctus Uuingualocus
Saint Gwenaël 532-590 Sanctus Guenhael
Matmunuc
Segneu
Aelam
Gurdistin
Iohan
Clemens
Clemens
Clemens
Iohan
Gulohet
Cadnou
Blenvilet
Elisuc 1047-1055 Elisuc
Kyllai 1056-1085 Kyllai
Justin Justinus
Guillaume Guilhelmus
Lancelinus
Orscandus
Elimarius
Gradlon Gradlonus
Riuuallonus
Gradlonus de plebe Sancti Eneguorii de pago Cap Cavall
Jacob Iacobus
Rivalonus
Tadic
Rivallonus de Ploemergat
Rivallonus de Treles
Bernard Bernardus
Riocus
Johannes dictus porcus
Eudo Gormon de Leon
Alanus Piezresii
Armaelus de Villanova apud Languern
Alanus de Doulas


Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Frère Marc Simon, Annie Bardel, Roger Barrie, Yves-Pascal Castel, Jean-Luc Deuffic, P. Jean de la Croix Robert, Auguste Dizerbo, Job An Irien et Bernard Tanguy "L'Abbaye de Landévennec de saint Guénolé à nos jours", Ed. Ouest-France, 1985, (ISBN 9782858828357)
  • Abbé Henri Poisson, Histoire de Bretagne Éditions Breiz, 6° édition 1975
  • Minihi Levenez et Chrétiens-Medias Sillons et sillages en Finistère, an 2000, (ISSN 1148-8824)
  • Portail de l’architecture chrétienne Portail de l’architecture chrétienne
  • Portail du monachisme Portail du monachisme
  • Portail de la Bretagne Portail de la Bretagne

48°17′25″N 4°16′0″O / 48.29028, -4.26667

Ce document provient de « Abbaye de Land%C3%A9vennec ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abbaye de landévennec de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abbaye De Landévennec — Ancienne abbaye de Landévennec Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Abbaye de Landevennec — Abbaye de Landévennec Ancienne abbaye de Landévennec Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Abbaye de Landévennec — Ancienne abbaye de Landévennec Présentation Culte Catholique romain désaffectée en 1793 Type Abbaye Rattaché à …   Wikipédia en Français

  • Cartulaire de l'abbaye de Landévennec — Cartulaire de Landévennec Reproduction partielle du folio 141 verso du Cartulaire de Landévennec. Le cartulaire de Landévennec provient de l ancienne abbaye de Landévennec (actuel Finistère). Il est rédigé en latin et consiste en un volume de 164 …   Wikipédia en Français

  • Abbaye Saint-Guénolé de Landévennec — Abbaye de Landévennec Ancienne abbaye de Landévennec Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Abbaye Saint Guénolé de Landévennec — Abbaye de Landévennec Ancienne abbaye de Landévennec Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Abbaye De La Pierre-Qui-Vire — Abbaye Sainte Marie de la Pierre qui Vire Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Abbaye de la Pierre-Qui-Vire — Abbaye Sainte Marie de la Pierre qui Vire Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Abbaye de la pierre-qui-vire — Abbaye Sainte Marie de la Pierre qui Vire Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire — Présentation Nom local Abbaye de Fleury Culte Catholique romain Type …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”