Abbaye d'Aurillac
Abbaye d'Aurillac
Image illustrative de l'article Abbaye d'Aurillac
Présentation
Nom local Abbatiale Saint-Géraud
Culte Catholique romain
Type Abbatiale
Rattaché à Saint-Siège (dépendait directement du pape)
Début de la construction 885
Fin des travaux 916
Style(s) dominant(s) Roman
Protection Monument historique (1920)
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Auvergne
Département Cantal
Ville Aurillac
Coordonnées 44° 55′ 53″ N 2° 26′ 54″ E / 44.93138, 2.44820244° 55′ 53″ Nord
       2° 26′ 54″ Est
/ 44.93138, 2.448202
  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye d'Aurillac

L'abbaye Saint-Géraud d'Aurillac est une des plus anciennes abbayes bénédictines, à l'origine de l'ordre de Cluny. Elle a été fondée vers 885[réf. nécessaire] en Auvergne (actuel département du Cantal) par le comte Géraud d'Aurillac.

L'abbaye a été un centre intellectuel de premier plan au Moyen Âge, ayant par exemple formé Gerbert d'Aurillac, tandis que la ville est une des premières sauvetés.

Sommaire

Histoire

Façade romane de l'ancienne hôtellerie de l'abbaye d'Aurillac, avec la vasque romanes en Serpentine.
Clocher de l'église saint-Géraud actuelle.

Fondation

Contexte : la France au début du Xe siècle

La règle de saint Benoît n'est plus respectée à la lettre. Écrite au VIe siècle, la règle bénédictine prévoyait que les moines étaient dirigés par un abbé et qu'ils partagent leur temps entre la prière et le travail manuel. Au début du IXe siècle, Benoît d'Aniane tente de la diffuser dans tous les monastères de l'empire carolingien. Mais le travail manuel est délaissé au profit de la prière. Les laïcs nomment des abbés qui leur sont fidèles et contrôlent par là même les domaines fonciers des établissements réguliers.

Une abbaye bénédictine indépendante du pouvoir séculier

Géraud considérait que son domaine qui s'étendait entre les Monts-d'Auvergne, le Rouergue, Périgueux et Tulle était allodial et il ne voulut jamais rendre hommage à personne pour ses terres, sauf celle de Talizat parce que, nous explique Odon de Cluny, sa situation dans la Planèze hors des Montagnes d'Auvergne ne lui permettait pas d'en défendre lui-même les habitants. Vainement son cousin Guillaume, duc d'Aquitaine et comte d'Auvergne, lui-proposa-t-il de se recommander à lui et de bénéficier de sa protection.

Dès qu'il eut donné tout son domaine à l'abbaye qu'il fondait (vers 875), Géraud se comporta comme s'il était lui-même le premier abbé et il fit hommage au pape: il déclara tenir de lui toutes les terres, châteaux et autres possessions, et, en signe de cela, il s'obligea à payer au Saint-Siège un cens annuel d'une maille d'or.

Géraud obtint aussi une charte de sauvegarde de Charles-le-Simple qui fut confirmée à Bourges en 914.

Il obtint aussi que son domaine soit libre et exempt de toute juridiction épiscopale et qu'il ne relève que du pape, ainsi qu'un évêque, raison pour laquelle l'abbé d'Aurillac était lui-même mitré et crossé.

Cette franchise et cette immunité seront renouvelés par plusieurs papes et plusieurs rois.

Odon de Cluny fut en 920, un bref temps abbé, mais il prit rapidement un co-abbé, Arnuffle. Tous deux installèrent à l'abbaye d'Aurillac les usages de Cluny, fondèrent une école de théologie, de grammaire et de musique qui resta renommées pendant plusieurs siècles. L'abbaye de Saint-Pons de Thomières fut repeuplée en 926 par Arnuffle qui y installa les usages clunisiens au nom d'Odon.

Ses successeurs achevèrent son œuvre : Gérauld de Sainte-Sève termina la construction de la basilique ; Raymond de Vaur fonda une riche bibliothèque et s'intéressa au chant grégorien[1].

Construction de l'abbaye

On peut distinguer six étapes de construction de l'église abbatiale :[2]

Aurillac 0

Église Saint-Clément, antérieure à la fondation de l'abbaye et soit située au même emplacement[3], soit située ailleurs[4].

Aurillac I

Triplet roman du transept de l'église Aurillac III (vers 1045).

C'est Géraud d'Aurillac qui, en 885, jette les fondements de la nouvelle abbaye, délimite l'enceinte de son enclos dans la plaine qui est en contrebas du château Saint-Étienne et de l'ancienne église Saint-Clément où ses parents étaient enterrés, et qui, pendant dix-huit ans, fait bâtir la première église abbatiale dédicacée en 916 ou 918 sous le vocable de Saint-Pierre et Saint-Paul, soit deux ans avant la mort de Géraud.


Aurillac II

L'église sera reconstruite plus grande par Géraud de Saint-Céré, cinquième abbé, et consacrée en 972 par Étienne, évêque d'Auvergne, assisté des évêques de Périgueux et de Cahors.

Aurillac III

Par Pierre de Cizières, treizième abbé de 1077 à 1107, consacrée par le pape Urbain II en 1095. À l'époque romane, le transept est orné de triplets, arcatures aveugles constituées d'un arc en mitre encadré de deux arcs en plein cintre.

Aurillac IV

Reconstruction au XVIe siècle. Destruction par les calvinistes.

Aurillac V

Nouvelle reconstruction au XVIIe siècle par Charles de Noailles, abbé d'Aurillac en 1606, puis évêque de Saint-Flour en 1610 (fin des travaux en 1643). La nef de l'église ne comporte qu'une seule travée.

Aurillac VI

La reconstruction de l'église a été terminée dans la deuxième moitié du XIXe siècle sur des plans de l'architecte Jules Lisch (architecte qui a reconstruit le château Saint-Étienne) ou de Jean-Baptiste Lassus, selon les sources, en complétant la nef avec trois travées et un porche, et en reconstruisant à neuf le clocher.

La ville : une territoire indépendant du pouvoir politique

Après la consécration de la première église abbatiale en 916, Géraud d'Aurillac affranchit les cent premiers serfs (nombre maximum que permettait le droit romain), et délimite un vaste territoire entre quatre croix qu'il donne à tous ceux qui voudront s'y établir. Ce franc alleu, qui est à l'origine de la ville d'Aurillac, est une des premières sauvetés connues.

Géraud avait voulu l'affranchissement gracieux de tous les serfs de son domaine. Par la suite on ne trouvera jamais aucune trace de servage dans cette région.

Héraldique

Armoiries de l'abbaye.
Armoiries anciennes (jusqu'au XVe siècle).
Bannière de l'abbaye XIIe siècle.
Bannière de l'abbaye XIe siècle.
Bannière de l'abbaye XIe siècle.
Armoiries des comtes d'Auvergne XIIIe siècle.
Agneau divin portant la bannière de la rédemption, Philippe le Bel.

Le sceau de Jean d'Armagnac, 38e abbé élu en 1465, était un cercle de cuivre et faisait 18 centimètres de circonférence. Il représente un dais gothique sous lequel deux génies soutiennent l'écusson de saint Géraud. Un peu plus bas, un ange aux ailes, entoure de ses bras les armoiries d'Armagnac, que surmonte une crosse dentelée. Un cierge allumé brûle de chaque côté. Tout autour se lit l'inscription : « Sigillum Johannis de Armanhaco pro ejus curia abbatiali Aureliaci ». On le tenait au moyen d'un anneau plat et ouvré qui, lorsqu'il n'était plus soutenu, se penchait à droite en roulant sur sa charnière[5].

Ses armes sont un écu « Parti d'or et de sinople, à la bordure engrélée de l'un en l'autre. » Support: une mitre et une crosse marquant la souveraineté spirituelle des abbayes chef d'ordre, une épée marquant la haute juridiction civile. Cri: « Orlhac, Orlhac, per Guiral et per l'abbat ! »

La bannière à ses armes serait à l'origine du blason de l'Auvergne.

Histoire de l'abbaye

Article connexe : Liste des abbés d'Aurillac.

Avec l'abbatiat d'Odon, Aurillac peut donc s'enorgueillir d'avoir été le prototype de celle de Cluny, et contribuer en même temps qu'elle à toutes les grandes entreprises de la Chrétienté, en particulier à la Reconquista et la Réforme grégorienne.

L'apogée (Xe - XIIIe siècles)

L'abbaye s'enrichit rapidement grâce aux immenses libéralités de Jean, le deuxième abbé qui était de la famille de Géraud, d'une comtesse Aldegarde, de plusieurs comtes de Toulouse et de Poitiers, et de nombreux autres seigneurs. Grâce aussi aux dons des fidèles et des Pèlerins puisqu'elle était un lieu de pèlerinage sur la route de Rome par les Alpes et par Le Puy, et aussi vers la Catalogne et vers Saint-Jacques-de-Compostelle; elle avait bâti le long de ces itinéraires un réseau de prieurés qui servaient de relais aux voyageurs comme l'hôpital Sainte-Marie-du-Mont, au col du Mont-Cébro en Cerdagne.

D'après une bulle de Nicolas IV datée de 1289, l'abbaye d'Aurillac possédait plus de cent prieurés, devenus par la suite autant de paroisses, puis de commune, situées dans dix-sept diocèses différents. Leurs domaines produisant à cette date plus de 80 000 livres de rente. Dans diocèse d'Agen, on trouve les prieurés de Montsempron, de Montalazat, de Lédat, d'Almayrac, de Saint-Front, etc.. Dans celui de diocèse de Toulouse le prieuré de Saint-Sulpice, le château de Soliniac, les églises de Cambiac, de Varennes, Saint-Pierre-et-Saint-Paul-de-Toulouse, etc.

Un rayonnement culturel européen

L'abbaye, qui posséda très tôt une bibliothèque et un scriptorum, constitua un foyer intellectuel et culturel important dès le Xe siècle : on sait par la correspondance de Gerbert avec son ancien écolâtre, qu'il procurait des manuscrits antiques à son ancienne abbaye. On le sait aussi par le témoignage de Jean de Saliburry, évêque de Charte qui mourut en 1181 lorsqu'il parle des moines de Luxeuil: « Ils sont les maîtres, non seulement des hommes éloquents, mais de l'éloquence même, car, (ils sont) égaux en plusieurs points aux moines d'Aurillac qui ont acquis une grande habileté et une longue pratique d'un grand nombre de sciences. » On trouve aussi dans l'Histoire littéraire de la France, volume VI, p. 23, que « Aurillac, monastère qui avait été fondé à la fin du siècle précédent par saint Géraud, fut le principal berceau du renouvellement des lettres qui se fit au Xe siècle. »

Des hôtes illustres

Ont séjourné à Aurillac :

La sécularisation (XVIe - XVIIe

L'abbaye conservait un temporel très important dont les revenus en nature s'étaient érodés. La plupart des prieurés avaient été sécularisés pour devenir des paroisses. A l'époque moderne, à Aurillac, comme dans beaucoup d'autres établissements bénédictins, se produit une lente et imperceptible sécularisation avec l'abandon du dortoir et de la clôture rigoureuse, l'attribution de prébendes.

La stricte application de la Règle bénédictine selon l'observance clunisienne s'atténua progressivement durant les derniers siècles du Moyen Âge comme chez les autres établissements bénédictins.

Les abbés commendataires

À partir du XVIe siècle, l'abbaye d'Aurillac entre dans un processus de sécularisation: à partir d'une bulle du pape Pie IV datée du 13 mai 1561, sous l'abbatiat de Martin de Beaune, chancelier de la reine Catherine de Médicis qui l'avait nommé contre l'avis des moines. Son frère, qui était un usurier devenu ministre des finances, sera destitué et condamné à mort pour concussion. Les abbés commendataires, cessent d'être élus par le chapitre et de résider dans l'abbaye.

L'introduction de la commende c'est-à-dire la nomination d'un supérieur étranger à la communauté monastique et non résident, constitua une étape importante; le prieur commendataire, souvent nommé par le roi, touchait les revenus du monastère, mais n'était pas tenu d'y résider.

Destruction par les calvinistes

Peu après, sous l'abbatiat du cardinal Aloïsius Pisani, noble vénitien qui ne vint que pour son investiture, la ville d'Aurillac est attaquée et prise le mardi 6 septembre 1569 par une bande calviniste qui instaure un véritable régime de terreur. Église, couvent, palais abbatial, sculptures, tombes, tout fut impitoyablement détruit et incendié. Tous les métaux précieux sont fondus et emportés vers la Genève, tous les livres, manuscrits, archives de l'abbaye sont entassés sur la place et brûlés. Au nom des princes de Navarre et de Condé, toutes les propriétés de l'abbaye : terres, bâtiments, droits, meubles, sont vendus à l'encan pendant plusieurs jours au cours d'enchère publiques où l'on voit des acheteurs étrangers venir de partout. Pendant quatorze mois, les habitants de la ville sont rançonnés, torturés, voir assassinés, pour leur extorquer leur argent.

Aujourd'hui, il ne reste pas grand chose de l'ancien monastère : quelques pans de l'église Saint-Pierre et Saint Paul incorporés dans l'église Saint-Géraud, la façade romane de l'ancien hôpital, quelques tours carrées qui participaient à son système de défense pour signaler par des feux l'arrivée d'ennemis.

Sources et références

Bibliographie

  • Chanoine Edouard Joubert, L'Abbaye bénédictine de Saint Géraud d'Aurillac (894-1561), 1981, Aurillac, Imprimerie moderne,
  • Mgr Guillaume-Marie-Frédéric Bouange, Histoire de l'abbaye d'Aurillac, précédée de la vie de saint Géraud, son fondateur 894-1789. Suivi de notes et pièces justificatives,
  • Revue de La Haute-Auvergne : 972-1972 - Aurillac (1er fascicule) juil-déc. 1972
  • Revue de La Haute-Auvergne : 972-1972 - Aurillac (2ème fascicule) janv-juin 1973
  • René Monboisse, L'ordre féodal des Montagnes d'Auvergne du XIIè au XVè siècle, Aurillac, 1966

Notes

  1. J. Henri Pignot, Histoire de l'Ordre de Cluny depuis la fondation de l'abbaye jusqu'à la mort de Pierre le Vénérable, tome I, Autun, 1868, consultable sur Gallica
  2. Pierre Moulier, Pascale Moulier, Églises romanes de Haute-Auvergne. II - La région d'Aurillac., Nonette, Éditions Créer, 2000,
  3. Selon Pierre Moulier qui mentionne des fouilles faites dans le chevet en 1944 par Abel Beaufrère, Églises romanes de Haute-Auvergne. II - La région d'Aurillac., Nonette, Éditions Créer, 2000,
  4. Odon de Cluny mentionne que l'église fut implantée dans un premier endroit qui ne convenait pas, puis déplacée.
  5. Cette description est d'Henri Durif qui possédait ce sceau. II 318

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abbaye d'Aurillac de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Liste des possessions de l'abbaye d'Aurillac — Article principal : Abbaye d Aurillac. Les possessions de l abbaye d Aurillac consistent en un domaine temporel noble issu de celui du comte Géraud, avec tous ses fiefs et arrière fiefs, et un domaine ecclésiastique constitué de bénéfices… …   Wikipédia en Français

  • Gerbert d'Aurillac — Sylvestre II Pour les articles homonymes, voir Sylvestre. Sylvestre II Pape de l’Église c …   Wikipédia en Français

  • Gerbert d’Aurillac — Sylvestre II Pour les articles homonymes, voir Sylvestre. Sylvestre II Pape de l’Église c …   Wikipédia en Français

  • Géraud d'Aurillac — Pour les articles homonymes, voir Géraud. Saint Géraud Saint Géraud (né en 855 au château Saint Étienne d’Aurillac mort le …   Wikipédia en Français

  • Geraud d'Aurillac — Géraud d Aurillac Saint Géraud (né en 855 au château Saint Étienne d Aurillac mort en 918 à Pousthomy dans le Rouergue ou à Saint Cirgues dans le Quercy), était le fils de Géraud, d origine mérovingienne, seigneurs d Aurillac, et d Adeltrude, d… …   Wikipédia en Français

  • Liste des abbés d'Aurillac — L abbaye d Aurillac étant une abbaye chef d ordre, dépendante directement du Saint Siège, ses abbés exerçaient les fonctions d un évêque; ils étaient mitrés et crossés. Au temporel, les abbés d Aurillac, qui étaient les héritiers du fief du comte …   Wikipédia en Français

  • Liste des prieurés et des abbayes dépendant d'Aurillac — Liste des possessions de l abbaye d Aurillac Article principal : Abbaye d Aurillac. Les possessions de l abbaye d Aurillac consistent en un domaine temporel noble issu de celui du comte Géraud, avec tous ses fiefs et arrière fiefs, et un… …   Wikipédia en Français

  • Abadía de Saint-Géraud d'Aurillac — Tipo abadía Advocación Saint Géraud Ubicaci …   Wikipedia Español

  • Saint-Pierre-d'Aurillac — 44° 34′ 22″ N 0° 11′ 26″ W / 44.5727777778, 0.190555555556 …   Wikipédia en Français

  • Saint-pierre-d'aurillac — La mairie Administration Pays France Région Aquitaine Département …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”